Réminiscences

Par Sylvie Chaperon

Le texte suivant est extrait de l’Habilitation à diriger des recherches (HDR) de l’autrice

***

Dans le « june paper » que demande l’Institut universitaire européen en fin de première année (sorte de bilan et de projet pour les deux années qui suivent), je commençai mon analyse du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir par une partie intitulée « Réminiscences » dans laquelle je faisais un peu « d’ego-histoire ». Michèle Perrot, soucieuse de ne pas contrarier les normes académiques de ce genre de travail, me conseilla de la supprimer, ce que je fis. Ce passage, que je reproduis en partie ici, explique le questionnement auquel j’ai soumis Le Deuxième Sexe par la suite. Il révèle aussi un usage plus autobiographique de la notion de génération : 

“Pour moi aussi, bien que j’appartienne à une génération postérieure à celles ici étudiées[1], la découverte du Deuxième Sexe a correspondu à la découverte du féminisme. J’étais alors une élève de seconde bien peu passionnée dans le lycée Janson de Sailly. C’était vers la fin des années soixante-dix quand les mouvements contestataires refluaient en catimini les uns après les autres, sans funérailles ni annonce de retour. La crise économique jouait déjà son rôle de fossoyeur. Le printemps de Mai avait jeté ses derniers feux, l’hiver s’installait pour longtemps. Il me reste de ses années-là le souvenir d’un profond et quotidien ennui. Ma génération (ou bien peut être n’était-ce que moi ?), était mal assise, à cheval entre les valeurs de la rébellion porté par la précédente et celles du sauve-qui-peut que commençait à imposer le diktat du chômage. Des soixante-huitards on portait encore les jeans rapiécés de fleurs, les blouses violettes, les inconfortables sabots et tous les colifichets;- même dans le seizième arrondissement il fallait une certaine dose de courage ou d’inconscience pour faire bourgeois. Il nous restait aussi quelques sentiments vagues et sourds de révolte contre tout en général et rien en particulier, mais plus personne ne croyait encore en la révolution.

Dans cette ambiance de naufrage au ralenti se débattait une jeune professeure de lettres. Elle était encore pleine de l’énergie de ses combats de naguère et elle observait avec incrédulité notre inertie morose. Je revois sa silhouette immanquablement assise sur un coin de bureau, ses mains qui volaient tout autour de ses paroles, ses yeux verts qui se plissaient quand son propos devenait complexe. Elle était la seule à capter durablement notre attention. Elle nous avait suggéré de faire un exposé sur le féminisme, nous avions accepté, une amie et moi. C’est ainsi que je découvris Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. De celle-ci, j’avais été dûment informée par ma mère : elle avait été très malheureuse de ne pas avoir eu d’enfant. Mais, bien sûr, il suffisait que ma mère dise quelque chose pour que je le mette en doute. 

“Simone De Beauvoir, painted portrait” Source : https://www.flickr.com

Cette lecture m’a initiée au radicalisme et m’a donné le goût de la polémique. Mais je me rappelle aussi l’amère impression suscitée par la lecture du premier chapitre sur la biologie. Il confortait le malaise ambiant, ce sentiment conjoint de dégoût et d’impuissance. L’injustice provenait de la nature elle-même, nous ne pouvions ni l’accepter, ni lutter contre[2].”

***

NOTES

[1] Dans ma thèse de doctorat. Sylvie Chaperon, Le creux de la vague, les mouvements féminins de 1945 à 1970, 1996, Institut Universitaire Européen.

[2] Extraits du June Paper de l’IUE, juin 1994, inédit. 

***

L’autrice : 

Sylvie Chaperon est professeure d’histoire contemporaine du genre à l’université Jean Jaurès (Toulouse), elle est spécialiste de l’histoire du féminisme et de Simone de Beauvoir ainsi que d’histoire de la sexualité. Elle a publié notamment : en collaboration avec Christine Bard (dir.), Dictionnaire des féministes, France xviiiexxie siècle (Paris, PUF, 2017) ; Les origines de la sexologie 1850-1900, Paris, Payot, 2012 ; La médecine du sexe et les femmes. Anthologie des perversions féminines au xixe siècle (Paris, La Musardine, 2008) ; Les années Beauvoir (Paris, Fayard, 2000).

***

Pour citer cet article : Sylvie Chaperon, “Réminiscences”, Chère Simone de Beauvoirfévrier 2020. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/2219 

Pour s’abonner au carnet / To receive the newsletter : https://lirecrire.hypotheses.org/a-propos/sabonner-au-carnet 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.