UKSS 2019 : les soixante-dix ans du Deuxième Sexe

Par Kate Kirkpatrick et Jonathan Webber
Traduction par Marine Rouch

English version HERE.

 

L’été dernier, la conférence annuelle de la UK Sartre Society a été consacrée au magnum opus de Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe dont on célèbre cette année les soixante-dix ans. La conférence s’est intéressée au texte lui-même, mais aussi à son rapport avec la vie de Simone de Beauvoir et d’autres œuvres, ainsi qu’à sa réception et à son influence sur les écrits littéraires, féministes et philosophiques qui ont suivi.

Pour notre conférencière invitée, Manon Garcia, l’amour apparaît chez Beauvoir comme le principal outil permettant à un individu de convertir son oppression en émancipation. S’inscrivant dans la lignée de Beauvoir pour qui la philosophie a le pouvoir d’éclairer les relations humaines les plus intimes, Manon Garcia a choisi de parler de l’érotisme féminin et du besoin qu’ont les femmes de trouver un amour qui leur permette de lier activité et passivité.

Sa conférence inaugurale était accompagnée de 15 autres présentations plus courtes et sélectionnées à partir d’un appel à communications ouvert à toustes. Les participant·es venaient du Canada, de France, d’Irlande, d’Italie, des Pays-Bas, de la Corée du Sud, de la Suède, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Les discussions ont permis d’analyser les utilisations d’esprit, d’ironie et d’humour de Beauvoir et la façon dont elles sont souvent mal comprises par les lecteurs et lectrices anglophones, les façons utilisées par l’écrivaine pour créer ses personnages féminins à partir de femmes réelles, sa conception du mythe et son profond intérêt pour la littérature et la philosophie grecques classiques. De nouvelles perspectives ont été proposées à partir des thèmes plus familiers des études beauvoiriennes tels que l’angoisse et la liberté, l’incarnation et la situation, l’oppression et la complicité ou encore les liens entre fiction et philosophie.

Grâce à ces dialogues, l’œuvre de Beauvoir a pu de façon fructueuse être mise en dialogue avec celles de nombreux autres penseurs et penseuses dont Anscombe, Arendt, Heidegger mais aussi Merleau-Ponty et Sartre.

Au milieu de ces échanges, une excellente représentation (abrégée) de l’unique pièce de Beauvoir, Les Bouches inutiles, a été proposée et dirigée par Antonia Mappin-Kasirer.

Cette année, et c’est le cas depuis plusieurs années, notre conférence a été aimablement accueillie par la Maison Française d’Oxford au cours de deux journées ensoleillées. L’intervention finale, en séance plénière, a pu prendre place dans leur magnifique jardin.

La conférence de l’été prochain (2020), sur le thème de l’imagination et de l’imaginaire, sera de nouveau hébergée par la Maison Française d’Oxford. L’appel à communications est disponible sur le site Web de la the UK Sartre Society. Nous encourageons des propositions autour des œuvres de Beauvoir, Fanon, Merleau-Ponty ou Sartre. Les propositions sont attendues d’ici le 1er décembre 2019.

 


Livres récents des auteur.trices :

Kate Kirkpatrick, Becoming Beauvoir, Oxford, Bloomsbury academics : London, Bloomsbury, 2019.

Jonathan Webber, Rethinking existentialism, OxfordOxford University Press, 2018.

 

Pour citer cet article : Kate Kirkpatrick et Jonathan Webber, “UKSS 2019 : les soixante-dix ans du Deuxième Sexe“, Chère Simone de Beauvoir, octobre 2019. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/1882

 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.