Simone de Beauvoir et Laurent Gagnebin : rencontre épistolaire et collaboration philosophique

Avec mes remerciements à Laurent Gagnebin, pour sa générosité, sa disponibilité et sa patience.

 

Le 28 août 1967

Laurent Gagnebin prend la plume pour écrire à Simone de Beauvoir. Voici sa lettre, qu’il envoie aux bureaux des Temps Modernes :

Chère Madame,

Je me permets de vous écrire en toute simplicité pour vous demander de bien vouloir accepter, puis lire si possible, le manuscrit de ce livre que je vous consacre et dont j’espère que la teneur, malgré de légitimes réserves, pourra vous intéresser.

Âgé de 28 ans, d’origine suisse, pasteur d’une paroisse réformée et libérale de Paris, c’est avec un rare bonheur que j’ai lu votre œuvre entière, c’est avec une joie intense que j’ai écrit ce texte ; ses pages, plus que de vaines explications épistolaires, vous diront l’admiration, le respect et la profonde confiance que je vous porte.

Ayant déjà publié en Suisse deux essais du même ordre, l’un consacré à Gide et l’autre à Camus, mais ayant rompu, pour des raisons d’ordre politique et philosophique avec mon éditeur lausannois d’alors, l’étude que je vous envoie sera publiée en France prochainement, à compte d’auteur hélas cette fois-ci (chez Berger-Levrault).

Puis-je vous assurer, sans jouer sur les mots ni avec les sentiments, que votre influence a été déterminante dans ma réflexion et mon orientation politiques.

Mais, trêve de confidences, j’aimerais encore, pour conclure ce bref message, vous exprimer sans détour deux désirs très vifs.

Le premier serait d’avoir le plaisir et le privilège de vous rencontrer. Vous pourriez alors me communiquer les erreurs relevées peut-être dans mon étude ; vos réactions aussi et surtout m’intéresseront.

Le deuxième, plus délicat à réaliser il est vrai, serait de savoir si vous accepteriez éventuellement de préfacer (lettre-préface, par exemple) cet essai. Vous devinez combien ce geste généreux me toucherait et quel pourrait en être le poids pour l’avenir de mon étude. Je m’en voudrais de vous importuner et comprendrais très bien un refus.

Dans l’attente de votre réponse et en vous remerciant pour la peine que vous aurez prise à me lire, je vous prie de croire, chère Madame, à mes sentiments de respectueuse et confiante attention.

Laurent Gagnebin

La réponse tarde à arriver, se souvient Laurent Gagnebin (oui, nous nous sommes rencontré·es, je vais y venir…), le jeune homme patiente et pense : Beauvoir aurait-elle été refroidie par son statut – pasteur, homme de religion, homme de foi…?1

La foi religieuse, on sait que Beauvoir l’a perdue au cours de son adolescence2.

Pourtant…

Un jour, entre 2014 et 2017…

Dans la magnifique salle des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, je consulte le fonds Simone de Beauvoir – lettres reçues, sous-unité « lettres reçues de lecteurs3 » ; je les compte patiemment (20 000 lettres environ), je les lis, j’en transcris certaines… Je suis alors étudiante en Master, ou bien doctorante en histoire ? Je ne sais plus… Je n’arrive pas à me souvenir de l’année, ni du moment précis où je tombe sur cette toute première lettre de Laurent Gagnebin4.

Son nom m’est familier. Dès le début de mes recherches, j’avais entrepris de me repérer dans la littérature critique (immense) consacrée à Beauvoir.

En France, les premières études – souvent biographiques – sont publiées à partir du tournant des années 19605. Le public français pouvait ainsi trouver en librairies les livres de Geneviève Gennari, Simone de Beauvoir (Éditions universitaires, 1958), d’Henry Antonin-Marcel, Simone de Beauvoir ou l’échec d’une chrétienté (Fayard, 1961), de Georges Hourdin, Simone de Beauvoir et la liberté (Éditions du Cerf, 1962). Puis, dans la seconde partie des années 1960, ceux de Francis Jeanson, Simone de Beauvoir ou l’entreprise de vivre (Seuil, 1966), Serge Julienne-Caffié, Simone de Beauvoir (Gallimard, 1966, Christian Louis Van Den Berghe, Dictionnaire des idées dans l’œuvre de Simone de Beauvoir (Mouton, 1966), et, enfin, Laurent Gagnebin, Simone de Beauvoir ou le refus de l’indifférence (Éditions Fischbacher, 1968)6.

Que les études fleurissent dans les années 1960 n’a rien d’étonnant : il s’agit du moment où Beauvoir publie les trois volumes de ses Mémoires7 sur lesquels la plupart de ces auteurs et autrices s’appuient largement8 La notoriété de l’écrivaine atteint alors son apogée ; les engagements politiques (guerre d’Algérie, Affaire Boupacha, féminisme, Tribunal Russell contre les crimes commis au Vietnam, etc.), ses voyages, et la traduction de ses œuvres en des dizaines de langues y participent.

Rappelons que Beauvoir est alors loin d’être une personnalité consensuelle. En France, et plus largement dans les pays occidentaux, elle représente la subversion précisément parce qu’elle remet en question l’ordre bourgeois, capitaliste, raciste et sexiste à l’origine de la subalternisation de certains groupes d’individus9. Pour mener cette lutte, elle écrit, donne des conférences, voyage, échange avec ses lecteurs et lectrices du monde entier, soutient les écrivain·es et aspirant·es-écrivain·es (Marie Vieux-Chauvet, Michèle Lacrosil, Violette Leduc, Claire Etcherelli…) qui s’inscrivent dans des démarches similaires10.

Beauvoir s’estime souvent mal comprise. Il faut dire qu’elle est régulièrement prise à partie dans les médias et que son œuvre y est souvent réduite et critiquée. C’est pourquoi elle soutient les projets dont elle juge qu’ils pourront être favorables à une meilleure et plus juste compréhension de son œuvre. Ainsi, chacun·e des auteurs et autrices cité·es plus haut (sauf Henry-Antonin Marcel, dont je n’ai trouvé aucune trace dans le fonds des lettres reçues) a échangé avec Beauvoir au sujet de leur projet d’écrire sur sa vie et son œuvre11. Le fonds contient aussi des traces de projets avortés, ainsi que les lettres de nombreux·ses étudiant·es annonçant (vouloir) réaliser des thèses sur la vie et l’œuvre de l’écrivaine12. L’écrivaine répond, remercie, guide, conseille…

Elle est une actrice centrale de la réception de son œuvre, et de sa postérité.

Automne 1967

Si Beauvoir ne répond pas tout de suite, c’est qu’elle est en vacances en Italie (début août-mi septembre 1967), puis en déplacement à Bruxelles pour une séance préparatoire du Tribunal Russel contre les crimes commis au Vietnam (21-22 septembre 1967)13. C’est au cours de l’automne que la réponse arrive, finalement, au domicile de Laurent Gagnebin, rue du Pasteur Wagner.

Monsieur,

Rentrant de vacances, je trouve votre très intéressante étude sur moi. Ci-joint une lettre officielle vous exprimant mon approbation. Néanmoins, à titre privé, je vous ferais deux critiques et je pense que vous devriez en tenir compte avant de donner le livre à l’impression.

[…]14

Mais c’est peu de chose à côté de tant de sympathie, d’intelligence, de pénétration sur tous les points où je suis d’ordinaire attaquée, vous m’avez magnifiquement défendue. Je n’avais pas l’intention en commençant la lecture de votre texte d’écrire une lettre-préface : c’est sa qualité qui m’en a décidée. Donc merci.

Et avec toute ma sympathie,

S. de Beauvoir

La lettre est accompagnée de la « lettre-préface » demandée par le jeune auteur.

Lettre à utiliser en guise de préface.

S. de Beauvoir

Cher Monsieur,

Bien que plusieurs très bons livres m’aient été consacrés vous avez eu bien raison de penser que le vôtre pourrait apporter une note nouvelle. Connaissant admirablement mon œuvre et ce qui a été écrit sur elle, vous avez réussi à faire entendre une voix originale et jeune. Plus qu’aucun autre écrivain peut-être, je déplore les malentendus qui naissent fatalement entre lui et son public, puisque, comme vous l’indiquez, je souhaite établir avec mes lecteur un dialogue direct, vivant. Il m’est donc extrêmement précieux que vous vous soyez attaché, avec tant de bonheur, à les dissiper. Réserves, critiques, contradictions, je les accepte bien volontiers : à condition qu’elles concernent une véritable pensée que trop souvent on travestit. Quiconque vous aura lu ne pourra plus – s’il a quelque bonne volonté – se laisser tromper par ces déguisements. Vous m’avez comprise avec une exactitude et une subtilité remarquables ; et vous avez tout mis en œuvre pour que vos exposés clairs, rigoureux, nuancés, obligent les autres à me comprendre.

On me lira mieux vous ayant lu. C’est de grand cœur que je vous dis : merci.

S. de Beauvoir

C’est grâce à Christian Walter, ami de Laurent Gagnebin qui m’a contactée en août 2023 pour me soumettre un compte-rendu de Simone de Beauvoir ou le refus de l’indifférence, que j’ai eu la chance et le plaisir de rencontrer l’auteur du livre15.

25 janvier 2024

Laurent Gagnebin me donne rendez-vous à son domicile à 14h. Je m’y rends, avec la transcription des lettres qu’il a adressées à Beauvoir entre 1967 et 1985. Nous échangeons pendant près de deux heures au cours desquelles Laurent Gagnebin revient sur son parcours intellectuel et sur l’écriture de son Simone de Beauvoir, avant de me tendre une liasse de lettres, celles de Beauvoir, qu’il a précieusement gardées16.

© Marine Rouch

Laurent Gagnebin naît en 1939 en Suisse, à Lausanne. Ses parents divorcent alors qu’il est encore un jeune enfant et il grandit auprès de son père d’extrême droite et pasteur, de sa belle-mère (il rend visite régulièrement à sa mère) et de ses 5 frères et sœurs. Dans ce climat conservateur et de protestantisme très orthodoxe, le jeune garçon sent qu’il s’éloigne progressivement du christianisme et développe une vision progressiste de la foi et des croyances. Contre toute attente, la littérature athée (il obtient d’ailleurs un baccalauréat de lettres classiques en 1958 au lycée de Lausanne) va l’aider à s’y reconnecter et va orienter sa pratique de la théologie que l’on pourrait qualifier d’« existentialiste »17

Ainsi, dans les années 1950, alors qu’il est encore collégien, Laurent Gagnebin est « conquis » par Ainsi soit-il ou les jeux sont faitsdernier volume du journal d’André Gide, publié en 1952, un an après la mort de son auteur. Au tournant des années 1960, il propose des conférences sur ce dernier dans les cercles étudiants. Il a tout juste 20 ans lorsque l’éditeur suisse Bertil Galland le remarque et lui propose d’écrire un livre sur le sujet. Ce sera André Gide nous interroge, publié en 196118.Deux ans plus tard, en 1963, il publie Albert Camus dans sa lumière, fruit d’une commande du même éditeur. Les deux ouvrages sont bien accueillis et ont localement beaucoup d’écho.

Si Laurent Gagnebin lit et décide d’écrire sur Gide et Camus, ce n’est pas seulement parce qu’un éditeur le lui demande, mais avant tout parce que les critiques formulées par ces auteurs athées contre la religion font écho aux siennes, qu’ils développent depuis son enfance puritaine. Ses deux premiers livres – et les suivants, on le verra – sont à lire comme une volonté de Gagnebin de dialoguer avec l’athéisme contemporain dans le but de nourrir sa réflexion et sa pratique théologiques. Grâce à eux, dit-il, « je suis resté chrétien ».

En 2009, les quatre livres de Gagnebin sur les écrivain·es athées Beauvoir, Camus, Gide et Sartre sont réunis dans L’Athéisme nous interroge. Beauvoir, Camus, Gide, Sartre, Paris, Van Dieren, 2009.

En 1963, avec sa licence de théologie en poche19 (équivalent du Master d’aujourd’hui), Gagnebin est envoyé à Paris dans le cadre d’un accord entre la Faculté de théologie de Lausanne et la paroisse de l’Oratoire de Paris pour exercer en tant que pasteur durant trois ans. Il ne quittera plus Paris20. Parallèlement, il poursuit ses lectures et recherches. Laurent Gagnebin se tourne notamment vers l’existentialisme athée et chrétien dans lequel il trouve une philosophie de vie21. Toutefois, Il trouve souvent que l’existentialisme chrétien est « trop pessimiste »22 (Kierkegaard).

Vers 1966, son éditeur suisse lui commande un troisième ouvrage, sur Sartre cette fois. Comme beaucoup à l’époque, Laurent Gagnebin passe par l’œuvre de Beauvoir, les Mémoires en particulier, pour entrer dans celle de Sartre. « Certes, mon premier projet avait été d’écrire un livre sur l’œuvre de Jean-Paul Sartre », écrit Gagnebin dans l’introduction de son ouvrage, « [p]our réaliser cette entreprise, je lus d’un trait et avec passion les trois volumes des Mémoires de Simone de Beauvoir […] ; ils me découvrirent surtout un auteur que je connaissais mal et qui me plut d’emblée : Simone de Beauvoir.23 »

« J’ai rencontré une voix », me confirme-t-il le 25 janvier 2024.

Lorsque Laurent Gagnebin informe son éditeur Bertil Galland de son projet d’écrire plutôt un livre sur Beauvoir, celui-ci accepte avant de finalement refuser de le publier, sans en expliciter les raisons. Antiféminisme ? Désaccord idéologique ? Laurent Gagnebin ne s’explique pas la décision de son éditeur. Toujours est-il qu’il poursuit son projet, soumet le manuscrit à d’autres maisons d’éditions, qui refusent, et décide finalement de le publier à compte d’auteur.

C’est à ce moment-là que dans une dernière tentative de sauver son livre, il écrit à Beauvoir. Les événements, que l’on connaît désormais, s’enchaînent : Beauvoir accepte de préfacer l’ouvrage, Gagnebin le soumet à un nouvel éditeur (Fischbacher, éditeur protestant libéral parisien), qui accepte. Le livre paraît en 1968.

Pour Laurent Gagnebin, la « lettre-préface » a été décisive.

2 février 1968

Chère Madame,

Comme vous le voyez, le livre que je vous consacre et que vous avez si généreusement préfacé va sortir de presse prochainement (chez Fischbacher éditeur, maison protestante modeste). Je me réjouis beaucoup de cet événement. […] 

23 juin 1968

Cher Monsieur,

Merci de votre livre que j’ai relu avec le plus grand des plaisirs. Je souhaite pour vous et pour moi qu’il ait beaucoup de lecteurs.

[…]

En toute sympathie,

S. de Beauvoir

25 janvier 2024

Comment expliquer un tel soutien et investissement de la part de Beauvoir ?

L’on pourrait considérer les échanges entre Beauvoir et Gagnebin comme relevant du mentorat et du marrainage littéraires, deux termes que j’utilise pour analyser les efforts d’une écrivaine reconnue par le champ littéraire pour aider des aspirant·es écrivain·es à s’insérer dans ce même champ24.

Mais les enjeux me semblent ici aller bien au-delà.

Beauvoir n’écrit pas facilement des préfaces ; le fonds des lettres reçues regorge de demandes de préfaces, de la part d’inconnu·es comme de correspondant·es privilégié·es, que Beauvoir décline le plus souvent. Comme ses interventions publiques dans la presse écrite, à la radio ou à la télévision, elle les réserve, de façon très réfléchie, à des causes ou des œuvres (les siennes ou d’autres) dont elle juge qu’elles nécessitent d’être défendues, ce que Sylvie Le Bon de Beauvoir m’a confirmé en 201925

Simone de Beauvoir ou le refus de l’indifférence, une œuvre à défendre ?

Assise en face de Laurent Gagnebin, dans son salon, je photographie les lettres de Beauvoir. L’écriture est presque illisible et je sais qu’il me faudra plusieurs heures pour les déchiffrer et les transcrire. C’est même peut-être de plusieurs jours dont j’aurai besoin pour être certaine que mes yeux ne me jouent aucun tour (lis-je bien « pénétration » et non « perspicacité » ?). En attendant, je saisis quelques bribes :

Je souhaite pour vous et pour moi qu’il ait beaucoup de lecteurs.

Pour vous et pour moi.

Cette phrase suggère une collaboration entre Beauvoir et Gagnebin ; elle suggère que leurs échanges relèvent, du moins en partie, d’une alliance stratégique pouvant bénéficier à l’un comme à l’autre : à la poursuite des recherches et à la carrière de Gagnebin, ce point est désormais je crois assez clair ; et à la réception et postérité de l’œuvre beauvoirienne.

Dans sa lettre-préface, Beauvoir écrit : « vous avez réussi à faire entendre une voix originale et jeune ». Il me semble que ces deux qualificatifs expliquent assez bien le soutien de Beauvoir pour cette analyse de son œuvre faite par un jeune qui n’a pas encore 30 ans (Beauvoir souligne dans ses Mémoires combien elle apprécie s’entourer de jeunes) et qui, dès l’introduction, souligne l’originalité de l’œuvre et de la pensée de Beauvoir par rapport à celle de Sartre. Aujourd’hui, me dit Laurent Gagnebin, il écrirait sans doute un ouvrage démontrant comment c’est, en fait, Beauvoir qui a influencé Sartre26

Dans une communication27, puis dans un article28, la philosophe beauvoirienne états-unienne Margaret A. Simons soulignait combien dans ses Mémoires et ses interviews, Beauvoir avait selon elle participé à l’invisibilisation de sa propre pensée. L’exemple de sa collaboration avec Laurent Gagnebin offre des nuances intéressantes.

Lors de la publication, elle adopte une double posture.

En effet, elle ne prend pas part à la promotion du livre : lorsque le producteur de télévision Jacques Chabannes invite Gagnebin et Beauvoir à participer à une émission du soir, Beauvoir refuse d’y paraître (« En effet, je ne veux pas paraître à la Télé29») ; elle explique aussi qu’il ne lui est pas possible de parler du livre dans Les Temps Modernes (« Nous avons l’habitude de ne jamais parler de nos livres ni de revues qui paraissent sur nous : voilà l’explication de ce silence30»). Beauvoir agit de même lorsque Claire Cayron, qu’elle a accompagnée dans son travail de recherche sur son œuvre, l’invite à la soutenance de sa thèse de doctorat (« Je suis désolée de vous décevoir, mais je n’irai pas à votre soutenance. Ce serait me mettre dans une position extrêmement déplaisante et même ridicule.31»).

Pour autant, dans l’ombre pourrait-on dire, Beauvoir s’enquiert de la réception de l’ouvrage.

10 Février 1969

Cher Laurent Gagnebin,

En effet, je ne veux pas paraître à la Télé. J’aimerais bien voir les papiers parus sur votre livre dont j’ai eu d’excellents échos : si vous me les envoyez, je vous les renverrai.

Très amicalement,

S de Beauvoir

15 avril 1969

Chère Madame,

Juste un petit mot pour vous signaler que le livre que je vous ai consacré connaîtra bientôt un heureux prolongement ; mon essai a en effet été l’objet d’un très bel article dans Les Nouvelles littéraires signé par Clément Borgal ; ce dernier vient de me commander pour la collection Œuvres et pensée aux Éditions Du Centurion un ouvrage sur Jean-Paul Sartre.

Pensant que cette nouvelle pouvait vous faire plaisir, je me permets donc de vous la donner avec l’expression de mon attachement

Laurent Gagnebin

Avril 1969

Cher Monsieur,

Je regrette de ne pas avoir lu l’article de Borgal dans Les N[ouvelles] L[ittéraires]. Quelle date était-ce ?

J’attends avec impatience de lire votre Sartre.

En toute sympathie,

S. de Beauvoir

Coupure envoyée à Beauvoir, puis conservée par Laurent Gagnebin après retour. Les Nouvelles littéraires, 1969.

 

22 octobre 1970

Chère Madame,

[…]

En passant, je vous signale que mon essai que je vous ai consacré se vend bien, c’est-à-dire très régulièrement, et que les articles ont été en général très positifs.

[…]

Laurent Gagnebin

1971-1972

La publication de son ouvrage sur Beauvoir donne à Gagnebin une meilleure visibilité dans les milieux théologiques et ecclésiaux français. Visibilité qui s’élargira grâce à la publication d’un ouvrage sur Sartre.

Comme il l’annonce dans sa lettre du 15 avril 1969, l’essayiste et directeur de collection Clément Borgal lui commande un ouvrage sur Sartre. Deux ans plus tard, il envoie le manuscrit terminé à Beauvoir.

Cher Monsieur,

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre essai sur Sartre. Tout ce que vous dites me semble très juste et aidera certainement à le mieux comprendre. Page 144 mettez « en partie » au lieu de principalement car il y a beaucoup d’autres sujets traités dans Situations.

Sartre n’a pas encore lu cet essai mais il le fera bientôt.

Merci pour toute l’amitié que vous nous manifestez dans notre lutte, et croyez à la mienne.

S. de Beauvoir32

Quelques mois plus tard, elle réécrit avec des détails bibliographiques :

Je vous signale la suite d’article de Pierre D. parus sur le Flaubert de Sartre dans Les Lettres Françaises en 71, je ne sais pas le numéro exact. Également sur Flaubert un article dans Critique, dernier trimestre 71. Un livre intéressant vient de paraître, de Verstraeten, Violence et éthique dans le théâtre de Sartre. C’est je crois chez Desclée.

J’espère que vous pouvez lire : je ne sais pas taper. J’espère aussi que votre essai finira par paraître33.

Beauvoir continue donc de soutenir Laurent Gagnebin après la publication de Simone de Beauvoir ou le refus de l’indifférence, et accepte même qu’un extrait de sa lettre soit cité en ouverture de ce nouvel ouvrage (« tout ce que vous dites me semble très juste et aidera certainement à le mieux comprendre ») qui paraît en 1972 aux éditions Resma/Centurion. Puis, en 1977, lorsque Gagnebin demande de nouvelles indications bibliographiques à l’occasion de la publication en poche (Marabout université), Beauvoir lui recommande de s’adresser à Michel Contat, proche de Sartre, co-auteur des Écrits de Sartre (avec M. Ribalka, Gallimard, 1970) et réalisateur de Sartre par lui-même (avec A. Astruc, 1976).

On savait déjà que Beauvoir avait été une médiatrice de l’œuvre de Sartre. Ceci le confirme encore.

25 janvier 2024

« Ne vous êtes-vous jamais confié à Beauvoir sur votre vie privé ? », je demande à Laurent Gagnebin. Je pense aux milliers de femmes et d’hommes qui ont écrit à l’écrivaine pour en faire leur confidente. Et je pense aux réponses de Beauvoir, et à son écoute et à sa disponibilité pour ses correspondant·es. « Je n’en ai jamais ressenti le besoin », me répond Laurent Gagnebin.

Beauvoir et Gagnebin ne se rencontrent pas en tête à tête, ni ne se parlent au téléphone. Leur relation est exclusivement épistolaire. Au-delà de la collaboration philosophique et des stratégies de visibilité que j’ai exposées plus haut, leurs lettres révèlent aussi une amitié et une fidélité intellectuelles sincères. Un échange autour de la publication de La Cérémonie des adieux et des entretiens tristement célèbres de Sartre avec Benny Lévy le montre particulièrement.

Décembre 1981

Chère Madame,

Cela fait déjà plusieurs semaines que je voulais vous écrire pour vous exprimer toute ma reconnaissance pour votre beau et émouvant livre : La Cérémonie des adieux, Entretiens. J’ai été touché par la dédicace qui me parle : « À ceux qui ont aimé Sartre, l’aiment, l’aimeront ». Je pense que votre livre si honnête, chaleureux, courageux, sera très précisément compris par ceux qui « aiment » Sartre et, qu’à travers cet ouvrage important, vous restez magnifiquement fidèle à la visée qui inspire vos mémoires. Merci donc infiniment pour cette fidélité qui nous permet ainsi de vous retrouver et cela sans failles, sans concessions ni complaisance ou facilité. Vos exigences de vérité sont là, plus que jamais, entièrement réalisées.

J’avais l’intention de vous écrire avant d’avoir lu le texte publié dans Libération par Arlette El Kaïm-Sartre. Ce texte dur n’a pas modifié mon jugement. Les entretiens de Sartre avec Benny Lévy m’avaient alors consterné et je vous suis entièrement dans votre appréciation, même si je ne suis pas en mesure d’avoir, sur la question délicate que vous soulevez, une appréciation aussi informée, bien entendu, que la vôtre. Mais j’ai été heureux de lire vos pages qui rejoignaient et confortaient un sentiment qui était mien.

Comme je vous l’ai déjà écrit, je crois, je suis maintenant professeur à la Faculté de théologie protestante de Paris, d’où, d’ailleurs, mon changement d’adresse.

J’aimerais vous consacrer un cours au semestre d’hiver 82-83. La seule difficulté pour moi vient du fait qu’il ne me sera pas facile de faire autre chose que ce que j’ai écrit dans le livre que je vous ai consacré. Je ne peux me répéter. On verra comment ce projet, qui me tient à cœur, pourra prendre forme et connaître un angle d’attaque différent et neuf.

Je pense souvent à vous, aux jours douloureux et tristes que vous avez vécus et vivrez encore34. Croyez, chère Madame, à mes sentiments reconnaissants et les meilleurs.

Laurent Gagnebin35

Cher Monsieur,

Merci de votre lettre si amicale et si réconfortante. Ma sincérité a choqué certains : je suis heureuse de savoir que vous l’approuvez. Heureuse aussi que vous ayez tout de suite compris que l’entretien avec Benni Levi n’était pas du vrai Sartre.

Je suis très contente à l’idée que vous me consacrerez un cours. De cela aussi, merci.

Avec ma fidèle et chaleureuse amitié.

S. de Beauvoir36

9 janvier 1985

Gagnebin continue d’approfondir sa connaissance de l’œuvre de Beauvoir et à la transmettre. Dans de nombreuses lettres, il explique à Beauvoir donner des conférences et des cours autour de sa pensée. Celle-ci fait suite à la lettre précédente :

Le cours que j’ai donné sur vous cette année passée, plus particulièrement dans le cadre de questions relevant du féminisme, a très bien marché. J’ai l’intention, l’an prochain, d’élargir les questions en m’attachant à votre œuvre de manière plus large et dans d’autres perspectives que celles du féminisme. Vous voyez que vous restez pour moi, y compris dans mes cours à la Faculté de théologie protestante, une présence et une belle interpellation.

25 Janvier 1985

Cher Monsieur,

Merci de votre très gentille carte et de votre fidèle amitié. J’ai été heureuse d’avoir de vos nouvelles.

Très amicalement,

S. de Beauvoir

C’est la dernière lettre que Laurent Gagnebin a reçue de la part de Beauvoir, un an et quelques mois avant son décès.

Cette lettre, Laurent Gagnebin l’a encadrée.

Ce geste, comme ses lettres et son ouvrage, dit combien le dialogue avec Beauvoir et son œuvre aura compté dans sa trajectoire personnelle, professionnelle et intellectuelle37

  1. Beauvoir a déjà correspondu et collaboré avec un prêtre catholique, Georges Hourdin, écrivant sur elle. Voir plus loin dans le corps de l’article. []
  2. Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, 1958. []
  3. Le fonds étant toujours en cours de classement, cette sous-unité a changé de nom : « Lettres reçues de lectrices et de lecteurs ». []
  4. Depuis février 2024, les lettres de Laurent Gagnebin sont regroupées dans la sous-unité « Lettres reçues de philosophes, écrivaines, écrivain, artistes et de proches ». Il faut saluer le travail du conservateur actuel, Guillaume Delaunay. []
  5. Il existe une étude en 1955 : La Vouldie, Simone de Beauvoir et ses « Mandarins », Paris, La Librairie française, 1955. La Vouldie est le pseudonyme de Jacques Ploncard d’Assac, journaliste antisémite, collaborationniste et, après la chute du régime de Vichy, expatrié au Portugal où il devient un proche conseillé de Salazar. []
  6. Dans les années 1970, citons par exemple : Chantal Moubachir, Simone de Beauvoir ou le souci de différence,  Paris, Éditions Seghers, 1972 ; Claire Cayron, La Nature chez Simone de Beauvoir,  Paris, Gallimard, 1973 ; Madeleine Descubes, Connaître Simone de Beauvoir, Paris, Resma, 1974 ; Daniel Armogathe, « Le Deuxième sexe » de Simone de Beauvoir : analyse critique, Paris, Hatier, 1977 ; Claude Francis et Janine Niepce, Simone de Beauvoir et le cours du monde, Paris, Klincksieck, 1978 ; Jean-Raymond Audet, Simone de Beauvoir face à la mort, Lausanne, L’Âge d’homme, 1979. []
  7. Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), La Force de l’âge (1960) et La Force des choses (1963). []
  8. De nombreux·ses autres auteur·trices de l’époque s’appuient sur les Mémoires de Beauvoir, souvent pour critiquer son mode de vie. Voir par exemple : Suzanne Lilar, Le Couple, Paris, Grasset, 1963 ; Geneviève Gennari, Le Dossier de la femme, Paris, Perrin, 1965. Les Mémoires de Beauvoir sont également considérés comme une entrée dans la vie, les œuvres et les engagements de Sartre. []
  9. Voir notamment Mickaëlle Provost, en particulier le chapitre 2 « Lectures de Simone de Beauvoir et de Franz Fanon » dans L’Expérience de l’oppression. Une phénoménologie du sexisme et du racisme, Paris, Presses universitaires de France, 2023. []
  10. Le fonds des lettres reçues reflète ces dynamiques. Voir Marine Rouch, « Circulations et appropriations transnationales des idées féministes. Pour une approche post-coloniale de la réception des œuvres beauvoiriennes », Europe, à paraître 2025 ; « ‘Vous êtes descendue d’un piédestal’ : une appropriation collective des Mémoires de Simone de Beauvoir par ses lectrices (1958-1964) », Littérature, n°191, 2018, p. 68-82. []
  11. Pour les années 1970, le cas de Claire Cayron est à la fois édifiant et passionnant : correspondante régulière de Beauvoir depuis le début des années 1960, Claire Cayron commence une thèse de doctorat sur « la nature chez Simone de Beauvoir ». L’écrivaine la soutient, se transforme en véritable « directrice de thèse » (Alice Caffarel-Cayron) et l’aide à publier son travail aux éditions Gallimard (1973). Alice Caffarel-Cayron, linguiste et fille de Claire Cayron, travaille actuellement sur le sujet. Une partie de la correspondance croisée Beauvoir/Cayron est publiée dans Marine Rouch, « Chère Simone de Beauvoir ». Vies et voix de femmes « ordinaires ». Correspondances croisées (1958-1986), Paris, Flammarion, 2024. []
  12. C’est le cas, par exemple, de Margaret A. Simons et Björn Larsson, deux figures des études beauvoiriennes. []
  13. Sylvie Le Bon de Beauvoir, « Chronologie », dans Simone de Beauvoir, Mémoires II, Paris, Pléiade, 2018, p. XXXIII. []
  14. Les remarques sont : (1) Sur l’interprétation de L’Invitée. Laurent Gagnebin soulignait le refus de Françoise de la relation à autrui. Beauvoir répond que c’est Xavière qui refuse de partager le monde avec Françoise, d’où la nécessité pour Françoise d’anéantir Xavière par le meurtre, seule solution pour tuer une autre conscience. (2) Selon Beauvoir, Gagnebin la rapproche trop de Camus par « goût du syncrétisme » ; « Et on ne peut pas parler à mon propos de nature humaine », écrit-elle. []
  15. Je ne traiterai pas ici du contenu du livre de Laurent Gagnebin (voir le compte rendu de Christian Walter) mais seulement du contexte de production et de réception de l’ouvrage. Je précise simplement que lors de notre rencontre en janvier 2024, Laurent Gagnebin m’a confié avoir évolué sur un certain nombre de points dont il traite dans le livre, notamment sur la question des institutions (famille et église notamment) à l’égard desquelles il se dit « réservé ». Lorsque je lui ai demandé s’il n’avait pas été difficile d’exercer en tant que pasteur tout en formulant des critiques envers la religion (j’y reviens dans l’article), il m’a répondu une phrase que je trouve très belle : « Pour ne pas être déçu par l’Église, il ne faut pas se faire à son sujet d’illusion ». Par ailleurs, l’ouvrage ne reflète pas les débats féministes actuels tant les mouvements et les enjeux ont évolué. []
  16. Depuis, Laurent Gagnebin en a fait généreusement don à la BnF. []
  17. Sur le sujet, je renvoie à ces deux entretiens avec Laurent Gagnebin : « Entretien avec Laurent Gagnebin », Recherche plurielle, sans date ; et « Laurent Gagnebin ou le choix de l’existentialisme », Lumière et vie, n°294, avril-juin 2012, p. 5-19. []
  18. Le père de Laurent Gagnebin, Charles-Louis Gagnebin de Bons meurt avant la publication de ce premier livre. Sa mère, Suzanne-Jenny de Bons, a, quant à elle, tapé le manuscrit du livre. Elle est décédée en 1980. []
  19. Il obtient un doctorat en théologie de l’université de Lausanne en 1986. []
  20. Après avoir été pasteur au sein de la paroisse de l’Oratoire (1963-1966), il sera pasteur de la paroisse du Foyer de l’Âme (1966-1981) puis Professeur de théologie à la Faculté libre de théologie protestante de Paris jusqu’à sa retraite (1981-2002). Il se marie en 1966 avec Danyèle Pickmann, une Française, avec laquelle il a un fils, Florent, en 1970. Il divorce en 1973. Laurent Gagnebin vit aujourd’hui encore à Paris. []
  21. Laurent Gagnebin obtient une maîtrise de philosophie de l’université de Dijon en 1976 qui lui permet d’accompagner son interprétation et sa pratique de la théologie et de l’inscrire dans une perspective plus large. Son mémoire, une traduction depuis l’allemand d’un inédit du philosophe existentialiste Nicolas Berdiaeff, a paru sous le titre Christianisme – Marxisme, Nicolas Berdiaeff (Le Centurion, 1975). []
  22. Voir Laurent Gagnebin, « Sartre et l’espoir », Autres Temps. Cahiers d’éthique sociale et politique, n°76-77, 2003, p. 151-161. []
  23. Laurent Gagnebin, Simone de Beauvoir ou le refus de l’indifférence, Paris, Fischbacher, 1968, p. 8 (ebook). []
  24. Marine Rouch, « Beauvoir et Violette ou la naissance du mentorat et du marrainage littéraires beauvoiriens », Roman 20-50, à paraître. Voir aussi ma communication : « Le rôle des réseaux internationaux d’amitié littéraire entre (aspirantes-)écrivaines en contexte post-colonial : stratégies féministes et homoérotiques lesbiennes (1944-1970) », Journée d’études « Beauvoir, Leduc et Cie : Littératures lesbiennes et circulations internationales », Toulouse, 28 mai 2024. []
  25. Pensons par exemple à ses préfaces à l’ouvrage de la gynécologue Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallée, Le Planning familial (Librairie Maloise,1959) ou encore l’article-entretien dans Le Nouvel Observateur avec Claire Etcherelli à l’occasion de la publication du premier roman de cette dernière, Élise ou la vraie vie (Denoël, 1967). Pour le détail des interventions, voir ma thèse, « Chère Simone de Beauvoir ». Voix et écritures de femmes « ordinaires ». Contribution à une histoire de la lettre à l’écrivain·e (1949-1970), Université de Toulouse, 2022, p. 124 et suivantes. []
  26. Kate et Edward Fullbrook sont les premiers à avoir exploré cette piste dans Simone de Beauvoir and Jean-Paul Sartre. The Remaking of a Twentieth Century Legend, Hemel Hempstead, Harvester Wheatsheaf, 1993. Il s’agit d’un axe qui a longtemps préoccupé les études beauvoiriennes dans leur souci de démontrer la légitimité philosophique de Beauvoir. Plus récemment, en France, les études se sont concentrées sur le fonctionnement du couple Sartre-Beauvoir. Voir Jean-Louis Jeannelle et Jean Bourgault, « Sartrébeauvoir », Genesis [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 15 décembre 2021, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/genesis/6235 []
  27. Margaret A. Simons, « Beauvoir’s Ironic Sacrifice or Why Philosophy is Missing from her Memoirs », en ligne : https://www.academia.edu/37013806/Beauvoirs_Long_March_is_the_published_title_of_a_revised_version_of_this_paper_originally_titled_Beauvoirs_Ironic_Sacrifice_ []
  28. Margaret A. Simons, « Beauvoir’s Long March”, Yale French Studies, n°135-136, 2019, p. 63-74. []
  29. Simone de Beauvoir à Laurent Gagnebin, 10 février 1969. []
  30. Simone de Beauvoir à Laurent Gagnebin, 6 juin 1969. []
  31. Simone de Beauvoir à Claire Cayron, septembre-octobre 1972. []
  32. Simone de Beauvoir à Laurent Gagnebin, 26 octobre 1971. []
  33. Simone de Beauvoir à Laurent Gagnebin, 11 février 1972. []
  34. Laurent Gagnebin fait référence au deuil de Simone de Beauvoir suite à la mort de Jean-Paul Sartre survenue le 15 avril 1980. []
  35. 17 décembre 1981 []
  36. 30 décembre 1981 []
  37. Laurent Gagnebin, « Deux ou trois choses que je sais d’elle [À propos de Simone de Beauvoir] », Autres Temps. Les cahiers du christianisme social, n°27, 1990. p. 101-103. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marine Rouch (19 juin 2024). Simone de Beauvoir et Laurent Gagnebin : rencontre épistolaire et collaboration philosophique. Chère Simone de Beauvoir. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11uvf


Marine Rouch

Docteure en histoire contemporaine (université de Toulouse Jean Jaurès). Autrice de Chère Simone de Beauvoir... (Flammarion, 2024).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search