Découvrir Beauvoir (2021), par Alexandre Feron

Luca Pinelli est doctorant en Études humanistes transculturelles à l’Université de Bergame, en cotutelle avec l’Université Sorbonne Nouvelle. Son projet de thèse examine les intersections et les résonances entre Virginia Woolf et Simone de Beauvoir. Il fait partie de diverses associations nationales et internationales consacrées, en particulier, à la littérature anglaise entre fin de siècle et modernisme. Pour le CV complet et en anglais : https://didattica-rubrica.unibg.it/sites/default/files/cven/22-07-2022/lpinellicv_eng.pdf

***

« Découvrir c’est laisser de côté les formules et les simplifications pour se confronter directement aux textes. » Ainsi déclare-t-on dans la quatrième de couverture de Découvrir Beauvoir d’Alexandre Feron, publié dans la série « les propédeutiques » par les Éditions sociales. À partir de ce programme, la série explore des philosophes divers·es – on compte parmi eux et elles des noms tels que Marx, Engels, Bourdieu, Gramsci, Max Weber et Rosa Luxemburg – à travers douze (dans ce cas, onze) textes sélectionnés et commentés par l’auteur·ice.

Alexandre Feron, Découvrir Beauvoir, Paris, les Éditions sociales, 2021.

Alexandre Feron ouvre la belle introduction de Découvrir Beauvoir en constatant que Beauvoir, dont le statut de philosophe a longtemps été contesté non seulement par d’autres critiques mais aussi par elle-même, a été inscrite officiellement en 2020 parmi les auteur·ices du programme de philosophie de Terminale, dans un geste que l’on pourrait qualifier de canonisant. Il retrace l’évolution de l’incontournable querelle Sartre vs Beauvoir dans la critique internationale à partir de leurs rapports au cours de leur vie, et en conclut que « Simone de Beauvoir doit ainsi être considérée comme une philosophe à part entière, dont il est désormais temps de prendre la mesure, en l’étudiant et la comprenant pour elle-même » (11).

Et bien, pour en prendre la mesure il est nécessaire de se confronter directement à ses textes, dont le premier offert ici est Pour une morale de l’ambiguïté (1947), afin de les contextualiser et d’en expliquer les mouvements critiques fondamentaux. C’est pour cette raison que chaque section inclut non seulement des notes au fil du texte (pas présentes dans l’original), mais aussi de petites questions qui orientent le lecteur ou la lectrice avant de le ou la plonger dans les concepts fondamentaux contenus dans le passage. À la fin de chaque chapitre, est aussi fournie une brève bibliographie en deux sections : « Autres textes de Beauvoir », où sont créées des combinaisons entre textes philosophiques et écrits politiques ou littéraires, ce qui fonctionne très bien avec une autrice comme Beauvoir ; et « Pour aller plus loin », où Feron suggère des pistes d’approfondissement chez d’autres auteur·ices (non seulement Sartre, Merleau-Ponty, Camus et Fanon, mais aussi Engels, Lukács, Trotsky, Max Weber, Christine Delphy, Mona Chollet et Judith Butler, parmi d’autres). À travers cette schématisation, l’œuvre entière de Beauvoir bâtit une conversation à plusieurs voix : avec soi-même, bien sûr, mais aussi avec la tradition philosophique occidentale, notre actualité, la pensée politique (on dirait plutôt radicale) du XIXème et XXème siècle – ce afin qu’une œuvre philosophique ne reste pas close sur soi-même mais ne cesse au contraire jamais de dialoguer avec d’autres époques et contextes divers.

Après avoir examiné l’ambiguïté beauvoirienne, Feron procède à accompagner le lecteur ou la lectrice dans un parcours critique fondamental pour reconstruire les étapes de la pensée de Beauvoir : « Littérature et philosophie », « Réconcilier morale et politique », le châtiment chez Beauvoir, « Enfance et adolescence dans la formation de l’individu », « Qu’est-ce qu’une femme ? », « premier sexe » et « deuxième sexe », la femme comme « Autre », « l’origine de l’aliénation », « critique du matérialisme historique » et finalement « Vieillesse, capitalisme et lutte des classes ». En moins de 200 pages, Feron réussit à condenser l’esprit critique de Beauvoir, son dialogue avec la tradition philosophique contemporaine ou précédente, ainsi que des concepts qui ont été le sujet d’une théorisation plus intense à partir de l’œuvre beauvoirienne.

Ce qui manque ici est peut-être une meilleure contextualisation de la réception tout à fait problématique de Beauvoir en France et à l’étranger. De ce point de vue, l’ouvrage de Feron se lit plutôt comme une anthologie commentée que comme une introduction critique : ne sont citées comme spécialistes de Beauvoir que Sylvie Chaperon, Eva Gothlin et Manon Garcia. S’il convient de préciser qu’il pourrait s’agir ici d’un choix éditorial des Éditions sociales, il est néanmoins très difficile, voire même impossible, de reconstruire une image précise de Beauvoir sans interpeller ceux et notamment celles qui ont contribué à réhabiliter son nom en France ou à l’étranger : si l’introduction cherche à donner un portrait précis de la querelle Sartre-Beauvoir ou du statut philosophique de l’autrice, il manque de toute façon l’indication d’un appareil critique qui a su retrouver la valeur et la signification de la pensée de Beauvoir.

Outre les textes le plus souvent cités de Beauvoir comme Le Deuxième sexe (qui occupe quand même cinq chapitres) ou ses Mémoires, Feron choisit judicieusement des passages moins connus et pourtant fondamentaux de l’œuvre : on retrouve, par exemple, l’affaire Brasillach dans le chapitre sur le châtiment, des essais comme « Littérature et métaphysique » (1946) ou « Idéalisme moral et réalisme politique » (1945) pour pousser au-delà de la philosophie au sens étroit du terme et en voir les réverbérations dans la littérature et la société ; en outre, il redonne une dignité de mention et de complexité à des textes comme Pour une morale de l’ambiguïté ou La Vieillesse (1970). Sa lecture de ce dernier texte est en particulier éclairante : à partir de la constatation que « son cadre théorique existentialiste se situe dans la continuité du Deuxième Sexe mais intègre désormais bien davantage le souci marxiste d’analyser les conditions économiques et sociales dans lesquelles évoluent les individus » (177), Feron invite à voir le potentiel révolutionnaire s’instaurant entre la jeunesse et les personnes âgées pour sortir du capitalisme et ainsi « changer la vie » d’une façon tout à fait radicale.

S’il est vrai, donc, qu’on assiste depuis quelques temps à la canonisation de Beauvoir en tant que philosophe, Découvrir Beauvoir d’Alexandre Feron nous invite à parcourir du regard et de l’esprit les étapes fondamentales d’une vie et d’une production littéraire et philosophique essentielles pour repenser non seulement le contexte autour de Beauvoir, mais aussi notre position, notre « situation ». Si l’un des risques de la canonisation est la simplification de ce qui a toujours été plus complexe afin d’en perpétuer des « mythes » – comme le soulignait d’ailleurs Beauvoir elle-même dans Le Deuxième sexe à propos de la féminité –, Feron nous aide à parvenir à une compréhension plus nuancée de la pensée beauvoirienne sans avoir recours à des formules simplistes ou à des lectures univoques de son œuvre, mais au contraire en l’ouvrant à des horizons politiques et philosophiques plus larges.

Pour citer cet article : Luca Pinelli, "Découvrir Beauvoir (2021), par Alexandre Feron," dans Chère Simone de Beauvoir, 07/09/2022, https://lirecrire.hypotheses.org/4050.

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search