On ne naît pas femme (de ménage) : on le devient

Par Michelle Franco Redondo,
Docteure en Science Politique de l’Université Paris 8 et en Sciences Sociales de l’Universidade Estadual de Campinas- Brésil.
Enseignante à l’Université d’Evry et membre du Laboratoire d’études de genre et de sexualité Legs.

***

Dès mon premier jour d’activité comme jeune fille au pair, je suis entrée dans la chambre et j’ai trouvé un caleçon par terre. Son propriétaire, le fils de la famille où j’étais jeune fille au pair, avait 18 ans, et moi 28. J’ai été choquée par le fait qu’un « homme » laisse une « jeune femme » ramasser son caleçon par terre. C’est ainsi que j’ai compris que je n’étais pas une « jeune femme », mais une domestique. Quand j’ai fait le tour de la chambre, j’ai réalisé que beaucoup de choses n’étaient pas à leur place. Cela m’a fait réfléchir sur le travail domestique que je devais effectuer et sur mon propre rapport à ce travail. Les nomenclatures étaient nombreuses : femme de ménage, bonne à tout faire, nounou, babysitter, au pair : chacune à son époque et avec des tâches qui semblent distinctes. Des rôles domestiques, en tout cas.

J’ai pensé à ma vie au Brésil et à Sandra, qui avait travaillé chez mes parents pendant 7 ans. L’image de son visage le jour où j’ai essayé de la convaincre de continuer à travailler pour nous lorsque nous avons déménagé à « la nouvelle maison » m’est venue à l’esprit. J’ai réalisé à ce moment-là que son regard traduisait le fait qu’elle ne croyait pas à la promesse comme quoi je m’occuperais moi-même de ma chambre. C’est comme ça que j’ai réellement compris cet épisode vécu il y à 10 ans, et pourquoi Sandra ne nous a pas accompagnés lors de notre déménagement depuis notre maison qui ne comportait qu’une seule chambre à coucher vers une maison avec trois chambres. Sandra savait qu’elle aurait beaucoup plus de travail et que je ne l’aiderais pas. J’ai vu Sandra comme détentrice de la connaissance de celles et ceux pour qui elle travaillait. C’était la première fois, parmi tant d’autres par la suite, que je me suis mise à sa place et que j’ai pu mieux comprendre ses gestes et son choix, et même m’en inspirer.

Je ne voulais pas ranger la chambre du grand garçon. J’ai regardé son matériel scolaire sur son bureau et j’y ai vu un bazar qui ne m’appartenait pas, bien que très semblable au mien. Debout devant la table, j’ai remarqué la vue qu’il avait sur ma maisonnette au fond du jardin. Elle était mignonne. Devant ma fenêtre, il y avait un bel arbre qui me donnait une certaine intimité. Dalberto, le père de la famille, avait planté, pour moi, des fleurs devant l’entrée. Je dormais donc en dehors de leur maison, comme cela devait être ; ils étaient une famille, et moi, une sorte de domestique, la jeune fille au pair.

© Michelle Franco Redondo

Je suis sortie de la chambre pour voir si ma gêne persistait et si j’allais réussir à faire ce que je devais faire. Je suis allée dans la chambre des parents et j’ai fait le lit. J’ai remarqué l’intimité du couple, leur habitude de lire avant de dormir. Lui, un livre ; elle, de nombreuses revues éparpillées par terre. Je les ai empilées, laissant une partie visible et une autre sous le lit, ainsi Hortência saurait où les revues se trouvaient sans qu’elles le dérange. J’espérais que mon attention serait remarquée. J’espérais que Hortência sourirait en voyant que j’avais trouvé un moyen pour ranger ses revues. Je me suis ensuite dit que Dalberto et elles s’aimaient et j’ai souri. Je me suis alors rendue compte que je m’inventais des histoires à partir du scénario qui m’était présenté et me suis demandé si toutes les domestiques faisaient cela.

Avec le temps, j’ai remarqué que le quotidien rendait les mouvements plus routiniers et les petites choses qui surgissaient ou changeaient de place perdaient leur force comme source de fantaisie. Cela n’empêchait toutefois pas les spéculations faites avec les amies ou la femme de ménage. Ce que je vivais et observais était une sorte de film muet dans lequel je racontais à ceux qui ne l’avaient pas vu ce que je comprenais aussitôt sortie du cinéma. Personne à la maison, c’est le moment de décrocher le téléphone et de partager mon quotidien. J’appelais toujours une amie qui faisait la même chose que moi. Je me souviens d’une fois, alors que je me plaignais d’être en train d’éplucher des légumes, d’entendre Carol me dire à l’autre bout du fil : « Il vaut mieux couper des légumes que de s’occuper d’un enfant. » Elle, de son côté, s’occupait d’un bébé de moins d’un an, pour qui elle avait une grande affection.

Mes tâches par rapport à l’« enfant » dont je m’occupais étaient de préparer le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner, des tâches qui pouvaient s’étendre au reste de la famille. La spécificité de mes tâches pouvait être due au fait que je m’occupais d’une fille de 11 ans, et qui, de ce fait, n’avait pas besoin que quelqu’un aille la chercher à l’école ni d’autres petits soins, comme de lui donner le bain par exemple. Mais la grande différence résultait du fait que Léa ne pouvait pas manger à la cantine de l’école, qui n’avait pas l’option casher, qui respecte les pratiques de la religion juive. Même si Léa pouvait rentrer de l’école toute seule, elle avait besoin que son repas soit prêt à l’heure du déjeuner pour avoir le temps de s’alimenter et de retourner à ses études. La plupart du temps, son frère de 18 ans dînait avec nous. Le frère aîné, qu’on mentionnait toujours pour son intelligence, celui qui fait une « grande école », habitait à Paris, à 20 minutes de RER de chez ses parents, et qui, du coup, n’était jamais là durant la semaine, excepté le vendredi soir, pour le Chabbat.

Le soin que je portais à Léa en tant que jeune fille au pair, se distinguait de ce qui est communément et idéalement attribué à ce rôle. Mais la grande différence entre mon expérience et celle des autres filles se trouve dans l’extension explicite (établie dès le début) du travail aux autres membres de la famille, en relation aux soins de la maison. Une différence qui se matérialisait sous forme d’argent. Je recevais pratiquement le double du salaire conventionnel d’une fille au pair et ma paye m’était versée chaque mois – 600 euros –, et non chaque semaine – de 70 à 90 euros – comme pour les autres au pair. La valeur tout autant que la forme du paiement m’a permis de voir plus clairement que j’exerçais un travail domestique. En effet, l’argent que je recevais ne correspondait pas à l’idée qu’il s’agissait de quelque chose que je pouvais dépenser pour la semaine, comme c’était le cas pour les autres au pair.

Dès notre première rencontre, les Tenenbaum m’ont clairement indiqué que ma routine comporterait des tâches ménagères et que je serais payée pour cela. En effet, ils n’associaient pas le soin porté à Léa aux tâches que n’importe qui de la famille pourrait réaliser. Ils n’ont pas non plus cherché à justifier une telle contribution au fait que j’habitais avec eux. Cet argument est fréquemment utilisé par les familles qui ont recours à une personne au pair.

C’est en prenant connaissance des détails de ma routine que je me suis familiarisée avec un certain nombre de gestes formateurs. Ainsi, tous les jours, dans la matinée, j’ouvrais les volets des fenêtres de la maison, et les rideaux. Ils devaient être poussés du même côté que lorsque Hortência le faisait en mon absence. Cela contredisait son propre discours lors de mon premier jour de travail, au cours duquel elle me présenta les tâches à faire : “Fais comme tu veux !” tout en me disant que la règle numéro 1 pour faire un bon travail domestique était : il faut faire comme le veut la patronne. Cette phrase me fut répétée à plusieurs reprises dans des circonstances et sur des tons différents. C’est aussi à partir de là que j’ai commencé à comparer le travail domestique à d’autres types de travail. C’est un prérequis de base du travailleur domestique que d’obéir aux ordres du patron, et cependant celui-ci exige une perception de la subtilité de certains ordres donnés, mais en réalité contradictoires avec ce qui a déjà été dit. La proximité entre patronne et domestique, particulièrement au sein d’un programme dit d’échange comme l’au pair, crée un type spécifique de dialogue et d’imposition d’ordres. Évidemment, ceci vaut uniquement si le patron se soucie de l’image et de certains paramètres dans la relation, ce qui était le cas.

Ainsi, après avoir laissé entrer la lumière du jour dans la maison, je partais préparer le petit-déjeuner, suivant précisément les consignes qui m’avaient été données : la machine à café devait être allumée seulement lorsque j’entendais Dalberto descendre les escaliers. De cette manière, il trouverait son café frais et prêt. « Je suis médecin et je dois penser à des manières d’économiser du temps, pour pouvoir dormir le maximum que je peux », argumentait-il pour justifier le besoin de ne pas avoir à être lui-même devant la machine pour attendre la préparation du café. Hortência le critiquait en disant qu’il était la seule personne au monde incapable d’appuyer sur le bouton d’une machine. Il souriait et, imitant son geste, je me cachais derrière un sourire. La phrase de Hortência était seulement une autre parmi toutes celles auxquelles je ne devais pas prêter attention, car cela ne changeait pas les tâches qui m’étaient imparties. Je comprenais que, dans mes expressions, je ne devais pas manifester mes jugements. Selon moi, de nombreuses tâches n’avaient pas besoin d’être réalisées par moi, mais cela n’était pas mon problème. Surgit alors la règle numéro 2 dont j’ai eu l’intuition dès le début, mais que j’ai pu formuler grâce à ma relecture des faits : rester neutre et discrète par rapport à mes propres jugements.

Le temps que Dalberto avait besoin d’économiser sur le temps de préparation de son propre café me faisait penser à la nécessité de toutes mes activités, désignées comme des activités « vite faites », pour que Hortência et lui puissent développer leur fonction sociale de médecin. De cette manière, je commençais à vivre certaines différences : entre le travail domestique fait pour nous-même et au bénéfice d’un tiers, entre les façons de travailler des femmes de différentes pays et bien sûr, de différentes classes.

J’essayais de m’organiser de manière astucieuse, très souvent conseillée par les Tenenbaum, afin d’exécuter au mieux mes tâches et d’avoir ainsi plus de temps libre pour ma formation et pour moi. Dans ce but, « cherchant une autonomie négociée », tous les soirs, je préparais la machine à café avant d’aller dans ma chambre, pour que le lendemain je n’aie pas besoin de m’inquiéter du temps que je mettrais à disposer la table du petit-déjeuner et à préparer la machine pour qu’elle soit prête au moment même où Dalberto descendrait les escaliers. Il me suffirait alors d’être attentive au bruit en mettant la table. Dans ces conditions, même s’il y avait encore besoin de faire quelque chose, le café serait prêt au moment souhaité et je serais soulagée de ne pas avoir à m’exprimer dans une langue presque inconnue. La plupart du temps, je prenais le petit-déjeuner avec la famille, j’accompagnais Hortência jusqu’à la porte et, quand la maison était vide, je montais pour faire le ménage complet, ranger les chambres et faire les lits. J’ai pu alors apprendre à m’occuper des coussins et de leur housse. Le changement du linge de lit se faisait toujours avec Tina, la femme de ménage portugaise. J’étais son bras droit et c’est avec elle que j’ai le mieux compris ma fonction. J’ai appris à bien nettoyer les lavabos, à passer l’aspirateur correctement, à utiliser le produit adéquat en fonction de ce que je voulais nettoyer et aussi en fonction de la personnalité des membres de la famille. Pour tout cela, Tina était ma formatrice des services domestiques et de leurs exigences. Notre dynamique de travail me permettait de mieux comprendre la nécessité de ma présence au sein de la maison.

Ainsi, après avoir fait les trois lits, je vidais « seulement » (comme ils me le disaient) les corbeilles à papier des chambres et la poubelle de la salle de bain, puis, je montais les vêtements sales au dernier étage de la maison, les mettais à laver (en séparant par couleurs et en lavant avec les produits correspondants), puis à sécher et les amenais dans la pièce utilisée par Tina pour faire le repassage (certains vêtements sur cintre et tous les autres d’une façon qui empêchait qu’ils se froissent de nouveau). Ensuite, je retournais à la cuisine pour débarrasser la table du petit-déjeuner, je mettais celle du déjeuner et préparais le repas. Tina rajoutait quelques détails à mes tâches, comme passer l’éponge sur le lavabo de la salle de bain et les robinets de la douche, afin qu’elle puisse ensuite s’occcuper des tâches les plus lourdes. De la même manière, je pouvais aussi passer l’aspirateur à sa place. Par conséquent, notre interdépendance était matérialisée à travers la distribution des tâches domestiques que nous réalisions.

Les Tenenbaum n’avaient pas une seule domestique comme il est de coutume au Brésil, mais une au pair et une femme de ménage. J’étais là pour qu’ils puissent économiser leur temps, liés aux tâches domestiques quotidiennes, et celui consacré à s’occuper de Léa. Tina, quant à elle, était là pour faire le travail le plus lourd ; notre binôme accomplissait les activités réalisées par une domestique au Brésil. Un profil très coûteux en France.

De manière générale, Tina et moi étions la base qui permettait aux adolescents et aux adultes de ne pas avoir à se préoccuper des tâches ménagères de leur quotidien. Hortência l’admettait : « Tina fait tourner la maison ! » Je comprenais parfaitement cette affirmation et j’imaginais les raisons pour lesquelles je n’étais pas incluse dedans. En tout cas, pour réaliser correctement ma part des fonctions domestiques, j’ai commencé à chercher sur internet à en savoir plus sur cette pratique qui interdit de cuisiner la viande avec le lait, et ainsi, en plus d’apprendre de la culture juive, j’ai développé une certaine familiarité au sein de la cuisine où je passais tous mes vendredi après-midi à éplucher des légumes pour le repas du Chabbat.

Le jour de mon départ, j’ai entendu Dalberto dire : « Je n’ai jamais aussi bien mangé dans cette maison. » Pour moi, il s’agissait ici d’une des preuves que nous développons des aptitudes quand l’opportunité nous en est donnée ou quand cela est nécessaire.

© Michelle Franco Redondo

Tina et moi avions des tâches intégrées qui constituaient la relation complémentaire que nous avions avec Hortência. Trois femmes qui, en tant que telles, ont appris les rôles de la féminité a long de leurs vies. Dans cette trajectoire, chacune, pour une question de classe sociale et à des degrés différents, se perfectionne dans le soin porté à autrui et dans tâches ménagères correspondantes. Ainsi, dans chaque devenir femme fabriqué par le sexe, il y a le devenir femme-de-ménage fabriqué par la classe.

 

L’autrice : Michelle Franco Redondo est titulaire d’un doctorat en Science Politique à l’Université Paris 8 et en Sciences Sociales à l’Universidade Estadual de Campinas- Brésil. Enseignante à l’Université d’Evry et membre du Laboratoire d’études de genre et de sexualité Legs. Elle a fondé ses études sur l’observation participante dans le prisme d’une auto-socio-analyse. Ainsi, à partir de l’épistémologie de la connaissance située, et orientée par la perspective du care, ses études portent des réflexions sur les travaux domestiques effacés des représentations sociales dominantes. Par conséquent, elle discute les constructions des femmes à partir de leur condition de classe et de race.

 

Pour citer cet article : Michelle Franco Redondo, “On ne naît pas femme (de ménage) : on le devient”, Chère Simone de Beauvoir, août 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3285

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search