La Vieillesse et la question de l’authenticité

[Read the English version of this text]

Par Sonia Kruks

Philosophe à Oberlin College (USA), elle est connue pour ses recherches sur les idées politiques et sociales des existentialistes français. Elle a également publié de nombreux ouvrages sur la théorie féministe. Sonia Kruks est une spécialiste de longue date de Simone de Beauvoir. Son livre, Simone de Beauvoir and the Politics of Ambiguity (Oxford, 2012), a pavé la voie à de nombreuses recherches.
Elle a récemment publié un essai sur la vieillesse avec Kate Kirkpatrick.

***

Il s’agit de la version abrégée d’une communication prononcée dans le cadre de la conférence annuelle (2-4 juin 2022) de la Société Internationale Simone de Beauvoir.

 

On ne naît pas vieux1 : on le devient – et devenir vieux, comme devenir une femme, c’est devenir « l’Autre ». Les vieux sont rejetés « en dehors de l’humanité », écrit Beauvoir dans La Vieillesse, et ils sont considérés comme des « sous-hommes » (LV 10, 531)2. Bien qu’il existe d’importantes différences, l’existence des femmes et des personnes âgées (quel que soit leur genre) est profondément marquée par l’altérité.3.

Beauvoir avait soutenu dans Le Deuxième sexe que, malgré leur altérité, une authentique quête de liberté restait possible pour les femmes. En effet, « devenir femme » implique également un projet de construction active de soi et n’est pas réductible à un « être faite femme » passif. Ainsi :

Les pièges de la mauvaise foi, les mystifications du sérieux les guettent [les femmes et hommes]4

et la liberté des femmes :

ne saurait authentiquement s’assumer que dans la révolte : c’est là le seul chemin ouvert à ceux qui n’ont la possibilité de rien construire ; il faut qu’ils refusent les limites de leur situation et cherchent à s’ouvrir les chemins de l’avenir5.

Mais qu’en est-il des vieux ? Peuvent-ils encore « s’ouvrir les chemins de l’avenir » ? La révolte, ou du moins la résistance, leur est-elle également ouverte comme un authentique chemin vers la liberté ? D’ailleurs, y a-t-il quelconque projet authentique qui leur soit ouvert ?

Il est frappant de constater que, bien que La Vieillesse soit organisée de manière similaire au Deuxième sexe, il n’y a pas d’équivalent à la dernière partie du Deuxième sexe , « La femme indépendante », sur la femme qui lutte pour affirmer sa liberté. On peut donc se demander si Beauvoir considère la vieillesse comme une situation unique, dans laquelle les exigences qu’elle adresse aux femmes (plus jeunes) pour qu’elles renoncent à la mauvaise foi et s’engagent dans une recherche authentique de la liberté ne s’appliquent plus ? Ou bien se pourrait-il qu’elle ait radicalement modifié, voire abandonné, son éthique antérieure ? Dans quelle mesure les valeurs que Beauvoir a défendues tout au long de sa vie persistent-elles, et comment ont-elles muté ou peut-être même ont-elles été abandonnées dans son livre sur la vieillesse ?

Le « désert » du monde de la vieillesse appauvrie et la question de la mauvaise foi

Dans Pour une morale de l’ambiguïté (1947), Beauvoir avait décrit le « sous-homme » comme celui qui s’efforce, par mauvaise foi, de fuir sa liberté et refuse de s’engager avec passion dans des projets. « C’est dans l’ennui qu’[il] éprouve le désert du monde »6 Apathique, craintif, dépourvu de désirs propres, les actes du sous-homme : « ne sont jamais des choix positifs : seulement des fuites » (Ibid. p. 57). Il est frappant de constater que, dans La Vieillesse, Beauvoir utilise également le terme de « sous-homme » pour désigner une majorité de personnes vieilles, mais avec une différence. En effet, le sous-homme n’est plus ici présenté comme celui qui choisit une fuite inauthentique de la liberté, mais comme celui dont l’existence est tellement constituée de privations déshumanisantes et de déficiences physiques qu’elle empêche toute action authentique. Elle écrit que ce n’est que lorsque

le vieillard n’est pas victime de conditions économiques et physiologiques qui le réduisent à l’état de sous-homme, [qu’]il demeure à travers les altérations de la sénescence cet individu qu’il a été […] (LV 531)

Mais peu ont cette chance.

Pour la grande majorité, le dernier âge est en effet un « désert ». Mais « si le retraité est désespéré par le non-sens de sa vie présente, c’est que de tout temps le sens de son existence lui a été volé » (LV 568). Dans une société capitaliste orientée vers le profit, où les coûts sont toujours mesurés par rapport aux bénéfices, après une vie de travail aliéné, ils sont mis de côté, considérés comme de « pur[s] déchet[s] », comme des « cadavres ambulants » (LV 13). Ils sont confrontés à un avenir « stérile » et à un monde « dépeuplé » et, après la retraite, sombrent dans une « sinistre apathie » (LV 475-6).

Dans Pour une morale de l’ambiguïté, comme dans Le Deuxième sexe, Beauvoir critique les individus qui sont complices de leur propre altérité, qui « fuient » la liberté dans des stratégies de mauvaise foi et d’auto-objectivation. Mais dans La Vieillesse, elle dépeint avec beaucoup de sympathie un éventail d’attitudes et d’actions qu’elle aurait autrefois critiquées et pris comme des exemples d’une telle fuite. Pour beaucoup d’anciens, affirme-t-elle, il s’agit plutôt de formes valables de « défense » :

Contre la précarité objective de sa situation, contre son anxiété intime, le vieillard cherche à se défendre : il faut interpréter – du moins en grande partie – comme des défense la plupart de ses attitudes. (LV 490)

Par exemple, une stratégie défensive courante que Beauvoir décrit avec sympathie consiste à « se réfugier dans des habitudes » (LV 490). Dans Le Deuxième sexe, Beauvoir critique les femmes qui se jettent dans les routines répétitives des travaux ménagers pour échapper à leur liberté. « Le ménage », écrit-elle, « permet en effet à la femme une fuite indéfinie loin de soi-même. » (DSII, 268). Cependant, Beauvoir ne décrit pas de la même manière l’adoption, parfois obsessionnelle, d’habitudes par les personnes âgées comme une forme de « fuite ». Au contraire, leurs habitudes sont la promesse d’une protection indispensable contre l’insignifiance de la vie. Les habitudes sont la façon dont « le vieillard échappe à l’écœurement d’un excessif loisir en le peuplant de tâches, d’exigences qui se traduisent pour lui par des obligations » (LV 491). Les habitudes rigides que beaucoup de personnes âgées adoptent leur offrent une certaine « sécurité ontologique » :

À travers elle [l’habitude], il sait qui il est. Elle le protège contre ses anxiétés diffuses en l’assurant que demain répètera aujourd’hui. (LV 493)

En plus de s’accrocher à leurs habitudes, les vieux s’accrochent souvent excessivement à leurs possessions. En fait, observe Beauvoir, les deux traits se confondent, puisque « les choses qui nous appartiennent sont pour ainsi dire des habitudes figées » (LV 494). En outre, la propriété elle-même est également ressentie comme : « une garantie de sécurité ontologique ». L’objectification de soi dans les choses, et en particulier l’identification à l’argent (qui est considéré comme synonyme de pouvoir), est une forme de défense courante : « Contre ceux qui prétendent ne voir en lui qu’un objet, le vieillard, grâce à ses biens, s’assure de son identité. » (LV 494). Cette défense a toutes les chances d’échouer, dit Beauvoir (LV 494-5). Cependant, elle ne considère pas cette auto-objectification comme une forme de mauvaise foi. De même, elle ne critique pas ceux qui tentent de se soustraire à leur situation en essayant de s’évader dans un monde figé par les souvenirs passés. Ils affirment « une immuable essence », écrit-elle, et ils

se racontent cet être qu’ils furent et qui survit en eux […]. [qu’]ils sont à jamais cet ancien combattant, cette femme adulée, cette mère admirable. (LV 384)

Leurs souvenirs ne peuvent « ressusciter le monde réel dont [ils] émanent » (LV 386), mais Beauvoir ne considère pas cet attachement au passé comme une fuite de la liberté.

 

D’autres expriment les handicaps de la vieillesse sous une forme exagérée afin de justifier le fait qu’ils s’auto-excluent de toute responsabilité quant à l’action. Le recours à l’hypocondrie est fréquent :

Pour beaucoup, la maladie sert d’excuse à l’infériorité qui est désormais leur lot. Elle peut être une justification à leur égocentrisme : leur corps réclame désormais tous leurs soins. (LV 320)

Cependant, loin d’être critique, Beauvoir ajoute que « c’est sur un fond d’angoisse bien réelle que se définissent ces conduites. » (Ibid.). De même, certains exagèrent des déficiences légères. Ayant quelques difficultés à marcher, ils « miment » la paralysie ; d’autres, un peu sourds, cessent d’écouter. Cependant, « à jouer l’infirme, on le devient » (LV 322). Certains renforcent ainsi leur exclusion du monde, même si celle-ci ne leur est pas encore totalement imposée (LV 322). On pourrait dire ici comme Beauvoir le dit des femmes (plus jeunes), qu’elles sont complices de leur statut d’opprimées ; en effet, elles se conforment en « se faisant objet » (DSII 193), mais Beauvoir ne fait pas, dans La Vieillesse, une telle affirmation. Au contraire, elle décrit avec sympathie un tel comportement, en particulier (mais certainement pas uniquement) de la part des personnes âgées appauvries et institutionnalisées. Non seulement les vieux sont « désespérés », « rancuneux et revendiquants » ; mais ils le sont : « à juste titre » (LV 322).

Lésé, brimé, il [le vieillard] riposte en refusant de jouer le jeu. Le monde des adultes n’est plus le sien : il en récuse les consignes et même la morale. (LV 505)

Pourtant, la mauvaise foi et l’inauthenticité n’ont pas disparu du lexique éthique de Beauvoir. En effet, elle commence son livre en excoriant la mauvaise foi de la plupart des « adultes actifs » (comme elle les appelle) qui cherchent à nier leur propre vieillesse immanente en objectifiant ceux qu’ils considèrent comme déjà vieux et vielles. Dans l’introduction, elle écrit :

Cessons de tricher ; le sens de notre vie est en question dans l’avenir qui nous attend ; nous ne savons pas qui nous sommes, si nous ignorons qui nous serons : ce vieil homme, cette vieille femme, reconnaissons-nous en eux. Il le faut si nous voulons assumer dans sa totalité notre condition humaine. (LV 11)

Au contraire, la plupart tentent de fuir cet « autre en nous » immanent et redouté (LV 306). Au lieu de chercher à se reconnaître dans les personnes âgées, les jeunes adultes les considèrent (et les traitent) comme une « espèce différente » ; c’est leur fuite de mauvaise foi de leur propre vieillesse naissante qui explique en grande partie le dénigrement et les mauvais traitements qu’ils infligent aux personnes âgées.

Authenticité dans la vieillesse “active”

Mais pour revenir aux vieux : si la grande majorité ne peut être accusée de mauvaise foi, cela signifie-t-il que Beauvoir a également mis en suspens ses notions antérieures de liberté et d’authenticité à l’égard des vieux ? Pas tout à fait. Car cette majorité, condamnée à une existence futile et dépourvue de sens, ne se situe qu’à l’une des extrémités du spectre des vies possibles qu’elle présente. À l’autre extrémité, insiste-t-elle, l’action authentique reste possible, mais seulement pour une élite. Elle est possible pour les quelques privilégiés qui ne souffrent pas de telles privations et qui se sont engagés dans des projets significatifs plus tôt dans leur vie. De nombreux exemples détaillés qu’elle propose concernent ces personnes : ce sont celles qui bénéficient à la fois des ressources existentielles et matérielles nécessaires pour prolonger la vie « active ». Il s’agit principalement d’artistes, d’écrivains, de compositeurs, continuant à être créatifs. En effet, ils peuvent créer en se libérant de leurs « fantaisies et illusions » antérieures.

Réalisant désormais que l’idée d’avancer vers un but était un « leurre » et que (citant les mots de Sartre) la vie est « une passion inutile » (LV 517), ces individus peuvent agir de manière à « mettre entre parenthèses » (Ibid.) leurs désirs personnels antérieurs de célébrité (etc.) pour plutôt s’engager librement dans des activités valorisées pour leur propre compte ou pour le compte de l’humanité. En effet, certains poursuivent les projets de leur vie avec optimisme jusqu’à la fin, même en dépit d’une mauvaise santé physique croissante. Renoir, dit-elle par exemple, a non seulement continué à peindre avec détermination alors qu’il était à moitié paralysé, mais il a aussi senti que son art se développait (LV 332). Elle cite Victor Hugo comme autre exemple : bien qu’affaibli, il est resté créatif et a été célébré publiquement jusqu’à un âge très avancé (LV 531).

Ni authenticité ni mauvaise foi ?

Dans Le Deuxième sexe, Beauvoir insistait :

Tout sujet se pose concrètement à travers des projets comme une transcendance ; il n’accomplit sa liberté que par son perpétuel dépassement vers d’autres libertés ; il n’y a d’autres justifications de l’existence présente que son expansion vers un avenir indéfiniment ouvert.(DSI 33, l’autrice souligne)

Elle continue d’affirmer une notion similaire de liberté dans ses exemples de vieillesses créatives. Elle la réaffirme également avec insistance dans la conclusion de La Vieillesse. Elle y écrit : « Les projets ne concernent que nos activités. Subir l’âge n’en est pas une. » Puis :

Pour que la vieillesse ne soit pas une dérisoire parodie de notre existence antérieure, il n’y a qu’une solution, c’est de continuer à poursuivre des fins qui donnent un sens à notre vie : dévouement à des individus, des collectivités, des causes, travail social ou politique, intellectuel, créateur. […] il faut souhaiter conserver dans le grand âge des passions assez fortes pour qu’elles nous évitent de faire un retour sur nous. (LV 566-7).

La notion de liberté authentique que Beauvoir propose ici suppose la continuation dans la vieillesse, bien qu’un peu diminuée, des passions et de la vitalité et, surtout, de la poussée temporelle vers l’avant, qui alimente les projets libres et transcendants des jeunes adultes. Elle termine son livre en envisageant une « société idéale » dans laquelle ces passions et cette vitalité pourraient se poursuivre pour toustes jusqu’à la fin de la vie (LV 569).

Dans une telle société « idéale », après avoir participé toute leur vie à une activité collective significative, les individus resteraient des participants sociaux actifs et appréciés jusqu’à la fin de leur vie. Ils s’engageraient dans une action authentique jusqu’à ce qu’ils meurent finalement d’une brève maladie « sans avoir subi de dégradation » (LV 569).

L’« idéal » de Beauvoir présuppose le renversement de la société capitaliste contemporaine ; elle termine son livre en déclarant que « c’est tout le système qui est en jeu et la revendication ne peut être que radicale – changer la vie. » (LV 570). Cependant, elle a également montré en détail, plus tôt dans le livre, que la vieillesse est bien plus qu’une condition sociale oppressive. En effet, elle ouvre sa conclusion en remarquant que « c’est une vérité empirique et universelle qu’à partir d’un certain nombre d’années l’organisme humain subit une involution. Le processus est inéluctable. » (LV 565). Ainsi, l’« idéal » de vieillesse beauvoirien pourrait également être considéré comme un déni aversif de sa part du déclin physique qui accompagne le vieillissement dans toute société. Certain·es commentateur·trices en ont conclu que Beauvoir elle-même considérait les personnes âgées comme n’étant pas pleinement humaines, voire qu’elle participait à leur objectification. Je ne pense cependant pas qu’une telle conclusion soit justifiée.

Il est vrai que Beauvoir elle-même partage indéniablement la profonde terreur de la vieillesse qui imprègne la société moderne. Dans un passage bien connu de la fin de La Force des choses, elle écrit à propos d’elle-même que la vieillesse « m’a maintenant. Souvent je m’arrête, éberluée, devant cette chose incroyable qui me sert de visage. […] je vois mon ancienne tête où une vérole s’est mise dont je ne guérirai jamais.7 » Cependant, son aversion pour sa propre vieillesse imminente ne l’amène pas à la fuir en considérant les vieux comme « Autres ». Au contraire, son objectif en écrivant le livre est tout à fait opposé : révéler l’humanité des personnes âgées en brisant ce qu’elle appelle « la conspiration du silence » qui les entoure (LV 8). Dans l’introduction, elle déclare vouloir faire entendre la voix des personnes âgées. Elle écrit : « si on entendait leur voix, on serait obligé de reconnaître que c’est une voix humaine ; je forcerai mes lecteurs à l’écouter » (LV 8, l’autrice souligne).

Cependant, en affirmant l’humanité de ceux qui ne peuvent plus s’engager dans des projets significatifs, Beauvoir complique les distinctions entre liberté et « fuite », entre authenticité et inauthenticité ; distinctions qui sont au cœur de son éthique antérieure. Comme je l’ai soutenu dans des travaux précédents, Beauvoir est devenue au fil du temps de plus en plus consciente de la façon dont la force des choses, le poids des situations, peut restreindre la liberté, rendre les projets compliqués et même, parfois, limiter la possibilité de les concevoir. Pourtant, ce n’est pas seulement dans ses premiers « essais éthiques » et dans Le Deuxième sexe, mais plus tard encore, dans « La pensée de droite aujourd’hui » (1955) et dans des romans comme Les Mandarins (1954), Les Belles images (1966) et La Femme rompue (1968) que sa pensée s’articule toujours autour du jeu entre les deux « pôles » opposés de l’action libre authentique et des formes de fuite inauthentique, y compris la mauvaise foi et la complicité.

Comme je l’ai dit, cette antithèse est toujours opérationnelle dans La Vieillesse, dans sa critique des jeunes « adultes actifs » qui, en essayant de fuir leur propre vieillesse, objectifient les personnes déjà âgées. Cependant, dans ses représentations de la vieillesse elle-même, une asymétrie est apparue entre les pôles de l’antithèse. Les projets authentiques restent possibles pour quelques privilégiés. Pour autant, la majorité opprimée et/ou affaiblie, ceux dont le monde est un « désert » et qui ne s’engagent dans aucune action authentique, n’est pas pour autant considérée comme étant de mauvaise foi. Ils ne fuient pas la liberté.

La Vieillesse marque l’aboutissement d’une longue trajectoire dans la pensée de Beauvoir. Au fil du temps, l’antithèse autrefois claire entre l’action authentique et l’inauthenticité, qui avait autrefois façonné son univers moral, devient de plus en plus floue. En 1970, dans sa rencontre avec les effets débilitants de la vieillesse, je pense qu’elle a finalement cessé d’être viable. Je conclurai donc par quelques questions susceptibles d’orienter la suite des recherches : devons-nous tenter de reconceptualiser la liberté, afin de tenir compte de l’humanité de celles et ceux qui ne peuvent plus s’engager dans des projets qui s’ouvrent, transcendants, vers l’avenir ?  Ou devons-nous peut-être chercher ailleurs, dans la sensibilité, la vulnérabilité partagée, l’immanence ou la passivité – ainsi que dans l’action libre – les sources de la valeur de l’existence humaine ?



Citer ce billet
soniakruks (2023, 27 septembre). La Vieillesse et la question de l’authenticité. Chère Simone de Beauvoir. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qwsi

  1. Pour cette traduction, l’autrice a décidé de maintenir le langage masculin utilisé par Beauvoir dans La Vieillesse – voir note 3 []
  2. La Vieillesse, Paris, Gallimard, 1970. On utilise l’abréviation suivante : LV. Les numéros de pages sont indiqués dans le texte. []
  3. Beauvoir n’aborde la question de la vieillesse des femmes que brièvement dans Le Deuxième sexe (cité ci-après comme DS) et encore moins dans LV. En tant qu’expérience personnelle, la vieillesse concerne et préoccupe autant les femmes que les hommes, dit-elle. Cependant, du point de vue de leurs rôles dans la société et de leur influence sur l’histoire, « la vieillesse est un problème qui concerne les hommes » (LV 99). Une grande partie de ce que Beauvoir écrit dans la deuxième partie de LV, « L’être-au-monde », concernant l’expérience vécue de la vieillesse, concerne également les femmes (ainsi que les membres des groupes ethniques et raciaux minoritaires dans la société occidentale moderne). Il existe, bien sûr, de profondes différences qu’elle n’aborde pas mais, dans ce qui suit, je mettrai généralement entre parenthèses le problème de sa mise à l’écart des femmes. []
  4. Le Deuxième sexe, vol. 2. coll. Folio. Paris, Gallimard, 2011, p. 515. On utilise l’abréviation suivante : DSII []
  5. Ibid. []
  6. Pour une morale de l’ambiguïté, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2003, p. 59. []
  7. La Force des choses, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1963 (2012), p. 505-506. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search