Réactions au Manifeste des 343

Le 5 avril 1971, Le Nouvel Observateur publiait une pétition réclamant l’avortement libre et gratuit, signée par 343 femmes, anonymes et publiques.

Un million de femmes se font avorter chaque année en France.
Elles le font dans des conditions dangereuses en raison de la clandestinité à laquelle elles sont condamnées, alors que cette opération, pratiquée sous contrôle médical, est des plus simples.
On fait le silence sur ces millions de femmes.
Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir avorté.
De même que nous réclamons le libre accès aux moyens anticonceptionnels, nous réclamons l’avortement libre.

Le Nouvel Observateur, n° 334, 5 avril 1971.

 

Une de Charlie Hebdo, 12 avril 1971.

En affirmant avoir avorté, ces 343 “salopes” (terme employé par Charlie Hebdo en Une le 12 avril 1971 et resté dans la postérité) tombaient directement sous le coup de la loi.

En tant que cosignataire et soutien du MLF depuis janvier 1971, Simone de Beauvoir reçoit immédiatement des lettres. J’ai déjà publié sur ce carnet des témoignages sur l’avortement.

Si une majorité des lettres reçues par Simone de Beauvoir sont positives (lettres d’admiration, de remerciements, témoignages etc.), l’écrivaine a aussi reçu de nombreuses lettres très critiques, certaines pouvant aller jusqu’à l’insulte. Ayant moins l’habitude de les partager, voici aujourd’hui une sélection de ces critiques, parfois violentes, reçues par la philosophe en réaction au Manifeste des 343.

Florilège

20 avril 1971, une femme non anonyme, proche de Brasillach :

Madame,
Je relève votre illustre nom dans la liste des Avortées Volontaires, qui orne LE NOUVEL OBSERVATEUR.
Dans ma naïveté, j’ignorais, jusqu’ici, qu’un avortement constituait un titre de gloire.
J’ai le tort de n’être pas sensible à la beauté des laminaires placés dans un utérus par les doigts experts d’un « faiseur d’anges ».
Je constate que je suis très « vieux jeu ».
Je pense qu’un jour prochain, vous écrirez un roman, ou un poème, pour exalter l’avortement en termes élégiaques.
Je prévois que dans l’avenir, grâce à vos bons offices, l’avortement deviendra obligatoire, et que toutes les femmes seront tenues d’y avoir recours, sous peine d’encourir de graves sanctions. Il faudra, sur vos instructions, réviser le Code Pénal.
Vos slogans sont d’une beauté émouvante : « Notre ventre est à nous », par exemple. Vous devriez publier la photo d’un fœtus, en annexe à cette liste de célébrités.
Mais je me souviens d’une autre liste, d’une pétition que vous a présentée Thierry Maulnier, en Janvier 1945, et que vous avez refusé de signer, parce qu’il était indigne de vous (ou trop compromettant) de demander au sieur de Gaulle la grâce d’un poète.
A ce moment-là, vous ne vouliez pas assumer de responsabilité, n’est-ce pas, dame Simone de Beauvoir ? Il est beaucoup plus glorieux de brandir votre utérus comme un trophée.
Question indiscrète : est-ce des œuvres de Monsieur Jean-Paul Sartre que vous vous êtes fait avorter ? Ce serait très blâmable : un homme si éminent, qui a poussé le stoïcisme jusqu’à faire jouer ses pièces sous l’occupation, en offrant des fauteuils d’orchestre à ceux qu’il considérait comme des bourreaux !
Je voudrais, pour donner à la fin de cette lettre une forme courtoise, pouvoir vous féliciter de vos romans. A mon grand regret, je n’ai jamais pu en parcourir un sans bâiller d’ennui. Tous me sont tombés des mains dès la dixième page. Et il ne s’agit pas de partialité, puisque j’apprécie les romans d’Elsa Triolet ! […]

Sans date, anonyme :

Regrets […]
Madame Simone de Beauvoir, j’ai lu avec intérêt vos déclarations dans “le Nouvel Observateur” , à propos de l’avortement.
Il est regrettable cependant que votre mère n’ait pu mettre en pratique de si pertinents conseils.
Respectueusement […]
Remerciements
Pour le ou les avortements que vous avez pratiqués et qui nous ont épargné les rejetons issus de votre ventre pourri.

Sans date, anonyme :

S de Beauvoir se félicite d’avoir échappé aux sujétions de la femme, notamment la maternité. Quelle insolence et quelle injure vis-à-vis des mères de famille. Dans un esprit de justice, puisque toutes ces intellectuelles libératrices de femme n’ont que ce mot de justice à la bouche, je proposerai que toutes ces femmes qui n’ont pas voulu d’enfants, soient privées de retraite ; il n’est pas juste, en effet, que ce soit les enfants des autres qui assument les frais de retraite à ceux qui n’en ont pas voulu eux-mêmes.

Un sujet qui fâche

Beauvoir place le manifeste dans la filiation directe de son Deuxième Sexe. Bibia Pavard (Pavard : 2012) rappelle en effet que la liste des signatures est accompagnée  d’un encadré qui permet aux signataires les plus célèbres de justifier leur signature. Pour Simone de Beauvoir, le manifeste est “en accord parfait avec ce qu'[elle] a écrit dans Le Deuxième Sexe” (Pavard : 2012, p. 76.).

La réception du manifeste peut rappeler par bien des côtés celle du Deuxième Sexe en 1949. Simone de Beauvoir était sortie des sentiers battus pour défricher les zones d’ombre de la sexualité. Face à cette initiative, les intellectuel.les s’étaient resserré.es autour d’une même vision, allant même parfois jusqu’à oublier leurs luttes idéologiques. La sexualité était envisagée selon un seul angle : le couple marié. Sa finalité était sans cesse réaffirmée : la procréation. C’était l’idée que l’on retrouvait tant du côté des catholiques et de la droite que du côté des protestants et des communistes. Tous se réfèraient à « des valeurs éternelles : la morale, le travail, la nation, la famille, la femme, la mère. » (Chaperon : 2000, p. 181.). Ainsi, l’avortement et la contraception – sur lequel.les s’ouvrait le chapitre sur la mère – risquaient de transformer la société en « jungle érotique » (Galster : 2000, p. 223.). C’était donc un ordre traditionnel que ces intellectuel.les défendaient contre Beauvoir, inspiratrice d’un nouvel ordre.

Comme le remarque Bibia Pavard, la particularité du manifeste des 343, contrairement au Deuxième Sexe, est qu’il s’inscrit dans un mouvement féministe qui parvient à faire de l’avortement un sujet polémique et médiatique (Pavard : 2012, p. 80-81). La réception négative prend donc place dans une “effervescence antiféministe”, surtout du côté de la droite catholique (Pavard : 2012, p. 80-81). La maternité est considérée comme un devoir des femmes, et s’y soustraire par choix conscient et réfléchi est considéré comme une trahison sociale, comme le montre la dernière lettre anonyme précédemment citée : “je proposerai que toutes ces femmes qui n’ont pas voulu d’enfants, soient privées de retraite.”

Rhétoriques

Ce sont des arguments que l’on entend encore aujourd’hui, dans les mouvements anti-avortement ou dans notre entourage. S’ajoutent les attaques personnelles que l’on retrouve souvent, notamment dans les rhétoriques antiféministes.

Elles apparaissent comme un moyen de détourner le regard et d’éviter le débat. Elles permettent une condamnation simple et absolue qui ne laisse plus la place à la discussion. La première lettre citée plus haut en est un exemple parmi d’autres. La “pétition” à laquelle l’autrice de la lettre fait référence est celle que Beauvoir a refusé de signer en 1945 et qui demandait au Général de Gaulle la grâce de Robert Brasillach, dont l’autrice de la lettre était proche. “A ce moment-là, vous ne vouliez pas assumer de responsabilité, n’est-ce pas, dame Simone de Beauvoir ? Il est beaucoup plus glorieux de brandir votre utérus comme un trophée”, poursuit-elle avant de remettre en question la reconnaissance de Simone de Beauvoir en tant que romancière : “Je voudrais, pour donner à la fin de cette lettre une forme courtoise, pouvoir vous féliciter de vos romans. A mon grand regret, je n’ai jamais pu en parcourir un sans bâiller d’ennui.” Deux sujets qui n’ont finalement pas grand rapport avec l’avortement.

Ainsi le registre de l’attaque personnelle puise dans la vie personnelle et les choix publics des grandes figures publiques. Pour éviter d’aborder le sujet sexualité, les critiques du Deuxième Sexe avaient elles et eux aussi eu recours à ce type d’attaques teintées d’ironie en direction de Simone de Beauvoir (Rouch : 2014).

Á ce titre, je serais curieuse de connaître les réactions reçues par les autres signataires du manifeste. Affaire à suivre.

 

RÉFÉRENCES

Sur les rhétoriques antiféministes, voir les comptes rendus du colloque organisé par Arpège-EFiGiES Toulouse ainsi que l’introduction très complète d’Auréline Cardoso.

Sylvie Chaperon, “Momone et les bonnes femmes ou Beauvoir et le MLF”, dans Christine Bard (dir.), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, PUR, 2012p. 85-96.

Chaperon, Les années Beauvoir (1945-1970), Paris, Fayard, 2000.

Bibia Pavard, “Qui sont les 343 du manifeste de 1971?”, dans Christine Bard (dir.), Les féministes de la deuxième vague, Rennes, PUR, 2012, p. 71-84.

Marine Rouch, La réception du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir à l’épreuve de la honte. Le discours des intellectuel.les français.es sur la sexualitéMémoires de Master 1 en histoire contemporaine, 2014.

 


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.