La langue française a-t-elle besoin d’être féminisée ?

La réponse est NON ! nous dit d’entrée Eliane Viennot venue à l’université de Lille donner une conférence le 5 avril 2018. Non, car la langue française dispose d’assez de capacités pour exprimer le féminin. Alors que l’on parle depuis une trentaine d’années de « féminisation » de la langue, Eliane Viennot démontre qu’il suffit d’en connaître l’histoire pour utiliser ce qui est déjà à notre disposition.

Plutôt que de la féminiser donc, il faut s’attacher à la « démasculiniser » puisque des raisons politiques et idéologiques ont, depuis le XVIIe siècle, mené à un effacement ciblé du féminin dans la langue.  La masculinisation du français est une entreprise politique qui n’a aucun fondement linguistique et, comme le montre Eliane Viennot, qui est même contraire à la linguistique des langues romanes. Il s’agit d’un système pensé pour renforcer une domination masculine déjà à l’oeuvre. Revenons avec Eliane Viennot sur la « masculinisation » de la langue française…

***

Afin de comprendre les polémiques qui agitent régulièrement la scène médiatique, Eliane Viennot commence par rappeler quelques faits :

  • la langue française a deux genres. Le neutre n’existe pas. Chaque nom est masculin ou féminin. Les adversaires de l’écriture inclusive, par exemple, affirme qu’il existe un neutre et il est… masculin !
  • Il faut ensuite différencier deux grandes catégories de noms. Ceux qui désignent les êtres animés  (humains, animaux), et ceux qui désignent les êtres inanimés (objets). Eliane Viennot déplore que cette distinction soit vite oubliée au cours des polémiques. Des exemples infondés sont souvent donnés pour essayer de démontrer la prétendue absurdité de l’écriture inclusive (« on ne dit pas le table » est un type de remarque que l’on entend souvent).
  • Autre remarque de la professeuse – terme qu’elle revendique et qui est utilisé depuis le XVIIIe siècle – la distinction des genres est arbitraire pour les être inanimés. Il n’y a en effet aucune logique à ce qu’une table soit féminin, un tabouret masculin, etc. En revanche, la distinction est motivée pour les êtres animés puisqu’on utilise des mots au féminin pour des personnes identifiées comme femmes, et masculins pour des personnes identifiées comme hommes.
  • Au regard de tout cela, dire ou écrire « Madame le Ministre » ou « le table est blanche », est une faute qui porte le nom de solécisme.

A partir du XVIIe siècle, la masculinisation de la langue est devenue une entreprise délibérée pour contrarier le fonctionnement du français et pour renforcer le poids du masculin. A cette époque, la règle du « masculin l’emporte sur le féminin » n’existait pas encore, et il existait une version féminine et masculine pour chaque profession ou activité… Les hommes ayant depuis longtemps le monopole de la parole publique, et la domination masculine étant bien installée, la langue a commencé à être modulée à leur image. Même à l’époque, les contestations n’ont pour autant pas manqué face à une poignée d’académiciens qui s’attaquait au langage quotidien de la majorité des Français.ses.

Eliane Viennot propose de s’attarder sur quelques exemples.

A savoir : L’Académie n’a de pouvoir que celui qui lui est donné. C’est une délégation ministérielle qui décide des réformes. Pourtant, même nos ministres renvoient à l’Académie… Elle a cependant un pouvoir de nuisance. Par exemple, depuis 1945, toutes les femmes peuvent être élues à toutes les fonctions : préfète, lieutenante etc. L’Académie a interdit de féminiser les mots. Il faut les appeler au masculin. La fonction publique a donc continué à les nommer au masculin…

Les substantifs (noms)

Aucune femme, avant le XVIIe siècle, ne reçoit un nom masculin. Quand il est question d’activité humaine, tous les mots existent en double. Mais les cibles principales aux débuts de l’Académie Française (1635) sont les femmes souhaitant faire carrière dans les Lettres. Jamais les métiers « réputés moins prestigieux » n’ont été attaqués. Eliane Viennot remarque qu’il n’a jamais été question d’interdire « boulangère » ou encore « servante » ; mais seulement les métiers que les hommes estimaient leurs… Encore une preuve, s’il en fallait, d’une entreprise politique et idéologique assumée.

les mots « autrice » et « écrivaine » existent donc. Un auteur du XVIe siècle, Brantôme écrit de Catherine de Médicis qu’elle n’est pas la seule autrice du massacre de la Saint Barthélémy. Une correspondance entre deux académiciens de la première génération permet de lire :

« Il n’y a rien de si dégoutant que de s’ériger en écrivaine pour faire commerce avec les beaux esprits […] tout ce que vous dites sur les femmes autrices est admirable ».

Eliane Viennot le dit, ce ne sont pas les mots qui gênent ces hommes, mais bel et bien les femmes qui marchent sur leurs plates-bandes ! A partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, la transformation de la langue est en marche, et elle est loin d’être naturelle.

Andry de Boisregard écrit en 1689 :

« Il faut dire : cette femme est poète, est philosophe, est médecin, est auteur, est peintre ; et non : poétesse, philosophesse, médecine, autrice, peintresse. « 

Ce que cette citation prouve, c’est l’existence des termes poétesse, philosophesse, médecine, autrice, peintresse… Ces hommes luttent contre leur utilisation au moment où les femmes cherchent à faire carrière. Car il y en a, et non des moindres. Parmi elles, Madame de La Fayette, Madeleine de Scudéry…

Série Les Bas Bleus par Daumier (1844)

Eliane Viennot donne plusieurs exemples de cette « géométrie variable ». Le mot ambassadrice, par exemple, ne s’entend que rarement. Elle n’est que la femme de l’ambassadeur (« Madame l’Ambassadrice », selon le Bottin Mondain (datant du XXe siècle). Une femme ambassadrice doit s’appeler : « Madame l’ambassadeur ».  Or, dans le premier dictionnaire de l’Académie Française, au XVIIe siècle donc, l’ambassadrice est une femme envoyée en mission. L’activité est donc possible. C’est quand, pour d’obscures raisons, des hommes auront décidé que ce n’est plus possible que le nom ne sera utilisé que pour la femme de l’ambassadeur.

De la même façon, le mot avocate existe à l’époque. Mais il ne désigne pas une profession puisque les femmes n’ont pas accès au diplôme. On l’utilise au sens figuré : « elle se fait l’avocate de telle cause ».  Nul besoin donc d’interdire le mot puisqu’il n’y a aucun risque qu’une femme obtienne le diplôme. Lorsqu’à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les femmes se verront ouvrir les portes de l’université, d’aucuns se lanceront dans la guerre des mots. Avocate ou doctoresse seront des mots bannis…

Mais il n’existe aucun diplôme pour devenir peintresse ou autrice. Le seul moyen de lutter contre cela est de déclarer la guerre des mots. Si on ne peut les empêcher de poursuivre leurs activités, on peut au moins leur donner des noms d’hommes. C’est à l’époque hautement symbolique puisque, on l’a vu, il existe, pour toute activité humaine, une version féminine et une version masculine pour chaque mot.

Les protestations existent. Elles s’appuient sur le fait que les mots qu’une poignée d’académiciens cherchent à bannir du langage courant, existent et sont utilisés naturellement. Un grammairien du XIXe siècle écrit :

« jamais amateur et auteur ne signifiera amatrice et autrice ».

On a donc besoin des deux mots pour désigner les choses. Au milieu du XVIIIe siècle, un critique littéraire parisien écrit :

« ces qualifications ne sont pas approuvées il est vrai par l’Académie française mais elles ne sont pas moins bonnes »

Eliane Viennot conclut en disant que les mots sont liés à l’usage. Il y a 30 ans, l’Académie s’opposait au terme de « chancelière », à moins qu’elle ne soit la femme du chancelier… Dans les années 1997-1999, la bataille fut dure pour interdire « la ministre »… La bataille la plus difficile concerne peut-être « autrice » et « écrivaine »… Elle est en cours.

Série Les Bas Bleus par Daumier (1844)

Accord au masculin pluriel

Avant le XVIIe siècle, le système d’accords est aussi une géométrie variable, ce qui n’empêche pas de comprendre le sens du texte. Le plus souvent, c’est l’accord de proximité qui est utilisé : le dernier nom donne sa marque à l’adjectif ou au verbe.

L’Académicien Vaugelas écrit par exemple :

« Ce peuple a le cœur et la bouche ouverte à vos louanges. »

Puis une minorité décide d’abolir cet accord de proximité pour introduire l’injonction à la domination du masculin. S’il n’y a qu’un seul mot masculin dans l’énumération, alors tout est au masculin car « le masculin est le genre le plus noble ». Au XVIIIe siècle, le grammairien Beauzée explique :

« le genre masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la supériorité du mâle sur la femelle » …

Rappelons que l’entreprise prend place dans une société très inégalitaire. La langue doit donc mieux porter la domination masculine : « elle est donc transformée pour mieux formater« , dit Eliane Viennot.

Il y a surtout de l’indifférence par rapport à ce changement des accords puisque l’accord de proximité se maintient dans les textes jusqu’à la fin du XIXe siècle.Si nous avons appris à ne pas le faire, et avons l’impression que cela n’a jamais existé, c’est parce que l’école, sous la Troisième République, a été chargée par l’Etat de réformer et d’uniformiser.

Quelques protestations :

  • Une groupe de femmes, en 1792, propose un projet de loi en 10 articles pour abolir le privilège masculin (il a été oublié la nuit du 4 août 1789…) puisqu’il est une réalité juridique de l’Ancien Régime. Le 3e article stipule que le genre masculin ne sera plus regardé comme le genre le plus noble, même dans la grammaire.
  • Années 1970 : des féministes contestent la règle du « masculin l’emporte sur le féminin ». C’est la Troisième République qui a instauré cette formule qui auparavant était « le masculin est le genre le plus noble ».
  • 2011 : campagne « Que les hommes et les femmes soient belles », en faveur de l’accord de proximité.
  • 7 novembre 2017 : 314 enseignant.es déclarent qu’ils et elles n’enseigneront plus que le masculin l’emporte sur le féminin. Une pétition est lancée. Cette règle installe autre chose dans la tête des enfants qu’une règle de grammaire. L’heure n’est plus à se voiler la face, il s’agit bel et bien d’une règle sociale.

Pronom attribut LA.

Au XVIIe siècle, un homme dit à sa femme : « je suis malade ». Elle répond : « je la suis aussi ». Un homme aurait répondu : « je le suis aussi ». Les hommes parlent d’eux au masculin, les femmes parlent d’elles au féminin. C’est tout à fait logique à cette époque. Vaugelas, lui, dit qu’il s’agit d’une faute puisque être malade n’a pas de sexe, il faut donc dire le. Or, ni « le », ni « la » n’est neutre. Alors que la France parle comme cela, une minorité d’académiciens décident qu’il s’agit d’une faute.

Progression des mots dits invariables

Des mots variaient en ancienne langue française et en latin. Au milieu du XVIIIe siècle, un homme enregistrant le testament d’une femme écrit : une femme « étante en bonne santé ».

Lorsqu’on décide qu’ils doivent être invariables, ils le deviennent mais… au masculin singulier. Si la forme est condamnée, elle n’est pas pour autant inutilisée…

Progression de l’expression « l’homme » ou « l’Homme »

Les droits de l’Homme : cette majuscule est un « cache sexe », déclare Eliane Viennot. Elle explique qu’il n’y a aucune majuscule dans les droits de l’homme tels qu’ils sont défendus par des mâles à l’Assemblée. D’ailleurs, les femmes sont explicitement exclues de la citoyenneté (il faut attendre 1944!). A une époque où tous les mots se déclinent à la fois au féminin et au masculin, il n’est pas aberrant de supposer que si les hommes de la Révolution avaient voulu inclure les femmes ils auraient intitulé leur déclaration : « Déclaration des droits des hommes citoyens et des femmes citoyennes ».

Olympe de Gouges. « La femme a le droit de monter à l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune »

La solution aujourd’hui, pour faire régresser cette masculinisation de la langue est d’utiliser le terme « humain ». Les anglophones et les langues latines y ont déjà recours. Human Rights, derechos humanos, diritti umani… 

Des solutions…

Eliane Viennot est confiante, il est très facile de revenir sur ces pseudos réformes. Cela ne fera certes pas en un jour, mais la lutte doit se mener au quotidien.

Elle donne l’exemple de ce que certaines personnes appellent « le masculin générique » (qui n’existe pas!). Utilisons la double flexion, à l’oral comme à l’écrit : les agriculteurs et les agricultrices, les étudiants et les étudiantes etc.

A l’écrit, plusieurs solutions s’offrent à nous : revenir à l’accord de proximité, utiliser aussi les mots féminins, recourir aux doubles flexions, utiliser des mots englobant, ainsi que des abbréviations. Le point médian semble aujourd’hui le meilleur candidat car il n’a pas d’histoire et peut donc avoir ce seul usage. Mais, Eliane Viennot le dit, quelques ajustements restent à faire.

Les arguments sur l’esthétisme et sur la difficulté pour les enfants ne tiennent pas ! La langue, en étant masculinisée, a été complexifiée. Au regard de cette véritable histoire de la langue française, il n’est plus possible de nier les implications politiques et idéologiques de toutes ces réformes et des raisons invoquées par les adversaires de l’écriture inclusive, par exemple.

Pour aller plus loin…

Christine Planté, La petite soeur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015, 362 p., 1ère éd., 1989,

Martine Reid, Des femmes en littérature, Paris, Belin, « L’extrême contemporain », 2010, 331 p.

Eliane Viennot, Et la modernité fut masculine. La France, les femmes et le pouvoir, 1789-1804 – Paris, Perrin, 2016

Eliane Viennot, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française – Donnemarie-Dontilly, éditions iXe, 2014 — nouvelle édition augmentée, 2017

L’Académie contre la langue française : le dossier «féminisation» • sous la direction d’Eliane Viennot, avec Maria Candea, Yannick Chevalier, Sylvia Duverger, Anne-Marie Houdebien, et la collaboration d’Audrey Lasserre – Donnemarie-Dontilly, éditions iXe, 2016

Manuel d’écriture inclusive 

Le site personnel d’Eliane Viennot

Avec ses préconisations pour un langage non sexiste

La rubrique « La Guerre des mots » de la SIEFAR 

Et les différentes interviews d’Eliane Viennot.

 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *