Mersonne ne m’aime, polar féministe de 1979

En 1979, Brigitte de Savoir (alias Simone de Beauvoir) est joyeusement assassinée par deux autrices féministes !  L’enquête est ouverte dans un univers féministe réjouissant et subversif. Mersonne ne m’aime doit se lire au premier degré, comme l’une de ses deux autrices le conseille ici, mais il doit aussi être réinséré dans cette « dernière avant-garde littéraire » que représente le Mouvement de Libération des femmes, pour reprendre l’expression de la chercheuse Audrey Lasserre, 

 

Par Mireille Cardot

 

Simone de Beauvoir, je l’ai connue, un peu : j’avais lu le Deuxième Sexe à 15 ans1, puis ses Mémoires, et je lui avais écrit à propos de l’Algérie : que faire ? jusqu’où s’engager ? Elle avait répondu à mon appel d’adolescente troublée et nous déjeunions ensemble de temps en temps ; le dialogue s’était mis en place.

J’avais souvent des nouvelles d’elle : elle a par exemple donné un jour mon nom à Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé qui cherchait des « enquêtrices » en milieu lycéen à propos de la contraception (je rédigeai un petit questionnaire dont je lui transmis les résultats) ; un autre jour, elle m’a demandé de lui trouver une secrétaire capable de dactylographier un des tomes de ses Mémoires. Son écriture était difficile à déchiffrer et le gros manuscrit était écrit à la main sur le verso d’un manuscrit de Sartre, écrit lui aussi à la main ! ; Dans les années 60 encore, sachant que je voulais visiter la Catalogne, elle m’a recommandé très généreusement à ses amis écrivains Anna Maria Matute et Juan Goytisolo, qui m’offrirent l’hospitalité.

Après mes études de philosophie, en 1969, je suis devenue libraire, par hasard mais avec plaisir, à « La Joie de Lire », la librairie de François Maspéro, située au cœur du quartier Latin (rue St Séverin à Paris) et ouverte jusqu’à Minuit. Pendant la guerre d’Algérie, après un attentat de l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète), j’y avais effectué des tours de garde. Là, j’ai été engagée comme responsable des revues qui, à l’époque, occupaient bruyamment tout le sous-sol de la librairie.

Peu de temps après, Maspéro a voulu étendre son réseau de librairies. Je me suis donc retrouvée à Bordeaux, en 1972, à la librairie « Mimésis », où je suis restée 4 ans. Les revues féministes n’étaient pas très nombreuses ; à part le Torchon BrûleLes Cahiers du GRIF, le numéro spécial des Temps Modernes (« Les femmes s’entêtent », avril 1974) ou d’Esprit (« La part des femmes », juillet 1976). il n’y avait pas grand chose à se mettre sous la dent. J’ai fréquenté à ce moment-là les groupes féministes bordelais qui se réunissaient dans les locaux des Franciscains de Frères du Monde et se bagarraient dur. J’avais proposé , sans illusion, une « occupation » de Pro-Nuptia, le spécialiste du mariage. Le niet fut sans appel. L’humour, qui me semblait une arme indispensable au combat, n’était pas au poste de commande, du moins dans les textes littéraires.

De retour à Paris en 1976 pour fonder « Autrement Dit », une librairie financée par Jérôme Lindon, j’ai pu mesurer les changements intervenus en 4 ans : moins de marxisme, plus de féminisme. C’est là que j’ai rencontré Nicole-Lise Bernheim, avec qui j’allais écrire Mersonne ne m’aime (Nicole-Lise co-fonda « Musidora » le festival international de films de femmes de Créteil). Elle venait en cliente et je la trouvais sympathique. Nous partagions, entre autres, le goût des polars et des opérettes de Jacques Offenbach, lesquelles étaient méprisées à l’époque.

Première édition de Mersonne ne m’aime (1979)

Parce qu’elle militait chez les féministes, et qu’elle écrivait, je l’ai incitée à écrire un polar qui se passerait dans ce milieu. « Pourquoi ne l’écririons-nous pas ensemble ? », dit-elle. Chiche ! Et c’est ainsi que nous nous sommes lancées dans l’écriture à quatre mains de Mersonne ne m’aime. Le soir après le travail, je prenais mon solex et roulait jusque chez elle, rue d’Orsel. Très vite, nous avons dérivé joyeusement vers autre chose : une subversion par les mots tout en gardant la forme de l’enquête. Si Mersonne ne m’aime n’est pas un « bon » polar au sens strict, il reste à mes yeux le seul livre comique sur cette période de militantisme féministe.

Parce que dans ce récit nous assassinions Brigitte de Savoir (alias Simone de Beauvoir), nous voulions absolument lui envoyer le manuscrit. Elle nous a rapidement répondu par une lettre d’approbation amusée, reproduite dans la réédition de 2003 (éd. Joëlle Losfeld).

Lettre de Beauvoir à Mireille Cardot. 1979. Reproduite avec l’autorisation de Mireille Cardot.

La première édition a paru aux Éditions des Autres en 1979. La correction des épreuves a été épique : aucun correcteur n’admettait nos jeux de langues, et nous avons dû plusieurs fois expliquer que « mersonne », « Mère Lachaise », « mère de claques », n’étaient pas des erreurs. Ce fut un joli succès de librairie, amplifié par un passage dans l’émission de Bernard Pivot lors d’un spécial Apostrophes, « Le Sexe des Mots », où Frédéric Dard (pour qui j’avais une grande admiration !) nous a appelées « ses filles »…

Le livre a poursuivi sa carrière sous la forme d’un téléfilm dirigé par Liliane de Kermadec (qui avait présenté à Cannes, en 1975, son film Aloïse). Mersonne bénéficia d’un casting prestigieux : Bernadette Lafont en Gardienne des Sceaux ambitieuse, Michäel Lonsdale, en commissaire Bencau totalement paumé et Jean Pierre Léaud en assassin sentimental. Nicole-Lise et moi avions concocté le scénario, à la demande de la direction de France 2. Nous avons été les premières étonnées par cette demande : comment transformer en images nos jeux de mots ? J’ai demandé une projection de Zazie dans le Métro pour voir comment Louis Malle s’était débrouillé. Et puis nous nous sommes attelées au scénario en essayant de transformer des jeux de mots en jeux d’images animées. Une vendeuse de barbe à maman a été inventée, entre autres, à cette occasion. La télévision nous a demandé qu’un seul changement : l’une des héroïnes, lesbienne de choc, Renée Vivien (du nom de la poétesse), portait le nom du secrétaire d’État en exercice Pierre-André Vivien.

Affiche du téléfilm.

Nous avons proposé une comédie musicale (musique d’Offenbach, bien entendu), trop chère pour l’époque. J’avais envie qu’un homme, réalisateur de comédies, soit aux manettes, mais Nicole-Lise a réclamé Liliane de Kermadec. Je n’avais pas vu Aloïse mais j’ai su assez vite, et elle ne s’en cachait pas, qu’elle n’aimait pas le livre. Nicole-Lise devait être assistante, mais des embrouilles entre elles ont fait que je me suis retrouvée seule à devoir exécuter les modifications de scénario.

Puis Mersonne ne m’aime, à notre grande surprise, a été traduit en allemand puis édité par une maison d’édition féministe allemande. Là aussi, joli succès. La traductrice est venue nous voir un jour pour nous exposer ses difficultés : par exemple, elle ne trouvait pas de mot allemand pour « quéquette » !  Le livre allemand est truffé de notes en bas de pages.

Nous avons aussi reçu quelques lettres de lectrices et de lecteurs hilares.

La maison d’édition a fait faillite et Joëlle Losfeld a réédité le livre en 2003, avec la lettre de Simone de Beauvoir déjà mentionnée.

Dernière édition, toujours en circulation, du livre.

Il m’est arrivé de « tester » la réception du livre auprès de jeunes filles d’aujourd’hui et ça « marche », à condition d’expliquer qu’il ne faut pas essayer de comprendre tous les travestissements de noms de personnages vivants ou morts mais de se laisser aller à une lecture au premier degré.

A l’époque, il nous semblait important de montrer que les femmes aussi pouvaient s’emparer d’un humour qui était le plus souvent mis en œuvre dans des récits ou des BD – Claire Brétecher venait presque de « naître » –  d’auteurs très majoritairement masculins. Cela aussi a changé. En bien !

 

L’autrice : Mireille Cardot a fait ses premières armes en librairie La Joie de Lire (Maspéro), Mimésis à Bordeaux (Maspéro également), a crée Autrement Dit (avec Georges Dupré), puis Le Divan (à l’époque de Saint-Germain des Près). Elle a travaillé à l’édition des oeuvres de Michaux pour la Pléiade, avec avoir navigué au Collège international de philosophie et autres lieux circumvoisins. En plus de Mersonne ne m’aime, elle a co-écrit avec Nicole-Lise Berheim : Hourrah sur le Baudet (feuilleton France-Culture) et différents scénarii pour la télévisions et le cinéma (Imax). Elle a été l’une des nombreuses correspondantes de Simone de Beauvoir.

 

Pour citer cet article : Mireille Cardot, « Mersonne ne m’aime, polar féministe de 1979 », Chère Simone de Beauvoir, juin 2021. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3522

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet

  1. Mireille n’est pas la seule à avoir découvert les œuvres de Simone de Beauvoir alors qu’elle était adolescente. Voir le témoignage de Françoise Urban-Menninger sur ce carnet, Voir également le cas de Colette Avrane. Voir aussi mon billet sur les femmes ordinaires et Le Deuxième Sexe. Mireille fait partie des correspondantes de Simone de Beauvoir qui ont eu la chance de rencontrer souvent l’écrivaine. Note de Marine Rouch []

Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search