Réputation de S. de Beauvoir : l’effet des publications posthumes

14 avril 2016, Bibliobs. http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160413.OBS8441/simone-de-beauvoir-la-scandaleuse.html

Les publications posthumes semblent d’abord avoir réactivé l’intérêt du grand public pour l’écrivaine. Si les premières publications ont suscité l’indignation, les dernières ont permis de mieux connaître la personnalité de Beauvoir. Mais ne s’agit-il pas là d’une stratégie de publication afin d’orienter et de contrôler la réputation de l’écrivaine ?

Beauvoir sulfureuse et perturbatrice de genre

On connaissait depuis 1983 l’attitude de Sartre envers les femmes grâce à la publication posthume des Lettres au Castor[1]. On y découvrait un homme collectionnant les aventures « contingentes » et qui « s’arrogeait des droits qu’il n’accordait pas à ses amantes »[2]. Bien que le public n’eût pas encore à sa disposition les réponses de Simone de Beauvoir, cette dernière ne sortit pas indemne du scandale de la parution des Lettres au Castor. Si Sartre était aussi peu respectueux avec ses amantes, Simone de Beauvoir avait dû en pâtir également. Déjà, la mythologie du couple émancipé commençait à s’effriter…

En 1990, Sylvie le Bon de Beauvoir, fille adoptive et héritière de l’auteure, publie les Lettres à Sartre[3] en deux volumes. La même année, elle offre au public le Journal de guerre de Simone de Beauvoir[4]. Les critiques acerbes se multiplient et témoignent d’une forte hostilité envers le couple Sartre-Beauvoir en général et Beauvoir en particulier. Un climat de suspicion s’installe autour d’elle, qui demeure encore aujourd’hui.

Les publications posthumes révèlent les relations intimes de Beauvoir avec des jeunes femmes, relations que l’auteure occulte dans ses mémoires[5]. Selon Ingrid Galster, ce n’est pas tant le fait que Beauvoir ait eu des relations physiques avec des femmes qui choque en 1990. Seule l’extrême droite se montre violente à cet égard : Jean Cochet dans Présent parle de « perversité » et d’« exhibitionnisme le plus obscène »[6]. Les presses féminine et catholique, quant à elles, préfèrent à ce sujet garder le silence[7]. La gêne ressentie réside dans le fait que Simone de Beauvoir semble se comporter comme un homme envers ses amantes : Olga Kosakiewics, Nathalie Sorokine (Lise dans les mémoires) et Bianca Bienenfeld (Louise Védrine dans les mémoires). C’est Libération, fondé par Sartre en 1973 et qui avait publié un très bel article pour la mort de Beauvoir, qui publie la critique la plus virulente sur le sujet. Sous la plume de Marianne Alphant, Simone de Beauvoir est une femme « machiste et mesquine »[8]. Alphant ne reproche pas tant à Beauvoir ses aventures que la façon dont elle les conduisait ainsi que le vocabulaire cru et violent employé par l’auteure quand elle décrit ses amantes et leurs relations.

Bianca Bienefeld a été citée entre 1990 et 1991 dans trois ouvrages sous le pseudonyme de Louise Védrine[9]. En 1993, devenue Bianca Lamblin, elle publie un ouvrage dans lequel elle souhaite rétablir la vérité[10]. S’adressant en apparence au couple, la cible semble bien pourtant être Beauvoir. Elle relate : alors que les relations avec Olga et Nathalie se déroulaient sans difficulté, Bianca Bienefeld tentait d’obtenir les mêmes droits dont jouissait Beauvoir auprès de Sartre. Beauvoir défendit alors coûte que coûte sa place de relation « nécessaire ». Une fois la relation achevée, dans une lettre à Sartre du 13 décembre 1945, Beauvoir reconnaît que Bianca est la seule personne à laquelle les deux intellectuels ont réellement fait du mal[11].

Des intellectuels illégitimes (?)

La deuxième accusation concerne l’attitude du couple sous l’occupation. Les deux intellectuels sont accusés d’avoir exercé une collaboration passive alors même que plus tard, ils revendiquaient leur appartenance inconditionnelle à la résistance[12]. Ainsi l’historien, romancier et ancien maquisard Gilbert Joseph tentait de détruire le mythe de l’héroïsme du couple en prouvant que ni Sartre ni Beauvoir n’avaient jamais appartenu à un groupe de résistance[13]. Il décrit ainsi deux écrivains qui ne se préoccupaient que de leur carrière littéraire respective et prêts à faire des compromis incompatibles avec une attitude engagée de résistants.

Sartre et Beauvoir, par Amélie Harrault. Pour la série Les Aventuriers de l’Art Moderne diffusée sur Arte http://sites.arte.tv/ladam/fr/minuit-paris-ladam

Simone de Beauvoir a en effet travaillé à Radio Vichy que Gilbert Joseph considérait comme « l’antre même de la Collaboration »[14]. Elle y proposait des émissions neutres sur l’histoire de la musique. Pour elle, travailler à Radio Vichy était « licite selon les règles tacitement adoptées par les écrivains opposants » et « tout dépendait du sens des émissions »[15]. A partirde la publication du livre de Joseph, la presse s’est emparée du débat[16]. Débat par ailleurs relayé avec manque de rigueur et de façon très inexacte par Michel Onfray au cours de ses divers entretiens et de ses universités populaires.

Des stratégies de publication au service de la postérité

A la suite de ces scandales, Sylvie Le Bon de Beauvoir semble avoir voulu orienter le public dans une autre direction. Elle choisit de publier les correspondances amoureuses de Beauvoir avec deux hommes : Son amant américain, Nelson Algren, et un ami de la famille, Jacques-Laurent Bost[17]. En 1997, les Lettres à Nelson Algren sont publiées[18]. En 2004, c’est le tour de la correspondance croisée de Beauvoir et du « petit Bost »[19]. En 2008, dans un autre genre, Sylvie Le Bon de Beauvoir publie les Cahiers de jeunesse[20] qui montrent la naissance et la formation d’une intellectuelle. La Simone de Beauvoir qui s’y exprime a entre dix-huit et vingt-deux ans.

Ces trois dernières publications sont le fruit d’une stratégie qui, selon Sylvie Chaperon, consiste à montrer une « image straight »[21] de l’auteure qui se montre très amoureuse et emploie un vocabulaire beaucoup plus doux. Ce n’est donc pas un hasard si Sylvie Le Bon de Beauvoir a choisi de publier des correspondances amoureuses avec des hommes. Il s’agissait probablement de montrer une Simone de Beauvoir beaucoup plus hétérosexuelle que ce que le public avait découvert en 1990. La réaction des médias ne se fait pas attendre. A propos des lettres à Nelson Algren, Libération titre « L’amant américain. C’est un Castor inédit, fragile et tendre, qui transparaît dans les lettres à son amour d’outre-Atlantique »[22]. L’Express dans son magazine Lire écrit « Simone de Beauvoir amoureuse »[23]. A propos de la Correspondance croisée, Libération choisit un jeu de mot : « Il fait Beauvoir »[24]. Et L’Express (Lire) : « Et Beauvoir aima le petit Bost »[25]. Tous mettent l’accent sur la femme amoureuse dont on ne soupçonnait pas l’existence.

Beauvoir désacralisée

            Alors que l’auteure a fait une entrée bruyante dans le milieu intellectuel qui lui a valu d’être souvent appelée « la scandaleuse »[26], il semblerait qu’elle devienne une figure de plus en plus consensuelle[27]. Si elle n’est plus polémique (Remarque : il n’est pas question ici des milieux universitaire et féministe) c’est parce qu’elle devient un « monument ». Paradoxalement, d’après les titres de presse publiés pour le centenaire de la naissance de l’auteure et dépouillés par Sylvie Chaperon, il semblerait que Beauvoir soit de moins en moins prise au sérieux. La mémoire de Beauvoir évolue en effet dangereusement vers une superficialité que l’on pourrait attribuer au sexisme[28]. La polémique qui a secoué le colloque de 2008 et qui a révélé la désacralisation de Beauvoir a été déclenchée par Le Nouvel Observateur qui publiait en une du 3 janvier 2008 une photographie de Beauvoir nue en train de faire sa toilette[29].

Simone de Beauvoir par Art Shay, 1952.

Il faut noter que le journal était un compagnon de route et que son entreprise a paru maladroite à de nombreux.ses intellectuel.le.s dont Danièle Sallenave. Les Chiennes de garde, association féministe française créée en 1999, ont organisé une manifestation, exigeant de voir « les fesses » de certains philosophes hommes, dont celles de Sartre. Si la désacralisation de Beauvoir est perceptible, il faut tout de même rappeler que la presse traverse une grave crise et que publier, l’année du centenaire de sa naissance saluée à coup de colloques, articles, parutions d’ouvrages et documentaires audiovisuels, le nu d’une féministe reconnue avait très certainement pour but de faire sensation. Mais on ne peut nier la banalisation dont fait preuve la presse à l’égard de Beauvoir.

[1] SARTRE Jean-Paul, Lettres au Castor et à quelques autres. 1926-1939, Paris, Gallimard, 1983, 528p. Et Lettres au Castor et à quelques autres. 1940-1963, Paris, Gallimard, 1983, 366p. Notons que certains passages ont été censurés par Simone de Beauvoir elle-même et ne sont donc pas disponibles dans l’édition publiée.

[2] GALSTER Ingrid, « « Une femme machiste et mesquine ». La réception des écrits posthumes dans la presse parisienne », dans Ingrid Galster, Beauvoir dans tous ses états, Paris, Taillandier, 2007, p. 247.

[3] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Sartre. 1930-1939, Paris, Gallimard, 1990, 400p. Et Lettres à Sartre. 1940-1943, Paris, Gallimard, 1990, 440p. Notons que certains passages ont été censurés par de Sylvie Le Bon de Beauvoir et ne sont donc pas disponibles dans l’édition publiée. Les originaux sont conservés à la BnF.

[4] BEAUVOIR Simone (de), Journal de guerre. Septembre 1939-janvier 1941, Paris, Gallimard, 1990, 374p.

[5] Il lui est fait grand reproche encore aujourd’hui : M-J. Bonnet, Simone de Beauvoir et les femmes, 2015.

[6] COCHET Jean, « La grande « Sartreuse » revisitée : un désert ! », Présent, 17 mars 1990. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 250.

[7] GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 250. Voir les deux articles suivants : ANON, « Lettres du Castor à Monsieur Sartre, Elle, 19 février 1990. LEMIRE Laurent, « Tout cher petit être », La Croix, 24 février 1990.

[8] ALPHANT Marianne, « L’album de la mère Castor », Libération, 22 février 1990. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 248.

[9] Les trois ouvrages sont Les lettres à Sartre, le Journal de guerre ainsi que la grande biographie de Simone de Beauvoir : BAIR Derdre, Simone de Beauvoir, Paris, Fayard, 1991, 834p.

[10] LAMBLIN Bianca, Mémoires d’une jeune fille dérangée, Paris, Balland, 1993, 210 p. Le titre reprend celui du premier volume des mémoires de Simone de Beauvoir.

[11] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Sartre, Op. cit., tome 2, p. 258. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 251.

[12] Notamment Beauvoir dans le deuxième volume de ses mémoires : La force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, 622 p.

[13] JOSEPH Gilbert, Une si douce occupation : Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, 1940-1944, Paris, A. Michel, 1991, 380 p.

[14] JOSEPH Gilbert cité par GALSTER Ingrid, « Simone de Beauvoir et Radio Vichy. A propos de quelques scénarios retrouvés sur les origines du music-hall » dans Ingrid Galster, Beauvoir dans tous ses états, Paris, Tallandier, 2007, p. 111-134.

[15] BEAUVOIR Simone (de) cité par GALSTER Ingrid, ibid., p. 112. A ce sujet, voir également : GALSTER Ingrid, « Simone de Beauvoir face à l’occupation allemande. Essai provisoire d’un réexamen à partir des écrits posthumes », Contemporary French Civilization, vol. XX, n°2, Summer-Fall 1996, p. 278-293. Ingrid Galster a d’abord concentré ses travaux sur le théâtre de Sartre et sur les accusations selon lesquelles il aurait collaboré.

[16] Voir les articles suivants : SLAMA Alain-Gérard, « Beauvoir-Sartre : le mauvais procès », Le Figaro Littéraire, 9 septembre 1991. NADEAU Maurice, « Sur Sartre et Beauvoir un livre féroce et amer », La Quinzaine littéraire, 16 septembre 1991. Et CONTAT Michel, « Une si navrante occupation », Le Monde, 11 octobre 1991.

[17] Jacques-Laurent Bost, ancien élève de Sartre au Havre, était le frère cadet de l’écrivain Pierre Bost d’où son surnom « Le petit Bost ». Il devint le mari d’Olga Kosakiewics après la libération.

[18] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Nelson Algren. Un amour transatlantique. 1947-1964, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1997, 910p. Le recueil contient 304 lettres, toutes de Beauvoir. Les agents américains de Nelson Algren s’opposent fermement à la publication de ses lettres.

[19] BEAUVOIR Simone (de), BOST Jacques-Laurent, Correspondance croisée (1937-1940), Paris, Gallimard, 2004, 992p.

[20] BEAUVOIR Simone (de), Cahiers de jeunesse (1926-1930), Paris, Gallimard, 2008, 864p.

[21] D’après l’expression employée par Sylvie Chaperon lors d’une journée du séminaire MémoireS consacré au « féminisme au filtre de la mémoire » le 21 février 2014 à l’Université de Toulouse II – Jean Jaurès.

[22] DEVARRIEUX Claire, « L’amant américain.C’est un Castor inédit, fragile et tendre, qui transparaît dans les lettres à son amour d’outre-Atlantique. Mais n’y figurent pas celles de Nelson Algren. », Libération, 20 février 1997.

[23] RESSAT Anne, « Simone de Beauvoir amoureuse », Lire, 1 juillet 1999.

[24] DEVARRIEUX Claire, « Il fait Beauvoir », Libération, 22 avril 2004.

[25] ALSTADT Marie, « Et Beauvoir aima le petit Bost », Lire, 1 juillet 2004.

[26] A ce propos, voir la vidéo suivante « Beauvoir : la polémique sous le regard de Sallenave », Le Nouvel Observateur, 16 janvier 2008. URL : http://www.dailymotion.com/video/xbj60i_beauvoir-la-polemique-sous-le-regar_creation

[27] D’après Sylvie Chaperon lors d’une journée du séminaire MémoireS consacré au « féminisme au filtre de la mémoire » le 21 février 2014 à l’Université de Toulouse II – Jean Jaurès.

[28] Voir à ce titre et avec réserve le téléfilm Les amants du Flore, 2008. Analyse bientôt postée sur le carnet !

[29] Le cliché a été pris par le photographe américain Art Shay à Chicago en 1952. Ce dernier affirme que Beauvoir se savait observée et photographiée.  Pour en savoir plus sur la polémique : http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-medias/20080107.RUE2780/le-nu-de-beauvoir-excite-la-blogosphere.html et sir lesdénonciations quant aux retouches effectuées sur la photo : http://www.arretsurimages.net/dossier.php?id=33

Quelle place pour les femmes dans les métiers de la création ?

Femmes et création

Le jeudi 4 février 2016 a eu lieu une table ronde modérée par Béatrice Didier. Tour à tour se sont exprimé.e.s : Cécile Backès, Caroline Béhague, Gilles Froger et Véronique Goudinoux. Je vous invite à consulter les bio-bibliographies à l’adresse suivante : http://www.meshs.fr

            Un vide à combler

Béatrice Didier a toujours été frappée par l’absence des femmes dans les dictionnaires de musique, de théâtre, de littérature ou encore de peinture… tous les domaines qui relèvent de la création. Pour la professeure et chercheure, une double censure est à l’œuvre : d’abord, la société, par tout un ensemble de processus imbriqués, empêche les femmes de créer. Et quand (ou si) elles ont eu l’audace de créer, les femmes sont considérées comme mineures et ne figurent ni dans les dictionnaires ni dans les anthologies. Deux états de fait auxquels il faut tout de même ajouter une auto-censure réelle des femmes que rien n’encourage à emprunter la voie de la création. Les tabous sont rapidement intériorisés. La culpabilité émerge et le temps de la création tend à être perçu par les femmes comme du « temps volé à l’homme »…

C’est ce vide que Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber ont voulu combler en éditant Le dictionnaire universel des créatrices.

http://www.desfemmes.fr/dictionnaire-des-creatrices/
http://www.desfemmes.fr/

 Enorme et audacieux projet que celui de réunir dans un même dictionnaire des créatrices du monde entier et de toutes les époques.  L’ampleur de l’entreprise a d’ailleurs effrayé nombre d’éditeurs, rattrapés par des logiques et des impératifs financiers. Antoinette Fouque a fait confiance au projet en l’accueillant dans sa maison d’édition Des Femmes, fondée en 1973. 12 000 entrées, une centaine de « directeurs/trices de secteur », 16 000 auteur.e.s, trois volumes et près de 5000 pages… Le dictionnaire universel des créatrices est hors normes et cruellement indispensable. Une version électronique, en cours d’élaboration, permettra de nombreuses mises à jour ainsi que l’ajout d’illustrations que l’équipe a dû sacrifier dans la version papier.

Deux types d’article sont présents : « biographiques » et « de synthèse ». La variété des opinions a été privilégiée car il ne s’agit d’une « lutte féministe » : « Création et féminisme ne vont pas forcément ensemble », précise B. Didier.

Qu’est-ce que le féminin ? Qu’est-ce qui distingue homme et femme dans la création ? Pourquoi et comment la société a-t-elle bloqué la création des femmes ? Quel a été le rôle de la religion ? Comment envisager les progrès de la biologie pour la condition des femmes ? … Autant de questions qui habitent les pages de ce dictionnaire dans lequel il était important de prendre en compte les questions qui animent les débat présents, animèrent les débats passés, sans privilégier aucun parti. Pour Béatrice Didier, un dictionnaire doit faire appel au lecteur. Chaque lecteur doit pouvoir « fabriquer » son propre dictionnaire et devenir créateur à son tour. L’entreprise n’a pas pour but de figer des êtres : elle doit poser des questions et engager le lecteur à se tourner vers l’avenir avec la conscience du passé.

« Ernst Gombrich nous dit que dans la vision de l’art, il n’y a pas d’ « œil innocent ». En art, il n’existe pas de réception naïve des images. C’est également vrai de la lecture. Comme  les peintres, les auteurs, ou même comme les participants d’un jeu vidéo, nous faisons des choix – nous avons du pouvoir. »

Peter Mendelsund, Que voit-on quand on lit ?, Paris, Laffont, 2015, p. 219

Femmes et art dramatique : le parcours de Cécile Backès

Le préjugé selon lequel les femmes ne pouvaient pas être dramaturges ou metteures en scène a longtemps couru. L’art dramatique reste un domaine où elles ont le plus de difficultés à s’imposer. Béatrice Didier note que l’aspect économique y est pour beaucoup et que dès que la somme à investir devient importante, les femmes gagnent trop rarement la confiance des hommes plus haut placés dans l’échelle des décisions.

Née dans les années 1960, Cécile Backès a grandi aux côtés d’une mère féministe et a dévoré les livres des éditions Des Femmes. Pour elle, « le monde normal, c’est celui-là ». Plus jeune, elle n’avait aucun attrait pour les pièces de Shakespeare. Le théâtre n’était d’ailleurs pas une passion. Ce n’est que plus tard qu’elle a réussi à l’expliquer : dans les pièces de Shakespeare, « je ne suis nulle part, je n’existe pas ! ». Les questions ont alors commencé à surgir et Cécile Backès s’est mise à vouloir découvrir des auteur.e.s, des textes, des formes nouvelles… En tant que metteure en scène, elle a tout de même très vite dû se poser la question de « la parité » dans les textes et les mises en scène. D’autant plus que le principe a donné un véritable tournant à sa carrière professionnelle puisque Cécile Backès a bénéficié d’une politique de discrimination positive. Elle fait effectivement partie des 5 femmes nommées en 2013 à la tête de centres dramatiques nationaux et a pris ses fonctions le 1er janvier 2014. Cécile Backès est aujourd’hui directrice de la Comédie de Béthune.

Depuis sa nomination, Cécile Backès s’efforce de  programmer auteur.e.s et metteur.e.s en scène à parité. Auteur.e et metteur.e en scène sont d’ailleurs les deux postes qui manient et forgent les questions de la REPRESENTATION.

Cécile Backès : « Ce n’est pas un idéal, c’est une norme : il faut s’y accommoder »

Programme de la saison de la Comédie de Béthune : http://www.comediedebethune.org/

Femmes en journalisme

Caroline Béhague est journaliste, réalisatrice indépendante de documentaires et auteure transmédia. La formation qu’elle a suivie était paritaire. Mais les filtres sélectifs arrivent plus tard, au moment où les femmes choisissent de se tourner vers les métiers de productrice et/ou de réalisatrice. Il est alors aisé de se rendre compte que le rapport des femmes à la création dans le journalisme pose problème. La prise de pouvoir reste très difficile pour une réalisatrice. En plus de l’aspect économique évoqué par Béatrice Didier, les propositions de projets à gros budget entrainant toujours le soupçon des producteurs, le côté technique pose un frein non négligeable. Les capacités des femmes sont ainsi facilement minimisées voire ignorées.

Caroline Béhague a voulu proposer la parité pour l’émission « Atelier d’artistes ». L’équipe a été « choquée » et a préféré maintenir le critère de la notoriété dans le choix des artistes représenté.e.s. Mais peut-on réellement faire confiance aux processus de construction de la notoriété ? Et qui fabrique la notoriété ?

Le critère de la parité peut être dérangeant, il peut même être vexant d’être choisi parce que l’on est une femme et qu’il faut une femme et non pour ses compétences. Néanmoins, Béatrice Didier le remarque, nous devons passer par là pour rattraper l’immense retard de notre société. Nous ne pouvons qu’espérer que le critère de la parité ne sera pas éternellement nécessaire…

Le sexe de l’art ? Discussion avec Véronique Goudinoux et Gilles Froger

Véronique Goudinoux et Gilles Froger sont rattachés au Centre d’Etude des Arts Contemporains (CEAC) de l’université de Lille.

En juin 2006, paraît le sixième numéro de la revue Parade qui traite de la différenciation sexuelle dans l’art et la création. Dix ans après, Gilles Froger nous renvoie à son édito et constate que les choses ont peu bougé.

revue_parade6_2006

Malgré les nombreuses diplômées, la profession ne se féminise pas. Il y aurait deux processus imbriqués à l’œuvre : d’une part une sélection sournoise qui se jouerait à la sortie des écoles et qui laisserait la majorité des femmes en marge, en même temps que les femmes actives dans la profession ne bénéficieraient que d’une très faible, voire inexistante, visibilité.

La question de la différence des sexes est centrale quand il s’agit de la création. Il faut donc se poser la question du sexe de l’art, question « redoutable » pour Véronique Goudinoux. En effet, on crée avec son passé, avec son corps mais aussi avec son langage, marqué par des traditions sociétales, différentes cultures, etc. Comment alors distinguer ce qui relève de l’appartenance à un sexe et ce qui a trait à des traditions ?

Retour sur…

Féminimasculin, Le sexe de l’art, 1996, centre Beaubourg

le sexe de l'artPrésentation de l’exposition : http://fresques.ina.fr/elles-centrepompidou/fiche-media/ArtFem00156/l-exposition-feminimasculin-au-centre-beaubourg.html

L’exposition a été critiquée par Françoise Dumont car seulement 30% d’artistes femmes représentées et œuvres exposées considérées comme des moyens de satisfaire des fantasmes masculins.

Vraiment : féminisme et art, 1997, Centre national d’art contemporain, Grenoble.

feminisme et art

L’exposition a été critiquée car reprise du thème « 1970 : année zéro » et gomme des siècles de féminisme.

Elles@centrepompidou, 2009, centre Pompidou.

elles

350 œuvres de femmes artistes du début du 20e siècle à nos jours ont été exposées. Je renvoie à l’article passionnant d’Anne Creissels : « Le féminin, le féminisme et « elles » » ==> http://elles.centrepompidou.fr/

La responsabilité du discours historique

Quand on fait l’histoire de l’art au prisme du genre, on se rend compte que les artistes femmes étaient connues mais qu’elles ont été effacées de la postérité : elles sont littéralement « refoulées du discours historique », comme c’est le cas pour la majorité des disciplines.

Autre remarque : en histoire de l’art, mais c’est aussi le cas pour l’histoire des idées, de la littérature, etc., la question de la filiation est très importante. Un artiste a toujours un mentor, lequel devient à son tour mentor d’un autre artiste qui à son tour… Cet aspect semble disparaître complétement lorsqu’il est question d’artistes femmes. Elles sont tout de suite réduites à leur sexe et coupées de tout lien avec les artistes de leur profession.

Les Guerrilla Girls sont de celles qui dénoncent ces injustices, non sans humour…

http://www.tate.org.uk/art/work/P78793
http://www.tate.org.uk/art/work/P78793

Le travail doit continuer…

Cette table ronde a permis de poser de nombreuses questions et de rappeler quelques faits que la jeune génération tend à oublier. Si la création féminine est en pleine expansion, il ne faut pas pour autant s’endormir à ce stade et considérer acquis des statuts et des situations qui peuvent à tout moment être remis en question.

Arrêtons-nous sur les propos de Simone de Beauvoir :

Jean-Louis Servan-Schreiber : Donc, est-ce que dans une certaine mesure, tout n’est pas bon à prendre du point de vue des femmes, c’est-à-dire y compris même des mesures qui peuvent vous paraître partielles ou simplement un petit début, est-ce que de toute façon ça ne vaut mieux pas que le contraire ?

Simone de Beauvoir : Non, tout n’est pas bon à prendre dans la mesure où justement quelques fois les choses qu’on donne à prendre aux femmes sont simplement, je vous dis, des os à ronger, une mystification, et c’est une manière de les démobiliser au contraire en leur faisant croire qu’on fait quelque chose pour elles alors qu’en vérité, on ne fait rien. C’est une manière non seulement de récupérer la révolte des femmes mais c’est même une manière de la contrer, de la supprimer, de feindre qu’elle n’ait plus de raison d’être et, au contraire, nous les féministes, je dis « nous » parce que je vous l’ai déjà dit, j’en suis tout à fait, eh bien, nous refusons cette démobilisation et nous voulons continuer la lutte et nous voulons que la lutte soit faite, pour l’instant en tout cas, par les femmes pour les femmes et non pas à travers les institutions comme, je ne sais pas moi, l’ONU, l’UNESCO, cette fameuse année de la femme qui est également une mystification parce qu’en vérité, d’ailleurs on ne peut pas attendre d’un gouvernement qui est pour l’ordre établi tel qu’il est aujourd’hui, qu’il donne satisfaction à des femmes qui réclament un tel changement dans leur statut que cet ordre serait bouleversé.

(Avril 1975, émission Questionnaire)

Nous l’avons vu, le discours historique a une grande part de responsabilité. Une fois les raisons analysées et comprises, il est de notre devoir de reprendre l’histoire des arts, l’histoire littéraire, l’histoire des sciences etc., pour en faire une relecture genrée. A cet égard et en histoire de l’art, les travaux d’Anne Creissels montrent la voie. Partant du constat que le mythe de la femme inspiratrice, de la femme comme objet de création a sans doute orienté les représentations du féminin et des femmes dans la société, Anne Creissels propose une relecture de ces mythes qui, encore aujourd’hui, habitent la création et la production.

preter son corps au mythe

Voir aussi l’ouvrage de Fabienne Dumont : Des sorcières comme les autres

sorcieres comme les autres

Pour (essayer de) rire un peu, on pourra visionner les vidéos de Cécile Proust qui interroge la place des femmes dans les arts et dans la société.

Ici, sur l’exposition Dyonisiac :

Et pour localiser les femmes artistes : Aware : http://www.awarewomenartists.com/

Pour (re)découvrir les Guerrilla Girls : http://www.guerrillagirls.com/

Pour écouter Cécile Backès : http://www.comediedebethune.org/