Dialogue autour de La Femme rompue

L’INA proposant trois mois de gratuité de ses collections en ligne, j’ai eu l’idée de proposer à Marine Rouch que nous regardions chacune de notre côté, mais à la même heure et le même jour, le téléfilm La Femme rompue (1978). Notre échange d’impressions via textos après le visionnage a donné ce compte-rendu à deux voix.

***

Le travail de Simone de Beauvoir sur et pour le cinéma est encore largement méconnu du public francophone. Ses Mémoires permettent de prendre la mesure de l’intérêt de Beauvoir pour le 7e art (Leclercq, 2002). Son long article en anglais de 1959, « Brigitte Bardot and The Lolita Syndrome »,  publié dans Esquire puis en volume avant d’être traduit en français en 1979 par Claude Francis et Fernande Gontier (Beauvoir, 1979), est une exploration fascinante des rouages du cinéma et de la culture de masse. Cet article est un des premiers (le premier?) à théoriser le « mythe BB », Beauvoir reprenant ses analyses du Deuxième Sexe (chapitres « Mythes » du tome 1).

La focale est mise ici sur l’adaptation pour la télévision de sa propre nouvelle « La femme rompue », parue en octobre-novembre 1967 dans le magazine ELLE, puis en recueil en janvier 1968, en troisième et dernière place, après « L’âge de discrétion » et « Monologue », dans le recueil La Femme rompue (Martin ; Rouch, 2020). Le scénario : Monique est une femme au foyer qui a tout sacrifié à son mari et à ses deux filles. Celles-ci ont depuis longtemps quitté le foyer et il lui semble que son mari s’éloigne d’elle… Ses craintes sont confirmées lorsqu’elle apprend qu’il la trompe avec Noëllie, une jeune avocate… On suit Monique dans sa tentative de comprendre ce qui lui arrive.

C’est Josée Dayan qui se charge de réaliser ce téléfilm, diffusé le 1er février 1978 sur FR3, ancêtre de France 3. Scénario de Françoise Verny (journaliste, écrivaine, éditrice), dialogues de Beauvoir, musique de … Barbara, excusez du peu !

Malka Ribowska dans La Femme rompue (1978) – (capture d’écran)

***

Tiphaine – Alors Marine, qu’as-tu pensé de cette adaptation ? plutôt fidèle, n’est-ce pas ?

Marine – Plutôt oui ! En même temps, avec Beauvoir aux dialogues, il aurait été étonnant que sa nouvelle soit trahie. J’ai adoré le jeu des acteurs et des actrices : Malka Ribowska est époustouflante, très expressive par son regard, ses gestes, sa démarche…

Tiphaine – Effectivement. Cependant… à force de travailler sur le recueil et sur cette nouvelle en particulier, je m’étais fait une idée préconçue des personnages, surtout de Monique. Si je pense à une actrice dont la persona correspond à mon idée, je vois plutôt Catherine Jacob. Et toi, qui d’autre verrais-tu dans le rôle de Monique ?

Marine – En ce moment je fais un travail sur la série américaine Mad Men qui se déroule dans les  années 1960. On y suit des hommes et des femmes très conservateur·trices. Les hommes y trompent leurs femmes sans vergogne et celles-ci font mine de ne rien savoir pour préserver à tout prix l’intégrité de leur foyer. On pourrait rapprocher ce milieu de celui dans lequel Monique et Maurice évoluent. Du moins dans la nouvelle car l’esthétique du téléfilm est plus années 1970 qu’années 1960. Mais je m’éloigne… Tout cela pour dire que je verrai bien dans le rôle de Monique une actrice comme Talia Balsam qui joue dans Mad Men la femme d’un riche publicitaire collectionneur de femmes…

Tiphaine – Bonne idée ! Côté masculin, cela m’a amusée de revoir aussi rapidement Pierre Zimmer (Maurice), à plusieurs années d’écart. Je le vois le lundi en truand noir et blanc dans Le Deuxième Souffle de Jean-Pierre Melville (1966), je le retrouve mari infidèle et veule le samedi ! Amusée aussi de voir Pierre Arditi en jeune premier, amoureux fidèle quoique sans espoir, et avec des cheveux longs ! Je le connais surtout par les films d’Alain Resnais, donc dans des films des années quatre-vingts (pour moi, Mélo, 1986) jusqu’à leur dernier film en commun (Vous n’avez encore rien vu, 2012).

Marine – Je n’avais pas reconnu Pierre Arditi et ta culture cinématographique est bien plus riche que la mienne, Tiphaine ! Je réfléchis… et en fait je me rends compte que je n’ai prêté aucune attention aux hommes dans ce film ! Oups ! Je n’ai même plus leurs visages en tête. Tout ce dont je peux me souvenir, c’est Monique et son visage dont on voit souvent le reflet, dans des miroirs, des vitres…

Tiphaine – Oui, d’ailleurs parlons maintenant de la réalisation. Josée Dayan est aujourd’hui très connue pour sa série policière des Capitaine Marleau, avec l’immense Corinne Masiero, mais n’oublions pas qu’elle a tourné deux documentaires avec Beauvoir : un en 1979, sobrement intitulé Simone de Beauvoir, sur sa vie et son œuvre ; et un autre en 1984, en deux parties, Le Deuxième Sexe, sorte de mise à jour de l’essai beauvoirien, où l’autrice parle également de son opus magnus.

Marine – Personnellement, je suis plus intéressée par le travail que font certaines réalisatrices quand elles ont une démarche féministe.

Tiphaine – Exactement. La mise en scène de Dayan est sobre, actrices et acteurs ne tombent pas dans une dramatisation inutile. L’ajout de la voix off de Monique rappelle la construction subjective de la nouvelle, centrée sur le journal intime de Monique.

Marine – Et la voix off attache le public aux souffrances de Monique et permet une identification plus poussée avec ses tourments. Nous ne restons pas à l’extérieur de l’enfer où elle descend progressivement.

Tiphaine – Tout à fait. L’aspect subjectif est aussi renforcé par les gros plans sur le visage de Monique et par l’abondance des vitres, des miroirs, des glaces, où Monique se regarde tomber. On peut parler de « regard féminin » dans le sens où la réalisatrice privilégie le personnage féminin et laisse la narration passer par son regard et par sa voix.

Marine – Exactement, Iris Brey définit le regard féminin comme « un regard qui nous fait ressentir l’expérience d’un corps féminin à l’écran » (Brey, 2020, p. 9.) On est en plein dedans ! D’ailleurs, je pense qu’il y a un lien à faire entre la phénoménologie beauvoirienne, qui repose sur le partage de l’expérience vécue des femmes, et cette réalisation très subjective. On s’y met ?! 

Tiphaine – Ne me tente pas ! 

Marine – C’est en tout cas une belle entreprise au féminin, que ne gâche pas la musique de Barbara, qui n’envahit pas le téléfilm, mais souligne la détresse de Monique, tout en faisant signe d’époque, en insérant des musiques additionnelles : un peu de disco (scène de la boîte de nuit) et du jazz (le dîner d’anniversaire).

Tiphaine – Autre signe d’époque, à porter au crédit de la scénariste et de la dialoguiste : les discussions sur Ingmar Bergman de la nouvelle sont remplacées par des échanges sur Bernardo Bertolucci et les films italiens.

Marine – Ah, Beauvoir, l’Italie et son peuple, une histoire d’amour sans failles depuis les années trente ! D’ailleurs, de nombreuses et nombreux Italien·nes lui écrivent, j’ai retrouvé leurs lettres à la BnF !

Tiphaine – Passionnant ! À quand une carte des correspondant·es de Beauvoir ? Pour ma part, je préciserai que Beauvoir cite plusieurs films italiens dans ses mémoires, une manière comme une autre de voyager dans son pays favori, tout en entrant plus profondément dans la culture de celui-ci.

Marine – En résumé… en conclusion…, ce fut une belle expérience, à refaire et, pourquoi pas, à proposer à d’autres chercheurs et chercheuses en terres beauvoiriennes.

 

Malka Ribowska dans La Femme rompue (1978) – (capture d’écran)

Quelques références :

Simone de Beauvoir, « Brigitte Bardot et le syndrome de Lolita », dans Claude Francis et Fernande Gontier, Les écrits de Simone de Beauvoir. La vie, l’écriture, Paris, Gallimard, 1979, p. 364-376.

Iris Brey, Le Regard féminin. Une révolution à l’écran, Éditions de l’Olivier, 2020.

Emmanuel Leclercq, « Le cinéma selon Simone de Beauvoir : les visages et les mythes », Les Temps Modernes, n° 619, juin-juillet 2002, p. 185-248.

Tiphaine Martin, Marine Rouch, « En chemin avec « La femme rompue » », Chère Simone de Beauvoir, avril 2020, URL : https://lirecrire.hypotheses.org/2987

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Marine Rouch, « Dialogue autour de La Femme rompue », Chère Simone de Beauvoir, avril 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/3063

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet 


Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search