Quelques notes sur la réception du Deuxième Sexe au Brésil

Heci Regina Candiani vient de soutenir sa thèse sur Simone de Beauvoir. Je lui laisse la parole sur ce carnet, et dans cette rubrique « (Re)découvrir Simone de Beauvoir et son oeuvre », pour présenter ses recherches incontournables.

 

Quelques notes sur la réception du Deuxième Sexe au Brésil

Par Heci Regina Candiani

 

Je suis une sociologue brésilienne et je viens d’obtenir mon Doctorat à l’Universidade Estadual de Campinas (Unicamp), à São Paulo. J’ai écrit une thèse sur Simone de Beauvoir et, pendant le processus d’évaluation du sujet de recherche, j’ai vérifié que les études beauvoiriennes, même dans le domaine des études féministes et de genre, sont quasi inexistantes au Brésil.

Cette réalité est en contradiction avec ce que, très souvent, on lit dans les livres et articles sur le féminisme brésilien de années 1960 e 1970, quand la pensée féministe commence à être étudiée au Brésil. Les textes nous disent que Beauvoir était une influence importante. Mais quand on s’attarde sur cette information et qu’on évalue les témoignages des féministes de cette période, on découvre que Le Deuxième Sexe n’était pas lu aussi fréquemment qu’on pourrait l’imaginer.

Selon les rapports des féministes brésiliennes de la période, Le Deuxième Sexe circulait au Brésil en Français dès les années 1950 et la première édition brésilienne date de 1960. Au cours de cette décennie, la majeure partie des chercheuses pionnières des études féministes brésiliennes, malgré leur connaissance de Beauvoir et du Deuxième Sexe, n’ont pas lu le texte. Plus souvent, elles invoquent The Feminine Mystique de Betty Friedan comme le livre plus influent pour leurs études. Cet impact, quelques-unes l’ont reconnu, a conduit à un malentendu : l’attribution à Friedan de nombreuses idées qui ont été initialement présentées par Beauvoir, mais appropriées par l’auteure américaine sans crédit.

Beauvoir était au Brésil en 1960, pour une période d’environ deux mois : elle a fréquenté les milieux intellectuels, fait quelques conférences, donné des interviews aux journaux. Alors que l’impact de cet événement ne peut être évalué que dans une étude spécifique, les dossiers journalistiques ne montrent aucun mouvement, féministe ou non, articulé autour de la présence de Beauvoir au pays.

Beauvoir à Sao Paulo en 1960

En réalité, ce que les articles nous apprennent, c’est que pendant ce voyage, Beauvoir était traitée comme une auteure de fiction et comme la « femme » de Jean-Paul Sartre. Dans un célèbre enregistrement photographique de ce voyage, Beauvoir apparaît entourée de femmes lui tendant des livres pour obtenir des autographes : quelques-uns de ces livres sont des éditions françaises de ses romans, d’autres sont des éditions brésiliennes des Mémoires d’une jeune fille rangée et de La mort dans l’âme, de la trilogie « Les chemins de la liberté » de Sartre. Une image qui illustre l’idée que Beauvoir était encore considérée comme une condisciple de Sartre et que ses travaux théoriques et littéraires était une sorte de soumission à lui.

 

Dans les années 1970, Le Deuxième sexe est devenu une lecture fréquente chez les féministes brésiliennes en exil en France. Mais, parmi les militants des classes moyennes au pays— en particulier chez les groupes féministes marxistes clandestins de débat et parmi les membres des journaux féministes Nós Mulheres et Brasil Mulher — l’œuvre est encore plus connue que lue.   

Les témoignages et registres historiques indiquent que la réception du Deuxième Sexe au Brésil était influencée par de nombreux facteurs : un processus d’affaiblissement de l’influence française et de consolidation de l’influence américaine sur l’académie et la culture brésilienne après la guerre ; la publication du livre en portugais quelques années avant le coup militaire, quand les préoccupations des féministes se sont tournées vers le combat contre la suppression autoritaire des droits individuels et civils plutôt que vers les droits des femmes et les questions féministes, un contexte politique où les livres et des idées de gauche ne circulaient pas librement et le gouvernement dictatorial renforçait la soumission culturelle du pays aux États-Unis. Dans ce moment-là, la personnalité de Beauvoir, son attitude libertaire, son mode de vie peu commun et l’évidence médiatique qui l’entoure sont les éléments qui, plus que son œuvre, sont dans les mémoires des féministes brésiliennes. On peut dire que cela explique en partie le fait que, dès les années 1980 et 1990, les critiques anglo-américaines à Beauvoir n’ont pas trouvé d’opposition aux études féministes brésiliennes et, même aujourd’hui, rares sont les chercheures qui les questionnent. 

 

****

Jeunes chercheur.es en études beauvoiriennes, faites-moi signe si vous souhaitez présenter vos recherches sur ce carnet : marine-rouch@hotmail.fr


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.