Beauvoir, l’amie bienveillante

Par Mireille Brioude

Agrégée et docteure en lettres modernes, 
Présidente de l’Association des Ami.es de Violette Leduc.
Ses publications : ICI

***

Des débuts de sa carrière littéraire à la fin de sa vie, Violette Leduc a été épaulée, encouragée et même publiée de manière posthume par Simone de Beauvoir. D’aucuns diront que son influence fut décisive dans la reconnaissance difficilement acquise de l’écrivaine « maudite ». D’autres souligneront que cette protection littéraire s’est souvent manifestée par une sorte de censure indirecte. Il est difficile de trancher car, dans le domaine de l’amitié entre deux femmes sensiblement du même âge, fusse d’une amitié littéraire un peu particulière puisque l’une était amoureuse de l’autre, il ne nous appartient pas de juger.

Ce, d’autant moins que la réelle teneur de cette collaboration échappe totalement aujourd’hui aux lecteurs de Violette Leduc car celle-ci fut, essentiellement, orale : « celle qui lit dans un café » devint, dès février 1945, celle qui, par ses conseils et sa chaleur, incita Violette à travailler, travailler encore.

Catherine Viollet, malheureusement disparue en septembre 2014, s’est penchée à plusieurs reprises sur l’influence de Beauvoir sur Leduc. Dans un ouvrage qu’elle co-dirige en 2016 : Genre, sexes, sexualités »[1], elle signe un article intitulé « Beauvoir lectrice des cahiers de Violette Leduc. » Catherine Viollet y rappelle l’histoire de cette longue amitié et de cette étroite collaboration entre les deux femmes, collaboration faite d’une confiance totale de Leduc dans le jugement littéraire – par ailleurs extrêmement sûr – de Beauvoir et, en retour, faite d’une bienveillance mêlée d’admiration de la part de la philosophe.

Les rares « corrections », telles que les manuscrits déposés aujourd’hui à l’IMEC les laissent apparaître, se limitent à quelques tournures syntaxiques jugées un peu lourdes et, parfois malencontreusement, des corrections d’ordre lexical. Ainsi, Catherine Viollet nous fait-elle sourire, lors d’un entretien avec Esther Hoffenberg[2], lorqu’elle rappelle que Beauvoir a préféré, pour les ébats amoureux de deux collégiennes, le mot « langue » au mot « flatteuse », proposé par Leduc.

Catherine Viollet, en outre, reprenant objectivement l’historique de la collaboration entre les deux écrivaines, souligne l’attention particulière témoignée par Beauvoir pour une Violette très fragile : elle craignait sans cesse, et non sans raison que la romancière cessât d’écrire et sombrât dans la dépression, ce qui ne manqua pas d’arriver après l’épisode de la censure de Ravages.

Deux moments, en effet, montrent à quel point les encouragements de Beauvoir furent indispensables. Tout d’abord l’affaire de la censure de Ravages et ensuite la Préface de La Bâtarde.

Catherine Viollet rappelle enfin le douloureux épisode de la présentation du livre Ravages au comité de lecture de Gallimard. La publication aura lieu, mais amputée de plusieurs épisodes qui auraient pu déranger le public de l’époque car nous sommes dans les années 50 : les amours de Thérèse et Isabelle en constituaient la première partie, qu’il a fallu « publier sous le manteau » suivant l’expression même de Gaston Gallimard. Carlo Jansiti, dans sa biographie de Violette Leduc revient sur les détails de cette douloureuse publication[3]. Il précise les démarches entreprises par Simone de Beauvoir qui s’implique personnellement auprès de Queneau à qui elle confie le manuscrit à la mi-avril 1954. Quelques temps après, Beauvoir a la tristesse de rapporter l’avis de Queneau

(…) il trouve que le début fait longueur. Il n’aime pas, en soi, la première partie. Il pense que d’autre part, elle rend le livre impossible à publier ouvertement et, à son avis, elle alourdit inutilement l’ensemble du roman. Même le début de l’histoire avec Marc lui paraît superflu (…)[4]

Or, il apparaît que la véritable raison de « l’inutilité » de cette première partie, qui sera publiée plus tard sour le titre « Thérèse et Isabelle » est liée à la pudibonderie et à la misogynie du milieu intellectuel parisien :  la même pré-censure s’appliquera à la rencontre érotique avec Marc dans un taxi (des points de suspension seront dans l’oeuvre définitive la trace d’un passage coupé) et surtout, au récit de l’avortement de Thérèse. 

[A ce sujet, voir les articles d’Alexandre Antolin sur ce carnet Hypotheses : ICI]

Sans être découragée par les réticences de Queneau, Simone de Beauvoir propose le manuscrit à Jacques Lemarchand qui avait beaucoup d’influence sur le comité de lecture. Celui-ci rédige en hâte un rapport de lecture qui souligne également la nécessité de supprimer la première partie de l’ouvrage ainsi que la scène du taxi. Le commentaire de Lemarchand est un exemple parfait de misogynie :

L’histoire des collégiennes pourrait, à elle seule, constituer un récit assez envoûtant- si l’auteur consentait à entourer d’un peu d’ombre ses techniques opératoires. » Il ajoute que « La description de l’avortement est « trop longue, trop technique. Il faut supprimer les sondes[5].

Violette Leduc, épuisée par six ans de travail, accepte cette censure mais elle en tombe malade. Elle sera internée pour une cure de sommeil et séjournera à la clinique de la Vallée aux Loups pendant plusieurs mois. Simone de Beauvoir, malgré des réticences partagées concernant l’aspect sexuel et saphique de la première partie, est profondément choquée par les arguments du refus de Gallimard. Pour elle ce refus est lié au fait que « l’objet érotique c’était l’homme et non la femme » et « qu’ils se sentirent outragés ».[6]

Ainsi, même si Beauvoir a pu taxer certains passages issus de Thérèse et Isabelle de « tripatouillages atroces »  dans une lettre à Nelson Algren, l’écrivaine n’en est pas moins restée solidaire de son amie, n’hésitant pas à monter au créneau et à user de sa notoriété pour faire barrage aux censeurs. L’analyse féministe qu’elle propose de l’épisode de la censure de Ravages montre bien que dès le début des années 50 l’auteure du Deuxième Sexe était consciente, avant ses contemporaines, de la puissance et de la permanence de la censure misogyne.

Dix ans plus tard, et c’est ce que souligne également Catherine Viollet, Beauvoir prend de nouveau le flambeau de la critique élogieuse de l’oeuvre de Violette Leduc dans sa célèbre Préface de La Bâtarde. Et, là également on y voit l’affirmation de valeurs féministes lorsqu’elle y salue le courage, la « sincérité intrépide » de l’écrivaine. Cette Préface propulse Violette Leduc au sommet de la notoriété littéraire et, en dépit de l’échec de l’attribution du prix Goncourt, le premier tome de l’autobiographie connaît un succès d’estime[7].

Il semble difficile, après cela, d’appréhender comme véritablement « censurant » le travail de relecture, par Beauvoir, des œuvres de Leduc. Les critères de correction qui subsistent, d’après Carlo Jansiti se limitent, mais c’est important de le souligner, à des injonctions fréquentes en vue de coupures et d’élagage du texte… quitte à frôler parfois la mutilation. Carlo Jansiti insiste sur l’aspect censorial de l’action de Beauvoir, en s’appuyant, il est vrai, non sur les manuscrits proprement dits, qui ne comportent que des traits barrant certaines pages, mais sur les témoignages d’amis de Violette Leduc : Daniel Depland, Serge Tamagnot, Michèle Causse déplorent l’action jugée trop sévère de Beauvoir. Ces témoignages restent verbaux même s’ils sont, bien évidemment, tout à fait crédibles[8].

De même, l’amitié bienveillante de Simone de Beauvoir n’était pas forcément vécue comme une allégeance de la part de Violette. Lorsque Beauvoir reçoit le Goncourt pour Les Mandarins, l’année même où Ravages fut censuré, elle manifeste fortement sa mauvaise humeur et dévoile à Jacques Guérin des sentiments de jalousie insoupçonnés : « C’est elle qui l’a eu ! S’exclame-t-elle en jetant son sac à terre. »[9]

Soulignons également que si les rencontres entre les deux écrivaines se produisaient environ tous les quinze jours, lorsque Beauvoir n’était pas partie en voyage, elles se firent plus rares à partir du moment où Violette Leduc s’installa à Faucon, au début des années soixante. Ainsi va la vie : en matière d’amitié il est naturel que les relations connaissent des périodes d’éloignement, d’autant que cette relation particulière dura toute une existence. Carlo Jansiti remarque que les échanges entre les écrivaines se distendent au moment de la rédaction de La Folie en tête, ouvrage qui pendant quelques temps sera intitulé « la suite de la Bâtarde ». Et le succès de la Bâtarde fut tel, même si son autrice manqua de peu le prix Goncourt, qu’une suite s’imposait car ce premier tome de l’autobiographie couvrait seulement la jeunesse de l’autrice jusqu’à la fin de la guerre. Portée en partie par la Préface de Beauvoir, et surtout perçu par les milieux intellectuels féministes comme l’un des récits les plus audacieux et les plus percutants d’une femme qui n’hésite pas à se revendiquer « bâtarde », une suite s’imposait : La Folie en tête, rédigé dans la souffrance, si l’on en juge par la quantité de manuscrits et de brouillons qui précède sa publication, sera publié en 1970 et connaîtra également un succès d’estime, cette fois sans que Beauvoir n’ait besoin d’appuyer cette parution.

Cependant les manuscrits de Violette Leduc sont, depuis le dépôt fait par Sylvie le Bon de Beauvoir en 2015, suffisamment accessibles pour que l’on puisse réellement évaluer le travail conjoint de Simone de Beauvoir et de Violette Leduc et la relecture de Beauvoir prend toute son ampleur avec la publication posthume du dernier tome de l’autobiographie, La Chasse à l’Amour.

Le 31 mai 1972 Violette Leduc est enterrée à Faucon en présence de quelques amis : Beauvoir est absente. Elle écrira à Daniel Depland qu’elle « déteste les cérémonies » et ajoutera :

Ce que je veux faire pour la mémoire de Violette, c’est corriger, rendre publiables les manuscrits qu’elle a laissés. Je pense qu’ils sont volumineux et qu’elle ne les a pas révisés. Ce sera un gros travail, mais je m’y donnerai de grand cœur.[10]

La Chasse à l’Amour, dernier volet de l’autobiographie, paraît en septembre 1973. Le manuscrit préalable à l’édition, cahiers et feuillets inclus, se trouve au complet à l’IMEC. En effet, avant le précieux dépôt de Sylvie Le Bon de Beauvoir, nous n’avions accès qu’aux cahiers et seulement qu’à une partie des feuillets, classés par Alex Hughes sous la rubrique « feuillets supprimés ». Lorsqu’en 2015 les membres de l’ITEM ont pu consulter la totalité des feuillets pré-éditoriaux, il ne restait plus qu’à combler les manques laissés dans la pagination des feuillets en y intercalant ceux qui avaient été préalablement ôtés de l’ensemble.

Beauvoir avait « supprimé quelques passages » qui lui avaient paru « alourdir inutilement le texte ». dit-elle dans son introduction à La Chasse à l’Amour… L’équipe de l’ITEM s’est donc penchée attentivement sur ces feuillets supprimés. Elle a ainsi pu vérifier que, de manière très honnête, Beauvoir n’avait cherché en aucun cas à modifier le texte qui subsistait, ni même sa forme lorsque, par exemple, les dernières pages offrent des « versets » en lieu de prose.

Dès lors, la reconstitution de La Chasse à l’Amour a permis aux chercheuses de découvrir deux éléments importants concernant le travail de révision de l’ouvrage posthume de Leduc par Beauvoir.

Le premier travail d’élagage concerne le discours érotique : en effet, le récit de la relation charnelle avec René, un maçon de trente cinq ans rencontré lors d’une promenade dans la Vallée de Chevreuse, est l’occasion pour Violette de renouer avec les splendides métaphores naturelles qui faisaient la poésie de Thérèse et Isabelle. Des pages entières sur le sexe de René, devenu objet de jouissance, et sur le corps même de l’amant « féminisé » ont montré que, bien avant les écrivaines contemporaines, les frontières des genres se brouillaient grâce à l’explosion du verbe poétique[11]. Malheureusement cet aspect fondamental du texte leducien n’a pas semblé « publiable » en l’état par Beauvoir car le récit lui-même y passait au second plan. C’est du moins ce que l’on peut supposer. De même, certaines métaphores récurrentes en particulier un bestiaire cher à Leduc déplurent au Castor… 

En outre, lorsque nous avons reconstitué l’intégralité du manuscrit nous nous sommes aperçue que les feuillets supprimés présentaient un contrepoint estimable à la présence centrale de « l’épisode René »  dans La Chasse à l’amour. Or ces feuillets ôtés concernaient pour la plupart l’entourage féminin de Violette Leduc : la mère[12], les voisines. Ce monde domestique ainsi retrouvé fourmille de portraits vivants et tendres, mais aussi de récits de confinement liés à la maladie : Violette séjourne plusieurs semaines chez sa mère ; celle-ci fait à son tour une tentative de suicide. Tous ces « personnages secondaires » oubliés par Beauvoir, ce quotidien joyeux et tragique, tout cela eût changé radicalement l’approche que nous avons actuellement du dernier volume de l’autobiographie si cela avait été publié : René eût été plus contingent, la Rue Paul-Bert plus vivante, et Faucon, éternel[13].

Enfin La Chasse à l’amour se termine, d’une façon qui a intrigué, voire légèrement révulsé, les afficionados de Violette Leduc : « Je finis ainsi le récit de ma vie de 1907 à 1964. » peut-on lire en guise d’excipit. Or, les cahiers comme les feuillets, inscrivent tout autre chose : « Je finis ainsi le récit de ma vie de 1907 à 1944. » L’erreur est phénoménale. S’agit-il d’une « correction » de Simone de Beauvoir qui, substituant par souci de cohérence narrative, la date de 1964 à celle de 1944 fait coïncider la fin de La Chasse à l’Amour avec l’achat d’une maison à Faucon et l’installation de Violette dans sa dernière demeure ? S’agit-il – c’est encore possible – d’une négligence ou d’une erreur de copie de la part de la secrétaire chargée de préparer le tapuscrit ? Nous ne le saurons jamais et l’oeuvre éditoriale de Beauvoir suscite de profondes interrogations. Or, nous avons pû démontrer que c’est bien la période de rédaction de La Bâtarde qui était indiquée par Violette Leduc, période qui effectivement s’achève en 1944[14]. La mort a interrompu l’écrivaine et celle-ci n’a guère eu le temps nécessaire pour passer à la suite du récit, c’est-à-dire pour continuer l’aventure de son écriture… Le voile est levé mais le mystère subsiste : bel exemple de la profondeur d’une collaboration littéraire.

Beauvoir et Leduc : une amitié bienveillante, une rivalité cachée, une protection sans faille : jusqu’à la mort et au-delà, tant d’amour irrésolu pour une vie entière dédiée à l’écriture …

 

NOTES

[1] « Genre, sexes, sexualités : que disent les manuscrits autobiographiques ? », Catherine Viollet et Danièle Constantin dir. P.U.R.H, 2016.

[2]Esther Hoffenberg : « Violette Leduc, La chasse à l’amour », Les films du Poisson, 2013.

[3]Paris, Grasset, 1999, pp. 263 et sqq.

[4]Jansiti, lettre du 13 juin 1954, Op. Cit., p. 264.

[5]Jansiti, Idem, pp. 264-265.

[6]La Force des Choses, tome II, Gallimard, collection Folio, 1988, p. 67. Cité par Carlo Jansiti, ibid, p. 266.

[7]Mireille Brioude « Simone de Beauvoir et son ombre, Violette Leduc : la préface de la Bâtarde », Simone de Beauvoir studies, volume 13, 1996.

[8]Op. Cit, p. 261.

[9]Jansiti, Op. Cit, (entretien de l’auteur avec Jacques Guérin, décembre 1986), p. 272.

[10]– Lettre du 13 juin 1972 publiée dans L’auteur et son éditeur par Daniel Depland, IMEC, 1998, p. 83 ; cité par Carlo Jansiti, Op. Cit.,  p. 447.

[11]Voir les articles de Mireille Brioude « Violette et René, une poétique du sexe : étude du cahier 6 de La Chasse à l’Amour » et Allison Péron « Poétique du genre et des genres littéraires dans les manuscrits de La Chasse à l’Amour », Op. Cit., pp. 121-127 et 137-144.

[12]Anaïs Frantz « La mère dans les manuscrits de La Chasse à l’Amour : un motif révélateur », Ibid., pp. 129-135.

[13]Mireille Brioude : « Personnages féminin, personnages secondaires ? Les feuillets supprimés de la Chasse à l’Amour » in Violette Leduc : genèse d’une œuvre censurée, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. Archives, 2019, pp. 222-235.

[14]Mireille Brioude : « Une simple erreur de date ? Les révélations des derniers feuillets de la Chasse à l’Amour », Ibid., pp. 112-121.

 

Pour citer cet article : Mireille Brioude, « Beauvoir, l’amie bienveillante », Chère Simone de Beauvoir, mai 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3128

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.