Le Deuxième Sexe soixante-dix ans plus tard: Lire Beauvoir dans le monde entier

Par Ursula Hurley and Szilvia Naray-Davey

Traduction par Marine Rouch

English version HERE.

L’automne dernier, des chercheur·ses internationaux·les se sont réuni·es pour célébrer et débattre de l’importance continue du Deuxième Sexe (1949) en tant que source fondamentale de la connaissance philosophique féministe. La conférence visait à explorer les intersections entre les études beauvoiriennes et les études de traduction afin de retracer de façon holistique la diffusion de la pensée beauvoirienne à l’échelle mondiale. Bien que la controverse entourant les deux traductions en anglais ait été bien documentée (Simons 1983 ; Moi 2010), les chercheur·ses présent·es ont cherché à dépasser les débats anglophones en considérant les trajectoires de traduction du texte dans d’autres langues et les synergies spécifiques entre les traductions qui n’avaient pas encore été cartographiées à l’échelle transnationale.

Le discours d’ouverture de la professeure Lynne Huffer a fait écho à ces préoccupations, décrivant la pratique de la traduction comme un travail de pointe ouvert, une activité expansive qui vit au-delà des frontières et à l’intérieur des lignes de faille. Notre conférencière invitée, la professeure Penelope Deutscher, a étendu ces concepts en attirant notre attention sur l’ambiguïté de l’expérience vécue, notant que la traduction nous renvoie à l’altérité et à la complexité des réseaux conceptuels, révélant Beauvoir comme à la fois fondamentale et rendue étrangère par les lectures défamiliarisées requises par la pratique de la traduction.

Ces allocutions ont été suivies de 13 présentations, sélectionnées dans le cadre d’un appel à communications ouvert et mettant en avant des conférencier·es qui ont étudié Le Deuxième Sexe en chinois, japonais, arabe, norvégien, polonais, serbe et hongrois. Ces interventions ont mis en évidence la complexité de la traduction de la philosophie, ainsi que les pressions politiques, sociales, éthiques et économiques inhérentes à l’acte de traduction. La diversité et la richesse de ces sources se sont unies autour de la nécessité d’une compréhension profonde du projet intellectuel de Beauvoir, de ses réseaux conceptuels et de ses héritages, afin de promouvoir efficacement sa pensée.

Une table ronde a suivi, au cours de laquelle les défis linguistiques et conceptuels de la traduction des principaux termes beauvoiriens « situation », « devenir », « femme » et « sexe » ont été examinés en détail en fonction de plusieurs langues cibles.

Notre conférence, organisée par Julia C. Bollock et Pauline Henry-Tierney, a été généreusement accueillie par l’Université d’Emory, dont le soutien a permis à une communauté diversifiée de chercheur·ses travaillant dans les domaines de la traduction, de la philosophie, de la littérature, de la linguistique, du théâtre et de la création littéraire de se réunir au cours de deux journées d’octobre, chaleureuses et fructueuses grâce aux échanges et aux conversations qui les ont animées. Un recueil des actes est maintenant en préparation.

Ursula (à gauche) and Szilvia (à droite), autrices de cet article. ©Ursula and Szilvia.

***

Les autrices :

Ursula Hurley et Szilvia Naray-Davey sont des chercheuses praticiennes qui travaillent sur la traduction à la School of Arts and Media de l’Université de Salford, au Royaume-Uni. Elles s’intéressent particulièrement à la littérature hongroise contemporaine produite par les femmes et à sa traduction en anglais. De cet intérêt naît une curiosité sur l’influence de Beauvoir sur l’écriture des femmes en Hongrie. Ursula est critique littéraire et écrivaine. Elle ne connaît que très peu le hongrois (mais elle en apprend chaque jour davantage !). Szilvi pratique et traduit le théâtre. Elle est trilingue. Ses compétences en hongrois, en français et en anglais la rendent extraordinairement bien placée pour comprendre la réception de Beauvoir en Hongrie. Ensemble, Ursula et Szilvi développent une collaboration à long terme dans laquelle elles cherchent à élaborer des stratégies de traduction efficaces, capables de faire connaître la littérature hongroise contemporaine des femmes à un lectorat anglophone.

Pour citer cet article : Ursula Hurley et Szilvia Naray-Davey, « Le Deuxième Sexe soixante-dix ans plus tard: Lire Beauvoir dans le monde entier », trad. Marine Rouch, Chère Simone de Beauvoir, janvier 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/2264

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3). CV ici : https://lirecrire.hypotheses.org/curriculum-vitae

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search