Deux intellectuels en BD !

Un court billet pour vous faire (re)découvrir deux bandes dessinées dans lesquelles je me suis replongée cet été.

L’une est consacrée à Jean-Paul Sartre. Elle a été publiée en 2015, 35 ans après la mort de l’intellectuel, aux éditions Dargaud par Mathilde Ramadier et Anaïs Depommier. L’autre met à l’honneur la Simone de Beauvoir des Mémoires d’une jeune fille rangée . Elle a été publiée par Sophie Carquain et Olivier Grojnowski aux éditions Marabulles, en 2016, 30 ans après la mort de l’intellectuelle. 

Voici un petit résumé pour chacune suivi d’impressions de lecture.

Sartre. une existence, des libertés.

« L’unique but de ma vie, c’était d’écrire. »

C’est une vie d’effervescence intellectuelle, de goût pour la littérature, pour les voyages, pour la politique ou encore pour les femmes que retrace le roman graphique consacré à Jean-Paul Sartre.

L’ouvrage s’ouvre sur un arbre généalogique de la famille de Sartre qui permet de comprendre la composition de sa famille, dépeinte parfois avec une pointe d’humour :  On apprend par exemple de Joseph Mancy, beau-père de Sartre avec lequel Anne-Marie Schweitzer se remaria à la mort du père de Jean-Paul, qu’ « il n’est pas drôle du tout ». Sartre eut en effet toute sa vie une relation difficile avec son beau-père, relation dont il parle dans Les Mots ; Du grand-père, Charles Schweitzer, que Jean-Paul Sartre admira longtemps, il est écrit « Professeur d’allemand. C’est le modèle de Jean-Paul. Il prend beaucoup de place, sa barbe est trop longue, il est un peu arrogant, mais on lui pardonne tout car il ressemble à Dieu. »

L’ouvrage est composé de quatre parties :

La première, « On ne m’a pas appris l’obéissance« , s’ouvre sur le jeune Charles Schweitzer (grand-père de J-P.S) un livre à la main : « Charles fera des livres l’histoire de toute sa famille« . Puis c’est sa fille, Anne-Marie, enceinte de son premier et unique enfant, qui tente d’oublier le départ de son mari officier de marine, à travers la littérature.

Les livres sont une histoire de famille chez les Schweitzer-Sartre.

Le jeune Sartre évolue à Paris auprès de son grand-père qui le fascine. Il fait de la bibliothèque de la maison familiale son repère.

« J’ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres. »

« La bibliothèque, j’y voyais un temple. »

Quand Anne-Marie se remarie avec Joseph Mancy, Jean-Paul a 12 ans. La petite famille s’installe à La Rochelle où le jeune garçon passe les années les plus chaotiques de son enfance. Rêvant de Paris, le jeune garçon s’y invente même une maîtresse pour impressionner ses camarades.

Retour à Paris pour les années au Lycée Henri IV puis à l’ENS. La BD dépeint le cheminement philosophique de l’intellectuel en formation, notamment celui qui

p. 21.

mènera à penser le nécessaire et le contingent ; les frasques avec René Maheu et Maurice Merleau-Ponty ; puis la rencontre avec Simone de Beauvoir (surnommée Castor par Maheu) et la naissance de leur pacte.

La partie se termine sur le délire de Sartre qui, alors qu’il souhaite réfléchir sur l’imaginaire, sombre dans les hallucinations provoquées par la prise de mescaline.

« La constellation du Castor », commence par le séjour de Sartre à Berlin en 1933.  Là, il découvre et approfondit la phénoménologie des grands penseurs allemands. Les dialogues entre Sartre et Beauvoir se poursuivent, qui peu à peu donnent forme à l’existentialisme sartrien. La focale est aussi sur Simone de Beauvoir qui doit subir les amours contingentes de son « petit être ». Au cours de leurs séparation, Beauvoir se livre frénétiquement à la randonnée, fidèle à sa soif de découvertes. On découvre aussi la « petite famille » dont la survie matérielle doit beaucoup à Simone de Beauvoir qui tient les comptes et tente de refréner la générosité sans borne de Sartre.

p. 55.

Le trio Sartre-Beauvoir-Olga apparaît ici avec toutes les limites qu’il entraîne. Tous traversent la guerre de laquelle Sartre et Beauvoir ne sortent pas indemnes : ils prennent désormais conscience de leur inscription dans l’Histoire. D’ailleurs, on peut découvrir la période peu connue de leur groupe de résistance Socialisme et Liberté. A la Libération, Sartre s’envole pour les Etats-Unis, chargé par Combat d’écrire des reportages. Là, il rencontre Dolorès Vanetti qui devient la maîtresse que Beauvoir redouta le plus. Au cours de cette période, La Nausée (1938) et L’Etre et le Néant (1943) sont publiés. En 1944, c’est le début de l’aventure des Temps Modernes. L’existentialisme devient la philosophie de référence, « les années Sartre » débutent (cf. étude de Michel Winock, Le siècle des intellectuels).

« Les passions et l’impossible« , s’ouvre sur une fête au sous-sol d’un hôtel où notamment des Zazous sont réunis : c’est l’euphorie de l’après-guerre.

p. 108.

Plus tard, on assiste à la rupture entre Sartre et Camus. Puis c’est au tour de Simone de Beauvoir de s’envoler pour les Etats-Unis. Là, elle donne plusieurs conférences, notamment sur l’existentialisme. Elle y rencontre son amant américain, Nelson Algren. On a dit de leur correspondance qu’elle montrait un Castor amoureux, un « Castor inédit, fragile et tendre« . A cette même période, elle écrit Le Deuxième Sexe qui « fait l’effet d’une bombe » (S. Chaperon, Les années Beauvoir, p. 151.) à sa parution en 1949. En 1954, c’est le prix Goncourt pour son roman Les Mandarins. Et puis ce sont les voyages : la Chine, l’Amérique Latine ; puis l’engagement pour l’indépendance de l’Algérie avec notamment le procès des porteurs de valise où l’on lut une lettre de Sartre, en voyage au Brésil, qui soutenait les accusés.

1964, fin du roman graphique. Sartre refuse le prix Nobel : « J’ai refusé le prix Nobel de littérature parce que je refusais que l’on consacre Sartre avant sa mort. »

L’Epilogue, représentant le 19 avril 1980, jour d’enterrement de J.P Sartre, montre avec force l’empreinte profonde de l’intellectuel sur toute une génération.

******

Sartre permet de (re)découvrir autrement la vie, le cheminement intellectuel, politique, philosophique et littéraire de Jean-Paul Sartre.

Petit + : Résumé des événements 1964-1980, biographies/représentations de celles et ceux qui ont côtoyé Sartre et Beauvoir et bibliographie sélective. Au début du livre, les auteures présentent une légende qui indique s’il s’agit de leurs textes narratifs, des écrits de Sartre ou ceux de Beauvoir. 

Simone de Beauvoir. Une jeune fille qui dérange

L’ouvrage met en dessins les Mémoires d’une jeune fille rangée, premier tome des mémoires de Simone de Beauvoir allant de sa naissance jusqu’à la mort de son amie Elisabeth Lacoin, dite Zaza, en 1929. La bande dessinée poursuit jusqu’au pacte sellé entre Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre. Il est raconté au début de La Force de l’âge (p. 27). :

« Nous nous sommes assis sur un banc de pierre, accoté à une des ailes du Louvre ; […] C’est à ce moment-là que Sartre a proposé : « Signons un bail de deux ans. » […] Jamais nous ne deviendrions étrangers l’un à l’autre, jamais l’un ne ferait en vain appel à l’autre et rien ne prévaudrait contre cette alliance ; mais il ne fallait pas qu’elle dégénérât en contrainte ni en habitude : nous devions à tout prix la préserver du pourrissement. J’acquiesçai. »

On découvre dès la première page le caractère bien trempé de la jeune Simone âgée de 3 ans bien décidée à aller voir les chèvres du Jardin de Luxembourg alors qu’il est temps pour Louise, sa nourrice, de la ramener chez elle. Deux vieilles dames attirées par les cris de la jeune Simone s’approchent et s’enquièrent de la situation. Simone récompense leur curiosité d’un coup de pied dans le tibia de l’un d’elle !

Ce préambule annonce l’insoumission qui caractérisa la vie de Simone de Beauvoir.

Neuf chapitres composent cet ouvrage.

Dans le premier, Simone de Beauvoir se prépare en entrer au Cours Desir, à l’âge de 5 ans. Elle est une très bonne élève mais se trouve en décalage par rapport à ses camarades. On découvre l’enfant se réfugier dans la lecture. Mais Françoise, sa mère, surveille ce qui passe entre ses mains. Elle insiste pour que sa fille lise des histoires adaptées à son âge. C’est dans le bureau de son père, qu’elle admire alors, qu’elle se réfugie pour lire. Très tôt, Simone sait qu’elle veut être « écrivain ». Vers l’âge de 8 ans, elle écrit l’histoire de la famille Cornichon, qui fait la fierté de sa famille. Sa tante fait relier son manuscrit pour le plus grand bonheur de l’enfant. 

Avec sa jeune sœur, elle assiste aux disputes de ses parents et aux difficultés financières de la famille. Le deuxième chapitre montre la famille obligée de quitter son bel et spacieux appartement pour un plus petit dans lequel les sœurs doivent partager une chambre. Quant à Louise, elle loge dans une chambre de bonne au sixième étage. Leurs parents dorment dans le salon. « Simone, nous sommes pauvres ! », s’exclament la Hélène de la BD. Simone prend de plus en plus conscience des difficultés de la vie et du caractère conservateur de son éducation. Elle traverse une période sombre, devant toujours plus supporter la surveillance de sa mère et la déchéance de la relation de ses parents. Elle se pose de plus en plus de question sur l’existence d’un dieu. Mais à l’école, elle rencontre Zaza, une bouffée d’air pur. Elle est gaie, a de la fantaisie, est insolente. Elle fait rire Simone qui n’a pas été habituée à se moquer de ses parents. Simone se passionne pour Les Quatre fille du Docteur March. Elle s’imagine, avec Zaza, au cœur de l’intrigue. Simone est Jo, au tempérament de battante et qui souhaite devenir écrivaine. 

Chapitre 3 , Simone affronte la puberté. Elle souffre de sa « laideur » alors que sa sœur est si belle. Elle prend de plus en plus conscience de son corps. Un corps qu’elle cherchera à camoufler pendant très longtemps. Elle ne soignera son apparence que très tard, après sa rencontre avec JP Sartre (cf D. Bair, Simone de Beauvoir. A Biography). Son père ne manque jamais de le lui faire remarquer. C’est à cette époque qu’elle comprend qu’elle et sa sœur devront travailler pour vivre, la ruine de ses parents les privant de dot pour se marier. Ce fut peut-être là leur chance à toutes les deux. Puis, elle doit pour la première fois faire face à la mort : le nouveau-né de Louise décède d’une pneumonie. L’idée d’un dieu lui semble plus que jamais absurde. Pendant leur vacances à Mérignac, dans la maison de famille, elle découvre  la sexualité auprès de sa cousine qui lui montre des livres, interdits par sa mère.

Chapitre 4, c’est la rupture. Simone refuse d’aller à la messe et annonce à sa mère qu’elle ne croit plus en Dieu. Elle en informe Zaza qui la plaint. Simone de son côté, découvre une première liberté. Lors de vacances scolaires, Simone est invitée dans la maison familiale des Lacoin. C’est là qu’elle rencontre Stépha – la fille au pair polonaise – qui restera son amie toute sa vie.
Simone engage une relation platonique avec son cousin Jacques dont elle admire l’apparente liberté. Comme Georges de Beauvoir, Jacques aime la littérature : c’est le sujet principal des conversations entre les deux cousins. Plus que jamais, Simone veut écrire : « Ma devise : la plume, pas l’aiguille ! » lui fait-on dire dans la BD.

Chapitre 5, Simone redouble d’effort sans ses études. Son premier objectif est le baccalauréat auquel les femmes ont accès depuis peu. Elle sait qu’elle ne veut pas la même vie que sa mère. Elle décroche son baccalauréat mention Bien. 

Chapitre 6, montre la rupture définitive avec l’univers bourgeois de ses parents. Elle s’insurge contre leurs opinions. 

Quatrième de couverture

Chapitre 7, Simone, 19 ans, et sa sœur multiplient le sorties et respirent le parfum de la liberté. Leur mère voit cela d’un mauvais œil. 

Chapitre 8, Simone qui a entamé ses études supérieures en 1925, rencontre Sartre ainsi que d’autres camarades de l’ENS. Ensemble, ils préparent  l’agrégation de philosophie qu’ils obtiennent en 1929. Simone décide qu’elle ne se mariera pas avec Jacques. En fait, elle décide qu’elle ne se mariera pas du tout. Zaza se renferme de plus en plus. Simone reçoit un jour une lettre lui annonçant sa mort. Elle accuse sa famille et plus particulièrement Madame Lacoin, d’avoir causé la mort de son amie. Le premier tome des mémoires se conclut ainsi : « J’ai pensé longtemps que j’avais payé ma liberté de sa mort ».

Quatrième de couverture

Chapitre 9, Simone de Beauvoir engage une relation d’un nouveau genre avec Jean-Paul Sartre. Une relation que ses parents sont loin d’approuver mais qui unit les deux futurs intellectuels jusqu’à leur mort. 
Sur ce sujet : « le couple modèle? » par Ingrid Galster.

******

A la fin de cette bande dessinée, je suis un peu déçue et frustrée. D’abord parce qu’on y trouve de nombreux anachronismes, notamment dans ce que les auteur.e.s ont mis dans la bouche de S. de Beauvoir. Alors que la BD précédente laisse une grande place aux écrits de Beauvoir et Sartre, celle-ci a ses textes narratifs propres. Ensuite, on peine à voir l’intellectuelle que sera plus tard Simone de Beauvoir. Sa pensée philosophique n’est peut-être pas assez explicitée. On peut pour cela se référer aux Cahiers de Jeunesse qui montre une jeune femme philosophe. Cet aspect manque à la BD. On peut espérer une suite qui irait au-delà de l’année 1929 et qui aborderait le cheminement intellectuel propre de Simone de Beauvoir, pour redonner à sa philosophie, confondue avec celle de Sartre, son originalité.

Mais le livre permet tout de même de découvrir la jeunesse d’une des plus grandes intellectuelles du XXe siècle : l’environnement bourgeois dans lequel elle a grandi, ses relations difficiles avec ses parents, sa relation privilégiée avec sa sœur cadette, son goût pour la littérature, la lecture et l’écriture etc.