Traduire Le Deuxième Sexe en suédois

English version HERE

Par Åsa Moberg

moberg.lekholmen@telia.com

Suivi d’un entretien avec l’autrice

 

(traduit par Marine Rouch)

 

Grâce à Astarita Yolanda Paterson, et à Margaret A. Simons après elle, nous savons dans quelles conditions Le Deuxième Sexe, écrit par Simone de Beauvoir et publié en France en 1949, a été traduit en anglais par H. M. Parshley et publié aux États-Unis en 1954. Parshley a défendu sa traduction contre la volonté de l’éditeur d’effacer les passages « difficiles » pour faire en sorte que cette œuvre féministe révolutionnaire ressemble davantage à un rapport Kinsey européen. Parshley avait été engagé parce qu’il était un professeur de zoologie spécialisé dans la reproduction. Le traducteur a travaillé avec passion, mais il n’était pas philosophe et n’a reçu aucune aide de l’autrice.

En 1992, Eva Gothlin, philosophe féministe suédoise et spécialiste de Beauvoir, m’a contactée pour me demander si je pouvais envisager de faire une nouvelle traduction du Deuxième Sexe en suédois. Nous avons longuement discuté des différentes traductions du célèbre essai beauvoirien. Toutes les traductions que nous avions vues, à l’exception de l’allemande, semblaient avoir été raccourcies, de différentes manières. La première traduction suédoise (1973) en était un malheureux exemple : la moitié seulement de l’original était incluse, et il y avait une référence à une version française raccourcie et publiée en format poche. A cette époque, nous n’avions pas connaissance de cette édition française abrégée (une telle édition existait depuis 1968 dans la collection « Idées » de Gallimard). Les deux traductrices suédoises étaient mortes et la maison d’édition n’existait plus. Tout ce que nous avons pu découvrir, c’est que la totalité de l’œuvre avait bel et bien était traduite, mais que l’éditeur avait tellement coupé avant l’impression que Le Deuxième Sexe en suédois semblait censuré. Il manquait des chapitres entiers, comme « Le point de vue psychanalytique », et une grande partie de l’aperçu historique et des « données biologiques ». Dans la section sur les « Mythes », des parties avaient été coupées ici et là, ainsi que les cinq analyses littéraires.

Dans « L’expérience vécue », le deuxième volume de l’essai, des parties avaient également été coupées dans tous les chapitres, et certains avaient été complètement supprimés, comme « La lesbienne », « La vie sociale », « Prostituées et hétaïres », ainsi que la majeure partie du contenu de « La justification ». Rien n’avait été laissé de « La narcissique » ou « La mystique », et beaucoup avait été coupé dans « La femme amoureuse ». Des coupes surprenantes avaient également été faites dans le dernier chapitre, « La femme indépendante ».

En fait, un seul chapitre n’avait pas été modifié : « Le point de vue du matérialisme historique ». Cette façon d’éditer peut être considérée comme une trace du climat politique de 1973 en Suède, où la psychanalyse, les questions religieuses et le lesbianisme étaient très peu discutés alors que le matérialisme historique l’était très souvent – tout le contraire d’aujourd’hui, presque 50 ans plus tard. Pour moi, c’est devenu un avertissement sur la façon dont la traduction d’une œuvre littéraire classique (ou même d’une œuvre non littéraire) ne devrait pas être faite. Personne ne peut dire quelle partie d’un livre sera intéressante l’année prochaine, ou la prochaine décennie ou le siècle prochain.

Eva Gothlin espérait également une nouvelle traduction du Deuxième Sexe en anglais, mais elle n’a pas vécu assez longtemps pour voir ce souhait se réaliser. Elle est morte d’un cancer peu avant son cinquantième anniversaire, en 2006. La nouvelle traduction anglaise a été publiée en 2009 par Constance Borde et Sheila Malovany-Chevallier. Eva était triste de constater que Parshley avait altéré l’œuvre de Beauvoir, notamment en utilisant de manière inconséquente des termes non philosophiques, contribuant ainsi à ce qu’elle ne soit pas considérée comme une philosophe à part entière. C’est dans ce contexte que s’inscrit la propre thèse de doctorat d’Eva, Kön och existens – studier i Simone de Beauvoirs Le Deuxième Sexe (Daidalos 1991), dont j’ai fait la critique dans le tabloïd populaire Aftonbladet. (En anglais Sex and Existence : The Second Sex of Simone de Beauvoir, Athlone, traduit du suédois par Linda Schenck, 1996 ; en français, Sexe et existence : la philosophie de Simone de Beauvoir, Michalon, traduit de l’anglais par Michel Kail et Marie Ploux ; Préface de Michel Kail, 2001). Elle n’avait d’ailleurs pas pu utiliser la traduction suédoise de 1973 du Deuxième Sexe pour la version originale de son livre : soit les citations qu’elle voulait manquaient, soit elles déformaient le contenu philosophique de l’original de Beauvoir.

Åsa holding a portrait of Eva Gothlin made by Eva’s husband, Hans Gothlin, in 1978. © Å. Moberg and H. Gothlin

C’était si bien écrit et si intéressant ! Peu de textes universitaires sont commentés par les médias grand public, et très peu d’ouvrages suédois de cette catégorie parviennent à franchir les frontières suédoises. Les traductions en anglais et en français ont rencontré le même succès auprès des médias à l’étranger. Cette réputation internationale n’a pourtant pas facilité le travail universitaire d’Eva Gothlin en Suède, bien au contraire.

Lorsqu’elle a pris contact avec moi, j’avais, par pure coïncidence, déjà traduit deux livres : Sexicon, un dictionnaire danois sur le sexe et l’amour destiné aux adolescent·es, et Les Mandarins, le roman de Simone de Beauvoir (1954), publié en suédois pour la première fois en 1992. Je l’avais traduit avec mon compagnon de l’époque, Adam Inczèdy-Gombos.

Je suis tombée amoureuse des Mandarins lorsque je l’ai lu pour me consoler des nuits blanches de la première année qui a suivi la mort du premier grand amour de ma vie, le photographe, documentariste et psychothérapeute Tor-Ivan Odulf (1930-1988). Je l’avais rencontré à l’âge de 16 ans et avais emménagé chez lui un an plus tard. Lorsqu’il est mort en décembre 1988, nous avions passé 24 ans ensemble. En septembre 1989, j’ai planifié un voyage à New York pour rencontrer un homme qui m’intéressait. Mon amie écrivaine Birgitta Stenberg m’a dit qu’il fallait absolument que je lise un roman de Simone de Beauvoir dans lequel une Française se rend aux États-Unis et y rencontre un homme : « Une merveilleuse histoire d’amour, même si elle n’a pas de fin heureuse. » (Ma propre histoire d’amour allait se terminer de la même façon, mais je n’avais pas lu jusqu’à l’histoire d’amour avant d’être déjà à New York).

J’ai commandé le roman à la bibliothèque locale de Malung, dans la région de Dalecarlia, Dalarna en suédois, où je vivais à l’époque, près de la frontière norvégienne, à quelque trois heures de voiture au nord-est d’Olso. Lorsque je suis arrivée à la bibliothèque pour prendre le livre, il s’est avéré qu’il n’était pas traduit en suédois. J’ai donc pris l’original français. Je l’ai ramené chez moi et j’ai signalé à Birgitta Stenberg que je n’arriverais pas à le lire : je n’avais jamais lu un livre en français ! Deux années de français au collège, plus de vingt ans auparavant, n’avaient pas suffi, même combinées à un cours d’été de trois semaines à l’université de Lausanne à l’âge de 16 ans. Elle m’a répondu : « Tu dois essayer de lire les vingt premières pages. Si tu veux toujours rendre le livre à ce moment-là, tu pourras le faire. »

Elle avait raison. Après vingt pages, j’étais accrochée par la beauté de cette langue que je comprenais à peine. J’ai décidé de ne pas utiliser de dictionnaire, car cela n’aurait fait que ralentir ma lecture, qui était déjà extrêmement lente : il me fallait deux heures pour parcourir une page.

Je ne cherchais dans le dictionnaire que les mots qui se répétaient plusieurs fois, si je ne pouvais pas en deviner le sens. Comme « engloutir » – un mot clé dans tous les écrits de Beauvoir. J’ai parfois eu l’impression qu’elle écrivait de façon si maniaque pour protéger les expériences (non pas sa vie personnelle, mais ses expériences en tant qu’exemple de la vie humaine) de la disparition, à laquelle elles sont condamnées.

Lorsque j’ai enquêté sur la question des droits littéraires suédois de ce magnifique roman, j’ai atterri à la maison d’édition Norstedts, où l’éditeur Erland Törngren m’a expliqué qu’ils avaient reçu de nombreuses propositions de personnes ayant des diplômes universitaires en français qui voulaient le traduire, mais qu’aucun de leurs essais soumis n’avait été approuvé. Leur suédois n’était pas assez bon. « Vous écrivez très bien le suédois, nous le savons », a-t-il dit. Il m’a demandé si je pouvais envisager de le traduire moi-même. Mais j’avais à peine réussi à le lire ? Je connaissais à peine le français ?

Le problème est la langue dans laquelle vous traduisez. Vous pouvez toujours obtenir de l’aide pour la langue à partir de laquelle vous traduisez. Pensez aux personnes que vous connaissez, ou que vous avez connues. Vous connaissez beaucoup de gens, quelqu’un doit être bon en français. Traduisez quelques pages de votre choix et nous verrons.

C’est ce que j’ai fait et j’ai obtenu le contrat. Je me suis souvenu d’un ancien voisin, Adam Inczèdy-Gombos, baron hongrois qui avait grandi à Paris et en Suisse, photographe qui se trouvait vivre à Paris, où je suis donc allée lui proposer le projet de traduction. Il avait passé une grande partie de sa vie adulte en Suède, où il était arrivé à 15 ans pour rejoindre sa mère hongroise divorcée qui avait épousé un Suédois. Il a d’abord dit non, puis a changé d’avis et est venu à mon secours. Je vivais sur une petite île au milieu d’un petit lac, où il a emménagé dans sa propre maison. Je gagnais ma vie en tant que rédactrice indépendante, pour la télévision principalement. Il est devenu mon cuisinier, mon partenaire de traduction et, au bout d’un an, mon compagnon. Les Mandarins a été bien accueilli lorsqu’il a été publié en suédois pour la première fois en 1992, peu après Sex and Existence – A study of Le Deuxième Sexe d’Eva Gothlin.

Quelques années plus tard, Norstedts a également publié « Simone et moi – penser à Simone de Beauvoir » (Simone och jag – tankar kring Simone de Beauvoir, Norstedts, 1996, également publié en danois en 1997 et en norvégien en 1998), un livre où je faisais état de ma fascination, et de mon ambition de lire tout ce que Beauvoir avait publié, une promesse à moi-même qui n’a pas encore été tenue. J’étais une journaliste qui avait commencé à travailler comme chroniqueuse à 20 ans, pas une traductrice, et absolument pas une philosophe. Je n’ai jamais eu le temps de faire des études. Eva Gothlin était une universitaire. Elle m’a dit qu’elle trouverait l’argent pour une nouvelle traduction du Deuxième Sexe et qu’elle m’aiderait pour le vocabulaire philosophique.

Lorsqu’en 1997 j’ai reçu, avec Adam Inczèdy-Gombos et Eva Gothlin, la mission de réaliser la première traduction complète du Deuxième Sexe en suédois, nous voulions qu’elle soit publiée en 1999, cinquante ans après l’original. Cet ouvrage a surpris les lecteur·trices et les traducteur·trices à bien des égards. La Suède n’est que l’un des nombreux pays où une nouvelle traduction du Deuxième Sexe a été publiée aux alentours de l’an 2000 ; dans notre cas en 2002, après une lutte de cinq ans. L’argent pour le projet n’était (comme d’habitude pour les traductions) pas suffisant, donc nous avons tou·tes travaillé parallèlement sur d’autres choses : Eva à l’université de Göteborg, Adam et moi en photographie et en journalisme. Nous étions tou·tes les trois très impliqué·es – et beaucoup de nos ami·es et parents aussi. Tous·tes ceux et celles qui étaient intéressé·es et qui se trouvaient dans un « rayon d’action » ont participé à la recherche des nombreuses citations de Beauvoir dans les traductions suédoises des livres auxquels elle fait référence. Nous avons alors découvert que la plupart de ces traductions avaient subi le même sort que Le Deuxième Sexe dans l’édition suédoise de 1973 : elles n’étaient pas complètes.

The 2002 Swedish translation of The Second Sex. Transated by Eva Gothlin, Åsa Moberg and Adam Inczèdy-Gombos.

Le respect pour la traduction en tant qu’art en soi s’est considérablement accru au cours des décennies qui se sont écoulées. L’aventure de la traduction de Simone de Beauvoir m’a ouvert un tout nouveau monde : d’abord celui de la culture et de la langue françaises, ensuite celui des pensées et des personnes intéressantes, des conférences internationales et, pour moi personnellement, des conférences devant divers publics en Suède. Quel que soit l’angle abordé, Simone de Beauvoir attire toujours un large public.

Je tiens à remercier tout particulièrement Yolanda Astarita Paterson, alors présidente de la Société internationale Simone de Beauvoir, pour sa façon très respectueuse d’accueillir les nouveaux membres non universitaires.

 

Entretien avec l’autrice

Marine Rouch : Vous écrivez que les premières traductrices du Deuxième Sexe en suédois avaient traduit l’intégralité de l’œuvre mais que l’éditeur avait fait des coupes importantes. C’est un processus qui semble se répéter lorsqu’il s’agit de traduire Le Deuxième Sexe (mais pas seulement cet essai, comme vous le soulignez dans votre texte). Savez-vous pourquoi dans ce cas précis ? Connaissons-nous les raisons invoquées par l’éditeur ?

Åsa Moberg : Non. Nous avons essayé de le savoir, et l’éditeur à Norstedts nous a dit que c’était sa mère décédée qui était alors l’éditrice responsable en 1973. La maison d’édition, Geber, a ensuite fusionné avec Norstedts. Les trois personnes impliquées dans les années 70 (l’éditrice et les deux traductrices) étaient décédées à la fin des années 90, nous n’avons donc pas pu obtenir de détails sur les raisons de ces coupes.

MR : A propos de cette première traduction : était-elle composée d’un ou deux volumes, comme l’original français ? A-t-elle été publiée avec une préface ? Y avait-il un mot des traductrices ? Ont-elles ajouté des notes dans le texte ?

ÅM : Il y avait deux volumes : la première partie a été traduite par Inger Bjurström et publiée en 1973 et la deuxième partie a été traduite par Anna Pyk et publiée en 1976. Il n’y avait pas de mot des traductrices et, du moins dans les livres que je possède, pas de préface ou de notes.

MR : Pensez-vous que le féminisme de la Deuxième vague a eu un impact sur la décision de traduire en suédois un tel livre pour la première fois dans les années 70 ? Les premières traductrices étaient-elles féministes ? Et la maison d’édition ?

ÅM : Je suppose que la réponse est oui, pour toutes ces questions. Au moins, je peux dire avec certitude que le féminisme de la Deuxième vague a été important.

MR : Vous écrivez dans votre texte qu’Eva Gothlin vous a dit qu’elle trouverait le financement pour une nouvelle traduction. Savez-vous de quelle organisation elle l’a obtenu ? Était-ce une organisation d’études sur le genre/féminisme ?

ÅM : Le nom de la fondation est indiqué dans le livre, du moins dans la première édition : « Boken utges med stöd från Erik och Gurli Hultengrens fond för filosofi » (« Le livre est publié avec le soutien de la fondation pour la philosophie d’Erik et Gurli Hultengren »). Eva n’a rien dit de plus sur la fondation, mais je sais qu’elle n’a pas suffi à couvrir la totalité des frais. La maison d’édition a dû dépenser une partie de son propre argent, et nous, en tant que traducteur·trices, avons donné une partie de notre temps libre, car nos honoraires avaient été fixés dès le début, par page je crois, selon les recommandations de l’Union des écrivains et traducteurs, dont j’étais (et suis toujours) membre.

MR : Vous écrivez qu’Eva Gothlin n’a pas bénéficié, dans le système universitaire suédois, de sa réputation internationale après la publication de son livre désormais célèbre. Pouvez-vous nous expliquer brièvement pourquoi ? Était-ce-ce à cause de son intérêt pour Beauvoir ? C’est intéressant car on écrit souvent que les études beauvoiriennes se sont développées très tôt en Scandinavie et aux États-Unis. Le cas d’Eva montre que l’institutionnalisation n’a pas été aussi facile qu’on pourrait le croire.

ÅM : Je pense qu’elle a été victime de pure jalousie. J’ai écrit quelques lignes à ce sujet dans mon autobiographie (2017) et le professeur émérite Sven-Eric Liedman m’a adressé une lettre de protestation, affirmant que j’avais mal compris la situation. Mais je n’ai pas mal compris son sentiment d’être sous-estimée et négligée dans le système de carrière universitaire (une chose très difficile à comprendre pour une personne extérieure). Elle a eu un statut professionnel pendant quelques années en tant que directrice du Nationella sekretariatet för genusforsknin (Centre national d’études sur le genre), à Göteborg, et toute cette institution faisait l’objet de beaucoup de haine de la part d’universitaires antiféministes.

MR : Quel éditeur a publié votre nouvelle traduction ? A-t-il une spécificité ? A-t-il l’habitude de traduire des livres féministes ?

ÅM : Norstedts était notre maison d’édition. C’était un éditeur bien établi de toutes sortes de littérature, y compris féministe.

MR : Votre traduction a-t-elle été publiée avec une préface, des commentaires de la part des traducteur·trices, des notes, etc. Était-elle composée d’un ou deux volumes ?

ÅM : C’était un seul volume, très lourd ! La version à couverture souple était également en un seul volume. Eva Gothlin a écrit une très bonne préface, 12 pages dans le livre, le situant dans le contexte de son époque et de sa philosophie. Nous avons ajouté des notes, inspirées de la traduction allemande la plus récente de l’époque ; une très bonne traduction, à mon avis.

MR : Si je comprends bien, vous avez utilisé la version française pour traduire, n’est-ce pas ? Savez-vous quelle version (originale française, anglaise ou autre) a été utilisée pour la traduction de 1973 ?

ÅM : La française, j’en suis sûre, puisque les Suédoises qui s’intéressaient à la littérature connaissaient généralement le français dans les années 70 (pas toujours maintenant) et je sais que Bjurström et Pyk (les premières traductrices) avaient des liens étroits avec la France.

MR : Pouvez-vous expliquer comment votre nouvelle traduction a été accueillie dans les médias, dans les milieux universitaires et dans les mouvements féministes ?

ÅM : Elle a été très bien accueillie partout. J’avais hâte de donner des conférences avec Eva, qui est tombée malade la même année que la publication. J’ai donc fait les conférences toute seule, avec beaucoup de tristesse.

MR : Savez-vous s’il existe des études sur la première traduction suédoise, en suédois ou en anglais ? Est-ce que Le Deuxième Sexe était et est commenté aujourd’hui en Suède ?

ÅM : Je ne connais pas d’autres études. L’une des rares choses que je regrette dans ma vie professionnelle est de ne pas avoir ignoré le « non » de l’éditeur lorsque je lui ai demandé s’il envisagerait de publier un livre non académique en même temps que Le Deuxième Sexe : Åsa Moberg, Journal de traduction du Deuxième Sexe. Comme la réponse a été négative, je n’ai même pas écrit un tel journal pour moi. J’aurais adoré l’avoir, et je suis sûre que quelqu’un en aurait publié au moins une partie tôt ou tard.

MR : Comment avez-vous traduit « On ne naît pas femme : on le devient » en suédois ? A-t-il été difficile de traduire le concept philosophique de « devenir » ? Vous souvenez-vous d’en avoir discuté avec votre équipe ?

ÅM : Nous avons discuté de presque tous les mots, mais la fameuse phrase était « facile » en suédois. Elle ressemble à la version allemande. Notre version suédoise était : « Man föds inte till kvinna, man blir det » Je crois que c’est la même chose que dans la traduction de 1973. Quand je tape cette célèbre phrase sur Google en suédois, j’obtiens 1 280 000 exemples.. Quand Adam me rejoignait pour des conférences en bibliothèque, il avait l’habitude d’ajouter : « Man föds till man och tyvärr förblir man det ». On naît homme, et malheureusement on le reste.

Pendant que nous travaillions sur ce projet, je disais : quand je serai à la retraite, je me consacrerai à une étude comparative des traductions du Deuxième Sexe dans toutes les langues que je connais assez bien pour juger de leur qualité, c’est-à-dire le suédois, le danois, le norvégien, l’allemand, l’anglais. Et connaissant le livre aussi bien que je le connais pour l’avoir lu dans ces langues, je devrais aussi ajouter l’espagnol, l’italien et le portugais… Cela semble toujours être un projet intéressant, mais je ne m’y plongerai jamais ! Mais peut-être, qui sait, que j’en prendrai un autre dans la liste que j’ai faite pendant les années de traduction : « Le Deuxième Sexe en tant que texte autobiographique », ou peut-être que quelqu’un d’autre l’a déjà écrit ? J’aimerais bien que quelqu’un le fasse, parce qu’il est également peu probable que je le fasse un jour.

L’autrice

Åsa Moberg, a couple years ago. ©Stoika Hristova

Åsa Moberg, née en 1947, autrice, traductrice et journaliste indépendante, aspirait à devenir une artiste textile mais, au printemps 1968, elle est devenue chroniqueuse pour le quotidien Aftonbladet, où elle est restée jusqu’en 1980. De 1986 à 1996, elle a travaillé comme critique de télévision pour le même journal. Elle collabore actuellement à la page culturelle du Helsingborgs Dagblad. Elle a publié 23 livres, aucun n’a été traduit en anglais ou en français. Quelques titres : Simone and I – Thinking about Simone De Beauvoir(1996) ; Adam’s book (1999), un livre sur la vie avec un trouble bipolaire, coécrit avec Adam Inczèdy-Gombos (co-traducteur de The Second Sex) ; She was no Florence Nightingale -The person behind the myth (2007) est une biographie de Nightingale qui met également en évidence des parallèles intéressants entre Nightingale et Beauvoir, deux grandes écrivaines, penseuses et témoins de leur époque ; Une technique extrêmement coûteuse et dangereuse pour la vie pour chauffer l’eau – Un livre sur l’énergie nucléaire (2004) ; Les impossibles (2020), avec Anna Frederiksson, est un livre sur le développement des soins psychiatriques en Suède. Elle a également publié des articles dans Simone de Beauvoir Studies : Simone de Beauvoir and I: a role model behind the myth » (1997); « Why did Simone de Beauvoir make no mention of Florence Nightingale in The Second Sex? » (2009) and « On the importance of female friendship » (2012).

Selective bibliography

Chaperon Sylvie, « La réception du Deuxième Sexe en Europe », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe [en ligne], 2016, mis en ligne le 02/02/2017, Permalien : https://ehne.fr/node/951

Mann Bonnie, Ferrari Martina (dirs), On ne naît pas femme, on le devient. The life of a sentence, Etats-Unis, Oxford University Press, 2017.

Patterson Yolanda, « Who was this H. M. Parshley? The saga of translating Simone de Beauvoir’s The Second Sex. » Simone de Beauvoir Studies, n°9, 1992, p.41-47.

Patterson Yolanda, « H. M. Parshley et son combat contre l’amputation de la version américaine », in Sylvie CHAPERON et Christine DELPHY (dirs.), Cinquantenaire du Deuxième sexe. Colloque international Simone de Beauvoir, Paris, Éd. Syllepse, 2002, p. 475-481.

Simons Margaret A., “The silencing of Simone de Beauvoir guess what’s missing from the second sex”, Women’s Studies International Forum, Volume 6, Issue 5, 1983, p. 559-564.

 

Pour citer cet article : Åsa Moberg, « Traduire Le Deuxième Sexe en suédois », suivi d’un entretien avec l’autrice, (traduit par Marine Rouch), Chère Simone de Beauvoirjuin 2021. URL: https://lirecrire.hypotheses.org/3470


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search