Expo Gallimard : « Autrices. Écrire libre (1945-1980) »

À propos de l’exposition à la Galerie Gallimard (15 septembre-14 novembre 2020)

Par Alexandre Antolin,

Docteur en Lettres modernes,
auteur d’une thèse intitulée « La société se dresse avant que mon livre paraisse ». Étude d’un cas de censure éditoriale dans les années 1950 : Ravages de Violette Leduc.
Ses publications ICI

 

Depuis 2017, afin de pouvoir réaliser des expositions patrimoniales et valoriser les précieuses archives qu’elles conservent, les éditions Gallimard se sont dotées d’une galerie, au 30-32 rue de l’Université à Paris. Annoncée dès mars, en écho à la journée internationale de lutte pour les droits des femmes et la publication de Femmes et littérature[1], l’exposition « Autrices. Écrire libre (1945-1980) » a dû, elle aussi, s’adapter à la pandémie et se décaler à l’automne. Elle a donc inauguré la réouverture de la Galerie, le 15 septembre, avec objectif de rendre femmage aux écrivaines de la maison. Y apparaissent les plus illustres mais également les oubliées, qui pour certaines connaissent actuellement une seconde renaissance grâce à des passionné·es.

Le parcours débute par l’illustration de Beauvoir (1908-1986), avec trois caricatures de l’intellectuelle par son amante Nathalie Sorokine (1926-1967). La philosophe a un front immense, illustrant sa sagesse, à l’image de certaines Vierges du Moyen Âge. Elle est tout à son travail, pensant à Sartre ou à Kant ! Pour basculer de son point de vue, des feuillets de La Force des choses (1963) et deTout compte fait (1972), où il est question de la volonté d’écrire et de devenir « écrivain », sont exposés. Ils entrent en résonance avec des dactylogrammes annotés et des lettres de Marguerite Duras (1914-1996), ce qui est assez cocasse lorsque l’on sait que les deux femmes n’appréciaient guère leurs travaux respectifs[2].

Après avoir mis en avant ces deux figures tutélaires des Lettres de la seconde moitié du XXe siècle, l’exposition revient sur des autrices du début du siècle, à commencer par Colette (1873-1954). Grâce au renfort des archives Flammarion, on découvre des compositions pour les couvertures de ses romans, notamment Chéri (1920), et des prière d’insérer de la main de Colette. La suite reprend avec une lettre de Colette Andris (1900-1936), première femme publiée aux éditions Gallimard en 1929 avec La Femme qui boit, inquiète que son manuscrit puisse être refusé. Il deviendra un succès, avec huit rééditions. Dans le but de donner un peu plus de corps à cette femme oubliée, une affiche de ses spectacles de danses nues est présente[3]. En restant dans le chic et le glamour, une lettre de Louise de Vilmorin (1902-1969) à Colette est exposée, où on voit le projet d’un livre à but promotionnel pour la maison Chanel, afin de pouvoir gagner de l’argent facilement. Puis, plus sobres à côté de ces ces projets pécuniaires, on lit quelques lettres et des poèmes de Marguerite Yourcenar (1903-1987).

Dans un coin, se trouvent deux oubliées des éditions, qui récupèrent quelques honneurs. Tout d’abord Hélène Bessette (1918-2000) avec une lettre à son éditeur, où l’on lit le début de ses crises de paranoïas. Le cartel rend toutefois toute sa grandeur à l’œuvre bessettienne bien qu’il oublie de mentionner qu’après la mort de Raymond Queneau, en 1976, Gallimard refusera tous les manuscrits de l’autrice, jusqu’à la retirer de son catalogue en 2006. Heureusement le Nouvel Attila, dans sa collection Othello, a entrepris la republication de la totalité de son œuvre[4]. À ses côtés Béatrix Beck (1914‑2008), autrice belge ayant vécu en France ; elle est connue pour avoir été la dernière secrétaire d’André Gide. Cependant, il faut aller au-delà de cette qualité de dernier témoin d’un auteur pédophile et retenir qu’elle est entrée en littérature avec une tétralogie de romans autobiographiques, avec son alias Barny, où elle évoque sa volonté d’indépendance, ses combats de gauche, son rejet de la religion, ainsi que ses amours masculines et féminines. Dès les années 1970, elle publiera dans d’autres maisons d’éditions, notamment Grasset. Aujourd’hui les éditions du Chemin de fer rééditent d’anciens titres et des inédits[5]. Aux côtés de ces deux écrivaines se trouvent deux fiches de lecture de Jean Paulhan sur les premiers livres de Nathalie Sarraute (1900‑1999), qui, disons-le au passage, a défendu Beck et Bessette. Le style de l’éditeur est à son habitude facétieux et si Tropismes (1939) ne le convainc pas, même s’il y décèle un potentiel en devenir, il sera favorable à la publication de Portrait d’un inconnu (1948), en dépit de l’influence de Sartre qu’il trouve trop présente. Le refus du premier roman de Sarraute aura été longtemps imputé au bras droit de Gallimard et l’exposition de cette pièce permet de constater sa bonne volonté à l’intégrer au catalogue de la maison. Ce n’est qu’en 1953, avec Martereau, qu’elle rentrera au 5 rue Sébastien-Bottin.

La continuité se fait par un large choix d’archives autour de Violette Leduc (1907‑1972), avec des lettres de ses ami·es qui l’admiraient, à l’instar de Sarraute ou Jean Genet, puis la préface de Simone de Beauvoir à La Bâtarde, récemment déposée à l’IMEC par l’association des Ami·es de Violette Leduc. Une lettre à Gaston Gallimard, datant de 1947, montre les accès de dramaqueen de Leduc qui tente de reprendre sa liberté littéraire afin de faire commerce de ses livres en tirage privé et sous le manteau comme Genet. Gallimard lui expliquera que leurs cas sont différents et refusera cette requête, rappelant son angoisse à voir ses auteur·trices le quitter. Les deux points qui raviront les leducien·nes et lecteur·trices de l’écrivaine sont l’exposition de la fiche de lecture de L’Affamée (1948) par Camus, qui est brève mais élogieuse, et celle de Ravages (1955), alors présenté sous le titre Le Vert paradis, où Lemarchand explique qu’en dépit de ses qualités, le livre est impubliable. On connaît la censure éditoriale qui s’en suivit (voir ICI et ma thèse). À côté, on retrouve sa protectrice à nouveau, avec un feuillet de Tout compte fait, exposant la célèbre phrase : « On ne naît pas femme : on le devient », à défaut du manuscrit du Deuxième sexe (1949) dont les quelques fragments à la BnF ne contiennent pas ladite citation.

Enfin, deux pans de murs et une vitrine entière sont consacrés à Annie Ernaux (née en 1940). On y trouve les lettres de Simone de Beauvoir, des lettres à son éditeur, ainsi qu’une série de photos prises à l’occasion de la parution de plusieurs de ses livres et commentées par Ernaux elle-même, reprenant le principe des Années (2008). Cependant, le plus intéressant reste l’exposition, pour la première fois, de l’un de ses manuscrits conservé à la BnF. Il s’agit de L’Événement (2000). Des feuillets d’écriture manuscrite, richement annotés, des notes préparatoires et la pochette, également source de réflexions, permettent de voir le travail en cours et l’attention toute particulière d’Ernaux dans ses choix de citations et de sa manière de composer. Il s’agit là d’une belle découverte, prometteuse pour les futur·es généticien·nes[6].

L’exposition se clôture sur une vitrine assez émouvante qui expose une dizaine de livres, de Beauvoir à Leduc, en passant par Duras et Sarraute, dédicacés à Gaston Gallimard et à Antoine Gallimard, ce dernier étant l’actuel directeur de la maison. Cette perspective sur plus de trente ans permet d’asseoir le caractère historique de la maison et de mettre en avant la bibliophilie du fondateur, adepte d’autographes et de belles éditions.

Dans l’ensemble, « Autrices, Écrire libre (1945-1980) » est un reconnaissance faite aux femmes qui composent le catalogue des éditions Gallimard. La maison y parvient avec quelques poncifs autour de ces femmes libres, qui brisent les codes, fortes et parfois oubliées, etc. Mais il n’empêche que les cartels sont d’une grande pertinence et apportent des éléments concrets et scientifiques sur les pièces qui les accompagnent. Leur unique défaut est de contribuer, parfois, à une hagiographie de la maison Gallimard. Les erreurs ne sont reconnues qu’à moitié ou effacées, tels l’abandon d’Hélène Bessette ou la censure éditoriale de Ravages. Reconnaître ses torts et ses propres biais, notamment sexistes, est difficile, alors que Gallimard était pourtant une des maisons les plus progressistes de l’époque. Violette Leduc fut certes censurée, mais publiée par Gallimard, tandis que les autres éditeurs ont refusé cette possibilité. Faire face aux choix éditoriaux, en les contextualisant, aurait pu montrer que tout en ayant pris des décisions perçues comme sexistes aujourd’hui, elles étaient recevables à leur époque.

Cependant, une fois conscient que Gallimard construit sa propre histoire, plus flatteuse que la réalité par instants, on ne peut que saluer ce travail et être admiratif devant les pièces rares qui sont exposées. La plupart des documents proviennent de la Maison, ce qui réitèrent sa nature de monument. Les fiches de lecture tout particulièrement sont des morceaux bruts d’histoire littéraire à disposition des visiteur·ses. La mise en valeur des couvertures de certains livres permet de voir la création artistique manuelle de l’époque et est fascinante, car c’est un aspect de la chaîne éditoriale qui a changé avec le numérique. Pour terminer, le choix d’afficher majoritairement des lettres permet d’entrer dans l’intimité de ces écrivaines, de voir leurs questionnements en tant que personnes ayant décidé d’exercer cette profession à plein temps, ce qui implique une instabilité financière non-négligeable. En ajout, il faut préciser que des photographies accompagnent les lettres pour qu’il soit possible de mettre un visage, toujours jeune, sur leur nom.

En plus des archives Gallimard, les chercheur·ses seront heureux·ses de savoir que de belles pièces proviennent de centres d’archives, les rendant accessibles. Tout d’abord pour les pièces Annie Ernaux, la BnF ; le second contributeur est l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine (IMEC) à Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, à côté de Caen, qui a contribué à l’exposition grâce au fonds Marguerite Duras et Violette Leduc. Les archives Flammarion, en possession des éditions Gallimard, ont également été sollicitées. Pour terminer, l’exposition de la plupart des pièces Simone de Beauvoir a été possible grâce aux prêts de Sylvie Le Bon de Beauvoir.

En conclusion, « Autrices. Écrire libre » est une exposition à voir impérativement, non seulement pour les pièces exposées mais aussi pour la muséographie qui les met véritablement en valeur. Un certain regard critique est posé sur les différentes écrivaines exposées et la beauté des documents frappe, tant sur le fond que sur la forme.

NB : Cet article ayant été réalisé sans note, il est possible que j’aie oublié des femmes évoquées dans l’exposition. Leur effacement n’est pas intentionnel. Voyez-y une raison supplémentaire de vous y rendre afin de réparer cet impair.

***

NOTES:

[1] Martine Reid (dir.), Femmes et littérature, une histoire culturelle, 2 vol., Paris, Gallimard, « Folio Inédit », 2020.

[2] « Simone de Beauvoir n’appartient pas à son clan et ne le souhaite pas. Marguerite fit quelques manœuvres d’approche auprès de Sartre pour publier une ou plusieurs nouvelles dans Les Temps modernes au milieu des années 50. Sartre la reçut et lui dit d’un ton bourru en s’excusant : “Je ne peux pas vous publier. Vous écrivez mal. Mais ce n’est pas moi qui le dis. Il faut écrire mieux, sans cela vous ne serez jamais publiée aux Temps modernes.” Jusqu’à la fin de sa vie, Marguerite Duras restera persuadée que c’était Simone de Beauvoir qui avait osé dire qu’elle écrivait mal et elle n’oubliera pas cet affront. Cette hostilité s’expliquait aussi par la jalousie – rappelons qu’elles aimèrent à un moment le même homme : Jacques-Laurent Bost – mais elles tenaient surtout à une conception radicalement différente de l’écriture. Marguerite Duras reprochera souvent à Robert Gallimard de pouvoir tout à la fois publier Beauvoir et de prétendre aimer ses livres : “Dis‑moi que c’est nul Beauvoir”, le suppliait-elle tandis que Simone de Beauvoir avouait à Robert : “Explique‑moi Duras, je n’y comprends rien.” Marguerite n’aimait pas les autres femmes écrivains » Laure Adler, Marguerite Duras [1998], Paris, Gallimard, « Folio », 2014, p. 459-460.

[3] Pour plus d’information sur Colette Andris, vous pouvez consulter : Patrick Bergeron, « Colette Andris, une romancière aux Folies Bergère », nuitblanche.com, le 27 juillet 2020, en ligne https://nuitblanche.com/rubrique/2020/07/colette-andris-une-romanciere-aux-folies-berger/ (consulté le 4 octobre 2020)

[4] La page d’Hélène Bessette aux éditions le Nouvel Attila : http://www.lenouvelattila.fr/vingt-minutes-de-silence/#auteur, (consulté le 4 octobre 2020) et Florence de Chalonge, « Le roman des romancières 1914-1980 » in Martine Reid (dir.), Femmes et littérature, une histoire culturelle, T. 2, Paris, Gallimard, « Folio Inédit », 2020, p. 336-337.

[5] La page de Béatrix Beck aux éditions du Chemin de fer : http://www.chemindefer.org/catalogue/l-epouvante-l-emerveillement/l-auteur-beatrix-beck/l-auteur-beatrix-beck.html (consulté le 4 octobre 2020).

[6] Des études génétiques ont déjà débuté sur l’œuvre d’Ernaux, l’autrice acceptant de mettre ses manuscrits à la disposition de chercheu·ses. L’un des exemples récents est l’article de Julie LeBlanc, « Érotisme et sensualité dans l’écriture autobiographique d’Annie Ernaux. Une étude de la subjectivité et des modalités de sa représentation », in Genre, sexes, sexualités : que disent les manuscrits autobiographiques ?, dir. par Catherine Viollet et Danielle Constantin, Mont-Saint-Aignan, PUHR, 2016, p. 49-61.

 

 

Pour citer cet article : Alexandre Antolin, « Expo Gallimard : « Autrices. Écrire libre (1945-1980) », Chère Simone de Beauvoir, octobre 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3393

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet

 

 

 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search