Dans les archives de Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir a reçu des milliers de lettres. Ce sont les « lettres de lecteurs » que je présente brièvement aujourd’hui. Elles sont conservées à la BnF et elles constituent le corpus principal de ma thèse.

Avant d’être conservées dans des boîtes d’archives en 1995, Simone de Beauvoir rangeait ses lettres, après les avoir lues et y avoir répondu, dans de grands sacs qu’elle descendait au fur et à mesure dans sa cave Rue Schoelcher. C’est de là que Sylvie Le Bon de Beauvoir les a ressorties au moment de sa donation à la BnF.

Description physique du fonds[6]

Elles sont conservées à la BnF sous la cote NAF 28501- Lettres reçues, versées en 1995 par la fille adoptive et héritière de l’écrivaine, Sylvie Le Bon de Beauvoir. Le fonds est subdivisé en quatre sous-unités : « Lettres reçues d’intellectuels et d’amis », « Lettres reçues de lecteurs devenus des « correspondants privilégiés », « Lettres reçues de lecteurs » et « Coupures de presse ». Cette dernière sous-unité est constituée d’un mince carton rassemblant les coupures de journaux concernant Beauvoir ou Sartre, envoyées par des lecteur.trices, pour la grande majorité étranger.es (Canada, Italie entre autres) ou depuis les quatre coins de la France. Les lettres reçues d’intellectuel.le.s et d’ami.e.s comptent trente correspondances avec des personnalités diverses. Parmi elles, on y trouve les lettres de Madeleine Chapsal, Claude Chabrol, René de Ceccaty, Alain Badiou ou encore Dominique Desanti…

Catalogue :  http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/

 

Les lettres reçues de lecteurs devenus des correspondants privilégiés, elles, regroupent des correspondances très diverses.

Catalogue : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/

 

Les « lettres reçues de lecteurs » sont classées par année entre 1942 et 1986. Le fonds étant en cours de classement, des erreurs subsistent. 44 boîtes – dont 6 contiennent des lettres non datées – regroupent plus de 20 000 lettres d’après mes estimations.

Catalogue : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/

 

Des milliers de voi(e)x

Cartes de vœux, cartes postales vestiges de voyages que la présence rêvée de Simone de Beauvoir aurait rendus bien plus mémorables, ou encore simples lettres écrites sur divers formats de papier, parfois prenant tout simplement la forme de petites notes à la manière de post-it, les lettres adressées à Simone de Beauvoir de la part d’une partie de son lectorat  portent en elles la présence physique de l’écrivaine et de leurs auteur.e.s.

On y devine de nombreuses taches de café, parfois même des brûlures de cigarette. C’est avec un mélange d’émotion et d’excitation que j’imagine, à chacune de mes consultations, Simone de Beauvoir lire chaque jour son courrier à son bureau, une tasse de café à la main, une cigarette à l’autre ; Sartre dans la même pièce.

©Gisèle Freund, 1964. Musée d’art moderne de la ville de Paris.

Plus émouvant encore, ce sont les correspondant.e.s sans doute fébriles, écrivant une lettre qui, comme ils et elles en sont persuadé.e.s, ne sera qu’une bouteille de plus jetée à la mer.

 « Madame,

Une lettre envoyée c’est parfois une bouteille à la mer. Arrivera-t-elle, répondra t-on? Sur une île, on parle de ce qu’on fait et de ce qu’on attend. J’ai lu votre livre « La femme rompue » et j’attends une confirmation ou une condamnation de ce que je pense. »

Lettre du 14 janvier 1973

Dans les toutes premières années, elles sont écrites au stylo encre puis au stylo BIC Cristal, lancé en 1950, pour éviter les tâches et les bavures : « PS : ne vous fiez pas à mon écriture. Je ne sais pas écrire avec une pointe bic – mais c’est pratique. »[1]. Certaines autres sont écrites « à la machine »[2] par peur que l’écrivaine adulée ne parvienne pas à déchiffrer le message. Tous.tes s’excusent : écrire à la machine n’est pas « poli »[3], surtout quand on s’adresse à Simone de Beauvoir, « femme soufflante »[4], « écrivain célèbre »[5].

 

[1] Lettre du 26 janvier 1957, chemise janvier-juin, feuillet 1.

[2] Lettre du 14 janvier 1955, feuillet 77.

[3] Lettre non datée, 1954, feuillet 74.

[4] Ibid.

[5] « Vous êtes Simone de Beauvoir, écrivain célèbre ». Lettre du 10 avril 1959.

[6] Pour une description plus exhaustive et une propositions de pistes de recherche pour utiliser le fonds en histoire des femmes, du genre et du féminisme, voir Marine Rouch, «  »Vous ne me connaissez pas mais ne jetez pas tout de suite ma lettre ». Le courrier des lecteurs et lectrices de Simone de Beauvoir », dans Françoise Blum (dir.), Genre de l’archive. Constitution et transmission des mémoires militantes, Paris, Codhos, 2017, p. 93-108.


Publié par

Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *