Histoire en Séries (3) : les femmes de Mad Men au travail

Pour le podcast Histoire en séries (allez écouter les épisodes, c’est super !), réalisé par Nicolas Charles et Yohann Chanoir, je me suis plongée pendant plusieurs mois dans Mad Men. J’ai essayé de réfléchir au traitement de l’histoire dans la série, et plus particulièrement de l’histoire des femmes et du genre et j’y ai trouvé des choses qui font écho à mes recherches. Avec Nicolas Charles, nous en avons discuté ICI. Mais comme nous n’avons pas pu tout aborder (la série est tellement riche), je propose une série de 3 courts billets pour compléter avec des thèmes qui me tiennent à coeur.

Ce billet : Histoire en Séries (3) : Les femmes de Mad Men au travail

Billet 1 : Histoire en Séries (1) : Mad Men et Marilyn Monroe

Billet 2 : Histoire en Séries (2) : Mad Men et “the problem that has no name”

***

Mad Men, en bref, c’est quoi ? C’est une série qui nous plonge dans les États-Unis des années 1960. Plus précisément, on suit les membres d’une agence de publicité (située sur Madison Avenue, New York) dans leurs déboires professionnels et personnels.

Mettons-nous donc dans l’ambiance des sixtiesMad Men a une bande son superbe. On branche le casque (ou les écouteurs, c’est au choix) et c’est parti !

***

Quel travail, quelles conditions ?

Dans le billet 2, on a vu que les personnages évoluent dans une société qui idéalise la mère au foyer. Dans ce contexte, il devient donc difficile pour certaines femmes de faire le choix d’une carrière.

Travailler, qu’est-ce que cela signifie pour ces femmes ? Dans le milieu des femmes qui nous intéressent, travailler signifie avoir une certaine indépendance même si la loi ne permet pas encore aux femmes mariées de toucher leur salaire et d’avoir un compte en banque à leur nom. Il existe un rapport de 1963 de la Commission sur le statut des femmes qui stipule que dans de nombreux états américains, l’épouse n’a qu’un seul droit : “celui d’être correctement entretenu par son mari » (Coontz, 2012). Pour rappel, en France, les femmes n’ont pas eu le droit d’avoir un compte en banque à leur nom et de travailler sans l’autorisation de leur mari avant 1965.

Mais cette indépendance, toute relative, n’est vécue comme telle, en général, que quand on n’a pas besoin de travailler, comme par exemple l’amie de Betty (voir Billet 2). L’idée d’une émancipation au travail est quand même difficile à envisager. Pour d’autres femmes de la classe ouvrière, ou pour les afro-américaines, c’est une nécessité économique. Chez les afro-américaines, cela se double d’une valeur. Je renvoie à l’analyse de Stephanie Coontz sur les afro-américaines : elle montre qu’il est plus facile pour ces femmes d’envisager d’avoir une carrière (Coontz, 2012). Ainsi lorsque Betty Friedan ou Simone de Beauvoir conseillent aux femmes de travailler à l’extérieur du foyer pour s’émanciper, elles oublient peut-être que le travail ne veut pas dire la même chose selon la classe sociale à laquelle on appartient. (Voir l’intervention de Maria Luisa Femenias) Ceci explique en partie pourquoi leurs propos sont bien mieux reçus par des femmes des classes moyenne et supérieure.

Il faut donc faire la distinction entre un job/un emploi et une carrière. Dans Mad Men, nous croisons trois types de femmes qui travaillent : les secrétaires qui ont un emploi/job ; Peggy (la seule conceptrice rédactrice de l’agence) et Joan (la responsable des secrétaires) qui veulent transformer leur emploi en carrière avec toutes les embûches qu’une telle volonté peut comporter ; et Down, la secrétaire de Don, qui est afro-américaine (Peggy aura plus tard une secrétaire afro-américaine) et pour laquelle c’est à la fois une nécessité économique et une fierté.

La représentation des secrétaires : un job pour trouver un mari ?

Il y a eu un besoin énorme de recruter des secrétaires pour les cadres de Madison Avenue. Ce qui est frappant dans la série, c’est qu’elles arrivent et ne restent, sauf exception, pas longtemps. C’est un travail qui est considéré comme transitoire, le temps de trouver un mari qui a un bon emploi et de revenir à une vie traditionnelle. Ce n’est clairement pas l’objectif de la secrétaire afro-américaine de Don : on ne la voit jamais sexualisée, ni ridiculisée. Elle finit même par remplacer Joan comme responsable des secrétaires. Elle est représentée comme la plus mature et la plus sensée des secrétaires. Pour les autres, c’est une autre histoire. Elles sont représentées comme des filles immatures, et un peu idiotes.

Si l’on en reste là, on est mal à l’aise et on se dit que la série est dure envers les femmes. Et par moments, c’est vrai, elle l’est inutilement (voir podcast). Mais dans le cas de la représentation de certaines secrétaires, il s’agit de montrer que ce sont des filles qui viennent travailler dans cette agence pour gagner leur pain et trouver un mari ; des filles qui considèrent le quartier des affaires comme un vivier de bons partis. Attention, ce n’est peut-être pas tout à fait la réalité, mais c’est l’idée que l’on se fait alors d’une secrétaire.

Un roman de l’époque, publié en 1958, le décrit. Il s’agit de The Best of everything, traduit en français par Rien n’est trop beau, écrit par Rona Jaffe. Le roman suit des secrétaires qui travaillent dans une maison d’édition de Madison Avenue et qui aspirent à trouver un mari. Les héroïnes se débattent avec les injonctions de l’époque. Au tout début de la série, on voit d’ailleurs Don lire ce livre, ce qui est assez drôle parce qu’il s’agit d’un roman devenu best seller  et dont le succès doit beaucoup à un lectorat féminin. En nous montrant Don lisant ce roman comme s’il espérait comprendre les femmes, la série nous fait comprendre que les hommes aussi baignent dans ces représentations genrées. La domination masculine a aussi un effet sur les hommes, nous dit la série (voir le podcast, et Garcia, 2018).

Le sexisme

Le sexisme au travail commence déjà par les annonces d’emploi de l’époque. Au début des années 60, avant les lois contre la discrimination à l’emploi, il y avait deux colonnes dans la rubrique des petites annonces : hommes et femmes. Dans la colonne “femmes”, on lit par exemple : « Recherche secrétaire attirante… et qui sache taper à la machine » ; « Jolie et joyeuse fille recherchée pour une agence sur Mad Avenue » ; « recherche secrétaire pour cadre exécutif, jolie s’il vous plait ! » (Coontz, 2015).

Il y a ensuite une discrimination dans le salaire (discrimination raciale également, voir le podcast). Au début des années 1960, les femmes, pour le même job, gagnent 60% du salaire des hommes, et les afro-américaines, seulement 42%. Ceci est assez peu visible dans la série parce qu’il est très rare que les femmes y occupent le même poste que les hommes. Mais cela devient visible au moment où Peggy quitte son poste de secrétaire pour devenir, comme ses collègues masculins, conceptrice rédactrice. Elle lutte pour avoir un bureau (symbole du pouvoir), mais elle lutte aussi pour avoir des augmentations et surtout le même salaire que ses collègues masculins (dont elle devient d’ailleurs la responsable).

Dans un épisode, elle demande à Don pourquoi elle est moins payée que les autres alors que l’Equal Pay act a été voté (1963). Il lui répond, très en colère, qu’il n’a pas les moyens de l’augmenter. On a ici l’exemple d’une main d’œuvre moins chère pour le même travail, voire plus de travail ! Parce que justement Peggy sait ce qu’elle a et ne veut pas le perdre, elle sait que pour garder son travail, elle doit faire ses preuves. Elle travaille donc d’arrache pied, au détriment de sa vie personnelle. Ceci ne l’empêche pas d’être exclue d’un certain nombre de projets qui sont considérés comme masculins. Elle n’a par exemple pas le droit de participer aux campagnes publicitaires pour l’industrie automobile. C’est une affaire d’hommes. On lui demande par contre de s’occuper des pubs pour les machines amaigrissantes, pour des soutiens gorge etc., simplement parce qu’elle est une femme.

Le corps des femmes

Les femmes sont constamment objectifiées et sexualisées. Certaines scènes sont à peine soutenables. Joan, par exemple, est considérée comme la femme fatale, en robe rouge moulante, rouge à lèvres… Tous les hommes de l’agence fantasment sur ses formes et sur sa chevelure rousse. Alors même qu’elle est en charge de toute l’administration de l’agence et qu’elle essaie de faire rentrer dans les rangs quelques récalcitrants, un employé masculin lui dit qu’elle ne fait rien à l’agence à part inciter au viol…

Les femmes de l’agence ont donc compris que pour être écoutées et pour avoir un certain pouvoir elles devaient jouer sur leur attributs féminins. On demande par exemple à Joan de coucher avec un client important pour boucler un contrat. Si elle accepte, c’est parce qu’on lui promet de devenir associée et d’avoir un revenu confortable pour éduquer son fils. A ce moment là, elle est une mère célibataire. Là où l’on voit qu’il y a une classification faite entre les femmes, c’est lorsque Don manifeste son désaccord avec cette situation. Il tente de dissuader Joan. Mais son argument n’est pas qu’une femme ne devrait pas avoir à faire cela, mais plutôt qu’une femme comme elle (comprenez, une femme mère) ne devrait pas faire cela…

Il y a un puissant exemple de reprise du pouvoir par les femmes en utilisant leur corps dans une scène entre Peggy et un de ses collègues. Tous deux doivent travailler en urgence pour boucler un projet. Mais Peggy a toutes les peines du monde à faire comprendre à son collègue que le travail doit être fait sérieusement. Elle le provoque et lui dit que, peut-être, si elle se déshabillait entièrement, il l’écouterait… Ce qu’elle fait. Elle lui demande de se déshabiller également pour qu’ils travaillent nu·es. Peut-être qu’enfin elle aura son attention…Et c’est à ce moment-là qu’elle reprend le contrôle : lorsqu’elle voit que son collègue a une érection, elle sait qu’elle a gagné, elle sait qu’elle a renversé le rapport de force. Dans cette scène précise, l’érection n’est plus ce qu’elle est normalement dans l’imaginaire collectif, c’est-à-dire une expression de force, elle représente ici une faiblesse.

Le cas de Peggy

Peggy est un personnage intéressant parce qu’elle lutte contre la norme et souffre en même temps de ne pas réussir à s’y conformer. Peggy, c’est l’exemple de la femme qui veut plus qu’un simple job : elle veut une carrière parce qu’elle aime son travail et y trouve une source de réalisation. Evidemment, cette situation n’est pas acceptée par son entourage et elle a beaucoup de mal à trouver un partenaire qui accepte son désir de poursuivre une carrière.

Voir la vidéo ci-dessous : Peggy se dispute avec sa mère qui lui reproche de ne pas mener une vie conventionnelle et la prévient qu’elle finira vieille fille entourée de chats…!

 

Peggy est la seule à ne pas être sexualisée dans l’agence. Une fois que sa carrière débute, elle est peinte comme une sorte de sorcière, peu féminine. Les hommes de l’agence ne semblent plus la considérer comme une femme. Ceci nous est montré par la façon dont elle s’habille, contrairement à Joan par exemple. Au tout début de la série, les homme de l’agence se moquent par exemple de sa prise de poids. Peggy ne comprend pas non plus cette prise de poids soudaine. En fait, elle fait un déni de grossesse. Cet événement est hautement intéressant parce qu’il oppose vie privée et carrière, dilemme de beaucoup de femmes à l’époque.

Peggy est donc un personnage qui subit une pression insoutenable mais qui continue sa vie comme elle le souhaite.

 

Pour aller plus loin

Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, 1949.

Lauren Berlant, The Female Complaint: The unfinished business of Sentimentality in American Culture, Durham, Duke University Press, 2008.

Stephanie Coontz, The Way We Never Were. American Families and the Nostalgia Trap, New York, Basic Books, 1992.

Stephanie Coontz, “A Strange Stirring” The Feminine Mystique and American Women at the Dawn of the 1960s, New York, Basic Books, 2012.

Engstrom, T. Lucht, J. Marcellus, and K. Wilmot Voss, Mad Men and Working Women: Feminist Perspectives on Historical Power, Resistance, and Otherness, USA, Peter Lang, 2014.

Betty Friedan, The Feminine Mystique, 1963.

Manon Garcia, On ne naît pas soumise, on le devient, Paris, Flammarion, 2018.

Helen Gurley Brown, Sex and the Single Girl, 1962.

Rona Jaffe, The Best of Everything, 1958.

Heather Marcovitch, Nancy Batty, Mad Men, Women, and Children: Essays on Gender and Generation, USA, Lexington Books, 2014.

 

 

Pour citer cet article, Marine Rouch, “Histoire en Séries (3) : les femmes de Mad Men au travail”, Chère Simone de Beauvoir, mai 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3179

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet

 

 

 

 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search