Les seins, ces oubliés des luttes féministes

English version HERE.

La philosophie Camille Froidevaux-Metterie vient de publier Seins : en quête d’une libération (Anamosa, 2020). Les travaux de la philosophe s’inscrivent dans le sillage de la phénoménologie telle qu’utilisée par Simone de Beauvoir et Iris Marion Young. Pour lire notre entretien, c’est ICI.

***

À l’origine de ce livre sur les seins, il y a une anecdote personnelle, que nous raconte Camille Froidevaux-Metterie et qui fait sans doute écho chez beaucoup d’entre nous. Un jour, l’autrice se rend dans un magasin de lingerie pour acheter le premier soutien-gorge de sa fille âgée de 12 ans, mais elles peinent à en trouver un sans rembourrage. « La colère est montée », écrit-elle, « les seins de ma fille existaient à peine qu’on lui signifiait déjà qu’ils étaient insuffisants, imparfaits, décevants » (p. 19).

À partir de là, l’autrice se lance dans des recherches pour donner un sens à cette expérience. Chemin faisant, elle constate que les luttes féministes ne se sont pas (ou peu, voir l’introduction du livre) intéressées aux seins. On les voit pourtant partout : ils occupent d’immenses affiches publicitaires dans l’espace public, de nombreuses pages des magazines féminins leur sont consacrées… On pousse les femmes à rêver d’avoir la poitrine d’une autre et la chirurgie esthétique se présente comme une alternative acceptable pour en avoir plus, pour en avoir moins, pour les remonter, les arrondir… Bref, en matière de seins, il existe une norme (une de plus !) à laquelle il semble falloir se conformer.

Seins et le « tournant génital du féminisme »

Ainsi, pour Camille Froidevaux-Metterie, les seins condensent « à eux seuls toutes les caractéristiques féminines qui ont justifié et perpétué la domination masculine » (p. 13) et nous avons tout intérêt à les mettre au centre de ce qu’elle appelle le « tournant génital » (p. 9) auquel nous sommes en train d’assister au sein du féminisme. Ainsi, Seins s’inscrit dans l’exploration menée par l’autrice de ce « tournant génital du féminisme ». Mais de quoi s’agit-il ?

Pendant longtemps, le corps sexué avait disparu des luttes féministes (voir mon entretien avec l’autrice et Froidevaux-Metterie, 2018) et l’autrice constate qu’alors que la deuxième vague féministe (celle des années 70) avait promis une révolution dans « le domaine intime de la sexualité », on ne peut que constater aujourd’hui que cette promesse n’a pas abouti (p. 7). Il est vrai que les femmes sont devenues des « individus de droits » et qu’elles ont investi les sphères sociale et professionnelle, mais elles « n’en ont pas moins continué d’être des sujets définis d’abord par leur vie sexuelle, conjugale et maternelle » (p. 8). En fait, les femmes sont encore et toujours des « corps à disposition » et de la fin des années 1970 jusqu’au début des années 2010, le féminisme a laissé de côté la question du corps, ce dernier ayant été considéré avant tout comme un fardeau et un véritable obstacle à la libération. Il ne faut pas voir dans le propos de l’autrice une charge contre les différents moments passés du féminisme, et encore moins contre ses militantes, car Camille Froidevaux-Metterie retrace bien les étapes, dans ses ouvrages précédents (2015, 2018), de ce qui est en fait un processus historique et, pour compléter, l’on se réfèrera avec profit aux ouvrages des historiennes du féminisme telles que Sylvie Chaperon, Geneviève Fraisse, Christine Bard et Bibia Pavard, pour n’en citer que quelques-unes.

Si Camille Froidevaux-Metterie souhaite réinscrire la question du corps dans l’agenda des luttes féministes, c’est parce qu’elle perçoit, à la suite de Simone de Beauvoir (1949) et d’Iris Marion Young (1985 (2005)), que le corps peut aussi être un vecteur de liberté et d’émancipation, ce qu’elle explique de façon limpide dans notre entretien. Son projet participe et s’inscrit donc précisément dans le « tournant génital du féminisme » qui, d’après elle, a commencé au début des années 2010. Le début de la décennie a effectivement vu (ré)apparaître plusieurs événements – depuis les revendications pour la gratuité des produits hygiéniques jusqu’aux dénonciations des violences gynécologiques et obstétricales, en passant par la vague #Metoo – qui ont redonné à la question corporelle sa dimension politique. Une nouvelle génération de podcasteuses féministes, universitaires ou journalistes, se fait d’ailleurs le relais de ce désir de remettre le corps au centre du propos : Les Jaseuses et leur récent podcast sur les corps confinés par exemple, Extimité, Les couilles sur la table, Quoi de meuf, Émotions, Extimité, Un podcast à soi et tant d’autres, la liste est longue.

Dans ce mouvement de « relance du projet de révolution sexuelle » (p. 10.), le clitoris a cristallisé notre attention et est aujourd’hui devenu, avec la vulve, un symbole de nos luttes féministes. Avec ce présent ouvrage, Camille Froidevaux-Metterie nous invite à considérer les seins de la même façon, à savoir d’une part comme le lieu de la domination masculine, certes, mais aussi comme celui d’une possible réappropriation féministe.

La phénoménologie féministe, une méthode féconde

Pour ce qui est de la méthode employée, je ne peux, une fois de plus, que renvoyer à mon entretien avec l’autrice car elle y explique sa méthode philosophique mieux que je ne pourrais le faire ici. Il s’agit de la phénoménologie. Simone de Beauvoir en avait découvert tout le potentiel dans l’œuvre de Merleau-Ponty (Merleau-Ponty, 1945 ; Beauvoir, 1945 (2020)). Dans la phénoménologie, le corps est considéré « comme vecteur de notre présence au monde, à nous-même et aux autres » (p. 17.). Mais il va de soi, à ce moment-là et sous la plume de Merleau-Ponty, que le corps est envisagé dans un cadre de pensée « universel » masculin. C’est Simone de Beauvoir, dans Le Deuxième Sexe, qui enrichit la phénoménologie d’une dimension nouvelle et qui devait prouver sa fécondité, à savoir celle du corps sexué et plus précisément de la corporéité féminine (Froidevaux-Metterie, 2018-2). Iris Marion Young, faisant plusieurs décennies plus tard le constat de la disparition du corps dans les questions féministes contemporaines, réactivait « la démarche beauvoirienne en l’adaptant aux conditions nouvelles issues de la révolution de l’émancipation » (Froidevaux-Metterie, 2018-2). Camille Froidevaux-Metterie est une des rares philosophes en France, avec Manon Garcia et Mickaëlle Provost notamment, à s’inscrire dans cette voie.

C’est que sur la méthode a pesé jusque très récemment un soupçon d’essentialisme. Sans doute parce que les notions d’« expérience vécue » (voir entretien) et de « féminin » n’avaient depuis longtemps plus été utilisées comme des notions philosophiques. Camille Froidevaux-Metterie explique bien que lorsqu’elle parle de « féminin », elle ne se réfère pas à une prétendue nature des femmes mais à « un état situé des rapports que les femmes entretiennent avec le monde, les autres et elles-mêmes qui passe par les dimensions incarnées de leur existence. » (p. 16.)

Ainsi, grâce à l’approche phénoménologique et en s’intéressant plus particulièrement aux seins, l’autrice entend montrer comment les femmes appréhendent une expérience paradoxale : par leur corps, elles sont à la fois soumises à des injonctions de disponibilité sexuelle qui les cantonnent à une position d’objet, mais elles ont aussi la possibilité de s’émanciper et donc de devenir des sujets à part entière ; il n’y a pas de fatalité, nous dit l’autrice qui souhaite mettre l’accent sur la capacité transformative et appropriative des femmes (comme tout être humain, par ailleurs).

Un bel objet

 Camille Foidevaux-Metterie part donc sur les traces de l’expérience vécue d’une quarantaine de femmes (de 5 à 76 ans, hétérosexuelles, lesbiennes, cisgenres, trans, blanches, racisées, non-valides*) à travers leurs seins, depuis la puberté jusqu’à la vieillesse sans oublier la vie sexuelle ou encore les transformations liées à la maladie. Elle tente de ne laisser au hasard aucun « nœud phénoménologique », à savoir des étapes cruciales dans la vie des femmes qui provoquent des bouleversements corporels et font qu’elles éprouvent la sexuation de leur existence tant sur le plan intime que sur le plan social (p. 17).

Le résultat est un très beau livre (tant dans le fond que dans la forme) qui alterne les analyses de la philosophe, les témoignages de femmes et les photographies en noir et blanc de leur poitrine. Ces photos, que l’autrice a prises elle-même au terme des entretiens avec ces femmes, font partie intégrante du travail de la philosophe dont l’objectif était de donner à voir les vrais seins des femmes, dans toute leur diversité et leur fluidité.

En cela, l’ouvrage fait écho à un ouvrage féministe de la fin des années 1970, Breast. Women speak about their breasts and their lives, qui avait pour ambition de montrer les vrais seins des femmes et de redonner une voix à ces dernières. L’étude de Camille Froidevaux-Metterie débouche sur une invitation à réactiver la proposition féministe des années 1970, celle de la libération et de la réappropriation de nos corps et de nos existences.

Je vous invite à parcourir le fil Twitter que l’autrice a consacré aux femmes de son enquête afin de découvrir quelques photos prises par l’autrice :

 

Non seulement le livre de Camille Froidevaux-Metterie est un livre féministe et politique** parce qu’il renferme un potentiel d’empowerment, mais il est aussi un livre qui propose une proposition philosophique, théorique et épistémologique intéressante et dont on saisit encore peu, en France, la richesse.

*Elle précise qu’elle n’a certainement « pas épuisé la variété des cas possibles » et qu’elle ne vise donc pas l’exhaustivité. (p. 23.)

**La dimension politique est inhérente au féminisme : le féminisme est un projet politique. Je place ici les deux termes côte à côte car cette dimension originelle a tendance à être oubliée.

 

Bibliographie

Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, Paris, Gallimard, 1949.
– « La Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty », Philosophie, 2020/1 (N° 144), p. 7-10. Publié dans Les Temps Modernes en 1945.

Camille Froidevaux-Metterie, La Révolution du féminin, Paris, coll. Bibliothèque des sciences humaines, Gallimard, 2015. Disponible en Folio essais depuis mars 2020.
– Le corps des femmes. La bataille de l’intime, Paris, Philosophie magazine Éditeur, 2018.
– « Le féminisme phénoménologique d’Iris Marion Young. Tenir ensemble le concept de corps vécu et la notion de genre », Revue philosophique de Louvain, 2018-2, N°114, vol. 4, p. 493-516.
– Seins. En quête d’une libération, Paris, Anamosa, 2020.

Manon Garcia, On ne naît pas soumise, on le devient, Paris, Flammarion, 2018.

Iris Marion Young, On female body Experience.Throwing like a Girl” and other essays, Oxford, Oxford University Press, 2005. L’article « Throwing like a girl » a été publié en 1985.

Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945.

***

Pour citer cet article : Marine Rouch, « Les seins, ces oubliés des luttes féministes », Chère Simone de Beauvoir, juin 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3219

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 24/06/2020

    […] française ICI.*all the citations have been translated by […]

  2. 27/06/2020

    […] Marine Rouch, « Les seins, ces oubliés des luttes féministes », Chère Simone de Beauvoir, juin 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3219 […]

  3. 27/06/2020

    […] Camille Froidevaux-Metterie est philosophe féministe et professeure de science politique à l’université de Reims où elle est également chargée de mission égalité. Elle est l’autrice de nombreux articles dans la presse et dans des revues scientifiques. Elle a publié de nombreux ouvrages dont La Révolution du féminin (2015), qui vient de paraître en Folio (2020), Le Corps des femmes (2018) et, il y a quelques semaines, Seins (2020). Pour lire mon compte rendu (French and English), c’est ICI. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.