Lettres à Simone de Beauvoir : un rayonnement dans la francophonie (CIRFF 2018)

Je livre ici quelques éléments de ma communication du 27 août 2018 au Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie (CIRFF, Nanterre) dans le cadre de la table ronde « Simone de Beauvoir et l’ailleurs francophone » organisée par la beauvoirienne Tiphaine Martin. Un autre billet suivra et proposera un résumé des autres interventions par Denis Charbit, Eric Levéel, Tiphaine Martin et Claudine Monteil.

 


Un rayonnement dans la francophonie : lettres à Simone de Beauvoir

Pour répondre à la thématique du jour, à savoir Beauvoir dans la francophonie, j’ai extrait deux types de lettres de mes relevés : les lettres écrites par des lecteurs et lectrices francophones / et celles écrites par des non francophones mais qui font quand même l’effort de s’adresser à Simone de Beauvoir en un français plus ou moins maîtrisé. Je m’appuie donc sur des lettres écrites en français et expédiées depuis l’étranger.

Avant de rentrer plus avant dans ma présentation, je souhaite brièvement établir les limites méthodologiques auxquelles j’ai été confrontée, ainsi que quelques avertissements quant aux analyses et aux chiffres qui seront donnés.

  • La première limite est liée à la nature même du document sur lequel je m’appuie, et que je ne  décrirai plus bas, à savoir : la lettre à l’écrivain.e. En effet, on le verra, elle ne permet qu’un accès indirect aux expériences et aux pratiques de lecture. Il s’agit d’une reconstruction de l’expérience de lecture par le lecteur ou la lectrice dans le cadre d’une pratique épistolaire faite de normes, de conventions et de stratégies diverses répondant à des objectifs tout aussi divers. Une étude sociologique s’avère donc difficile car si beaucoup livrent des informations sur leur vie, leur identité, leur situation etc., tous et toutes ne le font pas. L’implication directe pour le sujet qui nous intéresse aujourd’hui est qu’il nous est impossible dans le cas d’un lectorat non francophone, à moins que ce ne soit explicite dans la lettre, de savoir si le livre a été lu en français, dans une traduction si elle existe déjà, ou bien en anglais, langue plus accessible à un plus grand nombre à travers le monde. S’agissant d’un lectorat francophone, je postulerai que c’est la version française qui a été lue. Cela implique, pour les pays les plus éloignés et où l’accès aux œuvres étrangères en langue originale est plus difficile et parfois coûteux, que nous avons affaire à un lectorat aisé et éclairé, la plupart du temps universitaire et intellectuel.

 

  • Autre remarque, qui découle de la première : les livres circulent au sein de circuits alternatifs par rapport au circuit éditorial et commercial traditionnel. On sait par exemple qu’il a fallu attendre 1999 pour une édition espagnole du Deuxième Sexe. Lola Sanchez a pourtant bien montré que le livre circulait, en français et en espagnol grâce à un éditeur argentin (« Sur les pas du Deuxième sexe en Espagne: historiographie féministe et traduction », La main de Thôt, nº 1, 2013.)

Il faudra donc tenir compte de ces incertitudes qui finalement permettent d’éclairer les différents contextes nationaux de réception et d’interprétation des œuvres beauvoiriennes.

Dernière remarque :

  • Quelques chiffres seront donnés sur les pays représentés ou encore sur les proportions de femmes et d’hommes au sein du lectorat francophone qui écrit à Beauvoir. Ces chiffres représentent des tendances car évidemment, si par rigueur scientifique je consulte sans exception chacune des lettres présentes dans le fonds, leur nombre m’empêche de les relever toutes.

Tenant compte de ces limites et de ces problématiques, je me suis attachée au fil des lettres à déceler les traces qui peuvent donner matière à une histoire à la fois pratique/matérielle et plus intellectuelle de la réception des œuvres.

 

La lettre à l’écrivain.e : anatomie d’une pratique

Avant d’aborder la question des liens transnationaux, de la circulation, de la réception et de l’appropriation des œuvres, je vais aborder très brièvement la pratique de la lettre à l’écrivain.e puisque c’est à partir de ce document que j’ai construit cette intervention.

La critique universitaire fait remonter la naissance de la pratique à Jean-Jacques Rousseau. Elle prend ensuite son essor pour devenir tout à fait courante au XXe siècle : On en trouve des traces régulièrement, qu’il s’agisse de mentions dans les mémoires ou entretien d’écrivain.es, de journalistes, d’icônes du cinéma etc.

Intéressons-nous au cas de Simone de Beauvoir qui conçoit la littérature comme une littérature intersubjective qui doit susciter chez le lecteur une réaction et le plonger dans l’action créatrice :

« Il faut que je charme, que je séduise, que je retienne la liberté du lecteur ; que librement il reste là à m’écouter et à faire de son côté ce travail de création qui lui appartient. »

SdB, « mon expérience d’écrivain » dans Les écrits de Simone de Beauvoir, p. 453-454

Ainsi, comme les théoriciens de la réception des textes, elle considère qu’une œuvre littéraire n’existe comme telle que par l’intervention d’un lecteur ou d’un lectrice. Une fois écrite, l’oeuvre a donc besoin d’une lecture pour la faire advenir. Au commencement de l’aventure épistolaire qui va unir lecteur/lectrice et écrivain.e, il y a donc bel et bien la lecture. Dans bien des cas, le processus s’arrête là. Pourtant, beaucoup ont ressenti le besoin et parfois l’urgence de prolonger les effets de la lecture en écrivant à l’écrivain.e.

A l’origine de ces missives, il y a la rencontre entre une ligne de vie particulière et une œuvre, objet universel, qui s’adresse à toutes et tous et dont la force réside dans la capacité de provoquer autant de résonnances intimes et personnelles chez autant de lecteurs et de lectrices. Ainsi, la lecture est perçue comme un dialogue avec un être proche et la lettre à l’écrivain.e peut être envisagée comme une volonté de poursuivre l’échange sous une autre forme, tout aussi intime.

C’est dans ce cadre que les échanges entre Beauvoir et son lectorat s’inscrivent.

 

Un rayonnement dans la francophonie et à l’international : quelques données

            Je vais maintenant vous communiquer quelques chiffres concernant le lectorat qui nous intéresse.

            Sur la période 1949-1980, j’ai relevé 233 lettres écrites par des lecteurs et lectrices francophones et non francophones mais qui maîtrisent le français au point d’écrire à Simone de Beauvoir dans sa langue. Sur ces 233 lettres, 169 ont été écrites par des femmes (73%), contre seulement 60 par des hommes (26%). Pour 4 lettres, je n’ai pas pu déterminer le sexe de l’épistolier. Les femmes sont donc largement majoritaires. C’est le cas pour l’ensemble du fonds. Si l’on divise la période en décennie, on se rend compte que ce sont les années 1960 qui comptent le plus de lettres (121, soit 52%).

Sur cette même période, 55 pays sont représentés mais 9 arrivent largement en tête :

  • la Suisse (25 lettres), la Belgique (24 lettres) : Pays frontaliers et même si pas complètement francophones, le français y est étudié et officiel dans certaines parties et la littérature française y est considérée comme une extension de la littérature nationale. Les œuvres de Simone de Beauvoir y sont bien diffusées. La Suisse est très à la traine au 20esiècle en matière de droits des femmes mais le Deuxième Sexe ne représente pas un danger car, d’après Gaby Sutter et Regina Wecker[1], il n’a pas été lu comme ayant une implication politique. Le personnage de Beauvoir y est donc relativement bien reçu, malgré de nombreuses critiques notamment au moment des Mandarins et des Mémoires.

 

  • l’Allemagne (20 lettres) pour laquelle je n’ai pas pu déterminer s’il s’agissait de la RFA ou de la RDA, mais compte tenu de l’interdit implicite qui frappe les livres de Beauvoir en RDA, on peut supposer que les lettres sont envoyées depuis l’Ouest. Cela ne signifie pas pour autant que les livres ne circulaient pas en RDA, notamment dans les milieux opposants, mais, d’après Irene Selle, « l’original en français et la traduction ouest allemande étaient rarissimes »[2]. Ainsi, les lettres sont certainement envoyées en majorité depuis l’Ouest où les traductions allemandes des œuvres de Beauvoir sont rapidement disponibles.

 

  • l’Italie (15 lettres) : pays catholique, qui abrite le Vatican. Les œuvres, si elles ne sont traduites que tardivement, provoquent beaucoup de vagues contrairement au Québec où les œuvres se heurtent surtout au silence, comme c’est le cas du Deuxième Sexe.

 

  • .La province du Québec (14 lettres), le Canada (13 lettres pour lesquelles je n’ai pas réussi à déterminer si les lettres provenaient de la province du Québec) :  ces espaces sont fermés idéologiquement aux œuvres beauvoiriennes. Le Deuxième Sexe n’a fait aucun écho à sa publication et il fallait des autorisations pour pouvoir acheter les œuvres placées à l’Index (Le Deuxième Sexe et Les Mandarins à partir de 1956). Mais en tant qu’espaces francophone et anglophone, les œuvres sont plus faciles à trouver. Ce sont les mémoires qui ont le plus d’écho. Ainsi, c’est dans les années 1960 que l’on trouve le plus de lettres. Le Québec est encore empreint d’un fort conservatisme religieux mais commence à s’ouvrir. Beauvoir y représente la dissidence.

 

  • les Etats-Unis (12 lettres) : Peut s’apparenter à la réception française. Les livres sont rapidement traduits en anglais et facilement accessibles.

 

  • la Suède (10 lettres) : Le Deuxième Sexe n’est traduit en suédois qu’en 1973. Pour autant, les lecteurs et lectrices francophones semblent lire en anglais ou se procurer les œuvres en français. La majorité des Suédois sont protestants. Les œuvres Beauvoiriennes y sont plus facilement lues et acceptées. Par ailleurs, la question des droits des femmes y est favorablement accueillie, le pays étant en avance sur la France sur de nombreuses questions (vote, contraception, travail…).

 

  • L’Angleterre (8 lettres) : s’apparente aussi à la réception américaine.

 

Si l’on applique la même analyse mais cette fois en découpant la période en décennies, on a confirmation de la tendance puisqu’on obtient à peu près les mêmes résultats. On remarque aussi que le Québec fait son entrée dans les années 1960, ce qui correspond à ce qui a été écrit plus haut.

Le découpage par décennie permet en outre de montrer que ce sont les années 1960 qui sont les plus riches : 52% de lettres. Par ailleurs ce sont aussi les années qui comptent le plus de lettres écrites en langue étrangères : anglais, espagnol, italien, chinois plus rarement, allemand etc. Il faut noter que cette décennie correspond à l’apogée de l’engagement politique de Simone de Beauvoir, j’y reviens plus bas.

La majorité des pays représentés sont certes des pays du Nord, pour autant, d’autres pays sont représentés, même s’ils comptent moins de lettres : Egypte, Liban, Madagascar, Haïti, Syrie, Irak, Cote d’Ivoire, Hongrie, Roumanie, Maroc, Inde, Grèce, Togo. Le rayonnement beauvoirien est définitivement international et le nombre moindre de lettres de ces autres pays peut s’expliquer par le fait qu’ils ne sont pour la plupart pas francophones ou pas totalement, que leurs habitant.es sont peu nombreux à maîtriser le français ou que l’accès et la circulation des livres étrangers est plus difficile.

 

Des liens transnationaux : réception et appropriation des œuvres à l’étranger

Une personnalité mondialement connue : voyages et engagements politiques

Comment expliquer ce rayonnement ? On peut se tourner vers l’engagement politique de Beauvoir qui se traduit par des voyages très médiatisés à l’étranger. Par ses œuvres et ses déplacements, l’écrivaine participe à la diffusion internationale de ses idées.

Simone de Beauvoir était une grande voyageuse. Ses voyages en tant qu’écrivaine et intellectuelle ont commencé dans la seconde moitié des années 1940. A ce moment-là, c’est moins pour ses propres œuvres que pour celles de Sartre et sa philosophie que l’on parle d’elle en tant que « la Papesse de l’existentialisme » ou « La grande sartreuse ». Lorsque Sartre est invité à une conférence, elle l’accompagne et donne parfois des interviews. Elle se fait la porte-parole de l’existentialisme sartrien puisque c’est ce que la presse attend d’elle en cette période d’hégémonie existentialiste. Elle s’exprime également sur la fonction de l’écrivain : lors de son premier voyage aux Etats-Unis (janvier-mai 1947), elle donne une série de conférences sur les problèmes moraux de l’écrivain d’après-guerre, et écrit des articles dans des journaux américains. Au même moment, elle écrit le Deuxième Sexe et aborde ces problématiques dans les articles qu’elle écrit.

Au cours des années 1950, Beauvoir et Sartre voyagent beaucoup en tant qu’intellectuel.les : Afrique centrale, Algérie, Maroc, Norvège, Islande, Allemagne, Tchécoslovaquie et même Suède pour le congrès de la Paix en 1955. Cette année-là, ils vont aussi en Chine – c’est à partir de ce voyage que La Longue marche a été écrit. Ou encore en Pologne sur invitation diplomatique. A chaque voyage, leur passage est commenté par les presses nationales et locales, les rendant toujours plus célèbres et affirmant leur position au centre des débats politiques et intellectuels de leur époque. Par exemple, en janvier 1955, une allemande écrit n’avoir jamais lu les livres de Beauvoir mais les avoir commandés après avoir lu un portrait de Beauvoir dans un journal allemand « Nunckner illustrucik ». Cette « petite femme qui a fait l’école des ménages », comme elle se décrit, a trois enfants, des garçons, a été internée pendant 3 ans pour dépression nerveuse. Elle est en admiration devant ce que représente Beauvoir : « veuillez m’excuser que je prenne la liberté de vous écrire » « je vous admire », « de mon avis vous pourrez rendre dans l’avenir de très grands services à votre sexe » (15 janvier 1955).

Ainsi, on voit bien qu’à ces occasions, leurs œuvres sont découvertes ou redécouvertes… Par ailleurs, Simone de Beauvoir reçoit le prix Goncourt en 1954 pour Les Mandarins. Le courrier des lecteurs et lectrices montrent une forte augmentation qui laisse présumer d’un élargissement du lectorat général (je fais ici la différence entre le lectorat qui écrit – et le lectorat général car tous les lecteurs et lectrices n’écrivent pas à un.e auteur.e). Le prix Goncourt assure à Beauvoir une plus grande visibilité en tant qu’écrivaine : Les Mandarins sont rapidement traduits en plusieurs langues. En 1956, en même temps que Le Deuxième Sexe, les Mandarins sont mis à l’Index par le Vatican. Ceci ne contribue pas pour autant à empêcher complètement la circulation des œuvres dans les pays catholiques. Si elles sont difficilement accessibles en Espagne ou au Portugal par exemple, elles circulent grâce à d’autres traductions : anglaise notamment, et espagnole par un éditeur Argentin, mais aussi l’œuvre originale en français. Dans ce dernier cas, les milieux concernés sont plutôt intellectuels. Pour autant, beaucoup de lecteurs et lectrices témoignent de la difficulté de se procurer les œuvres de Beauvoir : Luis, portugais est l’un d’eux. Vivant dans un petit village reculé dans la campagne portugaise, dont les habitants, dit-il, n’ont pas assez à manger, il écrit début 1955 à Beauvoir pour lui demander de l’aider à se procurer LesMandarins, introuvable chez lui. Plus tard, il récrit pour la remercier : Beauvoir lui a envoyé les Mandarinset il a déjà commencé sa lecture. La littérature l’intéresse car « elle peut me donner des renseignement et qu’elle peut m’instruire dans tout ce qui appartient à la vie. » (27 mars 1955).

Les années 1960 représentent l’apogée de l’engagement politique de Simone de Beauvoir. Sartre et Beauvoir multiplient les voyages à Cuba où ils soutiennent le gouvernement révolutionnaire dans des articles et interviews télévisées, au Brésil où ils donnent des conférences sur fond de guerre d’Algérie. En ce début de décennie, ils se rendent également beaucoup en Belgique où ils donnent des conférences sur le fascisme du gouvernement français empêtré dans la guerre d’Algérie. Ils se rendent en Egypte où Beauvoir accuse les Egyptiens de se conduire avec les femmes « comme des féodaux, des colonialistes et des racistes. » (La Force des choses, p. 418). En 1959, une féministe égyptienne écrivait déjà à Beauvoir qu’elle avait un rôle dans « la prise de conscience chez toute une génération de femmes égyptiennes » et poursuivait : « Vous nous avez appris à devenir féministes » (5 juin 1959).

Quant aux années 1970, les voyages politiques ralentissent mais elles marquent l’engagement féministe radical de l’écrivaine.

 

Liens transnationaux et circularité de la communication littéraire

            Dans le processus de la lettre à l’écrivain, qui fait directement suite à la lecture, il y a une circularité de la communication littéraire : après avoir lu, les lecteurs et les lectrices écrivent, témoignent de leurs conditions de vie, témoignent de la société dans laquelle ils et elles vivent. Dans la majorité des lettres, ils et elles font part de leur lecture des œuvres beauvoiriennes. A partir de ces lectures, on peut analyser l’interprétation qu’ils et elles en font, liée à leurs parcours individuels mais aussi au contexte national de leur pays :

            Quelques exemples :

  • Helena écrit de Colombie en 1961. Elle vient de finir La Force de l’âge : « et me voilà prise par un irrésistible élan de vous écrire, de prendre contact avec vous ». Elle poursuit : « Moi aussi j’ai été comme vous, une « jeune fille rangée » ayant toujours une grande soif de liberté et de vie ; mais je n’ai pas pu comme vous, hélas ! me libérer. Me voilà donc à 27 ans prisonnière des mille conventions, traditions, devoirs d’une existence bourgeoise ». Son père est un important diplomate colombien et a tenu à ce que ses filles aient une éducation intellectuelle et cosmopolite jusqu’à leurs 16 ans. Helena maîtrise parfaitement le français et on peut supposer qu’elle lit les œuvres beauvoiriennes dans la langue originale. Bien que la traduction espagnole par un éditeur argentin existe en 1961, Helena ne semble pas en avoir connaissance puisqu’elle souhaite traduire les œuvres de Beauvoir en espagnol. Elle témoigne ensuite d’un milieu très conservateur colombien qui attend des femmes qu’elles trouvent rapidement un mari. Elle a préféré poursuivre des études supérieures pour y échapper, mais a finalement trouvé un compromis en épousant un européen. Helena, mère de 4 filles, a soif de liberté mais ne veut pas changer par crainte du qu’en dira-t-on. Résignée à son existence bourgeoise, elle écrit des romans, non publiés. Son dernier texte, inspiré par Beauvoir, traite de la condition des femmes colombiennes.

 

  • Une autre, en 1961, qui habite à Tahiti, a été encouragée par Beauvoir à poursuivre l’échange après une première lettre traitant de la prostitution dans son pays. Dans une seconde lettre, elle dit que pour elle, « le sujet essentiel, c’est celui de la femme ». Son pays est un pays de « plaisir » dit-elle, et elle poursuit : «à  peine débarqués du bateau ou de l’avion, les touristes se couronnent de fleurs et courent les filles. C’est éloquent ! »

 

  • Une autre, canadienne française, vient de lire les Mémoires d’une jeune fille rangée. « Beaucoup, comme moi, ont dû vous reconnaître comme une sœur – une grande sœur, bien entendu. ». Elle s’est reconnue dans la jeunesse de Simone de Beauvoir car, écrit-elle, « Votre éducation catholique ressemble à celle que nous avons au Canada ». Ainsi, au Canada, Simone de Beauvoir est « un phénomène » ; « Votre nom peut éveiller ici chez quelques-uns celui de Jean Paul S, donc vous êtes dangereuse ! ». Il faut dire que les œuvres beauvoiriennes ne sont pas bien reçues au Canada, et dans la province du Québec tout particulièrement où la religion a une grande influence. En 1959, la diffusion d’une interview de Beauvoir a d’ailleurs été annulée par crainte de critiques contre Radio-Canada. Beaucoup s’en insurgent, comme cette autre femme qui vient de lire les Mémoires d’une jeune fille rangée et qui écrit : “j’ai senti en moi les mêmes émotions que j’avais eu lorsque j’étais étudiante. Ah comme je vous félicite d’avoir écrit vos mémoires de jeune fille et comme je souhaite que vous écriviez vos mémoires de femme”. Elle attendait donc avec impatience l’émission consacrée à Beauvoir, annulée au dernier moment : “Il m’est inconcevable et inadmissible que sous prétexte que nous, canadiens français, ne sommes pas préparés à entendre des objections sur la religion, la société de Radio Canada ait contremandé votre interview. Ce geste est contre toute liberté intellectuelle et morale.”

 

  • Dernier exemple, concernant l’Espagne. On voit clairement que Les Belles images a été lu en rapport avec la dictature franquiste. La lectrice écrit  : « vous êtes un grand maître dans l’art d’écrire difficile d’écrire avec simplicité. Sans rhétorique vous montrez les problèmes les plus aigus de notre époque ; l’isolement individuel, l’identification du bonheur avec le succès et l’oubli assassin de ces « deux tiers » que l’injustice de notre société condamne à la famine et à l’ignorance ». (6 avril 1967) 

Beauvoir répond, sinon toujours, du moins très souvent. Il n’est pas rare que des correspondances suivies naissent. Elle s’intéresse à la fois à la vie privée du lecteur – qui est le plus souvent une lectrice, et au contexte politique et social du pays d’origine. Elle encourage ses lecteurs et lectrices à lui écrire, à l’informer sur ce qui se joue dans leurs pays d’un point de vue culturel, social et politique. L’attitude de Beauvoir est ici conforme à son statut d’intellectuelle de gauche et d’écrivaine largement tournée vers son public. La circularité de la communication littéraire prend ici tout son sens : Simone de Beauvoir, riche de ces échanges, nourrit ses réflexions, ses engagements, ses écrits.

 

L’enjeu de la diffusion des idées

Les lettres de lecteurs et lectrices francophones ou non francophones qui nous intéressent apportent une dimension en plus dans l’échange épistolaire entre un lecteur ou une lectrice et un.e écrivain.e, à savoir un lien transnational par lequel sont échangés des idées et des savoirs entre deux pays, permettant ainsi une diffusion réciproque de ces savoirs.

            Un type de lettre illustre parfaitement cela, et qui regroupe les lettres d’étudiant.es annonçant à Simone de Beauvoir préparer une thèse sur son œuvres, celles de journalistes annonçant écrire un article sur l’œuvre de Beauvoir, celles d’écrivain.es, de chercheur.es annonçant écrire un livre sur l’œuvre de Simone de Beauvoir à destination du public de leur pays, ou encore celles de professeur.es annonçant enseigner dans leurs cours les œuvres et théories beauvoiriennes.

  • Il y a par exemple dans ce fonds les lettres de l’universitaire américaine, Margaret Simons, qui écrit à Beauvoir alors qu’elle prépare sa thèse sur la philosophie beauvoirienne. Margaret Simons est aujourd’hui une figure centrale des études beauvoiriennes et ses recherches ont contribué à mieux faire connaître la philosophie de Beauvoir, notamment dans les pays anglophones qui bénéficiaient d’une traduction tronquée du Deuxième Sexe, par exemple.
    Les étudiant.es sont en effet nombreux.ses à demander des entrevues ou des éclaircissements en vue de la rédaction de leur recherche. Une étudiante allemande demande en 1964 de l’aide pour comprendre Pour une morale de l’ambiguïté. C’est aussi le cas d’un étudiant suédois, la même année, qui a le projet d’écrire sur les œuvres de Beauvoir. Il profite de sa lettre pour discuter des philosophies de B et de Sartre. Ou encore d’une italienne qui rédige en 1973 une thèse intitulée « Simone de Beauvoir et la situation de la femme » et qui demande une entrevue. Au cours de la discussion qui a suivi cette communication, Claudine Monteil qui a bien connu Simone de Beauvoir confiait que celle-ci recevait des dizaines de thèses sur son oeuvres de la part de docteur.es du monde entier.
  • Du côté des journalistes, on trouve la lettre d’une journaliste suédoise, qui s’est battue toute sa vie pour les droits des femmes dans son pays, qui écrit en 1955 avoir été la première en Suède à écrire un article sur les Mandarins. Elle témoigne une grand admiration pour l’écrivaine : « Pendant très  longtemps votre deuxième sexe était mon livre de chevet et je crois pouvoir dire –sans rien exagérer- que ce livre a eu pour moi une très grande importance et a beaucoup contribuer à changer ma vie et faire de moi ce qui je suis actuellement. ».
    Une autre, suédoise également, lui écrit en 1964 s’être inspirée du « livre merveilleux qu’est Le Deuxième Sexe » pour écrire elle-même un essai sur la « libération conditionnelle de la femme», uniquement publié en Suède.
    Quant à Alice Schwarzer, dont on trouve aussi les lettres dans le fonds, elle a contribué, grâce à sa série d’entretiens et ses nombreux articles, à diffuser les idées de Beauvoir en Allemagne, et dans les milieux féministes allemands des années 1970. Il est intéressant de noter ici qu’Alice Schwarzer a véhiculé sa propre interprétation du livre et, comme le précise Sylvie Chaperon que je cite : « Alice Schwarzer change le sens du slogan « On ne naît pas femme, on le devient » qui implique la participation des femmes en « on est fait femme » qui penche vers une victimisation des femmes. »[3]

Les idées diffusées dans les pays ne sont certainement pas toujours conformes à celles de Beauvoir. En effet, comme pour la traduction, ces diffusions sont aussi des assimilations d’œuvres à des cultures étrangères. Il serait intéressant de poursuivre l’analyse pour chaque pays : comment Beauvoir a été lue et interprétée dans la presse, principal outils de médiation et de diffusion ? Quels sont les chiffres de vente des œuvres ? Beauvoir est-elle citée dans les milieux intellectuels ? féministes ? A quelles fins ? Quels sont les liens faits avec le contexte politique social et culturel national ? Ainsi, l’on pourrait mesurer l’importance de la diffusion des idées beauvoiriennes à l’aune de l’état actuel des études beauvoiriennes dans le monde. En effet, les études beauvoiriennes sont les plus actives dans les pays Scandinaves (Suède), et aux Etats-Unis. Simone de Beauvoir est également étudiée en Amérique Latine. Remarquons qu’il s’agit des pays les plus représentés dans nos lettres, la Suède en tête.

Autant de questions qui mériteraient une plus vaste étude.

 

Des lectrices majoritaires : Beauvoir représentante internationale des femmes et du féminisme ?

            Pour finir, j’aimerais revenir sur un chiffre qui est frappant : 73% des lettres relevées ont été écrites par des femmes. Si l’on prend la totalité du fonds, on se rend compte que les femmes sont bel et bien majoritaires et ce, dès après la publication des Mémoires d’une jeune fille rangée : entre 60% et 80% de femmes dans les années suivantes. Une analyse qualitative des 169 lettres écrites par des femmes francophones permet de révéler que le thème principal abordé par ces femmes est celui du féminisme, de la condition des femmes. Toutes considèrent Simone de Beauvoir comme la représentante de leur sexe.

                  Je commencerai avec une citation. Dès 1949, alors que Beauvoir ne s’en réclame pas encore, une hollandaise inscrit Le Deuxième Sexe dans le féminisme : « c’est avec admiration et gratitude que j’ai lu « Le Deuxième Sexe », votre étude très importante sur les causes de la soi-disant infériorité des femmes. C’est exactement le livre dont avaient besoin tous ceux qui veulent se former des opinions bien fondées par rapport au féminisme ». (20 août 1949)

            Une autre écrit, rétrospectivement, en 1967 : « en lisant « le Deuxième sexe » j’ai compris pour la première fois que j’étais une femme. Elevée parmi les garçons et des hommes, ayant rencontré mon mari lorsque j’avais 17 ans, j’ai toujours trouvé normal de parler avec nos amis d’université en égaux et de préférer les hommes aux femmes. » […] « vous m’avez montré que les femmes sont pareilles aux hommes, mais différentes. Je suis devenue une féministe, j’ai commencé de lire des livres de femmes, et j’ai trouvé Mary Mc Carthy et Margaret Mead beaucoup plus intéressants que je ne l’avais cru possible. »

            Ainsi, on trouve de nombreuses lettres qui engagent des discussions passionnées autour de la condition des femmes et des questions de sexualité. Beaucoup partagent leurs opinions, souvent en accord avec celles de Beauvoir.

Paradoxalement, ce sont pourtant les Mémoires qui ont suscité le plus de lettres. Peu de lettres de francophones, avant les Mémoires, traitent du Deuxième Sexe mais celles qui l’abordent sont unanimes : il a été une révélation : celle de n’être pas seule, d’appartenir à un plus grand groupe. C’est la première force du livre. Une allemande écrit : « cet ouvrage est grandiose et je le recommanderai à chaque femme intelligente. » (1959).

Mais il ne propose finalement pas de solution, et son autrice est finalement assez lointaine. A partir de la publication des Mémoires, on remarque un nouvel intérêt et/ou une redécouverte de l’essai. Cette fois-ci, les lectrices ont à leur disposition la théorie (Le Deuxième Sexe) et la réalisation (les Mémoires). Simone de Beauvoir s’est livrée dans ses Mémoires. C’est à partir de là qu’elle peut réellement devenir un exemple pour des femmes du monde entier [4].

NOTES

[1]Gaby Sutteret Regina Wecker, « Le Deuxième Sexe ou Les femmes dans la pouponnière. Les réactions en Suisse », inSylvie Chaperonet Christine Delphy (dirs.), Cinquantenaire du Deuxième sexe. Colloque international Simone de Beauvoir, Paris, Éd. Syllepse, 2002, p. 420‑425.

[2]Irène Selle, « La publication en République démocratique allemande », inSylvie Chaperonet Christine Delphy (dirs.), Cinquantenaire du Deuxième sexe. Colloque international Simone de Beauvoir, Paris, Éd. Syllepse, 2002, p. 488‑493.

[3]Sylvie Chaperonet Christine Delphy (dirs.), Cinquantenaire du Deuxième sexe. Colloque international Simone de Beauvoir, Paris, France, Éd. Syllepse, 2002, p.354.

[4]Sur l’appropriation de Simone de Beauvoir et de son oeuvre par les femmes, voir Marine Rouch, « « Vous êtes descendue d’un piédestal » : Une appropriation collective des Mémoires de Simone de Beauvoir par ses lectrices (1958-1964) », Littérature, n°191, septembre 2018.


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/08/2018

    […] Simone de Beauvoir : un rayonnement dans la francophonie (CIRFF 2018) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.