L’année de mes 15 ans

Par Françoise Urban-Menninger

 

L’année de mes 15 ans fut indubitablement celle de la révolte ! Bien sûr, ce fut l’année phare où mai 68 planta son pavillon de la rébellion auquel je me ralliais, ravie de scander à tue-tête sur les pavés « Il est interdit d’interdire ! ».

Mais bien mieux encore, ce qui me fit basculer dans une lucidité qui ne m’a plus quittée, ce fut la découverte par la lecture d’une femme exceptionnelle qui devint mon modèle et ma référence.

La lecture des Mémoires d’une jeune fille rangée, puis celle du Deuxième Sexe, m’ouvrit tous les champs des possibles ainsi que des horizons insoupçonnés quant à « ma condition féminine ». Ces ouvrages devinrent dès lors mes livres de chevet et mes compagnons de route.

Dans le même temps, j’ adoptai la tenue masculine de George Sand, autre écrivaine que j’affectionnais particulièrement, arborant avant que la mode ne s’en empare une chemise à carreau et une veste d’homme. Une pipe à la bouche, dérobée dans le bureau de mon père, ajouta la note finale au tableau de « la jeune fille dérangée et dérangeante » dont l’apparence ne manqua pas d’interpeller mes parents ou mes professeurs.

Ce que d’aucuns prirent pour une vulgaire crise d’adolescence, forgea en réalité le socle de ma personnalité et donna sens à ma vie.

Je m’essayai à mon nouveau mode de pensée en le mettant en pratique lors de la communion solennelle de ma cousine et de la fête familiale à laquelle mes parents, mon frère et moi fûmes conviés la même année.

Françoise lors de la communion de sa cousine en 1968. © Robert Séguela et Françoise Urban-Menninger

L’animation battait son plein dans la salle à manger et nous finissions d’engloutir les vestiges d’une pièce montée quand mon oncle, le père de ma cousine, sonna le rassemblement des troupes masculines en prononçant cette phrase qui souleva en moi une vague de sourde colère : « J’invite les hommes à passer au salon, quant aux femmes, vous pouvez débarrasser et retourner à la cuisine ! »

Ces suggestions, qui n’étaient autres pour moi que des injonctions machistes, avaient-elles été à peine émises que je me levai d’un bond et rétorquai à mon oncle du haut de mes 15 ans et de ma nouvelle assurance acquise à la lecture du Deuxième sexe : « Et pourquoi les femmes n’iraient-elles pas au salon fumer un cigare et les hommes laver la vaisselle à la cuisine ? »

Un silence stupéfait prolongea l’effet que produisit mes paroles. S’il l’avait pu, mon père aurait disparu dans un trou de souris. Quant à ma mère, ma tante et même mon oncle, leur silence en dit long sur leur incapacité à me répondre…

Ce jour-là, je marquai, me semblait-il des points et avais fait avancer « la cause des femmes », car loin de me démonter, j’accompagnai les hommes au salon, bourrai ma pipe et avalai cul sec un petit verre de schnaps en leur compagnie, me mêlant à leur conversation jugée sans doute par eux « hautement virile » mais que je qualifierais encore aujourd’hui de « puérile ».

Françoise chez elle, en 2020. ©Claude Menninger et Françoise Urban-Menninger

Sans nul doute, ce fut à dater de ce repas mémorable que je fus définitivement cataloguée et devins « l’excentrique de la famille » mais j’avais planté la graine de la réflexion et de la révolte qui peu à peu germa dans l’esprit de ma mère, ma tante et ma cousine, inquiétant les hommes de la famille qui « se mettaient sur leurs gardes » dès que l’on annonçait ma venue !

 

L’autrice : Après des études de philosophie et de lettres à l’Université de Strasbourg, Françoise Urban-Menninger a été tour à tour enseignante, attachée culturelle, animatrice en ateliers d’écriture, journaliste… Elle a publié une vingtaine de recueils de poèmes et de nouvelles, la plupart chez Editinter (Chair de mémoire, L’arbre aux bras nus, Lignes d’eau,  Les heures bleues, Le jour du muguet…) et a collaboré à diverses anthologies publiées chez L’Harmattan, Classiques Garnier…
Présidente de la commission littéraire de l’Académie rhénane, elle écrit également pour différents sites et revues : Le Pan Poétique des Muses, Exigence-littérature, La revue Alsacienne de Littérature…Elle participe aussi à de nombreuses lectures et rencontres littéraires ainsi qu’à des colloques en France et à l’étranger.

 

Pour citer cet article : Françoise Urban-Menninger, « L’année de mes 15 ans », Chère Simone de Beauvoir, octobre 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3354 

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search