NVivo et la recherche qualitative en histoire

Récemment, je faisais part de mes difficultés et de mon sentiment d’incarner Sisyphe face aux milliers de lettres que je dois relever, trier, traiter et analyser sans en voir le bout, revenant de chacune de mes journées parisiennes avec une généreuse nouvelle récolte. Sur les conseils d’une collègue (merci Lola), j’ai donc découvert NVivo (logiciel d’analyse qualitative).

Voici donc un premier point méthodologique qui, je l’espère, pourra susciter des échanges et peut-être orienter d’autres Sisyphes !

 

« Sisyphe » Représentation de Sisyphe, condamne a faire rouler un rocher éternellement jusqu’en haut d’une montagne du Tartare. Peinture de Tiziano Vecellio dit Titien (1490-1576) 1548-1549 Madrid. Museo del Prado. ©Aisa/Leemage

 

Avant NVivo – une ascension interminable

Je travaille donc à partir du volumineux courrier des lecteurs.trices de Simone de Beauvoir. Ce travail – que j’ai commencé en Master en 2014 et que je poursuis en thèse – m’a permis d’estimer le fonds à près de 20 000 lettres, reçues entre 1949 et 1986. Le fonds étant en cours de classement, même s’il s’intitule « lettres reçues de lecteurs », contient de nombreux mélanges. Ma recherche portant sur les lecteurs et lectrices anonymes, je ne peux me permettre de mettre en place un échantillonnage à intervalles réguliers. Le risque serait trop grand de passer à côté du matériau qui m’intéresse. Je suis donc obligée de passer en revue les lettres, une par une et d’extraire – virtuellement – celles écrites par des lecteurs.trices anonymes. Je transcris les lettres – ou des extraits la plupart du temps – qui m’intéressent sur un document Word. Au bout de 4 ans – et alors que je ne suis pas encore venue à bout de ce fonds – j’ai environ 1500 pages Word. Evidemment, je n’utiliserai pas tout, malgré les critères de sélection que j’ai préalablement élaboré. Mais je suis trop gourmande et je tombe parfois sous le charme de magnifiques lettres que je n’ai pas le courage d’abandonner ! Cette première étape est chronophage.

La deuxième ne l’est pas moins… Une fois les relevés effectués, je mène deux analyses conjointes : une quantitative et une qualitative. J’ai résolu – pour le moment – mes problèmes quant à la méthode d’analyse quantitative. Je me concentre ici sur la partie qualitative. J’ai commencé il y a quelques mois à classer et analyser mes relevés. Avec Word, impossible de s’y retrouver car si le nombre de lettres est conséquent et fournit un matériau suffisant, le risque d’en oublier certaines existe assurément. J’avais besoin de passer tous mes relevés en revue et de pouvoir les classer par thèmes, par dates, par auteur.es etc.

Avec NVivo – la lumière au bout du tunnel

NVivo est pour cela un excellent outil. Je précise ici qu’il est payant mais certains laboratoires peuvent avoir une licence.

Je me suis d’abord demandée comment référencer les lettres. Au vu du nombre de lettres relevées, je ne pouvais pas créer une ligne pour chacune. Cela aurait inutilement encombré l’interface du logiciel et aurait nui à mon organisation. J’ai donc décidé de faire un fichier par année. Ce choix se justifie aussi par le fait que mes relevés quantitatifs sont effectués par année, ce qui me permet d’évaluer le nombre de lettres reçues et l’éventuel impact des œuvres sur la pratique de la lettre à l’écrivain.e.

Je charge donc un document Word dans NVivo et me prépare à l’analyser. (NVivo reçoit aussi des fichiers Pdf et, selon la version, des images, vidéos etc.). Il s’agit « d’encoder » le document. Les nœuds (ce que j’appelle les thèmes – car je ne suis pas experte de ces outils-là !) peuvent être élaborés en amont ou bien au cours de l’analyse. Une hiérarchie de nœuds peut être créée pour affiner l’analyse.

Au fil de ma lecture des lettres, je glisse donc des extraits de lettres dans les « nœuds » qui leur correspondent. Un même extrait peut être glissé dans plusieurs nœuds si besoin.

Lorsque je souhaiterai retrouver toutes les lettres sur la réception du Deuxième Sexe, par exemple, je n’aurai qu’à cliquer sur le nœud en question, un onglet s’ouvrira dans lequel j’aurai un accès direct à ces lettres et/ou extraits de lettres.

Il y a également la possibilité d’annoter, ce que je fais également. Cette fonctionnalité est précieuse puisqu’elle permet de suivre (et de revenir sur) notre propre réflexion et construction de notre méthode au fil de l’analyse.

Une fois le document encodé, il est possible de faire des « requêtes ». J’y reviendrai prochainement car c’est une étape que je n’ai pas encore atteinte.

 

****

Je suis encore en phase de découverte du logiciel : je n’ai, par exemple, pas encore bien saisi l’usage des « cas ». Pour le moment, je les utilise pour les correspondances régulières. Par exemple, je glisse toutes les lettres de Marguerite Grépon dans le « cas » « Marguerite Grépon », de sorte que la totalité de cette correspondance m’est accessible directement. Je ne me suis pas non plus encore penchée sur les « caractéristiques des cas ».

Evidemment, il s’agit d’une analyse manuelle qui fait une grande place à l’arbitraire du ou de la chercheuse. Une telle analyse ne peut se suffire à elle-même. Dans mon cas, je la couple à une analyse quantitative, par exemple. Néanmoins, elle permet de déblayer une bonne partie du terrain.

Je ne sais pas si cette méthode est la bonne. Simplement, je la construis au fil de mes confrontations avec ce fonds, en faisant en sorte qu’elle réponde au mieux à mes besoins – et aux caractéristiques de mon corpus.

Les conseils sont bien sûr les bienvenus !

 

Quelques références qui m’aident à débuter sur NVivo :

Un site très utile crée à partir d’un projet d’ouvrage à paraître sur l’utilisation de NVivo : http://nerdyscholar.com/projet-douvrage-nvivo/

Des vidéos :

https://www.youtube.com/watch?v=h0PwFgCosqA

https://www.youtube.com/watch?v=cO_9cDFhY5I

Il est possible de télécharger une version d’essai.


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *