Violette de Martin Provost ou le bonheur d’être une looseuse combative

Par Alexandre Antolin,

Docteur en Lettres modernes,
auteur d’une thèse intitulée « La société se dresse avant que mon livre paraisse ». Étude d’un cas de censure éditoriale dans les années 1950 : Ravages de Violette Leduc. 
Ses publications ICI 

***

Violette est le premier film portant à l’écran Leduc. Il sort en 2013 et correspond au second biopic de Martin Provost qui, en 2008, mettait en scène la vie de la peintresse Séraphine de Senlis. L’histoire se découpe en sept chapitres (Maurice Sachs, Simone de Beauvoir, Jean Genet, Jacques Guérin, Berthe Leduc, Faucon et La Bâtarde), traçant le parcours de l’autrice de 1943 à 1964, de son entrée dans les Lettres jusqu’aux portes du succès. Voici pour les informations factuelles.

Pour celleux qui ne connaissent pas Violette Leduc, il s’agit d’une porte d’entrée royale. C’est celle que j’ai empruntée et lorsqu’on me demande autre chose que les livres, c’est le premier choix que j’offre, parce que presque tout se trouve dans le film.

Je commencerai par ce presque, puisqu’il renvoie à un détail qui a de l’importance. Leduc a eu des amours masculines et féminines, elle ne les a jamais hiérarchisées et ne s’est jamais définie comme bisexuelle. Sa religion, c’est la chaleur humaine, peu importe qui en est le·a détenteur·trice. Dans le manuscrit de La Bâtarde (1964), premier tome de son autobiographie, l’écrivaine expliquait :

C’était mon premier disent les femmes qui ont eu des aventures. Je déclare dans leurs cheveux de chypre ou de muguet : Isabelle était ma première.[1] 

La phrase est supprimée dans l’édition courante, parce qu’avant, en 1955, a eu lieu la censure de Ravages. Dans ce roman autobiographique, Leduc parlait de ses trois grandes amours : Isabelle (Isabelle Prévot), Cécile (Denise Hertgès) et Marc (Jacques Mercier), mais les éditions Gallimard l’ont censurée, par crainte de la commission de censure du 16 juillet 1949 et de la loi contre la promotion de l’avortement du 20 juillet 1920 (et aussi de la société hétéropatriarcale, mais cela étant ma thèse, je préfère être court). La censure fait basculer le roman du côté de l’hétérosexualité, en supprimant la partie avec Isabelle et en réduisant celle avec Cécile, rendant Marc omniprésent dans le récit. Ces coupes entraineront une auto-censure chez Leduc, qui minorera ses amours féminines, par crainte d’une nouvelle « amputation[2] ». On retrouve ce déséquilibre dans le film : les chapitres sont plus masculins et les hommes sont plus présents. Ce sont des leduciennes qui me l’ont fait remarquer et, connaissant mieux l’œuvre à présent, je constate que la mise à l’écran a reproduit cet écueil. Cependant, les amours féminines de Leduc ne sont pas niées. Isabelle est bien évoquée et on a même une scène anachronique avec Denise Hertgès (sous le nom d’Hermine, pseudonyme utilisé dans La Bâtarde) et, bien sûr, l’amour impossible pour Simone de Beauvoir.

Pendant 27 ans, de février 1945 à mai 1972, Beauvoir sera la marraine littéraire de Violette Leduc. Ce mentorat entre femmes dans les Lettres n’est pas unique[3], mais particulier, dû à sa longévité. Beauvoir aidera financièrement sa protégée, relira tous ses manuscrits[4], dans chacune des étapes, et la défendra régulièrement auprès des éditions Gallimard. C’est cette relation qui est surtout mise en avant par le film, puisqu’elle intrigue, tant les deux femmes sont différentes, socialement et dans leur écriture.

D’une part, Sandrine Kiberlain campe le rôle de Simone de Beauvoir à merveille et on retrouve la philosophe dans toute sa psychorigidité. Toujours droite, toujours digne, elle apparaît comme un roc inébranlable. Ce qui était une réalité, en témoigne sa ponctualité et l’organisation de son emploi du temps sans faille. Le film ne la montre qu’une seule fois en position de faiblesse, lorsqu’elle revient de l’enterrement de sa mère, et une fois hors de ses gonds, lors d’une dispute au pont des Arts avec Leduc. Mais ces failles ne durent jamais longtemps et Martin Provost montre comment le travail devient un refuge dans ces moments, rappelant les disputes avec Algren qu’elle réussit à tourner court en un instant pour se consacrer à ses diverses tâches.

D’autre part, Emmanuelle Devos incarne Violette Leduc dans toutes ses failles et ses imperfections. La ressemblance physique n’est pas là, mais le visage atypique de Leduc est difficile à retrouver. Les différences sont vite compensées par la justesse du jeu de Devos et elle explique dans des interviews que ce fut un bonheur, car elle ne devait pas être parfaite. L’ambivalence de l’autrice sur la mise en scène de son physique l’a libérée. Le trait n’est pas fantasmé par le réalisateur, mais une réalité dont Françoise d’Eaubonne témoigne :

Si Violette, au contraire, recherche une extrême élégance, l’art du maquillage et recourt à la chirurgie esthétique, elle dément d’un seul coup tant d’efforts en s’accrochant une pancarte ironique, en laissant ostensiblement couler sa morve, en affichant à l’improviste des couleurs hurlantes.[5]

Aussi bien avec une robe de Jean Patou, grand couturier, que débraillée en nuisette et vieux pull en laine, l’écrivaine n’est pas dans la retenue, à cause de son « système nerveux que l’enfance a délabré[6] ». Là où Beauvoir est guindée, dans la retenue, Leduc agit avec ses tripes. Ce n’est pas une démarche histrionique, c’est son moyen d’exprimer ses émotions brutes. Elle en fait même une fierté en écrivant à Jacques Guérin, second protecteur et directeur des parfumeries d’Orsay :

Genet me disait “Ne gueulez pas”. On gueule dans les pays du Nord et j’aime cela.[7]

Le personnage de Violette Leduc est libérateur pour n’importe qui et surtout quand on le compare à Simone de Beauvoir. Aujourd’hui, le haut de l’affiche est tenu par l’autrice des Mandarins et j’en suis ravi. Elle incarne une force de travail inébranlable, une réussite dans ses amours, malgré les tempêtes, et un contrôle de soi hors-pair. Toutes ces caractéristiques en font un monolithe de réussite écrasant, de l’accumulation des diplômes, à l’essais de référence qu’est Le Deuxième sexe, en passant par la postérité assurée de son œuvre et confirmée par la Pléiade. Il est difficile de pouvoir s’y identifier. Ses Mémoires ont permis de la rendre humaine[8], cependant, quel enfer lorsqu’on se compare à Beauvoir. On apparaît tout de suite comme un·e looseur·se. Il faut espérer que les journaux intimes permettront à nouveau de la rendre plus humaine.

Violette Leduc, pour sa part, trace le portrait des vaincu·es. L’incipit de La Bâtarde est à ce titre le meilleur exemple :

Mon cas n’est pas unique : j’ai peur de mourir et je suis navrée d’être au monde. Je n’ai pas travaillé, je n’ai pas étudié. J’ai pleuré, j’ai crié. Les larmes et les cris m’ont pris beaucoup de temps. La torture du temps perdu dès que j’y réfléchis. Je ne peux pas réfléchir longtemps mais je peux me complaire sur une feuille de salade fanée où je n’ai que des regrets à remâcher. Le passé ne nourrit pas. Je m’en irai comme je suis arrivée. Intacte, chargée de mes défauts qui m’ont torturée. J’aurais voulu naître statue, je suis une limace sous mon fumier. Les vertus, les qualités, le courage, la méditation, la culture. Bras croisés, je me suis brisée à ces mots-là.[9]

Leduc est une quidam lorsqu’elle entre en littérature[10]. À l’époque, elle vit du marché noir en Normandie avec Sachs, qui lui dit qu’elle a du talent et la lâche ensuite car il lui « a fallu la patience de Dieu le père pour [la] supporter à Anceins[11] ». Dès lors, l’autrice en chie, mais elle ne se laisse pas abattre, grâce à sa rage de vivre. Beauvoir le reconnaît elle-même dans Tout compte fait : « Son inconscient était résolument optimiste, il ne croyait pas à la vieillesse, à la mort, ni aux délires [de persécution] qu’elle s’inventait.[12] » Sa naissance de bâtarde et son statut de femme pauvre, elle les refuse. Non pas par militantisme, parce qu’elle est apartisane et non militante, mais sa vie fait manifeste[13]. Elle réfute le terme de féministe[14], mais tout est là et le film le montre brillamment.

Dès la scène d’ouverture, on la voit fuir dans la campagne et être arrêtée pour trafic de viande. Les valises chez Leduc sont sa fierté. Elle gagne son argent littéralement à la force de son poignet, en parcourant la campagne et la ville. Elle est « l’asphalteuse » décrite par Despentes, « celle qui s’approprie la ville. Elle travaille hors le domestique et la maternité, hors la cellule familiale.[15] » Elle confirme son indépendance en abordant Beauvoir, en refusant d’établir un faux certificat de grossesse pour Maurice Sachs, en allant embrasser Hermine. Elle a de grands moments d’abattements, légitimes quand elle craint pour son avenir financier, mais aussi parce que c’est une dramaqueen en puissance. Comme le disait d’Eaubonne, Leduc organise son malheur autour d’elle et noircit parfois le tableau. L’exemple le plus truculent est une interview de 1970, où Démeron, en présence de Leduc, est interrogé sur son amitié avec l’autrice. Il explique que ce sont des moments particuliers parfois, puisque vous pouvez passer une soirée merveilleuse avec elle et le lendemain recevoir une volée de bois vert, en découvrant une soirée à laquelle vous n’étiez pas. La caméra à ce moment est sur Violette Leduc, qui pourrait donc protester. Non. À la place, elle se marre. L’illustration du drama en une minute[16].

Il faut préciser que cette démarche est nécessaire à Leduc pour créer. Elle présente ses écrits à des intellectuel·les qu’elle admire, si ces dernier·es sont receptif·ves et que, surtout, l’amour est impossible, elle s’entiche d’elleux et leur déclare sa flamme. Au cours de ma thèse, j’ai retrouvé ce processus au moins cinq fois, notamment avec Sachs (homosexuel), Beauvoir (pas attirée par Leduc), Sarraute (hétéra), Jacques Lemarchand (pas attiré par Leduc) et Jacques Guérin (homosexuel). Ce sont justement ces plus connu·es qui forment en partie les chapitres du film et il me semble qu’on voit ainsi très bien le rapport ténu qu’il y a entre l’amour et l’écriture chez Leduc. Un amour de l’écriture aussi, puisque l’écrivaine se sert de l’espace du manuscrit pour retrouver ses passions impossibles. À ce titre, il faut mentionner que le biopic fait un très grand effort pour mettre à l’écran l’action scripturale. Martin Provost filme Devos en train d’écrire, il montre directement la dédicace du Deuxième sexe que l’autrice reçoit, les lettres, mises à part celles de la N.R.F., ne sont pas lues en voix off, elles sont directement montrées. Je trouve cela génial, car on voit ainsi la création littéraire de bout en bout, de la première ligne manuscrite, au montage mille-feuilles (Leduc colle les nouvelles réécritures les unes sur les autres, causant des problèmes et de conservation et pour les généticien·nes, damnée soit˗elle pour ça), jusqu’au service de presse et la séance de dédicace. La présence physique du manuscrit est sous-tendue par de très nombreux extraits de l’œuvre, sans que cela ne choque dans le fil narratif. L’écriture poétique de Leduc permet de faire en sorte qu’il y ait un continuum cohérent et harmonieux, ce qui nécessite, à mon sens, une connaissance très pointue de l’œuvre de la part des scénaristes (Martin Provost, Marc Abdelnour et René de Ceccatty).

Au générique, l’Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine n’est pas cité, mais le nom d’Albert Dichy, directeur littéraire de l’Institut, est mentionné. Il me semble que l’équipe a consulté le fonds Leduc, notamment pour reproduire la graphie de l’autrice, et peut-être que ces lectures ont influencé le scénario. Un point m’a sauté aux yeux lors de ce visionnage, c’est que Leduc est d’une part presque toujours dans l’ombre ou à contre˗jour, mais aussi qu’elle est régulièrement entre deux arbres, deux poteaux, etc. Le manuscrit de Ravages n’était pas déposé à l’IMEC au moment de la conception, pourtant, tout le biopic porte la trace de l’excipit, à un point assez troublant :

C’est un chemin avec la symétrie et l’infini des poteaux téléphoniques. Demain je serai l’ombre sur ce chemin, demain je m’enfoncerai, demain je ne mourrai pas, demain je marcherai seule, demain je ne me découragerai pas. J’irai avec la pèlerine des crépuscules sur les épaules.[17]

Tous les plans rappellent ces phrases, qui illustrent elles-mêmes la vie de Violette Leduc. Elle est celle qui traverse les frontières, les rendant poreuses, que ce soit entre masculin et féminin, dominant et dominé, hétéro et homo, et tant d’autres. Elle poursuit sa route au milieu des dichotomies et Provost arrive à le montrer. Violette tord le cou à l’image d’inculte flemmarde que l’autrice se donne dans son autobiographie. On la voit travailler avec acharnement, minutie et précision. Les archives elles-mêmes lui donne tort. Outre les références, les manuscrits de Leduc font parfois plusieurs dizaines de cahiers d’écolier, qui sont recopiés deux, trois fois ou plus sur de grandes feuilles quadrillées, lesquelles sont retapées et corrigées, etc. Une œuvre telle La Folie en tête, ne serait-ce que la partie archivée à l’IMEC, représente 14 cahiers, 1 745 feuillets manuscrits, un premier jeu de dactylographies annotée de 779 feuillets et un second de 850. Une partie se trouve encore chez la nièce de l’écrivaine et une autre est à la BnF. Quand on abat une telle somme de travail, on n’est pas une flemmarde inculte.

Au commencement, c’était Trésors à prendre qui était pressenti pour l’adaptation. Finalement ça ne s’est pas fait, mais en mettant en valeur la relation Beauvoir-Leduc, une citation de ce livre résume bien le film et la détermination de Leduc :

Madame, je me repens, je vous demande pardon. Vous êtes la lumière, je suis l’obscurité, vous êtes la beauté, je suis la laideur, vous êtes la force, je suis la faiblesse, vous êtes le courage, je suis le découragement, vous êtes la vivacité, je suis la lenteur, vous êtes la réussite, je suis l’échec, vous êtes la confiance, je suis la méfiance, vous êtes l’effort, je suis la paresse. Vous êtes célèbre par votre intelligence, votre éveil, votre travail. Il y a un abîme entre nous mais cet abîme ne m’effraie pas. Moi, zéro magnifique, j’ai l’audace de persévérer.[18]

Voir ou revoir Violette, c’est se dire que, nous aussi, nous pouvons être des zéros magnifiques et qu’en dépit de cela, il faut oser persévérer, tout comme Leduc l’a fait.

 

NOTES

[1] Violette Leduc (fonds), Cahier de La Bâtarde 3, première version, LDC 2.20, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, IMEC.

[2] Violette Leduc, La Chasse à l’amour, Paris, Gallimard, « Blanche », 1973, p. 22.

[3] Je renvoie à ce titre à : Martine Reid (dir.), Femmes et littérature, une histoire culturelle, tome II, Paris, Gallimard, « Folio essais », 2020 et bien sûr aux travaux de Marine Rouch.

[4] À l’exception du Taxi (1971).

[5] Françoise d’Eaubonne, La Plume et le bâillon, Paris, L’Esprit Frappeur, 2000, p. 29.

[6] Violette Leduc, Correspondance 1945-1972, lettre à Jacques Guérin du 23 décembre 1947, éd. Carlo Jansiti, Paris, Gallimard, « Cahier de la N.R.F. », 2007, p. 67.

[7] Ibid., lettre à Jacques Guérin du 24 juillet 1954, p. 253.

[8] Je renvoie pour ce point aux travaux de Marine Rouch, en particulier Marine Rouch, « “Vous êtes descendue d’un piédestal” : une appropriation collective des Mémoires de Simone de Beauvoir par ses lectrices (1958˗1964) », Littérature, n°191, septembre 2018, pp. 68-82

[9] Violette Leduc, La Bâtarde, [1964], Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1996, p. 23.

[10] Auparavant, l’autrice avait publié des articles dans la revue Pour Elle, d’août 1940 à décembre 1941. Voir Alexandre Antolin, Violette Leduc journaliste : les premiers écrits, in Anaïs Frantz (dir.), Violette Leduc, genèse d’une œuvre censurée, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, « Collection Archives », 2019, pp. 19-22.

[11] Carlo Jansiti, « Une amitié étincelante et noire », lettre de Maurice Sachs à Yvon Belaval 4 mai 1943, Cahier de l’Herne, n°114 Maurice Sachs, sept. 2016, p. 120.

[12] Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, « Blanche », 1972, p. 62.

[13] Alexandre Antolin, « La vie comme manifeste ou la réappropriation de Ravages de Violette Leduc et King Kong Théorie de Virignie Despentes comme manifestes », communication présentée lors du colloque « Mutantes/Vampires autour des œuvres de Virginie Despentes et Paul Beatriz Preciado », Paris 8, 14 décembre 2016 (non publiée)

[14] Pierre Démeron, Entretiens avec Violette Leduc, France Culture, 16 décembre 1966, INA « P.D. “Comment les femmes peuvent reconquérir l’espace littéraire ?” V.L. “Sans ostentation, sans bravade, sans féminisme, en restant une femme.” » Le rejet du terme s’explique par les mouvements féminins en vigueur dans les années 1950/1960, essentialisants, maternalistes et familialistes. Voir Sylvie Chaperon, Les Années Beauvoir 1945-1970, Paris, Fayard, 1970.

[15] Virginie Despentes, King Kong théorie, Paris, Grasset, « Le Livre de poche », 2006, p. 78.

[16] Pierre de Boisdeffre, Violette Leduc « La Folie en tête », Le Fond et la forme, ORTF, 21 mai 1970, INA, en ligne, https://www.ina.fr/video/CPF10005645/violette-leduc-la-folie-en-tete-video.html. Vous pouvez voir ce moment sublime à partir de 5’19.

[17] Violette Leduc (fonds), Cahier de Ravages 14bis, 705LDC/25/7, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe, IMEC.

[18] Violette Leduc, Trésors à prendre, Paris, Gallimard, « Blanche », 1960, p. 63-64.

 

Pour citer cet article : Alexandre Antolin, « Violette de Martin Provost ou le bonheur d’être une looseuse combative », Chère Simone de Beauvoir, mai 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3108 

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.