En chemin avec « La femme rompue »

Par Tiphaine Martin et Marine Rouch

L’idée de cet article à quatre mains nous est venue à la suite du colloque Réceptions contemporaines de Simone de Beauvoir(Nice, 2018) où nous avons chacune présenté un pan de la réception de La Femme rompue. Nous reprenons ici plus brièvement nos analyses et renvoyons à nos articles publiés dans Les Cahiers Sens Public, n°23-24, décembre 2019 

***

La Femme rompue est à la fois une nouvelle et un recueil, qui comprend « L’âge de discrétion », « Monologue » et « La femme rompue ». Seule la typographie permet de distinguer le recueil de la nouvelle. « La femme rompue » prend la forme du journal intime de Monique, femme au foyer épouse d’un médecin, qui descend dans la spirale de la dépression, suite à l’adultère, suivie d’une séparation, de son mari Maurice avec une avocate, Noëllie. Leurs deux filles, Colette et Lucienne, n’arrivent pas à enrayer le repli sur soi de leur mère, qui délaisse une jeune fugueuse, Marguerite, dont elle avait commencé à s’occuper. 

La réception journalistique

Cette nouvelle a la particularité d’avoir eu une parution séparée, avant d’être réunie aux deux autres récits en janvier 1968. Simone de Beauvoir explique cette différence de traitement par l’envie familiale d’une complicité sororale : sa sœur cadette, Henriette de Beauvoir, connue sous le nom d’artiste d’Hélène de Beauvoir, illustre « La femme rompue », publiée dans ELLE. Du 19 octobre au 16 novembre 1967, le magazine féminin arbore la signature des sœurs Beauvoir. Ce choix peut sembler étonnant à première vue, venant de la part d’une écrivaine intellectuelle de gauche, qui a l’habitude de pré-publier des extraits de ses œuvres dans sa revue des Temps modernes. Beauvoir rappelle à la fin de La Force des choses (1963) les clichés sexistes que cette revue lui a accolé, sans précisions de date : « Le journal ELLE proposant à ses lectrices plusieurs types de femmes, avait inscrit sous ma photo : “Vie exclusivement intellectuelle”. » L’antiféminisme de cette attribution vient de loin, désignant sécheresse physique, incapacité de l’épanouissement sexuel et idées planant très haut, puisque cerveau et corps sont séparés de manière classique. La dimension sexiste provient de l’implication stigmatisante du corps des autrices dans la définition.

En outre, ELLE n’en est pas à sa première collaboration avec l’aînée des Beauvoir, qui a volontiers répondu à des interviews au fil de ses publications. Le choix de Simone d’ouvrir volontairement son œuvre à un public non acquis à l’émancipation des femmes lui vaut le mépris et la condescendance de ses confrères et consœurs journalistes, Bernard Pivot (1967) en tête à Jacqueline Piatier (1968) (qu’elle cite dans Tout compte fait). Fidèle à sa manière d’écrire ses mémoires, Beauvoir n’a pas voulu vérifier la date exacte de l’article de Pivot, qui paraît le 30 octobre 1967, après la deuxième livraison de « La femme rompue » dans ELLE.

© Tiphaine Martin

Le journaliste passe à côté de la subtilité de l’écriture beauvoirienne, qui joue sur l’implicite à partir d’une situation banale (l’adultère), effectivement surexploitée dans le roman, au théâtre, au cinéma, à la radio (l’adultère fictif se commet quasi systématiquement au sein d’un couple bourgeois ou de la classe moyenne, rarement chez les paysans ou chez les ouvriers). L’autrice arrive à montrer la mauvaise foi de Monique, prise au piège pour avoir respecté à la lettre les diktats du système patriarcal de son époque : se marier, avoir des enfants, s’occuper de son intérieur (ménage, cuisine, vaisselle, repassage, courses, éducation des enfants à 100%), ne jamais regarder à droite et à gauche. Bref, être une parfaite bonne à tout faire… mais non payée et non reconnue comme telle. Les réactions de Pivot, puis de Piatier et des autres, montrent leur sexisme méprisant, ainsi que la pusillanimité des suiveurs et suiveuses de Pivot, qui ne contredisent pas la première critique. Certaines lectrices de Beauvoir et du Figaro prennent cependant leur stylo pour répondre aux critiques, telle « Mme A. Sédo, de Megève », citée par Édouard Brassey dans L’Effet Pivot :

Fidèle lectrice du Figaro littéraire, je viens vous dire mon profond mécontentement au sujet de l’article de Bernard Pivot consacré à Simone de Beauvoir. A mon avis, Monsieur, c’est justement parce que cette grande dame est un grand écrivain, une intelligence hors pair qui a donné maintes fois ses preuves, qu’il lui est permis de traiter des sentiments pour midinettes, genre courrier du cœur, mais avec quelle finesse et quelle profondeur. (Ramsay, 1987, 77)

Cette dame reprend les termes du journaliste pour mieux en montrer l’inanité et le mépris misogyne qu’ils sous-tendent. La parution dans ELLE et celle en recueil est un large succès, Gallimard rééditant rapidement le volume. Les lecteurs et les lectrices ne manquent pas de faire connaître leur opinion à l’écrivaine.

Les femmes « ordinaires » et « La femme rompue »

Simone de Beauvoir admet avoir puisé dans ses correspondances pour écrire son ensemble de nouvelles. Dans Tout compte fait, dernier volume de ses Mémoires, elle écrit :

J’avais récemment reçu les confidences de plusieurs femmes d’une quarantaine d’années que leurs maris venaient de quitter pour une autre. […] L’idée m’est venue de donner à voir leur nuit. (Beauvoir, 1972, 141.)

Depuis ses débuts littéraires, et plus encore depuis la publication de Mémoires d’une jeune fille rangée (1958), premier volume de ses Mémoires, Simone de Beauvoir reçoit de nombreuses lettres de la part de ses lectrices. La publication de « La Femme rompue » dans Elle puis du recueil éponyme, suscite un nouveau flux de missives. 

Certaines lettres font écho aux critiques formulées par Pivot, Piatier et les autres. Elles ne comprennent pas bien pourquoi Beauvoir a choisi de pré-publier sa nouvelle dans un magazine non seulement féminin, mais bourgeois qui plus est : 

Alors – maintenant – vous écrivez dans Elle. Vous, jadis si exigeante, si intransigeante, vous avez accepté qu’on découpe votre roman comme un vulgaire feuilleton, qu’on le publie au milieu de niaiseries. Vous avez accepté qu’on se serve de vous pour faire vendre un journal stupide, prétentieux et snob. (1 novembre 1967) 

« C’est dur à avaler », conclut cette lectrice en colère. Elle écrit de nouveau quelques mois plus tard pour préciser ce qui véritablement la dérange : 

Il y a un monde tout de même un monde entre votre participation au Tribunal Russel et les trois récits que vous venez de publier et qui ont été, je pense, écrits au cours de la même période. J’avoue que je ne comprends pas, et que l’insignifiance de Monique et Murielle me sidèrent, ainsi que le monde d’ombres vagues qui les entourent. (22 février 1968) 

Le sujet laisse donc perplexe, peut-être parce que Beauvoir avait habitué ses lectrices au récit déterminé des Mémoires et que les héroïnes de La Femme rompue sont précisément… rompues. En tant que porte-parole des femmes et figure de proue du nouveau féminisme – statut qu’elle a acquis malgré elle – elle se doit d’offrir à ses lectrices des portraits de femmes fortes, exceptionnelles, et non pas en échec. 

Mais les autres lettres, en bien plus grand nombre, ont été écrites par des femmes qui ont accueilli le livre avec soulagement. Beauvoir semble avoir touché une corde sensible : presque toutes se présentent en femmes rompuescomme cette lectrice :

« Si j’avais eu l’honneur de vous connaitre et que vous auriez désiré raconter une partie de ma vie, vous auriez réussi au-delà de toutes espérances. » (13/11/1967)

Une autre, avec une puissante simplicité, écrit :

« Je ne peux rien changer à votre texte, ni une virgule, ni un mot, j’ajouterai simplement 2 enfants. » (17 novembre 1967)

Ces lettres permettent une plongée dans la vie privée des femmes de la fin des années 1960. Elles n’hésitent pas à coucher sur le papier leurs maux les plus intimes. Ces confidences sont largement justifiées par une proximité ressentie avec l’autrice au moment de la lecture. « Je ne suis plus seule, vous êtes là », écrit par exemple une lectrice avant de se livrer tout entière : quelques années auparavant elle menait une existence indépendante ; « et puis je me suis mariée… et je suis venue grossir la cohorte des femmes qui vivent au second plan ». Elle se  reconnait dans la narratrice de « La femme rompue » ; « que ce mot a été bien choisi », pense-t-elle. « Ici c’est un fiasco complet sur toute la ligne – ma dépression nerveuse, la crise d’impuissance sexuelle qui s’installe chez le mari, l’effondrement progressif, l’abus des cigarettes chez la femme, le manque de communication qui s’installe sournoisement… » Grâce à Simone de Beauvoir elle a retrouvé « la maturité et une sorte d’indépendance » (18/10/1967). Elle écrit et peint de nouveau, deux activités qu’elle avait abandonnées au moment de son mariage.

Ces lettres illustrent un gouffre immense entre la critique littéraire, élitiste, et les préoccupations des femmes ordinaires.

La condition des femmes dans les années 1960

Les années 1950 et 1960 sont considérées comme « le creux de la vague » féministe (Chaperon, 1996) car aucun mouvement social de grande envergure ne vient relayer les discours émancipateurs qui se font pourtant entendre autour de la contraception (Maternité heureuse puis Mouvement français pour le Planning Familial), du régime matrimonial (réformé en partie en 1965) ou encore du travail salarié des femmes des classes moyennes et supérieures (augmentation du taux dans la seconde partie des années 1960). Certains médias de masse, les magazines féminins plus particulièrement, relayent ces débats et parfois les soutiennent, mais ils véhiculent dans le même temps un idéal de femme qui reste conservateur (Blandin et Eck, 2010, 7-17). Le message véhiculé est bourré d’injonctions que la réalité des vies de femmes rend impossibles à réaliser : émancipées, libérées, indépendantes… les femmes doivent l’être en travaillant et en maîtrisant leur sexualité. Mais elles doivent, aussi, être de bonnes mères, de bonnes épouses et de bonnes ménagères. 

C’est donc le « problem that has no name » ( traduit en français par « malaise ») (Friedan, 1963) qui se pose pour de nombreuses femmes des classes moyenne et supérieure, et, sans surprise, ce sont leurs lettres que l’on retrouve dans le courrier de Simone de Beauvoir. En cette période, Le Deuxième Sexe est (re)lu et commenté, en public et en privé, et « La femme rompue » semble reprendre, sur le plan fictionnel, des éléments théoriques que Beauvoir avait développés deux décennies plus tôt. 

Du Deuxième Sexe à « La femme rompue »

Le travail de Maîtrise de Tiphaine Martin (Martin, 2005-2006) a porté sur l’examen du recueil comme mise en fiction des analyses du tome deux du Deuxième Sexe (« L’expérience vécue »), ainsi que sur les aspects féministes de La Femme rompue. La chronologie de l’existence féminine, de « L’enfance » à « La vieillesse », se retrouve dans les souvenirs des trois narratrices, dans les descriptions de leur situation actuelle et dans les parcours des autres femmes (filles, belle-fille, belle-sœur, amies, proches). Dans le cadre de ce court article, nous ne pouvons développer plus cet aspect et nous renvoyons à notre travail et à nos articles préexistants. La Femme rompue est l’application des théories émises par Simone de Beauvoir dans le tome deux du Deuxième Sexe, mais c’est aussi une œuvre féministe. Un des reproches fait au recueil est que ses femmes ne sont pas des super-héroïnes, mais des femmes ordinaires (surtout dans « Monologue » et « La femme rompue »), piégées et soumises au patriarcat. Beauvoir ne serait pas une militante féministe, mais une misogyne, qui montrerait uniquement des échecs féminins, sans espoir. Mais si les narratrices de « Monologue » et de « La femme rompue » échouent à résoudre leur conflit, elles ont essayé, plus ou moins, par l’écrit et par la parole, de réussir. Quant à la narratrice de « L’âge de discrétion », son conflit est résolu à la fin de la nouvelle. Les personnages féminins de ce recueil échouent, non à cause d’une soi-disant « nature féminine », mais parce qu’ils sont confrontés à une société qui les opprime, via les hommes de leur entourage. Les narratrices sont totalement dépendantes des hommes à cause de leur éducation. L’autrice récuse l’argumentation naturaliste et propose une interprétation du monde non essentialiste. Grâce au choix du journal intime et du monologue, la lectrice et le lecteur peuvent percevoir les justifications et la mauvaise foi des narratrices, et mettre au jour l’oppression qu’elles subissent.

Lutte des sexes et lutte des classes sont étroitement liées, puisque les femmes, sauf la narratrice de « L’âge de discrétion », sont dépendantes financièrement des hommes (mari, ex-mari, père) et se débattent contre cet asservissement avec plus ou moins de bonheur. Murielle, dans « Monologue », ressasse ses fortunes passées, compte et recompte ses manteaux de fourrures, tout en refusant de prêter son appartement à une proche qui souhaite y passer ses vacances. Monique, dans « La femme rompue », n’a jamais été salariée pour ses travaux ménagers et éducationnels accomplis au foyer et a refusé un travail (si féminin, pourtant…) de « secrétaire médicale », que son mari lui avait suggéré, dix ans avant la crise conjugale. Il est à noter que sa rivale Noëllie est une brillante avocate, et que c’est donc la femme indépendante financièrement qui gagne la bataille du divorce et de l’attractivité sexuelle et mentale, contre la femme au foyer. Clichés de la presse du cœur, vraiment ?

Seule parmi les trois narratrice, celle de « L’âge de discrétion » est sur la voie royale du militantisme féministe, version années soixante-dix. Elle aime les jeunes, elle aime être avec les autres et elle refuse la politique des partis qui caractérise les mouvements féministes de la deuxième vague du vingtième siècle. Murielle est son exact opposé, puisque claquemurée dans son appartement, boules quiès bouchant le téléphone. Comment l’imaginer sortir et s’intéresser à autre chose qu’à son petit cas particulier, elle qui méprise les autres femmes ? Sauf si les groupes de discussion étaient l’occasion d’exhaler ses griefs contre les mâles. Écouter les autres femmes lui permettraient de sortir de sa position de passivité et de lutter contre les violences patriarcales. Monique se situe à équidistance des deux autres narratrices : le trait de lumière sous sa porte indique l’espoir que sa situation finisse par s’améliorer, puisqu’il est à l’extérieur de son appartement. Elle a envoyé promener mari, enfants et psychanalyste pour se retrouver face à ses peurs, sans se cacher derrière des facteurs physiques de dépression (saignements continus, pleurs, insomnies…) ou dernière un vague travail (classer des fiches). Et elle se soucie des autres hors de sa famille, dont la jeune Marguerite Drin, non pas comme une dame de charité, mais par humanité. Souhaitons-lui de s’être retrouvée avec des militantes et militants féministes !

Un bond dans le temps… 

La Femme rompue a été publié en 1968, à l’aube de la deuxième vague féministe au cours de laquelle les femmes livreront une bataille acharnée pour que le privé devienne officiellement politique. Depuis, de nombreuses revendications ont abouti (droit à l’avortement, contraception, identification d’une culture du viol etc.). Pour autant, le recueil est encore d’une incroyable actualité. En 2018, Josiane Balasko montait sur les planches et incarnait Murielle, l’héroïne de « Monologue ». Le mouvement #MeToo faisait alors rage et démontrait qu’accueillir la parole intime des femmes sur la scène publique demeure un combat de tous les instants.

©Tiphaine Martin

***

Références :  

Simone de Beauvoir, La Femme rompue, Paris, Gallimard, 1968.

Simone de Beauvoir, Tout compte fait, Paris, Gallimard, 1972.

Claire Blandin et Hélène Eck, « Introduction. Devoirs et désirs : les ambivalences de la presse féminine », dans « La vie des femmes ». La presse féminine aux XIXe et XXe siècles, Paris, Éditions Panthéon Assas, 2010, p. 7-17.

Édouard Brassey, L’Effet Pivot, Paris, Ramsey, 1987.

Sylvie Chaperon, Le creux de la vague, les mouvements féminins de 1945 à 1970, 1996, Institut Universitaire Européen. Publié sous le titre : Les Années Beauvoir : 1945-1970, Paris, Fayard, 2000. 

Betty Friedan, The feminine mystique, New York, Penguin Books, 1963 ; traduit par Yvette Roudy sous le titre La Femme mystifiée, Paris, Gonthier, coll « Grand format femme », 1964. Réédité  chez Belfond, 2019. 

Jacqueline Piatier, « Le démon du bien. La Femme rompue de Simone de Beauvoir », Le Monde, 24 janvier 1968, supplément au numéro 7163, p. 10 et 11.

Bernard Pivot, «  Simone de Beauvoir : une vraie femme de lettres (pour le courrier du cœur)  », Le Figaro littéraire, 30 octobre 1967, p. 29.

 

A découvrir…

Les créations de Marine Gilis, inspirées de ses recherches doctorales intitulées : « Du privé au politique : l’expérience de libération sexuelle des militantes du MLF/groupes femmes en Bretagne et Pays-de-la-loire. »

Nous la remercions de nous avoir permis d’utiliser ses réinterprétations de la femme-robot. Ses oeuvres sont à découvrir sur son carnet Hypotheses : ICI

 

Adaptations du recueil : 

Télévision : La Femme rompue (1978) de Josée Dayan et Le Monologue de la femme rompue (1988) de Jacques Doazan.

Théâtre : La Femme rompue : monologue (2007) mis en scène par Steve Suissa et repris en 2018 par Hélène Fillières, avec Josiane Balasko.

 

Pour aller plus loin  : 

Tiphaine Martin, « Du texte à la représentation. Réceptions de La Femme rompue », Cahiers Sens public, vol. 25-26, n°3, 2019, p. 95-114.

Tiphaine Martin, « Du Deuxième Sexe à La Femme Rompue : une double écriture féministe ». Mémoire de Maitrise, Université de Bourgogne, 2006.

Tiphaine Martin, « Deuxième Sexe et Femme rompue : une écriture parallèle ? » dans Julia Kristeva, Pascale Fautrier, Pierre-Louis Fort, et Anne Strasser (dirs.), Re-découvrir l’œuvre de Simone de Beauvoir : du Deuxième Sexe à La Cérémonie des adieux, Lormont, Le Bord de l’eau., 2008, p. 397-406.

Marine Rouch, « Paroles de femmes. Les lectrices de La Femme rompue (1967-1968) », Cahiers Sens public, vol. 25-26, n°3, 2019, p. 115-147. 

Marine Rouch, « “Vous êtes descendue d’un piédestal”. Une appropriation collective des Mémoires de Simone de Beauvoir par ses lectrices (1958-1964) ». Littérature, n°191, sept. 2017, p. 68-82.

***

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Marine Rouch, « En chemin avec « La femme rompue » », Chère Simone de Beauvoir, avril 2020, URL : https://lirecrire.hypotheses.org/2987

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.