Réputation de S. de Beauvoir : l’effet des publications posthumes

14 avril 2016, Bibliobs. http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160413.OBS8441/simone-de-beauvoir-la-scandaleuse.html

Les publications posthumes semblent d’abord avoir réactivé l’intérêt du grand public pour l’écrivaine. Si les premières publications ont suscité l’indignation, les dernières ont permis de mieux connaître la personnalité de Beauvoir. Mais ne s’agit-il pas là d’une stratégie de publication afin d’orienter et de contrôler la réputation de l’écrivaine ?

Beauvoir sulfureuse et perturbatrice de genre

On connaissait depuis 1983 l’attitude de Sartre envers les femmes grâce à la publication posthume des Lettres au Castor[1]. On y découvrait un homme collectionnant les aventures « contingentes » et qui « s’arrogeait des droits qu’il n’accordait pas à ses amantes »[2]. Bien que le public n’eût pas encore à sa disposition les réponses de Simone de Beauvoir, cette dernière ne sortit pas indemne du scandale de la parution des Lettres au Castor. Si Sartre était aussi peu respectueux avec ses amantes, Simone de Beauvoir avait dû en pâtir également. Déjà, la mythologie du couple émancipé commençait à s’effriter…

En 1990, Sylvie le Bon de Beauvoir, fille adoptive et héritière de l’auteure, publie les Lettres à Sartre[3] en deux volumes. La même année, elle offre au public le Journal de guerre de Simone de Beauvoir[4]. Les critiques acerbes se multiplient et témoignent d’une forte hostilité envers le couple Sartre-Beauvoir en général et Beauvoir en particulier. Un climat de suspicion s’installe autour d’elle, qui demeure encore aujourd’hui.

Les publications posthumes révèlent les relations intimes de Beauvoir avec des jeunes femmes, relations que l’auteure occulte dans ses mémoires[5]. Selon Ingrid Galster, ce n’est pas tant le fait que Beauvoir ait eu des relations physiques avec des femmes qui choque en 1990. Seule l’extrême droite se montre violente à cet égard : Jean Cochet dans Présent parle de « perversité » et d’« exhibitionnisme le plus obscène »[6]. Les presses féminine et catholique, quant à elles, préfèrent à ce sujet garder le silence[7]. La gêne ressentie réside dans le fait que Simone de Beauvoir semble se comporter comme un homme envers ses amantes : Olga Kosakiewics, Nathalie Sorokine (Lise dans les mémoires) et Bianca Bienenfeld (Louise Védrine dans les mémoires). C’est Libération, fondé par Sartre en 1973 et qui avait publié un très bel article pour la mort de Beauvoir, qui publie la critique la plus virulente sur le sujet. Sous la plume de Marianne Alphant, Simone de Beauvoir est une femme « machiste et mesquine »[8]. Alphant ne reproche pas tant à Beauvoir ses aventures que la façon dont elle les conduisait ainsi que le vocabulaire cru et violent employé par l’auteure quand elle décrit ses amantes et leurs relations.

Bianca Bienefeld a été citée entre 1990 et 1991 dans trois ouvrages sous le pseudonyme de Louise Védrine[9]. En 1993, devenue Bianca Lamblin, elle publie un ouvrage dans lequel elle souhaite rétablir la vérité[10]. S’adressant en apparence au couple, la cible semble bien pourtant être Beauvoir. Elle relate : alors que les relations avec Olga et Nathalie se déroulaient sans difficulté, Bianca Bienefeld tentait d’obtenir les mêmes droits dont jouissait Beauvoir auprès de Sartre. Beauvoir défendit alors coûte que coûte sa place de relation « nécessaire ». Une fois la relation achevée, dans une lettre à Sartre du 13 décembre 1945, Beauvoir reconnaît que Bianca est la seule personne à laquelle les deux intellectuels ont réellement fait du mal[11].

Des intellectuels illégitimes (?)

La deuxième accusation concerne l’attitude du couple sous l’occupation. Les deux intellectuels sont accusés d’avoir exercé une collaboration passive alors même que plus tard, ils revendiquaient leur appartenance inconditionnelle à la résistance[12]. Ainsi l’historien, romancier et ancien maquisard Gilbert Joseph tentait de détruire le mythe de l’héroïsme du couple en prouvant que ni Sartre ni Beauvoir n’avaient jamais appartenu à un groupe de résistance[13]. Il décrit ainsi deux écrivains qui ne se préoccupaient que de leur carrière littéraire respective et prêts à faire des compromis incompatibles avec une attitude engagée de résistants.

Sartre et Beauvoir, par Amélie Harrault. Pour la série Les Aventuriers de l’Art Moderne diffusée sur Arte http://sites.arte.tv/ladam/fr/minuit-paris-ladam

Simone de Beauvoir a en effet travaillé à Radio Vichy que Gilbert Joseph considérait comme « l’antre même de la Collaboration »[14]. Elle y proposait des émissions neutres sur l’histoire de la musique. Pour elle, travailler à Radio Vichy était « licite selon les règles tacitement adoptées par les écrivains opposants » et « tout dépendait du sens des émissions »[15]. A partirde la publication du livre de Joseph, la presse s’est emparée du débat[16]. Débat par ailleurs relayé avec manque de rigueur et de façon très inexacte par Michel Onfray au cours de ses divers entretiens et de ses universités populaires.

Des stratégies de publication au service de la postérité

A la suite de ces scandales, Sylvie Le Bon de Beauvoir semble avoir voulu orienter le public dans une autre direction. Elle choisit de publier les correspondances amoureuses de Beauvoir avec deux hommes : Son amant américain, Nelson Algren, et un ami de la famille, Jacques-Laurent Bost[17]. En 1997, les Lettres à Nelson Algren sont publiées[18]. En 2004, c’est le tour de la correspondance croisée de Beauvoir et du « petit Bost »[19]. En 2008, dans un autre genre, Sylvie Le Bon de Beauvoir publie les Cahiers de jeunesse[20] qui montrent la naissance et la formation d’une intellectuelle. La Simone de Beauvoir qui s’y exprime a entre dix-huit et vingt-deux ans.

Ces trois dernières publications sont le fruit d’une stratégie qui, selon Sylvie Chaperon, consiste à montrer une « image straight »[21] de l’auteure qui se montre très amoureuse et emploie un vocabulaire beaucoup plus doux. Ce n’est donc pas un hasard si Sylvie Le Bon de Beauvoir a choisi de publier des correspondances amoureuses avec des hommes. Il s’agissait probablement de montrer une Simone de Beauvoir beaucoup plus hétérosexuelle que ce que le public avait découvert en 1990. La réaction des médias ne se fait pas attendre. A propos des lettres à Nelson Algren, Libération titre « L’amant américain. C’est un Castor inédit, fragile et tendre, qui transparaît dans les lettres à son amour d’outre-Atlantique »[22]. L’Express dans son magazine Lire écrit « Simone de Beauvoir amoureuse »[23]. A propos de la Correspondance croisée, Libération choisit un jeu de mot : « Il fait Beauvoir »[24]. Et L’Express (Lire) : « Et Beauvoir aima le petit Bost »[25]. Tous mettent l’accent sur la femme amoureuse dont on ne soupçonnait pas l’existence.

Beauvoir désacralisée

            Alors que l’auteure a fait une entrée bruyante dans le milieu intellectuel qui lui a valu d’être souvent appelée « la scandaleuse »[26], il semblerait qu’elle devienne une figure de plus en plus consensuelle[27]. Si elle n’est plus polémique (Remarque : il n’est pas question ici des milieux universitaire et féministe) c’est parce qu’elle devient un « monument ». Paradoxalement, d’après les titres de presse publiés pour le centenaire de la naissance de l’auteure et dépouillés par Sylvie Chaperon, il semblerait que Beauvoir soit de moins en moins prise au sérieux. La mémoire de Beauvoir évolue en effet dangereusement vers une superficialité que l’on pourrait attribuer au sexisme[28]. La polémique qui a secoué le colloque de 2008 et qui a révélé la désacralisation de Beauvoir a été déclenchée par Le Nouvel Observateur qui publiait en une du 3 janvier 2008 une photographie de Beauvoir nue en train de faire sa toilette[29].

Simone de Beauvoir par Art Shay, 1952.

Il faut noter que le journal était un compagnon de route et que son entreprise a paru maladroite à de nombreux.ses intellectuel.le.s dont Danièle Sallenave. Les Chiennes de garde, association féministe française créée en 1999, ont organisé une manifestation, exigeant de voir « les fesses » de certains philosophes hommes, dont celles de Sartre. Si la désacralisation de Beauvoir est perceptible, il faut tout de même rappeler que la presse traverse une grave crise et que publier, l’année du centenaire de sa naissance saluée à coup de colloques, articles, parutions d’ouvrages et documentaires audiovisuels, le nu d’une féministe reconnue avait très certainement pour but de faire sensation. Mais on ne peut nier la banalisation dont fait preuve la presse à l’égard de Beauvoir.

[1] SARTRE Jean-Paul, Lettres au Castor et à quelques autres. 1926-1939, Paris, Gallimard, 1983, 528p. Et Lettres au Castor et à quelques autres. 1940-1963, Paris, Gallimard, 1983, 366p. Notons que certains passages ont été censurés par Simone de Beauvoir elle-même et ne sont donc pas disponibles dans l’édition publiée.

[2] GALSTER Ingrid, « « Une femme machiste et mesquine ». La réception des écrits posthumes dans la presse parisienne », dans Ingrid Galster, Beauvoir dans tous ses états, Paris, Taillandier, 2007, p. 247.

[3] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Sartre. 1930-1939, Paris, Gallimard, 1990, 400p. Et Lettres à Sartre. 1940-1943, Paris, Gallimard, 1990, 440p. Notons que certains passages ont été censurés par de Sylvie Le Bon de Beauvoir et ne sont donc pas disponibles dans l’édition publiée. Les originaux sont conservés à la BnF.

[4] BEAUVOIR Simone (de), Journal de guerre. Septembre 1939-janvier 1941, Paris, Gallimard, 1990, 374p.

[5] Il lui est fait grand reproche encore aujourd’hui : M-J. Bonnet, Simone de Beauvoir et les femmes, 2015.

[6] COCHET Jean, « La grande « Sartreuse » revisitée : un désert ! », Présent, 17 mars 1990. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 250.

[7] GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 250. Voir les deux articles suivants : ANON, « Lettres du Castor à Monsieur Sartre, Elle, 19 février 1990. LEMIRE Laurent, « Tout cher petit être », La Croix, 24 février 1990.

[8] ALPHANT Marianne, « L’album de la mère Castor », Libération, 22 février 1990. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 248.

[9] Les trois ouvrages sont Les lettres à Sartre, le Journal de guerre ainsi que la grande biographie de Simone de Beauvoir : BAIR Derdre, Simone de Beauvoir, Paris, Fayard, 1991, 834p.

[10] LAMBLIN Bianca, Mémoires d’une jeune fille dérangée, Paris, Balland, 1993, 210 p. Le titre reprend celui du premier volume des mémoires de Simone de Beauvoir.

[11] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Sartre, Op. cit., tome 2, p. 258. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 251.

[12] Notamment Beauvoir dans le deuxième volume de ses mémoires : La force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, 622 p.

[13] JOSEPH Gilbert, Une si douce occupation : Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, 1940-1944, Paris, A. Michel, 1991, 380 p.

[14] JOSEPH Gilbert cité par GALSTER Ingrid, « Simone de Beauvoir et Radio Vichy. A propos de quelques scénarios retrouvés sur les origines du music-hall » dans Ingrid Galster, Beauvoir dans tous ses états, Paris, Tallandier, 2007, p. 111-134.

[15] BEAUVOIR Simone (de) cité par GALSTER Ingrid, ibid., p. 112. A ce sujet, voir également : GALSTER Ingrid, « Simone de Beauvoir face à l’occupation allemande. Essai provisoire d’un réexamen à partir des écrits posthumes », Contemporary French Civilization, vol. XX, n°2, Summer-Fall 1996, p. 278-293. Ingrid Galster a d’abord concentré ses travaux sur le théâtre de Sartre et sur les accusations selon lesquelles il aurait collaboré.

[16] Voir les articles suivants : SLAMA Alain-Gérard, « Beauvoir-Sartre : le mauvais procès », Le Figaro Littéraire, 9 septembre 1991. NADEAU Maurice, « Sur Sartre et Beauvoir un livre féroce et amer », La Quinzaine littéraire, 16 septembre 1991. Et CONTAT Michel, « Une si navrante occupation », Le Monde, 11 octobre 1991.

[17] Jacques-Laurent Bost, ancien élève de Sartre au Havre, était le frère cadet de l’écrivain Pierre Bost d’où son surnom « Le petit Bost ». Il devint le mari d’Olga Kosakiewics après la libération.

[18] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Nelson Algren. Un amour transatlantique. 1947-1964, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1997, 910p. Le recueil contient 304 lettres, toutes de Beauvoir. Les agents américains de Nelson Algren s’opposent fermement à la publication de ses lettres.

[19] BEAUVOIR Simone (de), BOST Jacques-Laurent, Correspondance croisée (1937-1940), Paris, Gallimard, 2004, 992p.

[20] BEAUVOIR Simone (de), Cahiers de jeunesse (1926-1930), Paris, Gallimard, 2008, 864p.

[21] D’après l’expression employée par Sylvie Chaperon lors d’une journée du séminaire MémoireS consacré au « féminisme au filtre de la mémoire » le 21 février 2014 à l’Université de Toulouse II – Jean Jaurès.

[22] DEVARRIEUX Claire, « L’amant américain.C’est un Castor inédit, fragile et tendre, qui transparaît dans les lettres à son amour d’outre-Atlantique. Mais n’y figurent pas celles de Nelson Algren. », Libération, 20 février 1997.

[23] RESSAT Anne, « Simone de Beauvoir amoureuse », Lire, 1 juillet 1999.

[24] DEVARRIEUX Claire, « Il fait Beauvoir », Libération, 22 avril 2004.

[25] ALSTADT Marie, « Et Beauvoir aima le petit Bost », Lire, 1 juillet 2004.

[26] A ce propos, voir la vidéo suivante « Beauvoir : la polémique sous le regard de Sallenave », Le Nouvel Observateur, 16 janvier 2008. URL : http://www.dailymotion.com/video/xbj60i_beauvoir-la-polemique-sous-le-regar_creation

[27] D’après Sylvie Chaperon lors d’une journée du séminaire MémoireS consacré au « féminisme au filtre de la mémoire » le 21 février 2014 à l’Université de Toulouse II – Jean Jaurès.

[28] Voir à ce titre et avec réserve le téléfilm Les amants du Flore, 2008. Analyse bientôt postée sur le carnet !

[29] Le cliché a été pris par le photographe américain Art Shay à Chicago en 1952. Ce dernier affirme que Beauvoir se savait observée et photographiée.  Pour en savoir plus sur la polémique : http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-medias/20080107.RUE2780/le-nu-de-beauvoir-excite-la-blogosphere.html et sir lesdénonciations quant aux retouches effectuées sur la photo : http://www.arretsurimages.net/dossier.php?id=33

Review : Beauvoir and her sisters. The politics of women’s bodies in France

Sandra Reineke, Associate Professor of Political Science and Women’s and Gender Studies à l’Université d’Idaho, a publié un ouvrage passionnant sur les moyens beauvoir-and-her-sistersd’action collective dont les femmes disposent en tant qu’agents politiques. 

Vous trouverez le compte-rendu critique de l’ouvrage dans la dernière parution de Clio. Femme, Genre, Histoire.

Je livre ici un résumé des différents chapitres de l’ouvrage, des thèses soutenues, des concepts développés :

Beauvoir and her Sisters. The politics of women’s bodies in France

Le livre se veut une étude de cas dont la chercheure rappelle que le choix des sources a été très sélectif et l’angle d’attaque plus proche de l’analyse linguistique que politique. L’ensemble des écrits étudiés sont autant d’exemples de la volonté d’un changement sociopolitique au terme duquel les femmes auraient eu accès à un nouvel espace distinct de leur espace traditionnel. C’est ce nouvel espace social que définit le concept d’ « imagined sisterhood ».

Le premier chapitre, intitulé « The body, writing, citizenship rights » est un chapitre de contextualisation. Reineke y livre les éléments historiques qui aideront le lecteur à comprendre comment l’exclusion politique des femmes a été basée sur un concept de citoyenneté désincarnée et comment cette situation a mené les femmes à élaborer différentes stratégies, dont la lecture et l’écriture, afin de remédier à leur exclusion. Plusieurs étapes sont ainsi retracées depuis les réactions des femmes modernes face à leur cantonnement à la sphère privée, en passant par l’obtention du droit de vote en 1944 et jusqu’à la mobilisation générale des années 1970 contre la persistance des inégalités en matière de citoyenneté. Reineke se concentre alors, pour cette dernière période, sur la façon dont l’écriture des femmes a été perçue comme un moyen puissant d’introduire une science politique parmi la communauté des femmes et, par ce biais, comme un moyen de créer un élan collectif. Le corps féminin a été l’outil premier utilisé au cours de cette lutte féministe. L’avortement, sur lequel Reineke s’attarde, mais aussi le désir et la contraception entre autres, étaient autant de sujets élevés au rang de problèmes socio-politiques au cours des années 1970.

Le deuxième chapitre, « Secondary citizens », est consacré à la France d’après-guerre et à ses efforts vers la modernisation et plus particulièrement au développement de la culture de consommation de masse, fondée sur des règles de genre. Les magazines Elle et Marie-Claire sont au centre du propos. Tous deux ont créé et véhiculé un idéal type de la femme moderne, largement inatteignable, selon deux valeurs : travail et maison. Le paradoxe réside dans la promotion du soin du corps, de la beauté et de la mode comme des projets féministes. Reineke explique la volonté de ces magazines de relayer les combats féministes doublée de l’impossibilité de se soustraire aux impératifs commerciaux et financiers. Cette situation particulière signe d’ailleurs les débuts de l’invasion de la société de consommation dans le politique. Reineke se concentre aussi dans ce chapitre à la façon dont Simone de Beauvoir a traité de la corporalité féminine dans deux de ses œuvres : Le Deuxième Sexe (1949) et Les Belles images (1966). Ce sont donc les descriptions de Beauvoir ainsi que ses critiques de la société d’après-guerre et de la société de consommation qui a construit le corps de la femme comme un objet de désir que Reineke analyse. Les analyses critiques de Beauvoir auraient contribué à créer le concept de « sisterhood » comme une possibilité pour les femmes d’agir collectivement contre l’oppression sexuelle. La contribution de Simone de Beauvoir prend alors le visage d’une pratique féministe qui aurait utilisé la collectivité « femmes » comme un moyen politique actif. Reineke voit donc « literally and metaphorically » (p. 20) dans l’œuvre de Beauvoir l’idée de « sisterhood » que l’intellectuelle aurait considéré comme un outil politique pour la construction d’une conscience et d’une identité féministes.

            Dans le troisième chapitre, « Citizen consumers », Reineke explore le concept de féminité  dans la culture de masse, les magazines de mode et de beauté dits « féminins » en première ligne, dans la France d’après-guerre. Elle y montre comment ces magazines ont fonctionné comme autant d’espaces idéologiques dans la production et la reproduction des identités et idéaux sociaux de genre. Elle se concentre sur le cas particulier du magazine Elle. On se souvient du paradoxe des magazines féminins soulevé par l’auteure. Pourtant, Elle s’est quand même fortement illustré pour le changement des attitudes sociales face aux rôles attribués traditionnellement aux deux sexes. L’organisation par le journal en 1970 des « Etats généraux de la femme » montre bien combien les femmes étaient considérées comme des agents politiques actifs et combattants. De la même façon, le magazine s’est très tôt posé en faveur de la loi Neuwirth, puis, plus tard, sur les lois relatives à l’avortement. Finalement, Reineke montre bien combien ces magazines ont été autant de nouveaux espaces sociaux au sein desquels les femmes, par l’acte de la lecture, purent trouver le sentiment d’appartenir à une même communauté.

             « Dissident citizens » est le dernier chapitre. Il souhaite montrer qu’une littérature plus spécifiquement féministe était à la disposition des femmes et ce, au-delà de l’environnement commercial et de consommation des magazines féminins. Reineke s’appuie sur les journaux militants pour montrer, une fois de plus, comment la lecture et l’écriture ont été utilisées pour ouvrir une brèche vers le changement social, toujours grâce à la création d’une sororité. Après avoir rappelé la genèse du MLF, l’auteure analyse comment ce dernier a utilisé l’écriture publique sur les droits reproductifs pour véhiculer l’idée d’une action politique collective féminine entre les années 1970 et 1990. Des espaces publics alternatifs ont été créés, d’où le terme « dissident ». Ainsi, l’on a pu voir la multiplication de marches, de protestations, de « sit-ins », ou encore de discours de rues. Cette attitude s’explique par la marginalisation des femmes par la population masculine citoyenne : il n’existe d’autre moyen que d’illustrer leur rejet de la forme courante du pouvoir en utilisant des modes d’action alternatifs. Dans ce contexte, les journaux féministes ont été de puissants outils dans la lutte politique des femmes en faveur des droits sexuels et reproductifs pour deux raisons principales : ils ont premièrement permis d’informer leurs lecteurs, et surtout lectrices, des différentes controverses sur le sujet. Dans un second temps, ils ont offert aux femmes l’opportunité de débattre de thèmes auparavant souvent passés sous silence ou pour lesquels la parole ne leur était pas donnée. Reineke en retrace les moments importants avant de se concentrer sur les différentes étapes qui ont mené à la loi sur l’avortement.