Histoire en Séries (1) : Mad Men et Marilyn Monroe

Pour le podcast Histoire en séries (allez écouter les épisodes, c’est super !), réalisé par Nicolas Charles et Yohann Chanoir, je me suis plongée pendant plusieurs mois dans Mad Men. J’ai essayé de réfléchir au traitement de l’histoire dans la série, et plus particulièrement de l’histoire des femmes et du genre et j’y ai trouvé des choses qui font écho à mes recherches. Avec Nicolas Charles, nous en avons discuté ICI. Mais comme nous n’avons pas pu tout aborder (la série est tellement riche), je propose une série de 3 courts billets pour compléter.

Ce billet : Histoire en Séries (1) : Mad Men et Marilyn Monroe

Billet 2 : Histoire en Séries (2) : Mad Men et « the problem that has no name »

Billet 3 : Histoire en Séries (3) : Les femmes de Mad Men au travail

***

Mad Men, en bref, c’est quoi ? C’est une série qui nous plonge dans les États-Unis des années 1960. Plus précisément, on suit les membres d’une agence de publicité (située sur Madison Avenue, New York) dans leurs déboires professionnels et personnels.

Mettons-nous donc dans l’ambiance des sixtiesMad Men a une bande son superbe. On branche le casque (ou les écouteurs, c’est au choix) et c’est parti !

La mort de Marilyn, un événement ?

Mad Men est une série qui a été félicitée par la critique pour sa grande fidélité à l’histoire. Comme dit dans le podcast, les événements historiques qui apparaissent en toile de fond (grâce à eux on date précisément chacun des épisodes) ont une double fonction dans la série : ils nous font goûter à l’atmosphère collective de l’époque et, SURTOUT, complètent notre connaissance des personnages.

Dans l’épisode 9 de la saison 2, l’événement qui fait l’arrière plan est le suicide de Marilyn Monroe, âgée de 32 ans, en août 1962.

L’épisode s’ouvre sur la découverte par Don Draper (le créatif le plus célèbre du monde de la publicité) de la mort de Marilyn en une du New York World-Telegram. Don ne semble pas réagir plus que cela. La première conversation autour de l’événement a lieu entre Don, Peggy (jeune conceptrice rédactrice, seule femme à ce poste dans l’agence) et Hollis (jeune homme noir, opérateur d’ascenseur). Peggy et Don sont dans l’ascenseur et s’apprêtent à entrer dans l’agence dans laquelle ils travaillent. Hollis lance la discussion et se dit peiné de la mort de Marilyn. Peggy répond en disant qu’elle ne la savait pas si seule, après tout elle était une star… Don, lui, balaye le sujet : pour lui, la nouvelle n’est pas étonnante si l’on considère ce que l’on sait d’elle…

Les portes de l’ascenseur s’ouvrent, Don et Peggy entrent dans l’agence et découvrent le chaos. Les secrétaires sont en pleurs, certaines seules devant le journal, assises à leur bureau, d’autres en groupe pour échanger autour de cet événement qu’elles vivent comme une tragédie. (voir la vidéo plus bas)

A partir de là, je me suis demandé en quoi on peut considérer la mort de Marilyn Monroe comme un événement historique. La notion d’événement est centrale en histoire et je renvoie à la bibliographie en fin d’article pour retracer ses usages. Pour faire court, on parle depuis plusieurs années de « retour de l’événement » (Dosse, 2010), annoncé par Pierre Nora en 1972. On se concentre aujourd’hui sur la façon dont on répond à l’événement, sur ce qu’on fait de l’événement, sur son devenir (Dosse, 2010) : « un événement n’est pas ce qu’on peut voir ou savoir de lui, mais ce qu’il devient », écrit Michel de Certeau à propos de Mai 68 (Dosse, 2010, 744 ; de Certeau, 1994 (1968)). Par ailleurs, dans son article « L’événement monstre », Pierre Nora met l’accent sur l’importance des médias dans la production d’un événement. « Les mass media ont désormais le monopole de l’histoire », écrit-il. Pour lui, médias de masse sont « la condition même de l’existence de l’événement » (Nora, 1972).

Considérant l’importance des médias de masse dans la naissance du phénomène Marilyn Monroe, mais aussi dans sa trajectoire, considérant également l’onde de choc que sa mort a produite, et en posant la question du devenir de l’événement, il est intéressant de se placer du côté du public, individus « ordinaires », et d’interroger ses pratiques à la fois individuelles et collectives (voir Macé, 2001). Comment les femmes se sont-elles appropriées la mort de Marilyn Monroe ?

Norma Jeane VS Marilyn

Ce qui saute aux yeux dans la façon dont le suicide de Marilyn Monroe est traité à l’écran, ce sont les réactions différentes des hommes d’une part et des femmes d’autre part. J’ai déjà dit combien la réaction de Don est quasi-inexistante. D’autres, comme Roger (codirecteur de l’agence de publicité), se moquent du comportement de ces femmes qu’il juge puériles, à l’image de Marilyn Monroe en somme.

Si l’on s’arrête là, si l’on ne va pas plus loin, on se dit que la mort de Marilyn Monroe est une affaire de femmes, que les femmes sont plus sensibles que les hommes, qu’elles sont plus enclines à adopter des attitudes de fan, jugées immatures, superficielles… Bref, on en reste aux stéréotypes de genre véhiculés par la société. Mais on voit très vite, au fil de l’épisode, que la série essaie de dépasser ces clichés et nous pousse à envisager cet événement de façon plus subtile. La série nous montre la face cachée du mythe à la manière d’un Roland Barthes (Barthes, 1957).

Il faut se pencher sur le parcours de Marilyn Monroe avant d’aller plus loin (Voir de Chambrun, 1980). La jeune femme est propulsée par le star system et érigée en icône au tout début des années 1950. Marilyn Monroe, c’est un peu la Brigitte Bardot américaine (ou bien BB c’est la MM française, comme vous voulez). Toujours est-il que c’est une star, un produit de la société du spectacle. Et qu’en tant que telle il y a un intérêt pour sa vie privée, pour ses moindres faits et gestes. Elle devient un symbole, un produit assimilable (Morin, 1957).

Marilyn Monroe est le symbole de la femme disponible, sexualisée à outrance, un peu sotte, véritable femme-enfant. Une image sexiste appréciée par les hommes. Pour les femmes, elle est à la fois un idéal et une figure repoussoir. Gloria Steinem raconte par exemple avoir quitté la salle de cinéma en pleine projection de Les hommes préfèrent les blondes (1953) parce que l’image qu’y renvoyait Monroe la mettait mal à l’aise. Elle se souvient : « She was a joke, she was vulnerable. […] She was all the things I feared most being as a teenager. »

Mais au fil des années, Marilyn tente de se rebeller contre cette image qu’Hollywood les magazines people ont fabriquée pour elle. MM a souhaité qu’on la reconnaisse pour autre chose que pour son physique, elle a tenté de redevenir sujet.

Un échec pour toutes les femmes

Et c’est à ce moment-là qu’elle devient un modèle et que des femmes se l’approprient. A une époque où les femmes ont encore à faire leur révolution, et d’autant plus sur le plan privé, Monroe est une femme qui se rebelle contre un système qui objectifie les femmes. Compte tenu du régime de visibilité intense dans lequel elle évolue, Marilyn devient une promesse d’espoir. Si Marilyn Monroe réussit, la voie sera ouverte à toutes les autres. Ainsi, au moment de sa mort, au-delà de la perte d’une star avec qui on a pu compatir et vivre par procuration, il y a l’échec de toutes les femmes.

C’est précisément ce que la série nous dit au fil de l’épisode. Lorsque Joan (la responsable des secrétaires) pleure à l’abri des regards et que Roger la surprend, il est déçu et lui dit « pas toi! »… Ca ne te ressemble pas, semble-t-il lui dire, tu es plus mature que toutes les autres… Elle lui répond d’ailleurs d’un ton sarcastique : « Et oui je ne suis qu’une de ces secrétaires frivoles » (voir la vidéo ci-dessus). Puis Roger exprime son incompréhension : pourquoi Joan pleurerait-elle puisqu’elle ne connaissait pas personnellement Marilyn Monroe ? Elle lui répond, en quittant la pièce :

One day you’ll loose someone who’s important to you, you’ll see, it’s very painful.

C’est à ce moment-là que la série dépasse le mythe et que le phénomène d’appropriation individuelle et collective prend toute son ampleur historique et sociologique. C’est là que je trouve la série géniale !

J’ai observé le même phénomène du côté de Simone de Beauvoir. A la fin du troisième volume de ses Mémoires, La Force des choses (1963), elle écrit : « J’ai été flouée », une phrase qui a fait couler beaucoup d’encre (Lennartsson, 2001) et qui a déçu de nombreuses lectrices fidèles qui voyaient en Simone de Beauvoir une guide. Dix ans plus tard, Beauvoir a expliqué ce malentendu : « Je m’explique leur réaction. Beaucoup d’entre eux à la fois me statufient et s’identifient à moi », écrit Beauvoir (1972, 133).

Voici quelques extraits de leurs lettres (voir Rouch 2018) :

Vous n’allez pas nous laisser choir maintenant ! Ce n’est pas parce que l’aventure se termine que vous cessez de vivre. Il nous semble au contraire que c’est à partir de maintenant que vous allez donner vos œuvres véritablement créatives. (5 janvier 1964).

ou encore

Vos lectrices, pensez à nos filles aussi, attendent le prochain Simone de Beauvoir […] (5 janvier 1964).

Ces femmes comptaient sur leur Ariane pour leur dérouler le fil de l’émancipation.

 

Pour aller plus loin

Pour une bibliographie plus complète sur Mad Men, voir la page du podcast ICI.

Roland Barthes, Mythologies, Paris, Seuil, Points histoire, 1970 (1957)

Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, 1972.
Simone de Beauvoir, « Brigitte Bardot et le syndrome de Lolita », dans Claude Francis, Fernande Gontier, Les Ecrits de Simone de Beauvoir. La vie – L’écriture, Paris, Gallimard, 1979, p. 363-376.

Michel de Certeau, « Prendre la parole », in Études, juin-juillet 1968, repris dans La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1994, p. 51.

Noëlle de Chambrun, « Autopsie d’un mythe : Marilyn Monroe », Communication et langages, n°46, 2ème trimestre 1980. pp. 85-99. www.persee.fr/doc/colan_0336-1500_1980_num_46_1_1391

François Dosse, « L’événement », dans C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia et N. Offenstadt, Historiographies, II. Concepts et débats, Paris, Gallimard, Folio historie, p. 744-756.

Vivi-Anne Lennartsson, L’Effet-sincérité. L’Autobiographie littéraire vue à travers la critique journalistique. L’exemple de La Force des Choses de Simone de Beauvoir, Suède, Lunds Univesitet, 2001.

Edgar Morin, Les Stars, Paris, Seuil, coll. Points, 1972 (1957)

Gloria Steinem, Marilyn: Norma Jeane, Etats-Unis, Henry Holt & Co, 1988.

Gloria Steinem sur Marilyn Monroe : https://ew.com/article/2016/06/23/gloria-steinem-marilyn-monroe-american-masters-clip/

Éric Macé, « Éléments d’une sociologie contemporaine de la culture de masse. À partir d’une relecture de L’Esprit du temps d’Edgar Morin », Hermès, La Revue, 2001/3 (n° 31), p. 233-257. URL : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2001-3-page-233.htm

Pierre Nora, « L’événement monstre », Communications, 18, 1972, p. 162-172. URL : www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_1972_num_18_1_1272

Marine Rouch, « « Vous êtes descendue d’un piédestal ». Une appropriation collective des Mémoires de Simone de Beauvoir par les femmes (1958-1964), Littérature, n°191, sept. 2018, p. 68-82.

***

Pour citer cet article : Marine Rouch, « Histoire et Séries (1) : Mad Men et Marilyn Monroe », Chère Simone de Beauvoir, mai 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3143

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search