[CR] Le devenir d’une féministe aux aguets

Par Tiphaine Martin,

organisatrice de la journée, chercheuse au laboratoire Babel, Université de Toulon, membre du comité éditorial du journal Simone de Beauvoir Studies. 

 

Lecture des extraits de Tous les hommes sont mortels, des Mandarins et de “Monologue”. DR

La Journée a débuté par les discours officiels d’Isabelle Poifol-Ferreira, adjointe à la Culture de la mairie d’Auxerre, soutien et partenaire de la Journée, et de Patrice Decormeille, président du Cercle Condorcet d’Auxerre, co-organisateur de la Journée. Tiphaine Martin a ensuite présenté la vie et l’œuvre de Beauvoir, en l’accompagnant de projection de photos de Beauvoir et de ses proches. Danièle Pangrazi et Joëlle Bonin ont lu des extraits de Tous les hommes sont mortels, des Mandarins, de « Monologue ».

Après la pause, Tiphaine Martin a interrogé Johanna Thiersé-Varjavandi sur Beauvoir romancière : peut-on classer les romans beauvoiriens en groupe, pourquoi les personnages féminins ne sont-ils pas plus positifs, l’amour pour le voyage de Beauvoir transparaît-il dans ses romans…  

Danièle Pangrazi et Joëlle Bonin ont lu des extraits de La Force de l’âgeTout compte faitLa Force des choses. Après les questions du public, le documentaire Simone de Beauvoir et la Provence (ARTE, 2018, disponible ici) a été diffusé.

Nous avons ensuite fait la pause déjeuner, et repris à 15h. Après la lecture d’un extrait du Lièvre de Patagonie (Claude Lanzmann, 2009), par Danièle Pangrazi et Joëlle Bonin, Marine Rouch a analysé le courrier des lecteurs*trices reçu par Beauvoir, ainsi que le rôle de guide et confidente que cette dernière a joué en retour, auprès de son public.

De gauche à droite : Tiphaine Martin, Pasha Tavakkoli, Chahla Chafiq et Danièle Pangrazi. DR

Après un échange fructueux avec le public et la pause, Danièle Pangrazi et Joëlle Bonin ont lu un extrait d’Une femme nommé Castor, mon amie Simone de Beauvoir (Françoise d’Eaubonne, 1986), l’article de Beauvoir « La Voix des femmes iraniennes » (mars 1979) et un extrait du Deuxième Sexe.

La table ronde « Modernité(s) de Simone de Beauvoir » a réuni l’écrivaine et sociologue iranienne Chahla Chafiq, Amirpasha Tavakkoli et Tiphaine Martin, autour de la réception et de la traduction de Beauvoir en Iran et en France, d’hier à aujourd’hui. Patrice Decormeille a conclu la Journée, en reconnaissant sa conversion au beauvoirisme. Chahla Chafiq a ensuite dédicacé son dernier ouvrage, Le Rendez-vous iranien de Simone de Beauvoir (Éditions iX) dont un compte rendu sera bientôt publié sur ce carnet.


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/05/2019

    […] of this blog will enjoy a trip to Marine Rouch’s “carnet de recherches” Hypotheses “Chère Simone de Beauvoir&…where you can read Tiphaine Martin’s compte rendu of the colloque “Simone de Beauvoir. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.