Retour sur L’Histoire à venir : Écrire en commun (XVIe-XXIe siècles)

Par Isabelle Lacoue-Labarthe, Sylvie Mouysset et Marine Rouch

 

Aujourd’hui, deux adjectifs ont singulièrement le vent en poupe : interactif et collaboratif. L’acte d’écrire n’échappe pas à cette injonction, et l’on a alors tendance à considérer le partage des savoirs comme une grande nouveauté, aussi bien technique que déontologique. Or l’écriture à plusieurs mains a une histoire longue. Du roman de Renart à l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, du livre de raison au blog de recherche, du cahier de doléances au journal à quatre mains, on n’a pas attendu de vivre à l’ère numérique pour la pratiquer.

Nous avons tenté, dans le cadre d’un laboratoire de l’Histoire à Venir (26 mai 2019 à Toulouse), de saisir quelques-unes des modalités de cette « écriture en commun », de comprendre les choix, les contraintes et les rapports de pouvoir qui la traversent.

Diversité des écritures en commun

La séance avait pour but de montrer la diversité des écritures en commun. Chacune de nous, à partir de sa spécialité et de ses goûts, a pu présenter différentes archives issues de l’écriture en commun.

Sylvie Mouysset a rappelé que la pratique est fortement ancrée dans le for privé. En témoignent les livres de raison, les journaux intimes ou encore les éphémérides. Les trois documents sont le fruit d’écritures ordinaires, lesquelles ne sont « ni professionnelles, ni littéraires, ni scolaires » et ont en commun « d’introduire l’ordre de l’écrit dans le quotidien des existences ». (Chartier, 1991 : 453).

Les livres de raison portent en eux la mémoire de la famille. Registre de comptes, événements familiaux, chronique locale… rien du quotidien de la famille n’est laissé au hasard. Transmis de génération en génération, de père en fils, autrement dit de chef de famille en chef de famille, les livres de raison sont le fruit de plusieurs plumes. Notons cependant que cette « écriture en commun » est successive et non simultanée ; même s’ils ne vivent pas à la même période, les scripteurs tissent pourtant la même histoire, celle de leur famille, selon un mode quasi immuable au fil des siècles.

C’est aussi le cas des éphémérides tenus par certaines familles du XVIe au XXe siècle. Contrairement aux livres de raison qui proposent une appréhension linéaire du temps, les éphémérides ont une structure particulière qui organise les événements au fil des jours et non des années. Ils offrent ainsi une histoire circulaire de la famille, qui fait coexister les siècles dans une même journée.

Quant au journal intime, il peut s’écrire à quatre mains. Sylvie Mouysset prend l’exemple de Robert et Clara Schumann qui ont tenu un journal conjugal à tour de rôle, changeant de plume une fois par semaine, selon une règle immuable décidée par Robert et acceptée par Clara.

Robert et Clara Schumann en 1847 par Eduard Kaiser.

 

En un mot, [ce cahier] sera un bon, véritable ami, à qui nous dirons tout, à qui nous ouvrirons nos cœurs.

[…]

Tous les dimanches, de bonne heure (pour le café si possible), se fera la transmission du journal à laquelle il ne sera nullement défendu de joindre un baiser.

[…]

Nous pèserons avec soin les événements de la semaine ; nous serons ainsi à même de juger si elle a été vécue dans la dignité et l’action.

[…]

Si tu acceptes ces suggestions, ma bien aimée, appose ici ton nom au-dessous du mien, et, comme talisman, prononçons trois mots qui contiennent tout le bonheur de cette vie : Travail, Economie, Fidélité.

 

L’histoire aussi s’écrit parfois en commun. Isabelle Lacoue-Labarthe s’est attachée à sortir de l’ombre ce travail de collaboration au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Jules Michelet reconnaît ainsi dans son testament l’aide importante qu’il a reçue de la part de sa femme, Athénaïs, pour mener à bien ses travaux, alors même que le nom de son épouse ne figure sur aucun des ouvrages de l’historien  :

Pendant seize années, ma femme m’a aidé efficacement de trois manières :

En revoyant mes épreuves, et me tenant lieu de secrétaire que j’aurais payé ;

En préparant les livres d’histoire naturelle, en faisant les lectures, extraits, etc., et même en écrivant beaucoup de choses qui y restent textuellement ; – sans elle, je ne les aurais pas faits certainement…

S’il n’y a pas eu communauté par notre contrat de mariage, il y a eu collaboration telle que j’aurais pu l’avoir avec un associé qui eût été pour moitié dans le travail et le profit.

Extrait du testament de Jules Michelet (1865), cité par Athénaïs Michelet, Ma collaboration à L’oiseau, L’insecte, La mer, La montagne, Paris, Georges Chamerot Typographe, 1876, p. 3.

Source : Gallica

Il est vrai que Madame Michelet ne ménage pas ses efforts et se montre généreuse de son temps : pour les ouvrages sur l’histoire naturelle, par exemple, elle travaille en bibliothèque, fait des recherches, rédige des ébauches et écrit même des passages entiers. Cette charge s’ajoute bien sûr à celle qu’elle remplit à la maison, lieu où s’écrit l’histoire et où se fait, au XIXe siècle, le travail intellectuel. Après la mort de son mari, elle entreprend de valoriser son œuvre et de publier ou republier ce qui peut l’être. Ainsi, à la fin des années 1880, une nouvelle édition populaire de textes de Michelet est publiée en livraisons hebdomadaires. Athénaïs Michelet puise dans les travaux préparatoires de livres que Jules n’avait pas rédigés, termine ce qui ne l’a pas été par son mari, préface, abrège, édite, diffuse avec une constante énergie. Si cette écriture commune se fait parfois, en quelque sorte, « post mortem », elle fait de Madame Michelet bien plus qu’une muse, une véritable autrice.

Ces cas d’écriture en commun de l’histoire, particulièrement au sein d’un couple, ne sont pas rares.

Alors qu’il perd progressivement la vue, Augustin Thierry bénéficie de l’aide de son épouse, Julie de Quérangal, autrice de romans historiques dans La Revue des deux mondes ; François Guizot, de son côté, peut compter sur la collaboration de sa première épouse Pauline, écrivaine, puis de sa fille Henriette, historienne avertie, dont le père relit néanmoins les ouvrages. Quelques décennies plus tard, Lucien Febvre prolonge ce modèle du génie historien, qui bénéficie dans ses travaux de l’aide de femmes, au moins deux en l’occurrence : son épouse, agrégée d’histoire et géographie, normalienne, et sa maîtresse, l’historienne juive réfugiée en France, Lucie Varga (Peter Schöttler, 1991). Marc Bloch confie de son côté son secrétariat à Madame Simonne Bloch-Vidal, son épouse. Paule Braudel joue, à son tour, un rôle de premier plan dans les travaux de l’historien de la Méditerranée puis se charge de tout le travail d’édition et de publication de l’œuvre posthume. L’écriture de l’histoire se pratique ainsi souvent dans un commun conjugal ou du moins familial. Cette collaboration se retrouve dans d’autres disciplines des sciences humaines et sociales. Ainsi, du côté de la philosophie, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir ont développé une collaboration aujourd’hui difficile à dévoiler puisqu’ils n’ont jamais accolé leurs signatures ailleurs que dans des tribunes politiques.

Mais d’autres configurations sont possibles. Le cas de Gilles Deleuze et de Félix Guattari qui ont, entre autres, cosigné L’Anti-Œdipe, est à ce sujet édifiant car il donne lieu à une vraie réflexion sur cette écriture en commun :

La condition pour pouvoir effectivement travailler à deux, c’est l’existence d’un fonds commun implicite, inexplicable, qui nous fait rire des mêmes choses, ou nous soucier des mêmes choses, être écœuré ou enthousiasmé par des choses analogues.

Entretien accordé par Félix Guattari à Libération en 1991.

Gilles Deleuze et Félix Guattari en 1972, lors de la publication de L’Anti-Œdipe.

 

Les notes, réflexions, brouillons, etc. de Guattari, publiés en 2004 par Stéphane Nadaud sous le titre Écrits pour l’Anti-Œdipe apportent également une lumière bienvenue sur les ressorts d’une telle pratique.

Les papiers personnels peuvent ainsi devenir des sources centrales pour l’historien·ne désireux·se de partir sur les traces de l’écriture en commun. L’on sait par exemple, grâce à leur correspondance – mais aussi aux Mémoires de Beauvoir –, que Sartre et Beauvoir relisaient et corrigeaient chacun les écrits de l’autre. Isabelle Lacoue-Labarthe a par ailleurs présenté des notes prises en 1937 par Lucien Febvre sur un projet d’article sur Jacques Lacan pour L’Encyclopédie française. L’historien y mentionne le « travail admirable » de Rose Celli dans l’analyse d’un écrit de Lacan et la relecture précieuse de l’article final par celle-ci.

Le mentorat littéraire est une autre forme d’écriture en commun. Cette collaboration peut, elle aussi, être dévoilée par les archives dites de l’intime (correspondances, journaux intimes par exemple) mais également par les manuscrits littéraires. C’est ce que Marine Rouch a souhaité montrer à partir du cas de Simone de Beauvoir et des aspirantes écrivaines qui ont été nombreuses à confier leurs manuscrits à l’écrivaine.

Je vous envoie ce petit texte que j’ai écrit la semaine dernière et qui est la 1e chose que j’écris depuis plus d’un an (à part le journal). Vous m’avez dit un jour, comme j’avais des scrupules à parler du sexe, que je devais rougir de moi-même en écrivant.

(5 mars 1986, BnF)

écrit l’une d’elle, dévoilant en même temps un conseil donné par l’écrivaine.

Une correspondante à Simone de Beauvoir, 5 mars 1986. BnF.

De son côté, Beauvoir dispense ses conseils. À une autre correspondante, elle écrit par exemple :

J’ai attendu pour vous écrire d’avoir lu votre roman, de l’avoir un peu fait lire autour de moi. Je l’aime vraiment. Vous avez un talent rare, exceptionnel. » […] « Ceci dit, il y a tout de même un peu de fatras : des longueurs, des gaucheries de style et de dialogue. Un éditeur vous demandera peut-être quelques coupures et corrections qui seraient utiles. Je vais porter votre manuscrit à Gallimard en lui disant tout le bien que j’en pense.

Simone de Beauvoir et les aspirantes écrivaines sont liées par le travail littéraire. Sur les manuscrits, leurs écritures s’entrelacent.

Page d’un manuscrit (La Bâtarde) de Violette Leduc annoté par Simone de Beauvoir. © Alexandre Antolin.

Rapports de pouvoir

Avant le XIXe siècle, les livres de raison et les éphémérides présentés par Sylvie Mouysset semblent être une affaire d’hommes. Les femmes n’ont pas voix au chapitre. Peu d’entre elles savent lire et écrire à l’époque moderne, c’est un fait. Mais la raison essentielle est ailleurs : la charge de scribe de la famille étant dévolue à son chef, elles sont tout simplement interdites d’écriture, même lorsqu’elles en ont les capacités. Sauf exception – quand elles gardent seules le foyer en l’absence de leur époux, ou en cas de veuvage  –, ce sont des voix masculines qui s’expriment, garantes de la mémoire familiale. Il faut attendre le XIXe siècle pour que les femmes remplissent une tâche délaissée par les hommes et s’illustrent comme « machines à écrire de la famille » (Lahire, 1993 : 153).

Si la polyphonie des documents présentés par Sylvie Mouysset est matériellement visible grâce aux signatures, il faut la dévoiler dans d’autres cas. C’est ce qu’a fait Isabelle Lacoue-Labarthe pour Lucien Febvre et Rose Celli, mais aussi pour Pierre et Huguette Chaunu. L’historienne remarque en effet que ces derniers ont cosigné des œuvres entre 1955 et 1959, puis aucune jusqu’en 2003, Pierre Chaunu ayant signé seul ses ouvrages entre temps.

Est-ce à dire que la collaboration au sein du couple a brutalement cessé pendant 40 ans ? Isabelle Lacoue-Labarthe met plutôt en avant la partition genrée de la collaboration qui implique l’invisibilisation des femmes. Sylvie Chaperon l’écrit :

Lucien Febvre, Marc Bloch pouvaient compter sur le travail discret et efficace de Suzanne Dognon Febvre, sévrienne et agrégée, ou de Simone Vidal Bloch. […] là comme ailleurs, les femmes rédigent fiches de lecture et notes de synthèse, réunissent la documentation, éloignent les importuns, prennent sur elles les tâches ingrates, tapent à la machine, relisent, corrigent les œuvres de leurs comparse, l’inverse est rarement vrai. (Chaperon, 2004.).

De fait, ce n’est que dans son testament que Michelet reconnaît le rôle actif de sa femme, ce qui par la suite encouragera celle-ci à revendiquer ses droits en 1876 pour les ouvrages L’Oiseau, L’Insecte, La Montage et La Mer.

Le mentorat littéraire permet aussi de mettre en évidence le rapport de pouvoir qui s’installe entre les deux parties. L’analyse de la relation qui unit Simone de Beauvoir et Violette Leduc permet de mettre en évidence une asymétrie. Celle-ci tient du statut des deux personnes unies par le mentorat puisqu’un·e écrivain·e, intégré·e dans le champ littéraire et qui fait figure d’autorité, conseille un·e aspirant·e écrivain·e encore à la marge de l’institution. Chez Beauvoir, cette asymétrie semble nécessaire. L’écrivaine a en effet l’habitude de mettre en place un pacte fondé sur le travail littéraire comme justification de la relation. L’écriture épistolaire/littéraire est ce qui maintient la force du lien entre les deux écrivaines. Elle est aussi ce qui permet à l’œuvre de l’aspirante écrivaine d’advenir.

Mise en commun

Il ressort des échanges avec le public que l’écriture en commun pose la question des auteur/trices et de leur statut. On l’a vu, la pratique implique souvent une invisibilisation d’un ou plusieurs scripteur/trices et cet effacement se fait selon des rapports de pouvoir que l’historien·ne doit révéler.

Ces mêmes tensions traversent le métier d’historien·ne – et plus largement le champ académique. Que penser des articles – produits le plus souvent par les sciences exactes – comportant des signatures de chercheur·es qui n’ont souvent fait que graviter de loin autour de la recherche dont les résultats sont publiés ? Comment valoriser le travail d’un·e reviewer dans le processus de publication d’un article ou d’un ouvrage scientifique, se demandent Sylvie Mouysset et Sébastien Poublanc ? Une autre remarque encore a été faite par Sophie Dulucq lors des échanges de fin de session : que faire, par exemple, de la légende souterraine selon laquelle un·e directeur/trice de thèse serait le·a co-auteur/trice de la thèse ? Pour Sylvie Chaperon, la relation est plutôt proche de celle du mentorat, lequel n’est plus littéraire mais « académique ».

La question se pose aussi au regard de nos pratiques numériques. Il est intéressant de se demander de quelles nouvelles façons l’omniprésence des humanités numériques encourage la collaboration et permet de tendre vers une écriture commune de l’histoire. Les nouveaux espaces de diffusions tels les carnets de recherche, les chaînes Youtube ou les réseaux sociaux, permettent à la fois une réflexivité de la recherche (objets, méthodes etc.) et une dynamique de co-construction des savoirs.

Autant de questionnements et de réflexions que nous espérons prolonger. A suivre !

Références citées

Sylvie Chaperon, “Beauvoir à la croisée de l’histoire des femmes et des intellectuels” dans Nicole Racine, Michel Trebitsch, Françoise Blum (dira.), Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels, Bruxelles, Editions Complexes, 2004, p. 115-133.

Roger Chartier (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991.

Bernard Lahire, La raison des plus faibles. Rapport au travail, écritures domestiques et lectures en milieux populaires, Lille, Presses universitaires de Lille, 1993.

Peter Schöttler, Lucie Varga: les autorités invisibles. Une historienne autrichienne aux Annales dans les années trente, Paris, Le Cerf, 1991

 

Pour citer cet article : Isabelle Lacoue-Labarthe, Sylvie Mouysset, Marine Rouch, “Retour sur L’Histoire à venir : Écrire en commun (XVIe-XXIe siècles)”, Chère Simone de Beauvoir, septembre 2019. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/1814 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.