Pudeur de l’historien.ne

Crédit photo mise en avant : © Céline Paradis

Ma lecture de l’ouvrage de Jelena Jovičić, L’Intime épistolaire (1850-1900). Genre et pratique culturelle, m’amène à me poser des questions que j’avais peut-être volontairement laissées de côté jusqu’à présent mais qui au moment d’entamer la rédaction de ma thèse m’apparaissent incontournables. Je ne pose que des questions, au fil de mes réflexions. 

A lire : le bel exposé de soutenance de thèse de Caroline Muller qui aborde ces thématiques. Sa thèse : « La direction de conscience au XIXe siècle. Contribution à l’histoire du genre et du fait religieux ».

Quelle légitimité avons-nous à lire, étudier et rendre publics des documents privés qui sont les hauts lieux de l’expression de l’intime ? La question prend encore plus d’importance si l’on considère que ces documents ont été produits par des personnes, aujourd’hui décédées, dans le but qu’ils restent privés. Elle prend encore une toute autre dimension si l’on sait que ces documents ont été produits sans qu’il ne vienne jamais à l’esprit de leurs auteur.es qu’ils traverseraient les années et seraient un jour rendus publics (c’est le cas des lettres que j’étudie mais cela ne se pose pas pour les correspondances et les journaux d’écrivain.es par exemple).

Ces questions-là, les chercheur.ses se les posent peut-être. Pour les héritiers et les héritières, elles sont brûlantes : au moment de la découverte fortuite, dans un grenier ou dans une cave, d’un carton contenant des papiers personnels ; au moment de prendre la décision de les explorer ou de les garder silencieux ; au moment, enfin, de les déposer aux archives pour les conserver, et de décider si oui ou non ils pourront devenir des objets d’étude.

Ces questions se posent avec des degrés différents selon qu’ils ont appartenu à un lointain ancêtre ou à un plus proche parent, selon qu’il s’agisse de temps anciens ou plus contemporains.

Voir les très beaux projets : The 2017 Project porté par Christine Detrez et Karine Bastide et Madeleine Project  par Clara Beaudoux.

Les documents les plus concernés sont les écritures de l’intime telles que les journaux intimes ou les correspondances. Mais la question se pose aussi pour des manuscrits d’écrivain.es ou d’aspirant.es écrivain.es non publiés, soit qu’ils aient été jugés médiocres par leur auteur.e, soit qu’ils soient restés inachevés ou non publiés parce que refusés par diverses maisons d’édition.

L’intime épistolaire

Dans son ouvrage L’intime épistolaire, Jelena Jovičić dresse une rapide histoire de la pratique épistolaire, depuis son usage religieux au Moyen-Age, en passant par son usage humaniste et sa dimension érudite à la Renaissance, la dimension galante et mondaine du XVIIe siècle qui perdure au siècle des Lumières avec toutefois l’affirmation de la lettre intime, pour arriver au XIXe siècle, appelé siècle de l’intime du fait de la nouvelle conception de l’individu et de « la privatisation de l’acte épistolaire » (p. 13.).

La lettre prend alors une image « ultra-romantique » et est pensée comme « un monument autobiographique » (p. 13.). Ici, l’auteure introduit la différence entre l’intime épistolaire et l’intime journalier ou autobiographique : l’acte de communication. Je reviendrai sur ce point plus tard.

Chose intéressante à noter pour le propos : cette vision de la lettre au XIXe siècle ainsi que cette nouvelle conception de l’individu apparaissent en même temps qu’une ambiguïté du rapport privé/public. L’auteure montre qu’en même temps qu’il y a élargissement de la sphère privée par le « processus de personnalisation » et démocratisation du domaine public par le biais des revendications des droits pour la vie privée, il y a aussi une « volonté de savoir », « de voir par le trou de la serrure ». Ainsi, « souci de soi et dispositifs de contrôle avancent d’un même pas » (p. 9-10). L’intime se trouve à la croisée de ces deux dynamiques. La lettre peut donc être considérée comme un document à la fois intime et social, à la croisée du privé et du public. C’est cette hybridité qui en fait des documents riches et fascinants. Peut-on trouver dans cette hybridité sinon de quoi résoudre la pudeur des historien.nes, au moins une justification pour réinsérer ces documents dans le « social » d’un autre temps  ?

Je reviens sur la caractéristique de la correspondance : l’acte de communication. Peut-on trouver là la légitimité des chercheur.es à étudier puis rendre publics ces documents ? La lettre est écrite à la fois pour soi (en tant qu’elle participe à une construction de soi, parfois dans un processus d’individuation) et pour un destinataire bien précis. Si les traces ont été conservées, peut-on considérer qu’il y a eu volonté d’étendre dans le temps et l’espace cet acte de communication – et, à partir de là,  de multiplier les destinataires ? Les situations varient certainement et peut-être est-il nécessaire de réfléchir au cas par cas.

De la correspondance privée des personnes « ordinaires » et de la légitimité des chercheur.ses

C’est la correspondance privée issue d’individus « ordinaires » qui m’intéresse particulièrement, et plus précisément les documents issus de la pratique de la lettre à l’écrivain.e. Mon corpus est composé de lettres de lecteurs et de lectrices adressées à Simone de Beauvoir.

Ces missives se situent à la croisée de privé et du social : elles sont le fruit de la la rencontre entre une ligne de vie particulière et une œuvre qui s’adresse à toutes et tous et dont la force réside dans la capacité de provoquer autant de résonances intimes et personnelles chez autant de lecteurs et de lectrices. En effet, le plus souvent, c’est la lecture d’une oeuvre qui encourage le lecteur ou la lectrice à écrire à son auteur.e. La lecture est alors perçue comme un dialogue avec un être proche et la lettre à l’écrivain.e peut être envisagée comme une volonté de poursuivre l’échange sous une autre forme, tout aussi intime. La lettre se mue alors en un récit de soi, hésitant entre le style du journal intime (on s’y livre en étant presque sûr qu’elle ne parviendra pas à l’auteur.e) et celui de la correspondance (un autre supérieur, l’auteur.e, est à l’origine de la prise de plume et sa lecture supposée de la lettre implique une certaine retenue) .

George Goodwin Kilburne (1839-1924), Penning a Letter

A la différence des correspondances d’écrivain.es ou de personnalités publiques, les correspondant.es dont il est question ici sont persuadé.es que leurs lettres ne traverseront pas les âges. Ils et elles ne se posent d’ailleurs même pas la question puisque ces lettres sont écrites avec la certitude qu’elles ne seront pas lues du tout – ou alors par un.e secrétaire. La question de la légitimité à les lire et à les rendre publiques se pose donc ici aussi – et avec peut-être encore plus de force si l’on considère leur contenu…

La plupart de ces lettres traitent de sujets difficiles. En témoigne cette lettre,  publiée sur ce carnet, d’une femme de 25 ans, à la santé fragilisée par la naissance de 5 enfants (âgés de 1 à 6 ans) et enceinte de son sixième enfant :

« Madame, venez à mon secours. Que faut-il faire ? Jetez-moi une bouée. […]. Notre amour nous a aidés jusqu’à ce jour à porter courageusement notre croix, mais je n’en puis plus et je crains que lui-même si fortement attaché à son foyer finisse par se résigner à d’autres solutions auxquelles je n’ose pas penser. […] »

Circa 1960, Bibliothèque nationale de France, Fonds Simone de Beauvoir – Lettres reçues, NAF 28501. 

D’autres font part de situation similaire, demandent de l’aide pour (re)trouver une liberté perdue au moment d’un mariage avec un mari violent, se demandent si elles/ils ne feraient pas mieux de mettre un terme à une vie parsemée « d’échecs », demandent des conseils en matière de sexualité… d’autres encore supplient Simone de Beauvoir de leur trouver un travail avant qu’ils ou elles ne se retrouvent à devoir dormir dans les rues…

Les situations sont multiples et on comprend que l’acte difficile d’écrire ce genre d’appel au secours à une personnalité publique a parfois dû constituer un dernier recours. C’est pourquoi, à mon sens, il est difficile de travailler sur ce type de documents. Je suis parfois amenée à discuter avec leurs auteur.es (et/ou leurs descendant.es), qui me font part de la difficulté qu’il y a à partager avec une chercheuse une période douloureuse de leur vie.

Je lis le refus de certain.es de me rencontrer dans leur pudeur, que je partage et comprends.

***

« N’est-il pas indiscrétion, presque effraction, à lire ces textes intimes ? Je ne crois pas. Simplement il faut les lire avec sympathie, avec respect. […] En lisant ces journaux nous accomplissons plusieurs de leurs fonctions : assurer la survie du passé, prolonger la mémoire de leurs auteurs ; mais peut-être aussi leur offrir, à notre manière, l’écoute et la compréhension qui leur manquaient. » 

Philippe Lejeune, Le moi des demoiselles : enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993, p. 12.

Je choisis donc de lire, d’étudier et de partager ces lettres selon la suggestion de Philippe Lejeune, avec pudeur, « sympathie et respect. »

Quelle place pour les femmes dans les métiers de la création ?

Femmes et création

Le jeudi 4 février 2016 a eu lieu une table ronde modérée par Béatrice Didier. Tour à tour se sont exprimé.e.s : Cécile Backès, Caroline Béhague, Gilles Froger et Véronique Goudinoux. Je vous invite à consulter les bio-bibliographies à l’adresse suivante : http://www.meshs.fr

            Un vide à combler

Béatrice Didier a toujours été frappée par l’absence des femmes dans les dictionnaires de musique, de théâtre, de littérature ou encore de peinture… tous les domaines qui relèvent de la création. Pour la professeure et chercheure, une double censure est à l’œuvre : d’abord, la société, par tout un ensemble de processus imbriqués, empêche les femmes de créer. Et quand (ou si) elles ont eu l’audace de créer, les femmes sont considérées comme mineures et ne figurent ni dans les dictionnaires ni dans les anthologies. Deux états de fait auxquels il faut tout de même ajouter une auto-censure réelle des femmes que rien n’encourage à emprunter la voie de la création. Les tabous sont rapidement intériorisés. La culpabilité émerge et le temps de la création tend à être perçu par les femmes comme du « temps volé à l’homme »…

C’est ce vide que Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber ont voulu combler en éditant Le dictionnaire universel des créatrices.

http://www.desfemmes.fr/dictionnaire-des-creatrices/
http://www.desfemmes.fr/

 Enorme et audacieux projet que celui de réunir dans un même dictionnaire des créatrices du monde entier et de toutes les époques.  L’ampleur de l’entreprise a d’ailleurs effrayé nombre d’éditeurs, rattrapés par des logiques et des impératifs financiers. Antoinette Fouque a fait confiance au projet en l’accueillant dans sa maison d’édition Des Femmes, fondée en 1973. 12 000 entrées, une centaine de « directeurs/trices de secteur », 16 000 auteur.e.s, trois volumes et près de 5000 pages… Le dictionnaire universel des créatrices est hors normes et cruellement indispensable. Une version électronique, en cours d’élaboration, permettra de nombreuses mises à jour ainsi que l’ajout d’illustrations que l’équipe a dû sacrifier dans la version papier.

Deux types d’article sont présents : « biographiques » et « de synthèse ». La variété des opinions a été privilégiée car il ne s’agit d’une « lutte féministe » : « Création et féminisme ne vont pas forcément ensemble », précise B. Didier.

Qu’est-ce que le féminin ? Qu’est-ce qui distingue homme et femme dans la création ? Pourquoi et comment la société a-t-elle bloqué la création des femmes ? Quel a été le rôle de la religion ? Comment envisager les progrès de la biologie pour la condition des femmes ? … Autant de questions qui habitent les pages de ce dictionnaire dans lequel il était important de prendre en compte les questions qui animent les débat présents, animèrent les débats passés, sans privilégier aucun parti. Pour Béatrice Didier, un dictionnaire doit faire appel au lecteur. Chaque lecteur doit pouvoir « fabriquer » son propre dictionnaire et devenir créateur à son tour. L’entreprise n’a pas pour but de figer des êtres : elle doit poser des questions et engager le lecteur à se tourner vers l’avenir avec la conscience du passé.

« Ernst Gombrich nous dit que dans la vision de l’art, il n’y a pas d’ « œil innocent ». En art, il n’existe pas de réception naïve des images. C’est également vrai de la lecture. Comme  les peintres, les auteurs, ou même comme les participants d’un jeu vidéo, nous faisons des choix – nous avons du pouvoir. »

Peter Mendelsund, Que voit-on quand on lit ?, Paris, Laffont, 2015, p. 219

Femmes et art dramatique : le parcours de Cécile Backès

Le préjugé selon lequel les femmes ne pouvaient pas être dramaturges ou metteures en scène a longtemps couru. L’art dramatique reste un domaine où elles ont le plus de difficultés à s’imposer. Béatrice Didier note que l’aspect économique y est pour beaucoup et que dès que la somme à investir devient importante, les femmes gagnent trop rarement la confiance des hommes plus haut placés dans l’échelle des décisions.

Née dans les années 1960, Cécile Backès a grandi aux côtés d’une mère féministe et a dévoré les livres des éditions Des Femmes. Pour elle, « le monde normal, c’est celui-là ». Plus jeune, elle n’avait aucun attrait pour les pièces de Shakespeare. Le théâtre n’était d’ailleurs pas une passion. Ce n’est que plus tard qu’elle a réussi à l’expliquer : dans les pièces de Shakespeare, « je ne suis nulle part, je n’existe pas ! ». Les questions ont alors commencé à surgir et Cécile Backès s’est mise à vouloir découvrir des auteur.e.s, des textes, des formes nouvelles… En tant que metteure en scène, elle a tout de même très vite dû se poser la question de « la parité » dans les textes et les mises en scène. D’autant plus que le principe a donné un véritable tournant à sa carrière professionnelle puisque Cécile Backès a bénéficié d’une politique de discrimination positive. Elle fait effectivement partie des 5 femmes nommées en 2013 à la tête de centres dramatiques nationaux et a pris ses fonctions le 1er janvier 2014. Cécile Backès est aujourd’hui directrice de la Comédie de Béthune.

Depuis sa nomination, Cécile Backès s’efforce de  programmer auteur.e.s et metteur.e.s en scène à parité. Auteur.e et metteur.e en scène sont d’ailleurs les deux postes qui manient et forgent les questions de la REPRESENTATION.

Cécile Backès : « Ce n’est pas un idéal, c’est une norme : il faut s’y accommoder »

Programme de la saison de la Comédie de Béthune : http://www.comediedebethune.org/

Femmes en journalisme

Caroline Béhague est journaliste, réalisatrice indépendante de documentaires et auteure transmédia. La formation qu’elle a suivie était paritaire. Mais les filtres sélectifs arrivent plus tard, au moment où les femmes choisissent de se tourner vers les métiers de productrice et/ou de réalisatrice. Il est alors aisé de se rendre compte que le rapport des femmes à la création dans le journalisme pose problème. La prise de pouvoir reste très difficile pour une réalisatrice. En plus de l’aspect économique évoqué par Béatrice Didier, les propositions de projets à gros budget entrainant toujours le soupçon des producteurs, le côté technique pose un frein non négligeable. Les capacités des femmes sont ainsi facilement minimisées voire ignorées.

Caroline Béhague a voulu proposer la parité pour l’émission « Atelier d’artistes ». L’équipe a été « choquée » et a préféré maintenir le critère de la notoriété dans le choix des artistes représenté.e.s. Mais peut-on réellement faire confiance aux processus de construction de la notoriété ? Et qui fabrique la notoriété ?

Le critère de la parité peut être dérangeant, il peut même être vexant d’être choisi parce que l’on est une femme et qu’il faut une femme et non pour ses compétences. Néanmoins, Béatrice Didier le remarque, nous devons passer par là pour rattraper l’immense retard de notre société. Nous ne pouvons qu’espérer que le critère de la parité ne sera pas éternellement nécessaire…

Le sexe de l’art ? Discussion avec Véronique Goudinoux et Gilles Froger

Véronique Goudinoux et Gilles Froger sont rattachés au Centre d’Etude des Arts Contemporains (CEAC) de l’université de Lille.

En juin 2006, paraît le sixième numéro de la revue Parade qui traite de la différenciation sexuelle dans l’art et la création. Dix ans après, Gilles Froger nous renvoie à son édito et constate que les choses ont peu bougé.

revue_parade6_2006

Malgré les nombreuses diplômées, la profession ne se féminise pas. Il y aurait deux processus imbriqués à l’œuvre : d’une part une sélection sournoise qui se jouerait à la sortie des écoles et qui laisserait la majorité des femmes en marge, en même temps que les femmes actives dans la profession ne bénéficieraient que d’une très faible, voire inexistante, visibilité.

La question de la différence des sexes est centrale quand il s’agit de la création. Il faut donc se poser la question du sexe de l’art, question « redoutable » pour Véronique Goudinoux. En effet, on crée avec son passé, avec son corps mais aussi avec son langage, marqué par des traditions sociétales, différentes cultures, etc. Comment alors distinguer ce qui relève de l’appartenance à un sexe et ce qui a trait à des traditions ?

Retour sur…

Féminimasculin, Le sexe de l’art, 1996, centre Beaubourg

le sexe de l'artPrésentation de l’exposition : http://fresques.ina.fr/elles-centrepompidou/fiche-media/ArtFem00156/l-exposition-feminimasculin-au-centre-beaubourg.html

L’exposition a été critiquée par Françoise Dumont car seulement 30% d’artistes femmes représentées et œuvres exposées considérées comme des moyens de satisfaire des fantasmes masculins.

Vraiment : féminisme et art, 1997, Centre national d’art contemporain, Grenoble.

feminisme et art

L’exposition a été critiquée car reprise du thème « 1970 : année zéro » et gomme des siècles de féminisme.

Elles@centrepompidou, 2009, centre Pompidou.

elles

350 œuvres de femmes artistes du début du 20e siècle à nos jours ont été exposées. Je renvoie à l’article passionnant d’Anne Creissels : « Le féminin, le féminisme et « elles » » ==> http://elles.centrepompidou.fr/

La responsabilité du discours historique

Quand on fait l’histoire de l’art au prisme du genre, on se rend compte que les artistes femmes étaient connues mais qu’elles ont été effacées de la postérité : elles sont littéralement « refoulées du discours historique », comme c’est le cas pour la majorité des disciplines.

Autre remarque : en histoire de l’art, mais c’est aussi le cas pour l’histoire des idées, de la littérature, etc., la question de la filiation est très importante. Un artiste a toujours un mentor, lequel devient à son tour mentor d’un autre artiste qui à son tour… Cet aspect semble disparaître complétement lorsqu’il est question d’artistes femmes. Elles sont tout de suite réduites à leur sexe et coupées de tout lien avec les artistes de leur profession.

Les Guerrilla Girls sont de celles qui dénoncent ces injustices, non sans humour…

http://www.tate.org.uk/art/work/P78793
http://www.tate.org.uk/art/work/P78793

Le travail doit continuer…

Cette table ronde a permis de poser de nombreuses questions et de rappeler quelques faits que la jeune génération tend à oublier. Si la création féminine est en pleine expansion, il ne faut pas pour autant s’endormir à ce stade et considérer acquis des statuts et des situations qui peuvent à tout moment être remis en question.

Arrêtons-nous sur les propos de Simone de Beauvoir :

Jean-Louis Servan-Schreiber : Donc, est-ce que dans une certaine mesure, tout n’est pas bon à prendre du point de vue des femmes, c’est-à-dire y compris même des mesures qui peuvent vous paraître partielles ou simplement un petit début, est-ce que de toute façon ça ne vaut mieux pas que le contraire ?

Simone de Beauvoir : Non, tout n’est pas bon à prendre dans la mesure où justement quelques fois les choses qu’on donne à prendre aux femmes sont simplement, je vous dis, des os à ronger, une mystification, et c’est une manière de les démobiliser au contraire en leur faisant croire qu’on fait quelque chose pour elles alors qu’en vérité, on ne fait rien. C’est une manière non seulement de récupérer la révolte des femmes mais c’est même une manière de la contrer, de la supprimer, de feindre qu’elle n’ait plus de raison d’être et, au contraire, nous les féministes, je dis « nous » parce que je vous l’ai déjà dit, j’en suis tout à fait, eh bien, nous refusons cette démobilisation et nous voulons continuer la lutte et nous voulons que la lutte soit faite, pour l’instant en tout cas, par les femmes pour les femmes et non pas à travers les institutions comme, je ne sais pas moi, l’ONU, l’UNESCO, cette fameuse année de la femme qui est également une mystification parce qu’en vérité, d’ailleurs on ne peut pas attendre d’un gouvernement qui est pour l’ordre établi tel qu’il est aujourd’hui, qu’il donne satisfaction à des femmes qui réclament un tel changement dans leur statut que cet ordre serait bouleversé.

(Avril 1975, émission Questionnaire)

Nous l’avons vu, le discours historique a une grande part de responsabilité. Une fois les raisons analysées et comprises, il est de notre devoir de reprendre l’histoire des arts, l’histoire littéraire, l’histoire des sciences etc., pour en faire une relecture genrée. A cet égard et en histoire de l’art, les travaux d’Anne Creissels montrent la voie. Partant du constat que le mythe de la femme inspiratrice, de la femme comme objet de création a sans doute orienté les représentations du féminin et des femmes dans la société, Anne Creissels propose une relecture de ces mythes qui, encore aujourd’hui, habitent la création et la production.

preter son corps au mythe

Voir aussi l’ouvrage de Fabienne Dumont : Des sorcières comme les autres

sorcieres comme les autres

Pour (essayer de) rire un peu, on pourra visionner les vidéos de Cécile Proust qui interroge la place des femmes dans les arts et dans la société.

Ici, sur l’exposition Dyonisiac :

Et pour localiser les femmes artistes : Aware : http://www.awarewomenartists.com/

Pour (re)découvrir les Guerrilla Girls : http://www.guerrillagirls.com/

Pour écouter Cécile Backès : http://www.comediedebethune.org/