Review : Beauvoir and her sisters. The politics of women’s bodies in France

Sandra Reineke, Associate Professor of Political Science and Women’s and Gender Studies à l’Université d’Idaho, a publié un ouvrage passionnant sur les moyens beauvoir-and-her-sistersd’action collective dont les femmes disposent en tant qu’agents politiques. 

Vous trouverez le compte-rendu critique de l’ouvrage dans la dernière parution de Clio. Femme, Genre, Histoire.

Je livre ici un résumé des différents chapitres de l’ouvrage, des thèses soutenues, des concepts développés :

Beauvoir and her Sisters. The politics of women’s bodies in France

Le livre se veut une étude de cas dont la chercheure rappelle que le choix des sources a été très sélectif et l’angle d’attaque plus proche de l’analyse linguistique que politique. L’ensemble des écrits étudiés sont autant d’exemples de la volonté d’un changement sociopolitique au terme duquel les femmes auraient eu accès à un nouvel espace distinct de leur espace traditionnel. C’est ce nouvel espace social que définit le concept d’ « imagined sisterhood ».

Le premier chapitre, intitulé « The body, writing, citizenship rights » est un chapitre de contextualisation. Reineke y livre les éléments historiques qui aideront le lecteur à comprendre comment l’exclusion politique des femmes a été basée sur un concept de citoyenneté désincarnée et comment cette situation a mené les femmes à élaborer différentes stratégies, dont la lecture et l’écriture, afin de remédier à leur exclusion. Plusieurs étapes sont ainsi retracées depuis les réactions des femmes modernes face à leur cantonnement à la sphère privée, en passant par l’obtention du droit de vote en 1944 et jusqu’à la mobilisation générale des années 1970 contre la persistance des inégalités en matière de citoyenneté. Reineke se concentre alors, pour cette dernière période, sur la façon dont l’écriture des femmes a été perçue comme un moyen puissant d’introduire une science politique parmi la communauté des femmes et, par ce biais, comme un moyen de créer un élan collectif. Le corps féminin a été l’outil premier utilisé au cours de cette lutte féministe. L’avortement, sur lequel Reineke s’attarde, mais aussi le désir et la contraception entre autres, étaient autant de sujets élevés au rang de problèmes socio-politiques au cours des années 1970.

Le deuxième chapitre, « Secondary citizens », est consacré à la France d’après-guerre et à ses efforts vers la modernisation et plus particulièrement au développement de la culture de consommation de masse, fondée sur des règles de genre. Les magazines Elle et Marie-Claire sont au centre du propos. Tous deux ont créé et véhiculé un idéal type de la femme moderne, largement inatteignable, selon deux valeurs : travail et maison. Le paradoxe réside dans la promotion du soin du corps, de la beauté et de la mode comme des projets féministes. Reineke explique la volonté de ces magazines de relayer les combats féministes doublée de l’impossibilité de se soustraire aux impératifs commerciaux et financiers. Cette situation particulière signe d’ailleurs les débuts de l’invasion de la société de consommation dans le politique. Reineke se concentre aussi dans ce chapitre à la façon dont Simone de Beauvoir a traité de la corporalité féminine dans deux de ses œuvres : Le Deuxième Sexe (1949) et Les Belles images (1966). Ce sont donc les descriptions de Beauvoir ainsi que ses critiques de la société d’après-guerre et de la société de consommation qui a construit le corps de la femme comme un objet de désir que Reineke analyse. Les analyses critiques de Beauvoir auraient contribué à créer le concept de « sisterhood » comme une possibilité pour les femmes d’agir collectivement contre l’oppression sexuelle. La contribution de Simone de Beauvoir prend alors le visage d’une pratique féministe qui aurait utilisé la collectivité « femmes » comme un moyen politique actif. Reineke voit donc « literally and metaphorically » (p. 20) dans l’œuvre de Beauvoir l’idée de « sisterhood » que l’intellectuelle aurait considéré comme un outil politique pour la construction d’une conscience et d’une identité féministes.

            Dans le troisième chapitre, « Citizen consumers », Reineke explore le concept de féminité  dans la culture de masse, les magazines de mode et de beauté dits « féminins » en première ligne, dans la France d’après-guerre. Elle y montre comment ces magazines ont fonctionné comme autant d’espaces idéologiques dans la production et la reproduction des identités et idéaux sociaux de genre. Elle se concentre sur le cas particulier du magazine Elle. On se souvient du paradoxe des magazines féminins soulevé par l’auteure. Pourtant, Elle s’est quand même fortement illustré pour le changement des attitudes sociales face aux rôles attribués traditionnellement aux deux sexes. L’organisation par le journal en 1970 des « Etats généraux de la femme » montre bien combien les femmes étaient considérées comme des agents politiques actifs et combattants. De la même façon, le magazine s’est très tôt posé en faveur de la loi Neuwirth, puis, plus tard, sur les lois relatives à l’avortement. Finalement, Reineke montre bien combien ces magazines ont été autant de nouveaux espaces sociaux au sein desquels les femmes, par l’acte de la lecture, purent trouver le sentiment d’appartenir à une même communauté.

             « Dissident citizens » est le dernier chapitre. Il souhaite montrer qu’une littérature plus spécifiquement féministe était à la disposition des femmes et ce, au-delà de l’environnement commercial et de consommation des magazines féminins. Reineke s’appuie sur les journaux militants pour montrer, une fois de plus, comment la lecture et l’écriture ont été utilisées pour ouvrir une brèche vers le changement social, toujours grâce à la création d’une sororité. Après avoir rappelé la genèse du MLF, l’auteure analyse comment ce dernier a utilisé l’écriture publique sur les droits reproductifs pour véhiculer l’idée d’une action politique collective féminine entre les années 1970 et 1990. Des espaces publics alternatifs ont été créés, d’où le terme « dissident ». Ainsi, l’on a pu voir la multiplication de marches, de protestations, de « sit-ins », ou encore de discours de rues. Cette attitude s’explique par la marginalisation des femmes par la population masculine citoyenne : il n’existe d’autre moyen que d’illustrer leur rejet de la forme courante du pouvoir en utilisant des modes d’action alternatifs. Dans ce contexte, les journaux féministes ont été de puissants outils dans la lutte politique des femmes en faveur des droits sexuels et reproductifs pour deux raisons principales : ils ont premièrement permis d’informer leurs lecteurs, et surtout lectrices, des différentes controverses sur le sujet. Dans un second temps, ils ont offert aux femmes l’opportunité de débattre de thèmes auparavant souvent passés sous silence ou pour lesquels la parole ne leur était pas donnée. Reineke en retrace les moments importants avant de se concentrer sur les différentes étapes qui ont mené à la loi sur l’avortement.

Quelle place pour les femmes dans les métiers de la création ?

Femmes et création

Le jeudi 4 février 2016 a eu lieu une table ronde modérée par Béatrice Didier. Tour à tour se sont exprimé.e.s : Cécile Backès, Caroline Béhague, Gilles Froger et Véronique Goudinoux. Je vous invite à consulter les bio-bibliographies à l’adresse suivante : http://www.meshs.fr

            Un vide à combler

Béatrice Didier a toujours été frappée par l’absence des femmes dans les dictionnaires de musique, de théâtre, de littérature ou encore de peinture… tous les domaines qui relèvent de la création. Pour la professeure et chercheure, une double censure est à l’œuvre : d’abord, la société, par tout un ensemble de processus imbriqués, empêche les femmes de créer. Et quand (ou si) elles ont eu l’audace de créer, les femmes sont considérées comme mineures et ne figurent ni dans les dictionnaires ni dans les anthologies. Deux états de fait auxquels il faut tout de même ajouter une auto-censure réelle des femmes que rien n’encourage à emprunter la voie de la création. Les tabous sont rapidement intériorisés. La culpabilité émerge et le temps de la création tend à être perçu par les femmes comme du « temps volé à l’homme »…

C’est ce vide que Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber ont voulu combler en éditant Le dictionnaire universel des créatrices.

http://www.desfemmes.fr/dictionnaire-des-creatrices/
http://www.desfemmes.fr/

 Enorme et audacieux projet que celui de réunir dans un même dictionnaire des créatrices du monde entier et de toutes les époques.  L’ampleur de l’entreprise a d’ailleurs effrayé nombre d’éditeurs, rattrapés par des logiques et des impératifs financiers. Antoinette Fouque a fait confiance au projet en l’accueillant dans sa maison d’édition Des Femmes, fondée en 1973. 12 000 entrées, une centaine de « directeurs/trices de secteur », 16 000 auteur.e.s, trois volumes et près de 5000 pages… Le dictionnaire universel des créatrices est hors normes et cruellement indispensable. Une version électronique, en cours d’élaboration, permettra de nombreuses mises à jour ainsi que l’ajout d’illustrations que l’équipe a dû sacrifier dans la version papier.

Deux types d’article sont présents : « biographiques » et « de synthèse ». La variété des opinions a été privilégiée car il ne s’agit d’une « lutte féministe » : « Création et féminisme ne vont pas forcément ensemble », précise B. Didier.

Qu’est-ce que le féminin ? Qu’est-ce qui distingue homme et femme dans la création ? Pourquoi et comment la société a-t-elle bloqué la création des femmes ? Quel a été le rôle de la religion ? Comment envisager les progrès de la biologie pour la condition des femmes ? … Autant de questions qui habitent les pages de ce dictionnaire dans lequel il était important de prendre en compte les questions qui animent les débat présents, animèrent les débats passés, sans privilégier aucun parti. Pour Béatrice Didier, un dictionnaire doit faire appel au lecteur. Chaque lecteur doit pouvoir « fabriquer » son propre dictionnaire et devenir créateur à son tour. L’entreprise n’a pas pour but de figer des êtres : elle doit poser des questions et engager le lecteur à se tourner vers l’avenir avec la conscience du passé.

« Ernst Gombrich nous dit que dans la vision de l’art, il n’y a pas d’ « œil innocent ». En art, il n’existe pas de réception naïve des images. C’est également vrai de la lecture. Comme  les peintres, les auteurs, ou même comme les participants d’un jeu vidéo, nous faisons des choix – nous avons du pouvoir. »

Peter Mendelsund, Que voit-on quand on lit ?, Paris, Laffont, 2015, p. 219

Femmes et art dramatique : le parcours de Cécile Backès

Le préjugé selon lequel les femmes ne pouvaient pas être dramaturges ou metteures en scène a longtemps couru. L’art dramatique reste un domaine où elles ont le plus de difficultés à s’imposer. Béatrice Didier note que l’aspect économique y est pour beaucoup et que dès que la somme à investir devient importante, les femmes gagnent trop rarement la confiance des hommes plus haut placés dans l’échelle des décisions.

Née dans les années 1960, Cécile Backès a grandi aux côtés d’une mère féministe et a dévoré les livres des éditions Des Femmes. Pour elle, « le monde normal, c’est celui-là ». Plus jeune, elle n’avait aucun attrait pour les pièces de Shakespeare. Le théâtre n’était d’ailleurs pas une passion. Ce n’est que plus tard qu’elle a réussi à l’expliquer : dans les pièces de Shakespeare, « je ne suis nulle part, je n’existe pas ! ». Les questions ont alors commencé à surgir et Cécile Backès s’est mise à vouloir découvrir des auteur.e.s, des textes, des formes nouvelles… En tant que metteure en scène, elle a tout de même très vite dû se poser la question de « la parité » dans les textes et les mises en scène. D’autant plus que le principe a donné un véritable tournant à sa carrière professionnelle puisque Cécile Backès a bénéficié d’une politique de discrimination positive. Elle fait effectivement partie des 5 femmes nommées en 2013 à la tête de centres dramatiques nationaux et a pris ses fonctions le 1er janvier 2014. Cécile Backès est aujourd’hui directrice de la Comédie de Béthune.

Depuis sa nomination, Cécile Backès s’efforce de  programmer auteur.e.s et metteur.e.s en scène à parité. Auteur.e et metteur.e en scène sont d’ailleurs les deux postes qui manient et forgent les questions de la REPRESENTATION.

Cécile Backès : « Ce n’est pas un idéal, c’est une norme : il faut s’y accommoder »

Programme de la saison de la Comédie de Béthune : http://www.comediedebethune.org/

Femmes en journalisme

Caroline Béhague est journaliste, réalisatrice indépendante de documentaires et auteure transmédia. La formation qu’elle a suivie était paritaire. Mais les filtres sélectifs arrivent plus tard, au moment où les femmes choisissent de se tourner vers les métiers de productrice et/ou de réalisatrice. Il est alors aisé de se rendre compte que le rapport des femmes à la création dans le journalisme pose problème. La prise de pouvoir reste très difficile pour une réalisatrice. En plus de l’aspect économique évoqué par Béatrice Didier, les propositions de projets à gros budget entrainant toujours le soupçon des producteurs, le côté technique pose un frein non négligeable. Les capacités des femmes sont ainsi facilement minimisées voire ignorées.

Caroline Béhague a voulu proposer la parité pour l’émission « Atelier d’artistes ». L’équipe a été « choquée » et a préféré maintenir le critère de la notoriété dans le choix des artistes représenté.e.s. Mais peut-on réellement faire confiance aux processus de construction de la notoriété ? Et qui fabrique la notoriété ?

Le critère de la parité peut être dérangeant, il peut même être vexant d’être choisi parce que l’on est une femme et qu’il faut une femme et non pour ses compétences. Néanmoins, Béatrice Didier le remarque, nous devons passer par là pour rattraper l’immense retard de notre société. Nous ne pouvons qu’espérer que le critère de la parité ne sera pas éternellement nécessaire…

Le sexe de l’art ? Discussion avec Véronique Goudinoux et Gilles Froger

Véronique Goudinoux et Gilles Froger sont rattachés au Centre d’Etude des Arts Contemporains (CEAC) de l’université de Lille.

En juin 2006, paraît le sixième numéro de la revue Parade qui traite de la différenciation sexuelle dans l’art et la création. Dix ans après, Gilles Froger nous renvoie à son édito et constate que les choses ont peu bougé.

revue_parade6_2006

Malgré les nombreuses diplômées, la profession ne se féminise pas. Il y aurait deux processus imbriqués à l’œuvre : d’une part une sélection sournoise qui se jouerait à la sortie des écoles et qui laisserait la majorité des femmes en marge, en même temps que les femmes actives dans la profession ne bénéficieraient que d’une très faible, voire inexistante, visibilité.

La question de la différence des sexes est centrale quand il s’agit de la création. Il faut donc se poser la question du sexe de l’art, question « redoutable » pour Véronique Goudinoux. En effet, on crée avec son passé, avec son corps mais aussi avec son langage, marqué par des traditions sociétales, différentes cultures, etc. Comment alors distinguer ce qui relève de l’appartenance à un sexe et ce qui a trait à des traditions ?

Retour sur…

Féminimasculin, Le sexe de l’art, 1996, centre Beaubourg

le sexe de l'artPrésentation de l’exposition : http://fresques.ina.fr/elles-centrepompidou/fiche-media/ArtFem00156/l-exposition-feminimasculin-au-centre-beaubourg.html

L’exposition a été critiquée par Françoise Dumont car seulement 30% d’artistes femmes représentées et œuvres exposées considérées comme des moyens de satisfaire des fantasmes masculins.

Vraiment : féminisme et art, 1997, Centre national d’art contemporain, Grenoble.

feminisme et art

L’exposition a été critiquée car reprise du thème « 1970 : année zéro » et gomme des siècles de féminisme.

Elles@centrepompidou, 2009, centre Pompidou.

elles

350 œuvres de femmes artistes du début du 20e siècle à nos jours ont été exposées. Je renvoie à l’article passionnant d’Anne Creissels : « Le féminin, le féminisme et « elles » » ==> http://elles.centrepompidou.fr/

La responsabilité du discours historique

Quand on fait l’histoire de l’art au prisme du genre, on se rend compte que les artistes femmes étaient connues mais qu’elles ont été effacées de la postérité : elles sont littéralement « refoulées du discours historique », comme c’est le cas pour la majorité des disciplines.

Autre remarque : en histoire de l’art, mais c’est aussi le cas pour l’histoire des idées, de la littérature, etc., la question de la filiation est très importante. Un artiste a toujours un mentor, lequel devient à son tour mentor d’un autre artiste qui à son tour… Cet aspect semble disparaître complétement lorsqu’il est question d’artistes femmes. Elles sont tout de suite réduites à leur sexe et coupées de tout lien avec les artistes de leur profession.

Les Guerrilla Girls sont de celles qui dénoncent ces injustices, non sans humour…

http://www.tate.org.uk/art/work/P78793
http://www.tate.org.uk/art/work/P78793

Le travail doit continuer…

Cette table ronde a permis de poser de nombreuses questions et de rappeler quelques faits que la jeune génération tend à oublier. Si la création féminine est en pleine expansion, il ne faut pas pour autant s’endormir à ce stade et considérer acquis des statuts et des situations qui peuvent à tout moment être remis en question.

Arrêtons-nous sur les propos de Simone de Beauvoir :

Jean-Louis Servan-Schreiber : Donc, est-ce que dans une certaine mesure, tout n’est pas bon à prendre du point de vue des femmes, c’est-à-dire y compris même des mesures qui peuvent vous paraître partielles ou simplement un petit début, est-ce que de toute façon ça ne vaut mieux pas que le contraire ?

Simone de Beauvoir : Non, tout n’est pas bon à prendre dans la mesure où justement quelques fois les choses qu’on donne à prendre aux femmes sont simplement, je vous dis, des os à ronger, une mystification, et c’est une manière de les démobiliser au contraire en leur faisant croire qu’on fait quelque chose pour elles alors qu’en vérité, on ne fait rien. C’est une manière non seulement de récupérer la révolte des femmes mais c’est même une manière de la contrer, de la supprimer, de feindre qu’elle n’ait plus de raison d’être et, au contraire, nous les féministes, je dis « nous » parce que je vous l’ai déjà dit, j’en suis tout à fait, eh bien, nous refusons cette démobilisation et nous voulons continuer la lutte et nous voulons que la lutte soit faite, pour l’instant en tout cas, par les femmes pour les femmes et non pas à travers les institutions comme, je ne sais pas moi, l’ONU, l’UNESCO, cette fameuse année de la femme qui est également une mystification parce qu’en vérité, d’ailleurs on ne peut pas attendre d’un gouvernement qui est pour l’ordre établi tel qu’il est aujourd’hui, qu’il donne satisfaction à des femmes qui réclament un tel changement dans leur statut que cet ordre serait bouleversé.

(Avril 1975, émission Questionnaire)

Nous l’avons vu, le discours historique a une grande part de responsabilité. Une fois les raisons analysées et comprises, il est de notre devoir de reprendre l’histoire des arts, l’histoire littéraire, l’histoire des sciences etc., pour en faire une relecture genrée. A cet égard et en histoire de l’art, les travaux d’Anne Creissels montrent la voie. Partant du constat que le mythe de la femme inspiratrice, de la femme comme objet de création a sans doute orienté les représentations du féminin et des femmes dans la société, Anne Creissels propose une relecture de ces mythes qui, encore aujourd’hui, habitent la création et la production.

preter son corps au mythe

Voir aussi l’ouvrage de Fabienne Dumont : Des sorcières comme les autres

sorcieres comme les autres

Pour (essayer de) rire un peu, on pourra visionner les vidéos de Cécile Proust qui interroge la place des femmes dans les arts et dans la société.

Ici, sur l’exposition Dyonisiac :

Et pour localiser les femmes artistes : Aware : http://www.awarewomenartists.com/

Pour (re)découvrir les Guerrilla Girls : http://www.guerrillagirls.com/

Pour écouter Cécile Backès : http://www.comediedebethune.org/