Qu’est-ce que Simone de Beauvoir peut encore nous apporter?

A chaque fois que cette grande question m’est posée, un flot de paroles se tient prêt à se précipiter hors de ma bouche. Et à chaque fois, dans mon élan, dans mon désir plus qu’ardent de convaincre mon interlocuteur/trice, elles ne m’obéissent plus et finissent par former un fatras déstructuré et bien vite oublié…

Je choisis dans cet article de présenter brièvement quelques axes de la thèse d’histoire que je prépare dans l’espoir de montrer que non, nous n’en avons pas encore fini avec Simone de Beauvoir !

« Si j’en suis arrivée là, c’est grâce à vous ». Ecritures des hommes et des femmes « ordinaires » : le lectorat de Simone de Beauvoir (1943-1986) » est le titre de la thèse que je mène sous la codirection de Sylvie Chaperon et de Martine Reid.

Il s’agit de participer au renouvellement de l’histoire littéraire « par en bas », en héritage de l’ « history from below » britannique, en analysant la réception des œuvres de Simone de Beauvoir et de l’auteure elle-même à partir des lettres envoyées de la part d’un lectorat anonyme. Ce sont ces milliers de lecteurs et de lectrices dont les missives sont conservées à la Bibliothèque nationale de France qui sont mis à l’honneur et considérés comme des acteurs à part entière de l’institution littéraire.

A partir de là, plusieurs questionnements sont soulevés qui viendront au fil de la recherche définir des axes de plus en plus circonscrits.

– C’est d’abord un étrange paradoxe qu’il est nécessaire de pointer du doigts à la suite de Christine Planté et, plus récemment de Martine Reid : si la présence des femmes dans la culture vécue est largement perceptible, leur faible visibilité dans l’histoire littéraire n’est que trop avérée. Quels sont donc les processus à l’oeuvre dans le champ littéraire qui mènent à un tel état de fait ?

Il est vrai que Simone de Beauvoir est largement connue mais bien souvent de façon imparfaite. Elle est aux yeux de beaucoup soit la « femme » de Jean-Paul Sartre, soit la porte-parole du Mouvement de Libération des Femmes du début des années 1970 et une figure incontournable du féminisme. Notons qu’elle n’est que trop peu présente dans les manuels scolaires et les histoires littéraires ne mentionnent guère que Le Deuxième Sexe, L’invitée (son premier roman) et Les Mandarins (prix Goncourt 1954) pour enfin se concentrer sur son autobiographie, comme s’il s’agissait du seul genre littéraire pouvant légitimer l’écriture des femmes et leur présence dans l’institution littéraire. A ce sujet, il faut souligner que le peu d’oeuvres écrites par des femmes et proposées à l’étude par le programme de français au collège n’appartiennent qu’au genre autobiographique. Colette (Sido, La maison de Claudine), Annie Ernaux (La place) et Nathalie Sarraute (Enfance) sont les seules femmes dont les œuvres sont proposées à l’étude dans la catégorie « récit » en classe de troisième. Aucune n’est proposée dans les autres catégories (théâtre, poésie). En quatrième, on propose Charlotte ou Emily Brontë dans la catégorie « récit » et trois femmes en poésie : Marceline Desbordes-Valmore, Anna de Noailles et Marie Noël. C’est tout pour les quatre années passées au collège :http://cache.media.education.gouv.fr/file/special_6/21/8/programme_francais_general_33218.pdf(consulté le 16 octobre 2015).

Les écrivaines manquent donc à l’appel de la postérité littéraire. Triste constat.

Par ailleurs, de nombreux lecteurs et lectrices ont exprimé à Simone de Beauvoir leur désir d’écriture. Certain-e-s l’ont concrétisé. Parmi ceux-là, une majorité de femmes n’a pas réussi à convaincre les éditeurs et ce, malgré l’intervention d’un Jean-Paul Sartre ou d’une Simone de Beauvoir. Se poser la question de l’influence de Simone de Beauvoir dans le désir des femmes, mais aussi des hommes, « ordinaires » d’entrer en littérature et de la concrétisation de ce désir mène à reconsidérer la vision que l’on a d’une époque littéraire. Il s’agit donc de reconstituer l’espace des consommations possibles pour le public lecteur en matière de littérature à une époque donnée. A ce titre, les travaux de Martin Lyons invitaient à découvrir ce qui était réellement lu par les français au XIXème siècle. Il est apparu que les best sellers (au premier sens du terme : têtes de ventes) de l’époque ne sont pas ceux qui sont restés dans la postérité, et encore moins ceux que l’enseignement secondaire, plus précisément le collège, présente encore aujourd’hui à ses étudiant-e-s. En effet, les manuels couramment utilisés et les programmes composés par l’Education nationale ne présentent une histoire de la littérature que sous forme de courants et de grands auteurs. Il s’agit d’une littérature des classiques, une étude des classiques en somme.

– Il s’agit ensuite de dévoiler un aspect inédit de la personnalité de Simone de Beauvoir, aspect découvert au cours de la lecture du fonds des lettres reçues de lecteurs et de lectrices. Effectivement, Simone de Beauvoir, au cours de ces correspondances, endosse bien souvent le rôle de mentore littéraire et de guide intellectuelle. Les rapports entre l’auteure et son lectorat sont donc analysés au prisme d’une pratique peu connue mais répandue, la lettre à l’écrivain-e. Les travaux de l’historienne Judith Lyon-Caen sur cette pratique sont pionniers.

Il faut ici mentionner que seules les missives du lectorat sont à la disposition des chercheur-e-s. Ces correspondances ne permettent donc qu’une lecture en creux et il est primordial de retrouver les réponses de Simone de Beauvoir afin de mener une étude la plus complète possible.

– Les questions de réceptions, d’influences et d’appropriations des œuvres littéraires, beauvoiriennes plus précisément, sont alors soulevées. Il s’agit de mesurer l’impact de la totalité des œuvres de Simone de Beauvoir et pas seulement du Deuxième Sexe auquel les recherches académiques accordent un primat sans précédent. Selon les propositions de l’universitaire américain Stanley Fish qui écrit : « quand lire, c’est faire », une grande importance est donnée à la notion de “lecture performative”. Je propose donc de considérer qu’il appartient au lecteur ou à la lectrice seul-e de donner à la lecture et au contenu du livre une effectivité réelle, à visée individuelle ou collective.

Pour cela, ce sont les lectrices qui sont bien souvent au centre du propos en tant que communauté interprétative qui a fortement contribué à forger l’image de Simone de Beauvoir en tant que porte-parole de leur sexe. Il s’agit de comprendre selon quels processus.

Ces quelques pistes ne sont qu’une petite surface du chantier qu’il reste à mener. Elles éclairent ce qui animera ce blog de recherche et permettent de cerner quelque peu l’étude menée.

Un appel à témoignages et une enquête sur les représentations de l’auteure seront bientôt mis en ligne. Toutes et tous êtes chaleureusement invité-e-s à y participer.

Bibliographie : 

Stanley Fish, Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives, Les Prairies Ordinaires, coll. Penser/Croiser, 2007 (1980), 144 p.

Judith Lyon-Caen, La lecture et la vie : les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006, 383 p.

Martin Lyons, Le triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture en France au XIXe siècle, Paris, Promodis, 1987, 302 p.

Christine Planté, « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique ? », Revue d’histoire littéraire de la France, 2003, n°3, vol. 103, p. 655-668.

Martine Reid, Des femmes en littérature, Paris, Belin, Coll. “L’Extrême contemporain”, 2010, 331 p.

Martine Reid (dir.), Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire, Paris, Honoré Champion, 2011, 212 p.


Publié par

Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *