Avec Simone de Beauvoir (Sens Public 2020)

Ce compte rendu a été écrit pour et publié dans le bulletin annuel 2021 de l’association Archives du Féminisme.

***

La publication d’une partie des actes du forum Penser avec Simone de Beauvoir aujourd’hui1, dans les Cahiers Sens Public, arrive à point nommé puisque, depuis 2018, nous sommes entré·es dans une dynamique de commémorations non seulement autour de Simone de Beauvoir (110 ans de sa naissance en 2018, 70 ans du Deuxième Sexe en 2019) mais aussi autour du MLF dont nous célébrons en 2020 les 50 ans. Les deux volumes que publient les Cahiers Sens Public, intitulés « Avec Simone de Beauvoir », ne doivent pas se lire seulement comme un nouvel hommage/femmage à la figure beauvoirienne mais plutôt comme une invitation à (re)penser l’articulation de deux champs : celui des études beauvoiriennes et celui des études sur la deuxième vague féministe. Une recension ne peut rendre justice à la richesse de ces deux volumes, je tenterai donc de dégager leurs principaux apports, au risque d’en oublier d’autres.

Trois axes sont à mon avis au cœur du premier volume, « Avec le MLF ». Le premier est celui de l’influence beauvoirienne sur le mouvement des femmes. Nadja Ringart, Madeleine Gobeil ou encore Françoise Picq soulignent qu’elles sont originairement venues à Beauvoir par ses Mémoires d’une jeune fille rangée (1958). En fait, semblent-elles dire, Le Deuxième Sexe agit en sourdine et ses thèses ne sont discutées que pour être adaptées à leur époque. Cette donnée mériterait que l’on s’attarde un peu plus sur la nature du lien de Beauvoir et de son essai avec le MLF.

Ce qui ressort ensuite des articles, c’est le rôle d’éditrice que Simone de Beauvoir a endossé aux Temps modernes et qu’encore trop de peu de travaux abordent. Claire Etcherelli et Sami Naïr soulignent combien Beauvoir attachait de l’importance à la revue. Avec les féministes, tous deux rappellent aussi l’infléchissement féministe qu’elle lui a donné en permettant à des militantes de publier régulièrement leurs chroniques du « sexisme ordinaire ».

Enfin est rappelé l’immense travail du « groupe des historiennes » dans le cadre de l’émission Sartre (1975). Pour quelque raison politique, celle-ci n’a jamais vu le jour mais les propos de Nadja Ringart, Christine Fauré et Liliane Kandel laissent penser que leurs recherches, fortement encouragées par Beauvoir, ont sans doute participé à l’élan que commence alors à prendre l’histoire des femmes.

Le second volume, « Liberté et radicalité », pousse plus loin le thème de l’actualité de la pensée beauvoirienne, annoncé dans le titre du forum. En effet, il s’ouvre sur la transcription de la belle conversation (menée par Laure Adler) entre Sylvie Le Bon de Beauvoir et Jean-Louis Jeannelle autour de la publication des Mémoires de Beauvoir dans la Pléiade (2018) et des enjeux liés.

Michel Kail (mais également les propos de Sami Naïr dans le premier volume) nous invite quant à lui à interroger les opinions politiques de Beauvoir (peu connues) dans les années 1980, dans un contexte de montée de l’extrême droite. Le philosophe nous montre en même temps que la philosophie de Sartre et Beauvoir, à partir de la notion de « radicalité », est tout à fait opérante pour penser notre climat politique et social actuel.

On lit aussi dans ce volume un article des deux traductrices américaines du Deuxième Sexe qui reviennent sur leur traduction controversée parue en 2009. L’ampleur du débat, qui avait surtout porté sur la traduction de la célèbre phrase (« On ne naît pas femme : on le devient »), montre tout l’enjeu qu’il y a, pour le féminisme contemporain, à comprendre cette phrase car, au-delà des problématiques de traduction, il y a celles qui ont trait à la différence sexuelle et sa théorisation. L’article de Sylvie Le Bon de Beauvoir « Le Deuxième Sexe. L’esprit et la lettre » (1975), qui est ici republié, celui de Sabine Prokhoris qui critique l’interprétation butlerienne de Beauvoir, ainsi que l’entretien avec Geneviève Fraisse, se veulent une mise au point sur la signification constructiviste du Deuxième Sexe. Ils permettent de comprendre le point de vue de Beauvoir sur la question du lesbianisme radical abordée dans ce volume (voir l’article republié de Catherine Deudon2 ). Pour autant, une mise en dialogue avec, par exemple, les interprétations phénoménologiques qui se sont développées hors de France à partir des années 1980, est absente, ce qui peut paraître regrettable car elles sont de plus en plus audibles en France3.

Enfin, l’atmosphère à la fois festive et combative de l’époque est rappelée par un superbe « cahier photo » au centre de chacun des deux volumes. Seul bémol : la reliure centrale des ouvrages gêne la consultation. Il faudra donc consulter la version numérique pour apprécier pleinement la beauté des clichés.

J’ai retrouvé au cours de ma lecture de ces deux volumes l’ambiance chaleureuse et stimulante du forum. La parole animée, déterminée et joyeuse des témoins côtoyait celle, passionnée, des chercheur·ses ; et c’est sans doute la force de ces publications que de montrer que les échanges peuvent et doivent être poursuivis.

La parole de Beauvoir n’était pas non plus absente. Je me souviens que l’émotion était palpable lors de l’ouverture de la première table ronde. Les lumières se sont éteintes et, simultanément sur trois grands écrans, nous avons pu voir et entendre la célèbre voix rocailleuse. À la sortie, j’ai entendu certaines dire : « elle était avec nous ». Bel écho à ce qu’écrivait à Beauvoir une de ses lectrices de la fin des années 1950 : « Vous appartenez à nous toutes4 ».

 

Pour citer cet article : Marine Rouch, "Avec Simone de Beauvoir (Sens Public 2020)," dans Chère Simone de Beauvoir, 16/06/2022, https://lirecrire.hypotheses.org/3871.

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet

 

  1. Du 11 au 13 octobre 2018. Il a aussi accueilli la 25e conférence de la Société Internationale Simone de Beauvoir []
  2. « Radicale-ment, Natur-elle-ment », publié dans La Revue d’en Face, n° 9-10, 1er trimestre 1981 []
  3. Voir les travaux de Camille Froidevaux-Metterie, Manon Garcia et Mickaëlle Provost sur la phénoménologie féministe et beauvoirienne []
  4. 16 décembre 1958. Fonds Simone de Beauvoir – Lettres reçues. BnF []

Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search