Histoire en Séries (2) : Mad Men et « the problem that has no name »

Pour le podcast Histoire en séries (allez écouter les épisodes, c’est super !), réalisé par Nicolas Charles et Yohann Chanoir, je me suis plongée pendant plusieurs mois dans Mad Men. J’ai essayé de réfléchir au traitement de l’histoire dans la série, et plus particulièrement de l’histoire des femmes et du genre et j’y ai trouvé des choses qui font écho à mes recherches. Avec Nicolas Charles, nous en avons discuté ICI. Mais comme nous n’avons pas pu tout aborder (la série est tellement riche), je propose une série de 3 courts billets pour compléter avec des thèmes qui me tiennent à coeur.

Ce billet : Histoire en Séries (2) : Mad Men et « the problem that has no name »

Billet 1 : Histoire en Séries (1) : Mad Men et Marilyn Monroe

Billet 3 : Histoire en Séries (3) : Les femmes de Mad Men au travail

***

Mad Men, en bref, c’est quoi ? C’est une série qui nous plonge dans les États-Unis des années 1960. Plus précisément, on suit les membres d’une agence de publicité (située sur Madison Avenue, New York) dans leurs déboires professionnels et personnels.

Mettons-nous donc dans l’ambiance des sixtiesMad Men a une bande son superbe. On branche le casque (ou les écouteurs, c’est au choix) et c’est parti !

Le contexte des années 1960

Comme en France, à la fin de la seconde guerre mondiale, on observe un repli au foyer (Duchen, 1994 ; Chaperon, 2000 ; Coontz, 2012 ; Fishman, 2017). Et l’idéal d’une vie de femme c’est celui du mariage et de la maternité. Attention, on parle ici des femmes blanches qui appartiennent aux classes les plus aisées (Coontz, 2012) et pour lesquelles le symbole de la réussite est d’avoir une famille avec des enfants et un mari qui gagne assez bien sa vie pour ne pas avoir besoin de travailler.

Pour Betty Friedan, autrice de The Feminine Mystique, c’est une régression par rapport aux années d’avant la guerre. Dans les années 30, qui véhiculaient une image beaucoup plus émancipée des femmes, on parlait de la figure de la New Woman, celle qui venait d’obtenir le droit de vote (aux Etats-Unis) et qui participait à la vie collective. Les femmes, selon Friedan, pouvaient avoir une carrière sans que cela ne choque et sans qu’on ne leur fasse comprendre qu’à cause de leur emploi elles ne trouveraient pas de mari.

Cet idéal est véhiculé en premier lieu par la culture de masse. La femme au foyer, housewife, dite « homemaker », est une véritable héroïne. Beaucoup de ces femmes des classes supérieures ont fait des études – souvent au moins 3 années d’université – mais elles y ont aussi appris qu’il ne fallait pas témoigner un intérêt pour les études ou pour une carrière si elles voulaient se marier.

C’est ce que l’on comprend dans l’épisode 4 de la saison 4. Je vous en dis un mot : Les secrétaires de l’agence sont réunies dans une salle et interrogées par une docteure en psychologie dans le but d’obtenir des données sur les femmes consommatrices. Leur objectif ici est de définir une stratégie publicitaire pour vendre une crème beauté de la marque Pond’s. Derrière une vitre sans tain (les secrétaires ne savent pas qu’elles sont observées), les hommes et Peggy (seule conceptrice rédactrice de l’agence) les observent répondre aux questions qu’on leur pose sur leur « routine beauté ». Mais cela se transforme rapidement en échanges sur les rapports entre les hommes et les femmes. Au lieu de questionner un quelconque rapport de domination, ou une oppression, les publicitaires en viennent à la conclusion qu’en fait, ce que veulent les femmes, c’est se marier. L’un d’eux dit même : « Pour se marier elles achèteraient n’importe quoi ». Et de proposer un slogan du type, « si vous n’achetez pas la crème, vous ne vous marierez pas »…

Dans la série, on nous montre donc très souvent des hommes qui sont cadres exécutifs et des épouses qui restent au foyer, à s’occuper des enfants et des affaires domestiques (certaines travaillent, voir ICI). On voit par exemple souvent Don (le créatif génial de l’agence de publicité) qui passe sa journée au travail et lorsqu’il rentre (ou pas, parce qu’il collectionne les maîtresses), il n’a plus qu’à se mettre à table : le repas est prêt, la table est mise, les enfants sont couchés. Betty (sa femme qui va vite être fatiguée de cette situation) a fait en sorte que tout soit prêt au retour de son mari et l’attend patiemment assise sur une chaise, fumant une cigarette. De nombreux épisodes opposent les situations de Don et de Betty. D’une scène à l’autre, on voit Don au travail en pleine réunion ou chez une maîtresse en plein ébats – bref, en action ; et Betty pour qui le temps est rallongé, qui enchaîne les moments où elle s’ennuie, où elle range la maison, où elle attend que la lessive se termine…

Betty, c’est la femme au foyer type que décrit Betty Friedan dans son best seller The Feminine Mystique (1963).

Betty et « The problem that has no name »

On apprend que Betty (la femme de Don) a étudié l’anthropologie à l’université Bryn Mawr en Pennsylvanie, une université réservée aux femmes de bonne famille. On apprend aussi qu’elle a appris l’italien (elle le parle très bien lors d’un voyage à Rome et elle en est très fière). On apprend aussi que finalement elle a souhaité devenir mannequin, mais qu’elle a abandonné toute idée de carrière quand elle a rencontré Don, qu’elle a épousé et avec qui elle a très vite eu des enfants.

Il y a d’autres femmes au foyer dans la série mais la trajectoire de Betty est plus creusée et correspond à celle que Betty Friedan décrit dans son livre, The Feminine Mystique. Évidemment, toutes les femmes n’ont pas souffert de la feminine mystique (mythe féminin tel que véhiculé à l’époque par les médias de masse notamment), mais certaines oui, et même beaucoup, et cela suffit à le considérer comme un phénomène sociologique.

 

Nouvelle édition française (2019)

Betty Draper, c’est un personnage fictif. Mais l’année dernière j’ai eu la chance de consulter les archives de Betty Friedan et de lire les lettres qu’elle a reçues de la part de ses lectrices. On retrouve les mêmes préoccupations dans les témoignages de ces femmes. Alors, en quoi Betty est-elle la femme au foyer décrite dans le livre de Friedan et en quoi ressemble t-elle aux vrais témoignages des années 1960 que j’ai pu lire ?

Betty ressent, comme ces femmes, ce que Betty Friedan a appelé le « problème qui n’a pas de nom ». Ce problème, il n’a pas de nom parce qu’il est un sentiment, une sensation, une insatisfaction… Dans la traduction française, on lit « malaise ». Il s’exprime chez les femmes au foyer des classes moyenne et supérieure mais ces femmes-là, parce qu’elles sont en prise à la feminine mystique, ne comprennent pas pourquoi elles se sentent si mal. Après tout elles ont tout ce qu’une femme peut souhaiter : un mari, des enfants, une maison en banlieue. Le rêve américain. Alors où est le problème ? Pour Friedan, cela vient du fait qu’on leur a nié le droit, qui est aussi un besoin humain, de faire partie du monde, de s’exprimer, de participer activement à la production des connaissances, à étudier, à lire, à avoir une carrière. En somme, on les a empêchées de s’épanouir autre part qu’à la maison. C’était déjà le propos de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe publié en France en 1949 et aux Etats-Unis en 1953.

Ce problème qui n’a pas de nom, il s’exprime chez Betty Draper de différentes façons. Elle a par exemple au début de la série, des tremblements dans les mains et on lui confirme qu’ils ne proviennent pas d’un problème physiologique. Elle va donc consulter un psychiatre. Celui-ci ne l’aidera pas à s’apercevoir de sa condition et téléphonera à Don après chaque séance pour l’informer de ce que sa femme a dit pendant la séance. Betty est piégée, enfermée dans son « problème ». Mais petit à petit, elle va s’éveiller au monde et agir à sa façon, c’est-à-dire en femme privilégiée, républicaine et donc assez conservatrice.

Evolution de Betty : une femme au foyer émancipée ?

Il y a plusieurs étapes. Je ne « divulgacherai » rien en écrivant qu’en tant que spectateurs et spectatrices, on sait très tôt que le mythe va s’effondrer puisque dès le premier épisode on voit Don chez sa maîtresse (on ne connaît pas encore sa situation amoureuse) puis, dans les toutes dernières secondes de l’épisode, on le voit retrouver Betty qui l’attend sagement dans le lit (les enfants sont couchés depuis bien longtemps). On découvre au départ une Betty un peu simple, on la plaint même parce qu’elle semble complètement aveuglée. Et puis, enfin, à la toute fin de la première saison, on assiste à une prise de conscience de la part de Betty : son quotidien commence à sombrer quand une amie lui confie avoir été trompée par son mari. Pourquoi Don, son mari à elle, serait-il différent ? se demande-t-elle.

[Attention, à partir de là, je « divulgache » pour de bon…]

Betty fait son chemin. Dans la saison 3, on la voit par exemple lire The Group, roman de Mary McCarthy (1954), qui raconte l’émancipation de femmes dans les années 1930. Puis elle va  tenter de s’extraire un peu de sa routine monotone qui l’étouffe en s’engageant dans la politique locale aux côtés d’autres femmes conservatrices. Elle rejoint donc la Junior League (organisation de femmes bénévoles que l’on retrouve dans tout le pays) de sa ville. Jusqu’au moment où elle franchit le cap et demande le divorce. Certes, c’est pour se remarier dans la foulée, mais Betty ne sera pas la même femme au foyer qu’auparavant.

Au fil de la série, Betty prend plus d’assurance. Elle s’exprime, ce qu’elle ne faisait pas avant. On se rend compte qu’elle est très conservatrice, qu’elle veut un état autoritaire qui fasse taire tous les mouvements contestataires (contre le guerre du Vietnam par exemple) et d’émancipation. Un jour, Henry (son second mari) reproche violemment à Betty de trop exprimer ses opinions politiques en public (chacun son domaine). On s’attend à ce que Betty ne réponde pas, comme lorsqu’elle était avec Don. Mais avec Henry, c’est différent. Elle s’insurge et lui répond qu’elle n’est pas stupide qu’elle peut penser par elle-même. « I speak italian », dit-elle. Ceci ne doit pas lui suffire puisqu’elle décide ensuite de retourner sur les bancs de la fac pour étudier la psychologie. Sur le personnage de Betty, je vous conseille la lecture de l’article passionnant de Caroline Smith (2015) qui analyse les réactions des fans de la série à l’évolution du personnage de Betty. Smith montre que ces réactions (souvent très violentes), en disent long sur notre conception actuelle de la maternité et des mères.

Ce qui m’a frappée, c’est que contrairement à la femme de William Masters dans la série Masters of Sex, Betty Draper s’émancipe dans le cadre de son milieu conservateur qui est loin d’être progressiste et ouvert sur la question des droits des femmes. L’objectif de cette émancipation chez Betty, c’est d’exister un peu plus en tant qu’individu mais surtout pas de remettre en question profondément ce qu’elle est et le milieu dans lequel elle est née. Son profil est clairement celui d’une antiféministe. Par exemple, lorsqu’elle rencontre une ancienne amie qui était auparavant femme au foyer mais qui a décidé de prendre un emploi alors même que ce n’est pas une nécessité économique pour sa famille, Betty lui demande si son mari n’est pas en colère contre elle. Elle lui répond que non, pour elle, dit-elle, c’est une récompense. Betty lui répond : « Je croyais que la récompense, c’étaient les enfants. »

Comme je l’ai dit dans le podcast, on peut analyser le personnage de Betty à partir du texte d’Andrea Dworkin, Les Femmes de droite, par exemple.On imagine tout à fait Betty rejoindre un peu plus tard le club fondé par Phyllis Schlaffly (voir la série Mrs America) pour lutter contre les féministes et l’Equal Right Amendment.

 

Pour aller plus loin

Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, 1949.

Sylvie Chaperon, Les Années Beauvoir, Paris, Fayard, 2000.

Stephanie Coontz, The Way We Never Were. American Families and the Nostalgia Trap, New York, Basic Books, 1992.

Stephanie Coontz, “A Strange Stirring” The Feminine Mystique and American Women at the Dawn of the 1960s, New York, Basic Books, 2012.

Claire Duchen, Women’s rights and women’s lives in France 1944-1968, London, Routledge, 1994,.

Andrea Dworkin, Les Femmes de droite, Canada, Éditions du Remue-Ménage, 2012 (1983).

Sarah Fishman, From Vichy to the sexual revolution: gender and family life in postwar France, New York, NY, Oxford University Press, 2017.

Betty Friedan, The Feminine Mystique, 1963.

Rebecca J. Pulju, Women and Mass Consumer Society in Postwar France, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Caroline J. Smith, “As the ’60s Moves Forward for Women, ‘Mad Men’ Leaves Its Women Behind”, Popmatters, 3 avril 2015. https://www.popmatters.com/191821-as-the-60s-move-forward-for-women-mad-men-leaves-its-women-behind-2495547527.html

Caroline J. Smith, “’There’s a Monster Growing in Our Heads’: Mad Men’s Betty Draper, Fan Reaction, and Twenty-First Century Anxiety about Motherhood.” in Anna M. Young (dir.), Teacher, Scholar, Mother: (Re)Envisioning Motherhood in the Academy,  USA, Lexington Books, 2015, p. 167-186.

Kristin Ross, Rouler plus vite, laver plus blanc : Modernisation de la France et décolonisation au tournant des années 1960, Flammarion, 2006.

Gloria Steineim, Ma vie sur la route, Paris, HarperCollins, 2019.

Richard Yates, La Fenêtre panoramique, 1961. Adapté au cinéma : Les Noces Rebelles (2009)

***

Pour citer cet article : Marine Rouch, « Histoire et Séries (2) : Mad Men et « the problem that has no name », Chère Simone de Beauvoir, mai 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3164 

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search