Qui êtes-vous, Eleanor Roosevelt ?

Image en avant : portrait d’Eleanor Roosevelt en 1933

 

Le 13 janvier 2018, Arte diffusait un documentaire (réalisé en 2015) sur Eleanor Roosevelt. L’occasion pour moi de mieux connaître cette femme qui a réussi à faire imposer sa voix dans un monde d’hommes.

******************

Anna Eleanor Roosevelt est née en 1884, au sein d’une riche famille de l’aristocratie américaine. C’est en 1905 qu’elle épouse son lointain cousin, Franklin Delano Roosevelt. Avec lui, elle a 6 enfants, dont un meurt en bas âge. Le documentaire se concentre sur la période couvrant la présidence de Roosevelt : 1933-1945 et sur la façon dont sa femme a investi son rôle de First lady.

F. D. Roosevelt ne parle pas à sa femme de son intention de candidature aux élections présidentielles de 1832. Le jour de l »élection, le 8 novembre, puis de l’investiture, le 3 mars 1833, Eleanor apparaît en retrait, timide, effacée. Entre le jour où il est reconnu candidat officiel par le parti démocrate et le jour de l’investiture, F. D. Roosevelt ne mentionne, ni ne remercie publiquement sa femme. Eleanor se sent exclue, et pour cause…

Il faut revenir aux débuts de la carrière politique de F. D. Roosevelt. En 1920, il postule à la vice-présidence du Parti Démocrate. C’est un échec. L’année d’après, il contracte une poliomyélite qui le laisse avec un sérieux handicap puisque ses jambes sont paralysées. Dès lors, il est obligé de porter un lourd appareillage pour pouvoir se déplacer. C’est à cette période que Eleanor développe un intérêt accru pour la politique et les thèmes sociaux. Pour soutenir son mari et relayer ses visions politiques, elle adhère au Parti démocrate local et rejoint la Women’s Trade Union League ainsi que la League of Women Voters. Affirmant ses convictions féministes, elle souhaite montrer qu’une femme en politique peut être un atout. Dans ces années-là, elle noue des amitiés durables avec un certain nombre de féministes avec lesquelles elle crée un monde à part, une sorte de retraite, dans sa résidence de Val Kill. En 1929, Roosevelt devient gouverneur de l’Etat de New York. Sa femme le seconde, et tente d’assouplir son handicap. Sa mise à l’écart en 1932, au profit ensuite de sa belle-mère – qu’elle surnommait « le dragon » – lui laissa une certaine amertume.

De leur vie privée, on ne sait que trop peu. Le journalisme de l’époque était plus à la discrétion et à la pudeur qu’à l’étalage public de l’intimité des présidents. Roosevelt avait une maîtresse depuis 1918. Lorsque Eleanor le découvre, il promet de ne plus la revoir. C’est une première fissure dans leur relation.

portrait d’Eleanor Roosevelt en 1933.

L’apparente unité du couple, savamment mise en oeuvre par des conseillers présidentiels dont le plus proche de la Première date était Louis Howe, a donc dû se construire sur des différences. Ainsi, une fois Roosevelt élu président, il présente à la presse son entourage familial : il s’agit de véhiculer l’image rassurante d’une famille parfaite. Eleanor, qui s’était auparavant investie corps et âme dans les luttes sociales, est mise de côté par son mari qui refuse de lui donner un rôle significatif. Les lois du New Deal sont pourtant un héritage des réflexions entamées au sein du couple dans les années précédentes. Pourtant, elle ne renonce pas. Elle convainc son mari de nommer une femme – pour la première fois – comme secrétaire des affaires sociales et du travail : Frances Perkins. Sous la secrétaire, le syndicalisme est autorisé et les ouvrier.es obtiennent un salaire minimum.

Encouragée par Louis Howe qui l’incite à affirmer ses convictions féministes, Eleanor devient les yeux et les oreilles de son mari, allant partout où sa paralysie l’empêchait de se déplacer. Elle entreprend alors une sorte de tour des Etats-Unis pour observer les avancées du New Deal. Patiemment et avec attention, elle recueille la parole des opprimé.es et se montre plus proche que jamais du peuple américain. Elle développe très vite, au contact de la journaliste Lorena Hickok avec qui elle entama une relation ambiguë d’amitié amoureuse, la Première Dame développe ses réflexions autour de la notion de justice sociale et de partage de richesses. Elle s’engage alors auprès des mineurs.

Lorena suit la First Lady dans ses moindres déplacements, tout en tentant de se faire discrète et de rester dans l’ombre des photographes pour ne pas alerter l’opinion publique. A l’été 1933, elles partent toutes les deux en vacances, après imposé l’absence d’un garde du corps. Le documentaire montre des photos d’archives sur lesquelles Eleanor Roosevelt apparaît détendue et rayonnante : libre.

Car la liberté est chose centrale pour son bien être. Les protocoles imposés aux occupant.es de la Maison Blanche entravent sa liberté et l’ennuient. Ses voyages officiels sont un moyen de se reconnecter avec la réalité et d’être au service de la société. Elle se sent utile. Lors d’un voyage aux Caraïbes – le président l’a chargée de lui faire un rapport sur la situation sociale – elle amène quatre femmes journalistes et Lorena. Trois jours après leur départ, Lorena fête ses 40 ans. Les deux femmes s’enferment dans une chambre pendant de longues heures, ce qui provoque les sarcasmes des autres journalistes. Au retour, l’une d’entre elle révèle publiquement les caprices de la favorite et sous-entend une relation bien particulière entre les deux femmes. Mais ce qui ressort, une fois de plus, de ce voyage, c’est la gaieté et la liberté de la First Lady.

A ces retours de voyages, Eleanor reprend sa place de bonne épouse et mère de famille. Elle se fait la mère du peuple américain, un modèle pour les familles. Dès 1935, elle souhaite s’adresser au peuple sous une autre forme que ses voyages. Elle collabore alors à des journaux et des émissions radios qui lui permettent de dépasser la popularité de son mari. Sa chronique My Day rassemble des millions de lecteurs.trices : elle y parle de jardinage, d’éducation, de famille…

My Day By Eleanor Roosevelt

Au cours du deuxième mandat de son mari (1936-1940), elle est la cible du patron du FBI J. Edgar Hoover. Des lettres anonymes adressées au président lui demandent de faire taire sa femme. Quant à Hoover, il considère Eleanor Roosevelt comme une menace pour l’ordre établi. Non seulement son mode de vie et ses moeurs douteuses sont une menace aux valeurs traditionnelles de la famille, mais surtout les femmes ne devraient pas s’approcher du pouvoir ni gagner une quelconque influence. Hoover a constitué un dossier de près de 400 pages sur la First Lady, contenant des lettres d’amour à Lorena mais aussi des preuves de sa relation avec un garde du corps.

C’est dans ces années-là qu’elle déclare que le plus gros scandale dans les Etats-Unis est la situation de la population noire. Lorsque les Daughters of the American Revolution refuse que la cantatrice Marian Anderson, ne chante au Constitution Hall à Washington, sur l’invitation de la Howard University, Eleanor s’indigne et invite la cantatrice à chanter au Lincoln Mémorial. Le message est clair : Tous.tes les Américain.es sont égaux.les. Mais le président n’approuve pas et étouffe l’événement de peur de perdre les votes des électeurs démocrates catholiques.

                 

1940, début du troisième mandat de Roosevelt. Alors qu’il avait promis de ne pas engager les Etats-Unis dans la guerre qui faisait rage en Europe, les événements de Pearl Harbor l’obligent à prendre part au conflit. L’opinion publique est de son côté. Eleanor est reléguée à l’arrière plan : la guerre n’est pas une affaire de femmes. Mais elle persiste et se fait envoyer à Londres pour s’enquérir de la situations et pour soutenir les troupes.

Autre fissure pour le couple. A son retour et dans les années qui suivent, son mari ne l’écoute plus et semble avoir trouvé en leur fille, Anna, une confiance dont Eleanor est jalouse. C’est Anna qui accompagne son président de père à Yalta.

Le jour de sa mort, le 12 avril 1945, le président se trouvait avec sa maîtresse. Pour Eleanor, c’est un choc car si elle avait des doutes sur sa fidélité, elle avait pourtant fait jurer à son mari de ne plus revoir sa maîtresse. Toute sa vie, elle aura tenté de se rapprocher de son mari. Lorsqu’elle découvre la première maîtresse, vers 1918, le couple décide de faire chambre à part. Eleanor écrit : « De ma première nuit solitaire datait la naissance de ma volonté » (source : documentaire).

Elle quitte la Maison Blanche. A 60, elle ouvre un nouveau chapitre de sa vie et joue un rôle important aux Nations Unis, donne des conférences, participe à des rencontres politiques et poursuit sa lutte pour les femmes et les minorités.

                   

************************

“Val-Kill is where I used to find myself and grow.  At Val-Kill I emerged as an individual.”
-Eleanor Roosevelt

 

« Mais qui êtes-vous, Eleanor Roosevelt ? » Une personnalité complexe, parfois contradictoire – quel être humain ne l’est pas ? – avec une soif d’indépendance et de liberté individuelle tout en protégeant la réputation et l’oeuvre politique de son mari ; mais aussi et surtout, une femme avec une passion sans commune mesure pour la politique et un engagement sans faille pour les opprimé.es et les droits de l’humanité. Le documentaire manque peut-être de détails concrets sur les engagements et les actions de la First Lady. Quelques lectures sont conseillées plus bas ↓ 

Le + du documentaire : des documents d’archives inédits (photos, vidéos, enregistrements audio…)

 

Quelques lectures : 

Claude-Catherine Klejman, Eleanor Roosevelt : first lady et rebelle, Paris, Tallandier, 2014.

Beata de Robien, Les passions d’une présidente : Eleanor Roosevelt, Paris, Perrin, 2000.

Ecrits d’E. Roosevelt : 

My Day: the best of Eleanor Roosevelt‘s : acclaimed newspaper columns 1936-1962, USA, De Capo Press, 2001

Courage in a dangerous world : the political writings of Eleanor Roosevel, USA, Columbia University Press, 1991.

The autobiography of Eleanor Roosevelt, USA, De Capo Press, 1999 (1962).


Marine Rouch

Doctorante à l’université de Toulouse Jean Jaurès – Histoire contemporaine des femmes et du genre – Histoire littéraire – Laboratoire FRAMESPA (UT2J) – Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *