Simone de Beauvoir voyageuse ?

Par Tiphaine Martin, chercheuse au laboratoire Babel, Université de Toulon, membre du comité éditorial du journal Simone de Beauvoir Studies et autrice d’une thèse sur les voyages de Simone de Beauvoir.

***

Présentation de mes recherches sur Simone de Beauvoir et le récit de voyage, depuis mon Master 2 jusqu’à aujourd’hui. Et je n’ai pas fini…

En relisant l’ensemble des mémoires beauvoiriennes pour ma Maîtrise, consacrée aux rapports entre La Femme rompue et Le Deuxième Sexe, j’avais remarqué la place prépondérante des récits de voyage dans ses mémoires. J’ai alors pensé à croiser les mémoires et les voyages en Master 2, en me demandant si Simone de Beauvoir pouvait être considérée comme une écrivaine voyageuse, ce qui est le cas. J’ai également tracé un portrait de Beauvoir en voyageuse, pointant toutes les occurrences du voyage dans les quatre volumes autobiographiques, mais sans discuter les raisons qui ont poussé l’écrivaine à insérer un si grand nombre de références et de narrations viatiques dans le cadre autobiographique.

Je me suis donc trouvée portée vers mon sujet de thèse, « Les récits de voyages dans l’œuvre autobiographique de Simone de Beauvoir ». Ce qui m’a intéressée est de voir comment et pourquoi les récits de voyages sont insérés dans les mémoires. Ce questionnement m’a conduite à me demander si le voyage ne pouvait pas être le fil narratif et directeur de l’autobiographie, et s’il n’était pas, structurellement, le socle de la construction autobiographique. J’ai également désiré montrer plus en profondeur la manière dont Simone de Beauvoir se met en scène dans ses mémoires, afin de combattre les clichés véhiculés par certains critiques d’une Beauvoir rigide et aimant peu la vie, voire par certaines remarques que j’ai entendues lors des colloques auxquels j’ai participé.

En ce qui concerne la définition de mon corpus, j’ai réfléchi à l’insertion de L’Amérique au jour le jour et de La Longue Marche. J’ai rapidement écarté La Longue Marche, car son sous- titre est « Essai sur la Chine » et le tout ne forme pas un récit de voyage personnel. J’ai également écarté L’Amérique au jour le jour, car sa longueur aurait provoqué un déséquilibre par rapport aux récits de voyage insérés dans l’autobiographie. L’écrivaine le réclame comme faisant partie de son entreprise autobiographique, mais elle y masque l’aspect amoureux de sa relation avec Algren et la chronologie est brouillée, puisqu’elle avoue dans une note de La Force des choses qu’elle y a mélangé ses séjours de janvier à mai 1947 et de septembre de la même année.

J’ai donc resserré mon corpus sur les seuls quatre volumes mémoriels qui ont pour fonction explicite de construire une image de Beauvoir, image que je me suis intéressée à décrypter en profondeur. J’ai néanmoins gardé en mémoire La Longue Marche et L’Amérique au jour le jour, au même titre que les éclats autobiographiques qui sont disséminés dans l’ensemble de l’œuvre beauvoirienne. Puis, j’ai effectué des lectures complémentaires, sur Beauvoir et son œuvre, mais également sur son époque, sur les sujets que j’aborde au fil de ma thèse, afin de conceptualiser les expériences beauvoiriennes racontées au fil de ses mémoires, et de montrer la place importante de l’histoire collective dans l’existence singulière de Beauvoir.

Mes séjours de recherches en Afrique du Sud et en Italie, ainsi que les colloques auxquels j’ai participé, à Paris, Lisbonne, Cagliari, Galati, Turin, Londres, Malte, Jerez, Rome, sur le féminisme, sur Simone de Beauvoir et sur le voyage, ont été l’occasion de réfléchir à mon sujet. Ils m’ont aussi permis d’apprécier ce qu’elle disait de ces endroits – à l’exception de la Roumanie et de l’Afrique du Sud, où elle ne s’est jamais rendue. Le monde d’aujourd’hui n’est plus celui de Simone de Beauvoir ; il est cependant possible de retrouver les lieux dont elle parle et de se projeter un peu dans les sensations qu’elle déclare éprouver.

Beauvoir et Sartre dans le désert de Nida (Lituanie) en 1965. Photo : Antanas Sutkis.

J’ai également lu et vu les livres et les films évoqués par Beauvoir. Je me suis rapidement rendue compte que mon travail de recherche serait grandement facilité si je relevais chaque nom, qu’il s’agisse de personnes ou de personnages, de chansons, de films, de livres, ou de tableaux. Au départ, je désirais simplement voir si les œuvres avec titre mentionnées par l’autobiographe avaient un rapport avec le voyage, afin de prouver que Beauvoir ne parle que de voyage dans son autobiographie. Effectivement, il s’est rapidement avéré que toute œuvre quelle qu’elle soit entretient un rapport plus ou moins lointain avec l’Ailleurs, que le voyage soit effectué, empêché, ou souhaité. Je me suis donc concentrée sur le lien entre les personnages et le voyage, en relation avec ce que l’auteure nous dit d’elle-même, et ce qu’elle dit de l’œuvre, sur les échos entre les œuvres non beauvoiriennes mais citées par Beauvoir et ses propos. J’ai pu ainsi montrer que les parcelles viatiques étaient multiples dans ses mémoires, et que Beauvoir se raconte essentiellement par le voyage, que celui-ci n’était pas anecdotique dans son parcours existentiel. Il envahit jusqu’à ses rêves, une autre de mes découvertes de Master 2.

La confection des cartes a obéi à un but identique : montrer l’importance des déplacements chez Beauvoir, même dans des périodes difficiles comme l’Occupation. Les cartes montrent de façon plus nette que les simples listes de noms, l’immense voyageuse qu’a été Beauvoir. Les articles de L’Yonne républicaine que je suis allée chercher aux archives départementales de l’Yonne, qui relatent l’accident de voiture dont Beauvoir a été victime en octobre 1965, m’ont été utiles. J’ai pu montrer le lien entre existence et voyage, entre Paris et province, et illustrer un point de ma thèse qui concerne le rapport entre le corps actif ou passif, et le voyage.

Ma problématique de départ s’est trouvée infléchie par l’inscription du corps dans le texte mémoriel. La présence du corps m’a permis de relier fortement le voyage et la mise en scène de soi, puisque c’est le corps qui se déplace en tous lieux, et pas seulement l’esprit. En outre, j’ai aussi pu réfléchir à la place du corps dans l’écriture viatique : pourquoi l’écrivaine a-t-elle fait ce choix narratif ?

Le bonheur échappe à l’écriture, les lieux aussi, mais le choix du corps comme lien entre le monde et l’écrit permet de fixer le tout pour toujours, et de réunir par un seul moyen tout ce qui fait la saveur de l’existence : les voyages (les villes, la nature, les compagnons, les amis, tous les autres), l’écriture, soi. Simone de Beauvoir habite l’écriture et le monde, grâce au voyage du corps. Elle se rassemble dans le lieu de l’écriture, tout en évoquant l’ailleurs, manière de contrer le temps qui passe, et de vivre.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, “Simone de Beauvoir voyageuse ?”, Chère Simone de Beauvoir, juillet 2019. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/1652

Lire : Tiphaine Martin, “Simone de Beauvoir, amours et voyages”, Chère Simone de Beauvoir, juillet 2019.

VoirLa philosophie marseillaise de Simone de Beauvoir, Invitation au voyage, Arte, 2018. Avec la participation de Tiphaine Martin.

 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/07/2019

    […] Lire : Tiphaine Martin, “Simone de Beauvoir voyageuse?”, Chère Simone de Beauvoir, juillet 2019. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.