Simone de Beauvoir, amours et voyages

Par Tiphaine Martin, chercheuse au laboratoire Babel, Université de Toulon, membre du comité éditorial du journal Simone de Beauvoir Studies et autrice d’une thèse sur les voyages de Simone de Beauvoir.

***

Le texte suivant est l’adaptation française d’un travail pour un cours d’anglais effectué pendant mon Master 2 (2008-2009). Il s’agissait de présenter n’importe quel sujet en cinq minutes et en anglais. Comme nous avions précédemment évoqué la série Desperate Housewives, l’angle d’attaque de ma présentation m’est naturellement venu, avec – je l’espère – le dynamisme des femmes de Wisteria Lane.

***

Simone de Beauvoir est née le 9 janvier 1908 à Paris. Sa mère, comme beaucoup de femmes de l’époque, ne travaillait pas. Les parents de Simone l’adoraient, car elle était la première fille, mais quand elle a atteint l’âge de deux ans, elle a eu une grande surprise. Un matin, elle a trouvé, non pas sous le sapin, mais dans un berceau, un bébé ! Sa sœur Henriette est née. D’après son aînée, les deux fillettes sont immédiatement tombées sous le charme l’une de l’autre. C’est pourquoi la sœur aînée a appris à la plus jeune à lire et à écrire et, après avoir enseigné, elles ont joué ensemble. Pendant les vacances d’été, elles ont continué à jouer à La Grillère, la grande propriété de leur oncle, située dans le sud-ouest. Là-bas, elles ne jouaient pas qu’à la poupée, mais aussi au croquet : Simone adorait tellement le croquet qu’elle ennuyait tou*tes les ami*es de son cousin qui passaient quotidiennement Mais un jour, elles et ils ne sont jamais revenus parce que la Première Guerre mondiale avait éclaté. Conséquence, plus de croquet pour Simone !

Monsieur de Beauvoir était soldat. Heureusement, il n’a pas fait beaucoup la guerre, car il a été réformé. Cependant, la fin de la guerre a laissé la famille de Beauvoir pauvre en raison de l’inflation. C’est une des raisons pour laquelle Simone de Beauvoir n’a pas voyagé avant ses dix-sept ans. Elle a fait le voyage de Paris à Bordeaux en train, seule, pour aller voir sa meilleure amie, Elisabeth. Cette visite à Elisabeth a été l’occasion pour Simone d’observer l’hypocrisie de la société bourgeoise lors de réceptions, des thés, de parties de tennis et de pique-niques. Tout le monde a flirté sauf elle, car les jeunes hommes savaient qu’elle ne faisait pas partie de la bonne société, puisque sans dot. Ses observations lui ont servi pour ses futurs livres.

Mais Simone n’est pas restée seule longtemps, car elle a rencontré son prince charmant à la Sorbonne à l’âge de vingt et un ans. Il s’appelait Jean-Paul Sartre et elle ne lui faisait pas confiance, car il avait une très mauvaise réputation. Finalement, elle a accepté d’aller au cinéma avec lui, mais elle a envoyé sa sœur à sa place. Quand la cadette est rentrée à la maison, Simone lui a demandé comment était Jean -Paul : « très poli », a déclaré Henriette. En conséquence, Simone a accepté un rendez-vous avec Sartre et ce fut le début d’une relation de cinquante ans.

Sartre et Beauvoir en 1929, année de leur rencontre.

Mais, à peu près au même moment, sa meilleure amie Elisabeth décède. La cause officielle du décès était une tumeur. En fait, elle mourut d’un amour brisé, étouffé par les conventions bourgeoises. Elle avait pourtant essayé de s’en dégager pendant un séjour dans une pension berlinoise.

Jean-Paul a emmené Simone dans les montagnes françaises, même s’il détestait la nature et préférait les villes. Ils ont également visité d’autres pays tels que l’Espagne et l’Angleterre, mais la Seconde Guerre mondiale les a arrêtés. Quand Beauvoir a finalement pu voyager, sa première destination était les États-Unis, car ce pays représentait la liberté et la richesse. Elle s’est notamment rendue à Chicago, où elle a rencontré un écrivain célèbre, Nelson Algren. Ils ont eu le coup de foudre et, avant de partir, il lui a demandé de l’épouser. Malheureusement, sa vie et son travail étaient en France. Elle a donc quitté Nelson, le cœur brisé. Néanmoins, elle est retournée aux États-Unis à plusieurs reprises, avant sa mort en 1986. Elle a visité de nombreux pays au cours de sa vie, notamment la Chine, la Russie, Cuba, la Tunisie et le Brésil.

Nelson Algren et Simone de Beauvoir. Collage France Culture.

Pendant toute la vie de Beauvoir, ses amours et ses voyages ont été étroitement liés. Grâce à ses voyages, elle a eu l’occasion de découvrir d’autres coutumes. Être amoureuse d’Algren était le meilleur moyen de découvrir les États-Unis, car il était un très bon guide dans les bas-quartiers de Chicago, qu’il décrit dans L’Homme au bras d’or. Le voyage de Simone en Amérique était un si bon souvenir, malgré les orages de la passion avec Algren, qu’elle a écrit Les Mandarins afin de parler longuement de son amour pour Nelson. Elle l’évoque à nouveau longuement dans la troisième partie de son autobiographie, La Force des Choses.

Ses voyages ont également été utilisés dans ses écrits pour souligner la différence entre la condition des hommes et celle des femmes. Dans Le Deuxième Sexe (1949), son livre le plus célèbre, « La bible du féminisme », comme l’appellent les critiques, elle montre que les femmes sont opprimées par le pouvoir patriarcal dans le monde entier et sous tous les régimes politiques, même si elle pensait, au début, que le socialisme était meilleur pour les femmes. Mais après son voyage en Chine et à Cuba, elle a écrit que le socialisme est aussi oppressant que le capitalisme pour les femmes. Cependant, tous ses livres, fictions, autobiographies ou essais ont également donné l’impulsion à beaucoup de femmes et d’hommes de changer le monde, et en particulier les relations entre les êtres humains. C’est la raison pour laquelle elle est une écrivaine importante du XXe siècle et que son message, plein d’espoir et d’énergie, est toujours pertinent aujourd’hui.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, “Simone de Beauvoir, amours et voyages”, Chère Simone de Beauvoir, juillet 2019. URL : https://lirecrire.hypotheses.org/1637 

Lire : Tiphaine Martin, “Simone de Beauvoir voyageuse?”, Chère Simone de Beauvoir, juillet 2019.

VoirLa philosophie marseillaise de Simone de Beauvoir, Invitation au voyage, Arte, 2018. Avec la participation de Tiphaine Martin.

 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/07/2019

    […] Lire : Tiphaine Martin, “Simone de Beauvoir, amours et voyages”, Chère Simone de Beauvoir, juillet 2… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.