Ce que « Femmes et Littérature » peut faire à l’histoire selon Michelle Perrot

Le 5 mars a paru aux éditions Gallimard, collection Folio essais, Femmes et littérature. une histoire culturelle (dir. Martine Reid) en deux volumes et plus de 1500 pages. Une rencontre était organisée le 12 mars dernier et rassemblait la plupart des contributrices. 

Petite présentation de ces deux gros ouvrages : pour introduire la rencontre, Martine Reid a rappelé l’ampleur de l’entreprise. Le projet, qu’elle avait déposé auprès de Gallimard en 2015, souhaite dépasser l’histoire littéraire lansonienne faite de genres et de grands courants et rejoindre les interrogations féministes et de genre (au sens de gender). Il y a donc l’enjeux et le souhait de produire une véritable histoire culturelle, invitant à un « radical changement d’optique » et à une « égalité de traitement véritable ». L’objectif n’est pas d’adosser une histoire littéraire des femmes à une histoire littéraire dominante et masculine, mais bel et bien de les faire se rejoindre pour créer un patrimoine/matrimoine commun. 

Dans cette optique, Michelle Perrot a souligné l’importance de ces deux ouvrages pour les historien·nes dont je fais partie. 

L’ historienne a commencé par considérer l’histoire des femmes jusqu’à aujourd’hui et remarquer que la création n’a que trop peu été traitée alors même qu’elle est un chemin d’accès des femmes à l’espace public (qui longtemps les a tenues à l’écart). L’ouvrage est donc pionnier (en littérature), qui pour la première fois traite le sujet dans sa dimension totale et l’inscrit dans le temps long : du Moyen-Âge jusqu’à nos jours. 

Michelle Perrot a ensuite souhaité proposer quelques apports de l’ouvrage à l’histoire. Je les liste brièvement ci-dessous :  

  • Il a d’abord la force de rendre visible. La lecture de Femmes et littérature permet de réaliser que les écrivaines sont bien plus nombreuses qu’on ne le croyait. Les tableaux nominatifs, les nombreux portraits, les récits de vies en plus de la liste des oeuvres permettent un effet d’accumulation tout à fait révélateur. 

  • Il produit une « histoire compréhensive » grâce à une double approche diachronique et synchronique. Pour le temps court, Michelle Perrot salue le travail de contextualisation. Rien n’est négligé : l’attention particulière portée à l’histoire de l’éducation, à celle de l’édition ou encore à l’histoire intellectuelle etc. permet de replonger chaque écrivaine, chaque oeuvre, dans son contexte. Pour le temps long, l’historienne souligne l’effort des contributrices de traiter autant des moment forts et de grande intensité que des moments plus silencieux. 

  • Il (re)donne toute sa place à la création littéraire des femmes. On trouve de nombreuses réponses aux questions que l’on peut se poser sur la façon dont écrivaient ces femmes, sur ce qu’elles écrivaient, sur la façon dont leurs oeuvres étaient reçues etc. Michelle Perrot met particulièrement l’accent sur la presse qui a pu, pendant un temps, représenter un moyen pour ces femmes de conquérir lentement mais surement leur accès à l’espace public. Elle souligne également la capacité d’invention des écrivaines qui, privées d’expression, ont toujours cherché à contourner les obstacles. 

  • En filigrane, l’ouvrage est aussi une contribution à l’histoire de la misogynie puisqu’on y lit la force des obstacles rencontrés par les femmes au fil des siècles. 

  • Enfin, il fait éclater l’idée d’une universalité et d’une neutralité du langage. 

En conclusion, Michelle Perrot promet que les historien·nes se sentiront très vite redevables d’un tel ouvrage de synthèse. Il reste un enjeu : celui de faire passer ses conclusions dans l’enseignement…

***

Pour citer cet article : Marine Rouch, « Ce que « Femmes et Littérature » peut faire à l’histoire selon Michelle Perrot », Chère Simone de Beauvoir,mars 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/2944 

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet

 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.