En randonnée avec Simone de Beauvoir, de Yan Hamel

L’ouvrage de Yan Hamel, écrivain canadien, En randonnée avec Simone de Beauvoir (Boréal, 2020) est un essai autobiographique. Les analyses des pratiques viatiques se mêlent aux souvenirs du marcheur qu’est Hamel : « J’ai, au long de mon par- cours adulte, laissé en moi Simone de Beauvoir se réécrire. Et c’est maintenant moi qui la réécris, assis à ma table, me demandant, de ses randonnées ou des miennes, de ses souvenirs ou des miens, de ses mots ou des miens, lesquels sont authentiques. » (pas de référence de page, je n’ai pas la pagination définitive) L’auteur traite familièrement la grande voyageuse qu’était Beauvoir, de manière rafraîchissante. Il ne la considère pas comme un monument de la culture germanopratine : « Je l’aime d’un amour ravageur, Simone de Beauvoir, et suis jaloux de toutes celles et tous ceux qui ont pu connaître la marche avec elle. J’aurais voulu en être, mais je suis trop tard venu, même pour cette grande amante de la jeunesse. Alors j’écris sur son œuvre vivante et sur son corps défunt. »

Si Hamel ne ménage pas ses critiques, il met en avant de manière systématique l’âpreté existentielle de Beauvoir : « Beauvoir s’est voulue tout autre ; elle a non moins goûté les plaisirs corporels que les plaisirs intellectuels. Elle a aimé boire et manger ce qu’elle voulait, faire l’amour avec qui lui plaisait, explorer le vaste monde à l’aide de ses pieds. Partir toute seule dans la nature et se guider elle-même en femme qui marche pourvue d’une tête fut une prise de position forte. Beauvoir partait sans compagnon sur les chemins et les sentiers, comme elle aurait fait un pied de nez aux gardiens d’un ordre fâcheux. » Hamel insiste, dans notre époque post-#MeToo, sur le courage de la voyageuse à ne pas se laisser démonter par le harcèlement sexuel auquel elle était confrontée de manière systématique, puisqu’elle refusait le groupe-refuge, le mâle-refuge (ce qui ne l’empêchait pas de randonner de temps à autre avec des hommes).

Hamel s’interroge également sur l’aberration d’une telle conduite de la part des autres hommes, ses semblables. Réflexion masculine assez rare nous semble-t-il, du moins de notre côté de l’océan : « Je prétends à la liberté et ne crois pas davantage à la nature masculine que Beauvoir ne croyait à la nature féminine. Je continuerai d’ailleurs, comme je l’ai toujours fait, à laisser en paix celles qui croiseront mon chemin, en me demandant à part moi quels sont les monstres – mes semblables, pourtant – qui ne font pas pareil. »

Seul point négatif, cette notation fausse : « Simone de Beauvoir n’a jamais croisé le chemin de Dolorès Vanetti, la seule de ses nombreuses maîtresses que Sartre ait dangereusement aimée. » Beauvoir dit bien qu’elle l’a croisée à son arrivée à New-York en janvier 1947 (La Force des choses, 173).

L’essai se termine sur un envol poétique, bel éloge de Beauvoir : « Je la vois, à l’entrée du refuge, après la dernière nuit, au seuil du trépas, goûtant une fois encore l’air frais, entourée du panorama sublime et laissant s’échapper son dernier souffle, les yeux bleus grands ouverts sur la lumière du monde. Quel soleil ! » En somme, un ouvrage à déguster.

***

Nous remercions Yan Hamel de nous avoir accordé l’interview reproduite ci-dessous.

Tiphaine Martin – Pourquoi cet intérêt pour Beauvoir?

Yan Hamel – Parce qu’elle est libre et athée. Les Québécois ont encore besoin de conquérir liberté et athéisme. 

T.M. – Est-ce votre premier essai sur l’écrivaine française?

Y.H. – Non. Mon premier livre – La Bataille des mémoires. La Seconde Guerre mondiale et le roman français – est en partie consacré au roman Le Sang des autres. Mes deux livres suivants – L’Amérique selon Sartre et Le Cétacé et le Corbeau  : de Jean-Paul Sartre à Victor-Lévy Beaulieu – étaient consacrés à Sartre et ils faisaient aussi une belle place à Beauvoir. En randonnée est cependant le premier de mes textes qui est entièrement consacré au Castor.

T.M. – Pourquoi avoir choisi de mêler vos propres souvenirs à ceux de Beauvoir?

Y.H. – Parce que Simone de Beauvoir vit en moi depuis plusieurs années et que je souhaitais pouvoir, à mon tour, vivre en elle.

T.M. – Comment définiriez-vous le style de Beauvoir?

Y.H. – Trop lisse pour être parfaitement honnête (et c’est tant mieux).

T.M. – Les voyages de Beauvoir que vous avez fait sur ses traces?

Y.H. – À ma connaissance, les calanques entre Marseille et Cassis sont le seul lieu où nous sommes allés marcher tous les deux. Cependant, lorsque j’y étais, je ne savais pas que je me trouvais sur les traces de Beauvoir. J’avais déjà lu le récit de ses années marseillaises, mais je n’en gardais alors aucun souvenir.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « En randonnée avec Simone de Beauvoir, de Yan Hamel », Chère Simone de Beauvoir, avril 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3075 

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet


Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.