Trois voyages en Allemagne

Par Colette Avrane

Introduction par Tiphaine Martin

Colette Avrane a entretenu une longue correspondance avec Simone de Beauvoir. Son lien avec la grande féministe est fort, au-delà de la simple concordance intellectuelle. Il passe par le voyage – évidemment. Colette a posé ses pas dans ceux de Beauvoir, mais elle a approfondi les espaces marqués par l’autrice de manière très personnelle. Écoutons Colette…

***

Il y a quelques semaines, je suis allée passer quelques jours à Berlin. Un séjour en Allemagne a toujours été un problème pour moi. Allemagne = nazis. Schématiquement. Bien sûr, il n’en est rien ! mais je n’aime pas aller dans ce pays qui évoque trop la dernière guerre.

Je ne voulais pas faire de l’allemand mais ma mère avait appris cette langue en Autriche et je n’ai pas pu y échapper.

Mes parents ont décidé d’aller à Berlin en 1961. Mon frère y faisait son service militaire et à cette époque-là, c’était la guerre d’Algérie. Par une grande chance, il est resté 2 ans ½ à Berlin et n’est pas allé en Algérie. Mais la guerre a failli couper le monde en deux en coupant la ville de Berlin entre Ouest et Est ! Je lisais beaucoup de journaux et j’étais inquiète de la situation. Mon journal en faisait mention. Le voyage familial était dans la 404 (ou ID ?) avec les parents et ma tante. Ambiance glaciale par rapport aux Allemands. La guerre n’avait que 15 ans. Nous sommes passés à Liège puis Cologne dont la Cathédrale était en ruines. J’ai le souvenir d’une énorme taverne avec choucroute et bière. Nous sommes restés 2/3 jours à Berlin.

Quelques images : Charlie Point et ses 3 heures de queue pour aller à Berlin Est, seul point de séparation entre l’Est et l’Ouest. Des avenues immenses et désertes. Le musée de Sans Souci et celui de Dalem. J’avais 14 ans et férue de musées. Une partie des musées de la ville était regroupée après les destructions de la ville. Une salle entière de Brueghel et surtout, Nefertiti dans un endroit qui me semblait immense, plein de vestiges égyptiens. Au retour, une petite croisière sur le Rhin de Coblence à Mayence. Le bateau a contourné le rocher de la Lorelei et nous avons entendu le Lied de Schubert. Ma mère voulait absolument acheter des ciseaux de bonne qualité, qualité allemande, évidemment. Mais elle essayait toujours de ne pas acheter « boche ». Au retour de ce petit voyage, j’ai donné à lire mon journal à mon frère qui était mon modèle pour tout. Il m’a répondu en me conseillant de lire Simone de Beauvoir. C’est pourquoi malgré la difficulté de lire l’allemand à cause des nazis dont je connaissais l’histoire, Berlin est devenu un jalon de ma vie.

Fin 1963, notre professeur d’allemand qui était communiste, nous a inscrites à un séjour linguistique à Weimar, côté RDA. J’ai été emballée par la beauté de la ville et son histoire. Malgré une visite glaçante à la police je croyais dur au socialisme au point de masquer mon malaise lors de la visite à la mairie. J’ai écrit un petit texte dithyrambique sur le livre d’or alors que j’avais compris que le régime était dictatorial. A l’occasion de ce voyage, j’ai visité le camp de Buchenwald à 8 km de la ville. A cette époque, on ne parlait guère des camps de concentration mais les Allemands de l’Est plus que ceux de l’Ouest. Souvenir du couloir où l’on fusillait les déportés d’une balle dans la tête. Il n’y avait pas de mort groupée dans ce camp destiné dès 1933 aux opposants politiques et où est mort Ernst Thälmann. Au retour de la visite, j’ai erré dans les allées d’un grand magasin de musique pour acheter des partitions de piano.La veille, j’avais réussi à jouer sur le piano de Liszt, fière et heureuse, et le lendemain, c’était l’horreur.

Le voyage s’est déroulé pendant des heures. C ‘était le soir du réveillon et je ne voulais pas me coucher. J’ai lu Le Château de Kafka pendant toute la nuit. C’était un des livres que j’avais demandés pour Noël. J’avais vu que Simone de Beauvoir aimait cet auteur et je calquais mes lectures sur les siennes.

Colette a envoyé une lettre à Simone de Beauvoir pendant ce voyage. Introuvable aujourd’hui. Dans une lettre à son retour elle écrit : « Je ne sais pas si vous avez reçu la lettre que je vous avais envoyée de Weimar. Il parait qu’il y a une sélection sévère du courrier. J’étais allée en DDR pour voir l’établissement du socialisme et chercher la liberté. Je ne l’ai pas plus trouvée qu’en France. Je me demande vraiment où elle réside ! » (13 janvier 1964).  Colette a conservé la réponse de l’écrivaine : « Ce que vous dites sur la RDA et le socialisme m’a beaucoup intéressée et je crois que votre jugement est tout à fait pertinent. » (21/01/1964)

Une bonne trentaine d’années après ces voyages, je suis retournée le long du Rhin à la recherche de Hildegarde de Bingen. Simone de Beauvoir était décédée. Le rocher de la Lorelei a été dynamité pour permettre le passage des grandes barges. A l’endroit où les hommes se noyaient pour les beaux yeux de la belle, et où on entend toujours le Lied de Schubert. Cinquante ans après le premier voyage à Berlin, j’ai accepté de retourner dans la ville. Rien que des souvenirs. Il ne reste quasiment plus rien du Mur qui coupait la ville en deux. Des photos du No man’s land rappelaient le drame qui se déroulait sur les terrains détruits pour empêcher les gens de fuir. Je savais que check point Charlie était devenu un endroit vide de sens où les touristes se photographient. La porte de Brandebourg n’avait plus de sens non plus malgré les défilés nazis des années 30. Les musées sont regroupés dans une île. Je n’ai pas retrouvé les Brueghel de mon souvenir qui étaient si nombreux. Où sont-ils ? Quant à Nefertiti, le clou de la partie égyptienne, elle trône maintenant sans une salle à part. J’ai envoyé une carte postale à ma tante qui avait gagné un concours de beauté à la télé, il y avait si longtemps. Les téléspectateurs devaient voter pour elle par téléphone. Elle était la plus belle et elle a gagné.

A part la ville, pas de séquelle de la guerre sauf l’Église du Souvenir, conservée exprès. Le musée de la RDA fait le plein de visiteurs et raconte une époque révolue avec ses photos d’enfants, de cellules, de prisonniers de la Stasi, et son décor kitsch des années 50. Les Allemands ont fait un effort méritoire pour des musées émouvants sur la vie juive d’avant la guerre et sur la guerre. Au détour des rues, on voit des plaques de bronze avec des milliers de noms de juifs déportés comme s’ils habitaient encore là.

Simone de Beauvoir parlait du séjour de Sartre pendant les années 1930. Elle était très engagée dans le souvenir de la Shoah et m’en parlait tout le temps quand Lanzmann faisait son film. Quelques années après le séjour à Weimar, j’ai fait un petit texte sur le livre de Steiner, Treblinka(Simone de Beauvoir avait fait la préface), qui avait beaucoup fait parler en 1966. Il disait que les juifs étaient partis comme des moutons à l’abattoir. J’ai participé au concours de la Déportation avec un texte sur ce sujet. J’ai été primée.

Toute une vie à se souvenir qu’on est juive.

Pour citer cet article : Colette Avrane, “Trois voyages en Allemagne”, Chère Simone de Beauvoir, août 2019. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/1729

Les autrices : 

Colette Avrane est docteure en histoire contemporaine. Sa thèse portait sur les ouvrières à domicile. Elle a été publiée en 2013 sous le titre Ouvrières à domicile. Le combat pour un salaire minimum sous la Troisième République (PUR). Elle a également publié une biographie, Berthe Fouchère. La rebelle, préfacée par Michelle Perrot (L’Harmattan, 2014). Colette a entretenu une correspondance avec Simone de Beauvoir entre 1963 et 1986, année de la mort de l’écrivaine. Celle-ci a beaucoup compté dans la trajectoire personnelle et intellectuelle de Colette. 

Tiphaine Martin est chercheuse au laboratoire Babel (Université de Toulon), membre du comité éditorial du journal Simone de Beauvoir Studies et autrice d’une thèse sur les voyages de Simone de Beauvoir. C’est elle qui a eu l’idée de cette rubrique “Carnets de voyages”, qu’elle dirige et qui a pour objectif de publier des récits qui croisent deux passions : celle pour les voyages et celle pour Simone de Beauvoir. Pour contribuer, c’est par ICI.


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.