Femme rompue, voyages et sculptures

Aujourd’hui, focalisation artistique d’après des œuvres de Simone de Beauvoir, La Femme rompue, et ses mémoires viatiques.

Bella Buch, enseignante en maternelle à la retraite, passionnée de culture, férue d’art et de littérature, s’est mise sur le tard à la peinture et au modelage. Amie de longue date, elle m’a très généreusement offert son savoir-faire et a posé sa touche personnelle sur mes écrits de Maîtrise (Du Deuxième Sexe à La Femme rompue : une double écriture féministe), de Master 2 puis de thèse (Les récits de voyage dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir).

 

©Bella Buch

 

Le tableau (2005) est en huile et acrylique sur toile. Il reprend la situation de la dernière nouvelle du recueil de nouvelles La Femme rompue, « La femme rompue » : triangle cauchemardesque de Monique, l’épouse bafouée, au premier plan, qui voit s’éloigner de manière inéluctable son mari Maurice, médecin, avec sa nouvelle compagne Noëllie, en haut à gauche du tableau. Les teintes froides et sombres qui entourent et enserrent Monique, vêtements compris, montrent la dépression où elle a sombré. Le halo lumineux, amoureux, isole d’autant plus Maurice et Noëllie qu’il ressort vivement en teintes chaudes. Pour sortir de son cauchemar, Monique n’a plus qu’à se réveiller et à chercher des solutions à son marasme dans La Femme rompue, posée sur son bras, au tout premier plan.

Les sculptures sont modelées dans du grès de Puisaye cuites à 1300°, passée à l’ocre rouge puis à la cire. La première (2005), un livre aux pages presqu’ouvertes, porte sur la couverture le titre La Femme rompue.

 

 

©Bella Buch

 

 

©Bella Buch

 

 

©Bella Buch

Serait-ce l’ouvrage que porte Monique sur son bras dans le tableau ?

 

La seconde (2009), est un grand livre ouvert, portant sur la page de gauche « Mémoires d’une jeune fille rangée », « Simone de Beauvoir ».

©Bella Buch

 

©Bella Buch

 

Le bas de la page est légèrement affaissé, comme sous la pression d’une main lectrice. Sur la page de droite, une jeune fille est rangée dans un cadre : mais en est-ce un, justement ? Ne serait-ce pas plutôt un bateau qui va l’emporter vers d’autres rives que son tiroir familial qui étouffe l’écrivaine en herbe, la future voyageuse au long cours ? Légèrement penchée vers la gauche (sa tendance politique favorite), la silhouette féminine évite les vents qui voudraient la pousser vers le terme « rangée », elle s’incline plutôt vers « mémoires », donc vers son destin d’autrice.

Voguons donc avec elle.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Femme rompue, voyages et sculptures », Chère Simone de Beauvoir, octobre 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3359

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet


Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search