Beauvoir en ses Mémoires (Littérature, N° 191, sept. 2018)

Les Mémoires de Beauvoir sont à l’honneur en cette année 2018. Non seulement ils viennent de faire leur entrée dans la prestigieuse Pléiade, mais le premier volume, Mémoires d’une jeune fille rangée, est aussi au programme de l’agrégation 2019 de Lettres modernes. Le dernier numéro de la revue Littérature (n° 191, sept. 2018), coordonné par Jean-Louis Jeannelle, nous plonge dans “la fabrique des Mémoires” beauvoiriens.

***

Éliane Lecarme-Tabone ouvre le numéro en soulignant l’apport des écrits de femmes aux écritures de soi et en resituant les Mémoires de Simone de Beauvoir dans une tradition d’écrits féminins. Simone de Beauvoir a su dépasser l’écueil du narcissisme et de l’insignifiant, qu’elle reproche à de nombreuses autobiographies de femmes, afin de rendre son parcours emblématique d’une génération. “Simone de Beauvoir se situe à un point de transition historique entre deux états de la condition féminine”, (p. 8) écrit Éliane Lecarme-Tabone. Si elle s’inscrit dans la tradition des autobiographes féminines en traitant du corps, de la puberté ou encore du mariage – qu’elle refuse -, elle se pose en pionnière en s’affirmant dès le départ comme sujet, en assumant sa vocation d’écrivaine qui est d’ailleurs au fondement de son entreprise mémoriale, et en embrassant le cours de l’Histoire. Privé et politique sont indissociables dans les Mémoires de Beauvoir. Par là, elle a ouvert la voie à une nouvelle génération d’écrivaines.

Laetitia Hanin élargit la problématique et interroge “les conditions sociales et les processus identitaires qui déterminent le devenir-écrivain des femmes aux XIXe et XXe siècles” (résumé, p. 144). Partant du constat que c’est par leurs époux ou amants que l’on connaît la plupart des écrivaines, la chercheuse propose de s’attarder sur ce qu’elle appelle un “trait distinctif” dans les récits de femmes : ils sont remplis de noms de personnalités masculines illustres. A partir des cas d’une part de George Sand et Marie d’Agoult, et d’autre part de Violette Leduc et de Simone de Beauvoir, elle montre que d’un siècle à l’autre, il devient beaucoup plus facile pour les femmes aspirantes écrivaines, de prendre pour modèles des écrivaines bien intégrées dans le champ littéraire.

C’est à partir d’une envie d’écriture autobiographique qu’est né le Deuxième Sexe. Réalisant qu’elle est une femme dans “un monde masculin”, Simone de Beauvoir décide, pour un temps, d’abandonner son projet autobiographique pour s’occuper “de la condition féminine dans sa généralité” (La Force des choses, t1, Pléiade, p. 1035). Partant de là, Adélaïde Mokry propose une relecture des Mémoires au prisme du Deuxième Sexe et questionne l’effet de l’essai sur l’écriture des Mémoires. La chercheuse démontre que Le Deuxième Sexe a fourni à l’écrivaine une grille de lecture de son existence et que les Mémoires ont été écrits de sorte que la vie de Beauvoir corresponde à l’idéal décrit dans l’essai. Pour autant, cela ne s’est pas fait sans contradictions, lesquelles sont perceptibles dans l’identité de l’intellectuelle.

Jean-Louis Jeannelle poursuit en contextualisant l’origine du titre du troisième volume des Mémoires, La Force des choses. Commençant par rappeler l’audace dont a fait preuve Simone de Beauvoir en tant que femme en écrivant ses Mémoires qu’aucune fonction politique ou fait de résistance ne justifiaient, Jean-Louis Jeannelle s’attache à saisir la singularité de ce troisième tome dans un contexte de remise en question du rôle des l’intellectuel.les et à une époque où une autocritique de la part de ces derniers était rendue impossible par le climat induit par la politique communiste. Alors que Sartre et d’autres hésitent à s’engouffrer dans l’écriture à la première personne, Simone de Beauvoir franchit le pas…

Manon Garcia, qui vient de publier un essai fascinant à partir de la philosophie beauvoirienne (On ne naît pas soumise, on le devient, 2018), plaide pour que les Mémoires, au-delà de leur usage documentaire, soient considérés et étudiés comme une oeuvre philosophique à part entière. La chercheuse démontre qu’en suivant le “fil existentialiste du lien entre la vie et la philosophie” (p. 67), il est possible de révéler la portée philosophique de l’entreprise mémoriale beauvoirienne.

Mon article propose d’analyser l’appropriation collective des trois premiers tomes des Mémoires par les lectrices de Beauvoir entre 1958 et 1964. Les Mémoires ont permis une (re)découverte du Deuxième Sexe et c’est donc à partir de 1958 – année marquée à la fois par la publication des Mémoires d’une jeune fille rangée et par la féminisation du lectorat qui écrit à l’écrivaine – que l’on peut considérer que l’essai a été véritablement lu par des femmes “ordinaires”. Ainsi, avec la (re)lecture de l’essai et celle des Mémoires, Beauvoir a été investie comme modèle par et pour ses lectrices. Je montre également que la célèbre dernière phrase de La Force des choses, “j’ai été flouée”, loin d’avoir provoqué une rupture chez les lectrices, comme cela a été le cas dans la presse, a paradoxalement renforcé cette appropriation féminine.

“Comment finir?” se demandeHélène Baty-Lalande en poursuivant sur Tout compte fait, dernier volume des Mémoires. L’ouvrage, par son hybridité qui se caractérise par une ambition totalisante, une organisation thématique – alors que les autres volumes étaient organisés de façon chronologique – et un style qui devient lâche au fil des pages, reflète un nouveau rapport à l’Histoire et à soi-même. Dès le départ, Beauvoir annonce les objectifs de ce dernier volume : il s’agira de “compléter, achever, continuer”. La chercheuse propose de s’attarder sur cette triple ambition. Elle remarque ensuite que Beauvoir s’éloigne des deux traditions qu’elle avait embrassées précédemment – celle des Mémoires et celle du récit d’Histoire – pour plonger dans la mélancolie qui lui permet de “suggérer la suspension de l’expérience vécue, volontairement dégagée de toute tension vers une fin” (résumé, p. 147).

A partir d’une soixantaine de lettres de lecteurs et lectrices “ordinaires” adressées à Simone de Beauvoir au moment de la publication de La Cérémonie des adieux, Julie Augras propose de revenir sur les enjeux éthique et esthétique de la réception du livre par les lecteurs et lectrices ordinaires et d’aborder à travers eux la question du corps. Elle remarque que contrairement au scandale provoqué dans la presse, les lettres du lectorat “ordinaire” sont, dans la majorité, plutôt positives. Si pour certain.es il est difficile de lire le déclin du corps d’un grand écrivain et philosophe, d’autres saluent la justesse et l’esthétisme du propos de Beauvoir : il correspond en tout point à la vision que Sartre avait du corps et de la mort.

“Il y aura eu, dans l’histoire de la pensée contemporaine, un avant et un après Beauvoir” (p. 109). Pierre-Louis Fort se lance sur les traces des Mémoires de Beauvoir dans les oeuvres de deux de ses héritiers : Annie Ernaux et Didier Eribon. Les deux écrivains ont en effet toujours affirmé avoir été particulièrement touchés, puis transformés, par l’oeuvre, libératrice et révolutionnaire, de Simone de Beauvoir. Comment ont-ils lu les Mémoires, eux qui attachent une importance toute particulière aux écritures de soi ?

 

Pour aller plus loin :

Jean-Louis Jeannelle (dir.), Simone de Beauvoir. Mémoires d’une jeune fille rangée, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2018, 360 p.

Laetitia Hanin, Laure Himy-Pieri (dirs.), Simone de Beauvoir. Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Atlande, coll. Clefs-concours, 2018, 300 p. 

Journée d’agrégation, “Simone de Beauvoir. Mémoires d’une jeune fille rangée”, 6 octobre 2018.


Marine Rouch

Doctorante à l'université de Toulouse Jean Jaurès - Histoire contemporaine des femmes et du genre - Histoire littéraire - Laboratoire FRAMESPA (UT2J) - Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.