Pudeur de l’historien.ne

Crédit photo mise en avant : © Céline Paradis

Ma lecture de l’ouvrage de Jelena Jovičić, L’Intime épistolaire (1850-1900). Genre et pratique culturelle, m’amène à me poser des questions que j’avais peut-être volontairement laissées de côté jusqu’à présent mais qui au moment d’entamer la rédaction de ma thèse m’apparaissent incontournables. Je ne pose que des questions, au fil de mes réflexions. 

A lire : le bel exposé de soutenance de thèse de Caroline Muller qui aborde ces thématiques. Sa thèse : « La direction de conscience au XIXe siècle. Contribution à l’histoire du genre et du fait religieux ».

Quelle légitimité avons-nous à lire, étudier et rendre publics des documents privés qui sont les hauts lieux de l’expression de l’intime ? La question prend encore plus d’importance si l’on considère que ces documents ont été produits par des personnes, aujourd’hui décédées, dans le but qu’ils restent privés. Elle prend encore une toute autre dimension si l’on sait que ces documents ont été produits sans qu’il ne vienne jamais à l’esprit de leurs auteur.es qu’ils traverseraient les années et seraient un jour rendus publics (c’est le cas des lettres que j’étudie mais cela ne se pose pas pour les correspondances et les journaux d’écrivain.es par exemple).

Ces questions-là, les chercheur.ses se les posent peut-être. Pour les héritiers et les héritières, elles sont brûlantes : au moment de la découverte fortuite, dans un grenier ou dans une cave, d’un carton contenant des papiers personnels ; au moment de prendre la décision de les explorer ou de les garder silencieux ; au moment, enfin, de les déposer aux archives pour les conserver, et de décider si oui ou non ils pourront devenir des objets d’étude.

Ces questions se posent avec des degrés différents selon qu’ils ont appartenu à un lointain ancêtre ou à un plus proche parent, selon qu’il s’agisse de temps anciens ou plus contemporains.

Voir les très beaux projets : The 2017 Project porté par Christine Detrez et Karine Bastide et Madeleine Project  par Clara Beaudoux.

Les documents les plus concernés sont les écritures de l’intime telles que les journaux intimes ou les correspondances. Mais la question se pose aussi pour des manuscrits d’écrivain.es ou d’aspirant.es écrivain.es non publiés, soit qu’ils aient été jugés médiocres par leur auteur.e, soit qu’ils soient restés inachevés ou non publiés parce que refusés par diverses maisons d’édition.

L’intime épistolaire

Dans son ouvrage L’intime épistolaire, Jelena Jovičić dresse une rapide histoire de la pratique épistolaire, depuis son usage religieux au Moyen-Age, en passant par son usage humaniste et sa dimension érudite à la Renaissance, la dimension galante et mondaine du XVIIe siècle qui perdure au siècle des Lumières avec toutefois l’affirmation de la lettre intime, pour arriver au XIXe siècle, appelé siècle de l’intime du fait de la nouvelle conception de l’individu et de « la privatisation de l’acte épistolaire » (p. 13.).

La lettre prend alors une image « ultra-romantique » et est pensée comme « un monument autobiographique » (p. 13.). Ici, l’auteure introduit la différence entre l’intime épistolaire et l’intime journalier ou autobiographique : l’acte de communication. Je reviendrai sur ce point plus tard.

Chose intéressante à noter pour le propos : cette vision de la lettre au XIXe siècle ainsi que cette nouvelle conception de l’individu apparaissent en même temps qu’une ambiguïté du rapport privé/public. L’auteure montre qu’en même temps qu’il y a élargissement de la sphère privée par le « processus de personnalisation » et démocratisation du domaine public par le biais des revendications des droits pour la vie privée, il y a aussi une « volonté de savoir », « de voir par le trou de la serrure ». Ainsi, « souci de soi et dispositifs de contrôle avancent d’un même pas » (p. 9-10). L’intime se trouve à la croisée de ces deux dynamiques. La lettre peut donc être considérée comme un document à la fois intime et social, à la croisée du privé et du public. C’est cette hybridité qui en fait des documents riches et fascinants. Peut-on trouver dans cette hybridité sinon de quoi résoudre la pudeur des historien.nes, au moins une justification pour réinsérer ces documents dans le « social » d’un autre temps  ?

Je reviens sur la caractéristique de la correspondance : l’acte de communication. Peut-on trouver là la légitimité des chercheur.es à étudier puis rendre publics ces documents ? La lettre est écrite à la fois pour soi (en tant qu’elle participe à une construction de soi, parfois dans un processus d’individuation) et pour un destinataire bien précis. Si les traces ont été conservées, peut-on considérer qu’il y a eu volonté d’étendre dans le temps et l’espace cet acte de communication – et, à partir de là,  de multiplier les destinataires ? Les situations varient certainement et peut-être est-il nécessaire de réfléchir au cas par cas.

De la correspondance privée des personnes « ordinaires » et de la légitimité des chercheur.ses

C’est la correspondance privée issue d’individus « ordinaires » qui m’intéresse particulièrement, et plus précisément les documents issus de la pratique de la lettre à l’écrivain.e. Mon corpus est composé de lettres de lecteurs et de lectrices adressées à Simone de Beauvoir.

Ces missives se situent à la croisée de privé et du social : elles sont le fruit de la la rencontre entre une ligne de vie particulière et une œuvre qui s’adresse à toutes et tous et dont la force réside dans la capacité de provoquer autant de résonances intimes et personnelles chez autant de lecteurs et de lectrices. En effet, le plus souvent, c’est la lecture d’une oeuvre qui encourage le lecteur ou la lectrice à écrire à son auteur.e. La lecture est alors perçue comme un dialogue avec un être proche et la lettre à l’écrivain.e peut être envisagée comme une volonté de poursuivre l’échange sous une autre forme, tout aussi intime. La lettre se mue alors en un récit de soi, hésitant entre le style du journal intime (on s’y livre en étant presque sûr qu’elle ne parviendra pas à l’auteur.e) et celui de la correspondance (un autre supérieur, l’auteur.e, est à l’origine de la prise de plume et sa lecture supposée de la lettre implique une certaine retenue) .

George Goodwin Kilburne (1839-1924), Penning a Letter

A la différence des correspondances d’écrivain.es ou de personnalités publiques, les correspondant.es dont il est question ici sont persuadé.es que leurs lettres ne traverseront pas les âges. Ils et elles ne se posent d’ailleurs même pas la question puisque ces lettres sont écrites avec la certitude qu’elles ne seront pas lues du tout – ou alors par un.e secrétaire. La question de la légitimité à les lire et à les rendre publiques se pose donc ici aussi – et avec peut-être encore plus de force si l’on considère leur contenu…

La plupart de ces lettres traitent de sujets difficiles. En témoigne cette lettre,  publiée sur ce carnet, d’une femme de 25 ans, à la santé fragilisée par la naissance de 5 enfants (âgés de 1 à 6 ans) et enceinte de son sixième enfant :

« Madame, venez à mon secours. Que faut-il faire ? Jetez-moi une bouée. […]. Notre amour nous a aidés jusqu’à ce jour à porter courageusement notre croix, mais je n’en puis plus et je crains que lui-même si fortement attaché à son foyer finisse par se résigner à d’autres solutions auxquelles je n’ose pas penser. […] »

Circa 1960, Bibliothèque nationale de France, Fonds Simone de Beauvoir – Lettres reçues, NAF 28501. 

D’autres font part de situation similaire, demandent de l’aide pour (re)trouver une liberté perdue au moment d’un mariage avec un mari violent, se demandent si elles/ils ne feraient pas mieux de mettre un terme à une vie parsemée « d’échecs », demandent des conseils en matière de sexualité… d’autres encore supplient Simone de Beauvoir de leur trouver un travail avant qu’ils ou elles ne se retrouvent à devoir dormir dans les rues…

Les situations sont multiples et on comprend que l’acte difficile d’écrire ce genre d’appel au secours à une personnalité publique a parfois dû constituer un dernier recours. C’est pourquoi, à mon sens, il est difficile de travailler sur ce type de documents. Je suis parfois amenée à discuter avec leurs auteur.es (et/ou leurs descendant.es), qui me font part de la difficulté qu’il y a à partager avec une chercheuse une période douloureuse de leur vie.

Je lis le refus de certain.es de me rencontrer dans leur pudeur, que je partage et comprends.

***

« N’est-il pas indiscrétion, presque effraction, à lire ces textes intimes ? Je ne crois pas. Simplement il faut les lire avec sympathie, avec respect. […] En lisant ces journaux nous accomplissons plusieurs de leurs fonctions : assurer la survie du passé, prolonger la mémoire de leurs auteurs ; mais peut-être aussi leur offrir, à notre manière, l’écoute et la compréhension qui leur manquaient. » 

Philippe Lejeune, Le moi des demoiselles : enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993, p. 12.

Je choisis donc de lire, d’étudier et de partager ces lettres selon la suggestion de Philippe Lejeune, avec pudeur, « sympathie et respect. »

Réputation de S. de Beauvoir : l’effet des publications posthumes

14 avril 2016, Bibliobs. http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160413.OBS8441/simone-de-beauvoir-la-scandaleuse.html

Les publications posthumes semblent d’abord avoir réactivé l’intérêt du grand public pour l’écrivaine. Si les premières publications ont suscité l’indignation, les dernières ont permis de mieux connaître la personnalité de Beauvoir. Mais ne s’agit-il pas là d’une stratégie de publication afin d’orienter et de contrôler la réputation de l’écrivaine ?

Beauvoir sulfureuse et perturbatrice de genre

On connaissait depuis 1983 l’attitude de Sartre envers les femmes grâce à la publication posthume des Lettres au Castor[1]. On y découvrait un homme collectionnant les aventures « contingentes » et qui « s’arrogeait des droits qu’il n’accordait pas à ses amantes »[2]. Bien que le public n’eût pas encore à sa disposition les réponses de Simone de Beauvoir, cette dernière ne sortit pas indemne du scandale de la parution des Lettres au Castor. Si Sartre était aussi peu respectueux avec ses amantes, Simone de Beauvoir avait dû en pâtir également. Déjà, la mythologie du couple émancipé commençait à s’effriter…

En 1990, Sylvie le Bon de Beauvoir, fille adoptive et héritière de l’auteure, publie les Lettres à Sartre[3] en deux volumes. La même année, elle offre au public le Journal de guerre de Simone de Beauvoir[4]. Les critiques acerbes se multiplient et témoignent d’une forte hostilité envers le couple Sartre-Beauvoir en général et Beauvoir en particulier. Un climat de suspicion s’installe autour d’elle, qui demeure encore aujourd’hui.

Les publications posthumes révèlent les relations intimes de Beauvoir avec des jeunes femmes, relations que l’auteure occulte dans ses mémoires[5]. Selon Ingrid Galster, ce n’est pas tant le fait que Beauvoir ait eu des relations physiques avec des femmes qui choque en 1990. Seule l’extrême droite se montre violente à cet égard : Jean Cochet dans Présent parle de « perversité » et d’« exhibitionnisme le plus obscène »[6]. Les presses féminine et catholique, quant à elles, préfèrent à ce sujet garder le silence[7]. La gêne ressentie réside dans le fait que Simone de Beauvoir semble se comporter comme un homme envers ses amantes : Olga Kosakiewics, Nathalie Sorokine (Lise dans les mémoires) et Bianca Bienenfeld (Louise Védrine dans les mémoires). C’est Libération, fondé par Sartre en 1973 et qui avait publié un très bel article pour la mort de Beauvoir, qui publie la critique la plus virulente sur le sujet. Sous la plume de Marianne Alphant, Simone de Beauvoir est une femme « machiste et mesquine »[8]. Alphant ne reproche pas tant à Beauvoir ses aventures que la façon dont elle les conduisait ainsi que le vocabulaire cru et violent employé par l’auteure quand elle décrit ses amantes et leurs relations.

Bianca Bienefeld a été citée entre 1990 et 1991 dans trois ouvrages sous le pseudonyme de Louise Védrine[9]. En 1993, devenue Bianca Lamblin, elle publie un ouvrage dans lequel elle souhaite rétablir la vérité[10]. S’adressant en apparence au couple, la cible semble bien pourtant être Beauvoir. Elle relate : alors que les relations avec Olga et Nathalie se déroulaient sans difficulté, Bianca Bienefeld tentait d’obtenir les mêmes droits dont jouissait Beauvoir auprès de Sartre. Beauvoir défendit alors coûte que coûte sa place de relation « nécessaire ». Une fois la relation achevée, dans une lettre à Sartre du 13 décembre 1945, Beauvoir reconnaît que Bianca est la seule personne à laquelle les deux intellectuels ont réellement fait du mal[11].

Des intellectuels illégitimes (?)

La deuxième accusation concerne l’attitude du couple sous l’occupation. Les deux intellectuels sont accusés d’avoir exercé une collaboration passive alors même que plus tard, ils revendiquaient leur appartenance inconditionnelle à la résistance[12]. Ainsi l’historien, romancier et ancien maquisard Gilbert Joseph tentait de détruire le mythe de l’héroïsme du couple en prouvant que ni Sartre ni Beauvoir n’avaient jamais appartenu à un groupe de résistance[13]. Il décrit ainsi deux écrivains qui ne se préoccupaient que de leur carrière littéraire respective et prêts à faire des compromis incompatibles avec une attitude engagée de résistants.

Sartre et Beauvoir, par Amélie Harrault. Pour la série Les Aventuriers de l’Art Moderne diffusée sur Arte http://sites.arte.tv/ladam/fr/minuit-paris-ladam

Simone de Beauvoir a en effet travaillé à Radio Vichy que Gilbert Joseph considérait comme « l’antre même de la Collaboration »[14]. Elle y proposait des émissions neutres sur l’histoire de la musique. Pour elle, travailler à Radio Vichy était « licite selon les règles tacitement adoptées par les écrivains opposants » et « tout dépendait du sens des émissions »[15]. A partirde la publication du livre de Joseph, la presse s’est emparée du débat[16]. Débat par ailleurs relayé avec manque de rigueur et de façon très inexacte par Michel Onfray au cours de ses divers entretiens et de ses universités populaires.

Des stratégies de publication au service de la postérité

A la suite de ces scandales, Sylvie Le Bon de Beauvoir semble avoir voulu orienter le public dans une autre direction. Elle choisit de publier les correspondances amoureuses de Beauvoir avec deux hommes : Son amant américain, Nelson Algren, et un ami de la famille, Jacques-Laurent Bost[17]. En 1997, les Lettres à Nelson Algren sont publiées[18]. En 2004, c’est le tour de la correspondance croisée de Beauvoir et du « petit Bost »[19]. En 2008, dans un autre genre, Sylvie Le Bon de Beauvoir publie les Cahiers de jeunesse[20] qui montrent la naissance et la formation d’une intellectuelle. La Simone de Beauvoir qui s’y exprime a entre dix-huit et vingt-deux ans.

Ces trois dernières publications sont le fruit d’une stratégie qui, selon Sylvie Chaperon, consiste à montrer une « image straight »[21] de l’auteure qui se montre très amoureuse et emploie un vocabulaire beaucoup plus doux. Ce n’est donc pas un hasard si Sylvie Le Bon de Beauvoir a choisi de publier des correspondances amoureuses avec des hommes. Il s’agissait probablement de montrer une Simone de Beauvoir beaucoup plus hétérosexuelle que ce que le public avait découvert en 1990. La réaction des médias ne se fait pas attendre. A propos des lettres à Nelson Algren, Libération titre « L’amant américain. C’est un Castor inédit, fragile et tendre, qui transparaît dans les lettres à son amour d’outre-Atlantique »[22]. L’Express dans son magazine Lire écrit « Simone de Beauvoir amoureuse »[23]. A propos de la Correspondance croisée, Libération choisit un jeu de mot : « Il fait Beauvoir »[24]. Et L’Express (Lire) : « Et Beauvoir aima le petit Bost »[25]. Tous mettent l’accent sur la femme amoureuse dont on ne soupçonnait pas l’existence.

Beauvoir désacralisée

            Alors que l’auteure a fait une entrée bruyante dans le milieu intellectuel qui lui a valu d’être souvent appelée « la scandaleuse »[26], il semblerait qu’elle devienne une figure de plus en plus consensuelle[27]. Si elle n’est plus polémique (Remarque : il n’est pas question ici des milieux universitaire et féministe) c’est parce qu’elle devient un « monument ». Paradoxalement, d’après les titres de presse publiés pour le centenaire de la naissance de l’auteure et dépouillés par Sylvie Chaperon, il semblerait que Beauvoir soit de moins en moins prise au sérieux. La mémoire de Beauvoir évolue en effet dangereusement vers une superficialité que l’on pourrait attribuer au sexisme[28]. La polémique qui a secoué le colloque de 2008 et qui a révélé la désacralisation de Beauvoir a été déclenchée par Le Nouvel Observateur qui publiait en une du 3 janvier 2008 une photographie de Beauvoir nue en train de faire sa toilette[29].

Simone de Beauvoir par Art Shay, 1952.

Il faut noter que le journal était un compagnon de route et que son entreprise a paru maladroite à de nombreux.ses intellectuel.le.s dont Danièle Sallenave. Les Chiennes de garde, association féministe française créée en 1999, ont organisé une manifestation, exigeant de voir « les fesses » de certains philosophes hommes, dont celles de Sartre. Si la désacralisation de Beauvoir est perceptible, il faut tout de même rappeler que la presse traverse une grave crise et que publier, l’année du centenaire de sa naissance saluée à coup de colloques, articles, parutions d’ouvrages et documentaires audiovisuels, le nu d’une féministe reconnue avait très certainement pour but de faire sensation. Mais on ne peut nier la banalisation dont fait preuve la presse à l’égard de Beauvoir.

[1] SARTRE Jean-Paul, Lettres au Castor et à quelques autres. 1926-1939, Paris, Gallimard, 1983, 528p. Et Lettres au Castor et à quelques autres. 1940-1963, Paris, Gallimard, 1983, 366p. Notons que certains passages ont été censurés par Simone de Beauvoir elle-même et ne sont donc pas disponibles dans l’édition publiée.

[2] GALSTER Ingrid, « « Une femme machiste et mesquine ». La réception des écrits posthumes dans la presse parisienne », dans Ingrid Galster, Beauvoir dans tous ses états, Paris, Taillandier, 2007, p. 247.

[3] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Sartre. 1930-1939, Paris, Gallimard, 1990, 400p. Et Lettres à Sartre. 1940-1943, Paris, Gallimard, 1990, 440p. Notons que certains passages ont été censurés par de Sylvie Le Bon de Beauvoir et ne sont donc pas disponibles dans l’édition publiée. Les originaux sont conservés à la BnF.

[4] BEAUVOIR Simone (de), Journal de guerre. Septembre 1939-janvier 1941, Paris, Gallimard, 1990, 374p.

[5] Il lui est fait grand reproche encore aujourd’hui : M-J. Bonnet, Simone de Beauvoir et les femmes, 2015.

[6] COCHET Jean, « La grande « Sartreuse » revisitée : un désert ! », Présent, 17 mars 1990. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 250.

[7] GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 250. Voir les deux articles suivants : ANON, « Lettres du Castor à Monsieur Sartre, Elle, 19 février 1990. LEMIRE Laurent, « Tout cher petit être », La Croix, 24 février 1990.

[8] ALPHANT Marianne, « L’album de la mère Castor », Libération, 22 février 1990. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 248.

[9] Les trois ouvrages sont Les lettres à Sartre, le Journal de guerre ainsi que la grande biographie de Simone de Beauvoir : BAIR Derdre, Simone de Beauvoir, Paris, Fayard, 1991, 834p.

[10] LAMBLIN Bianca, Mémoires d’une jeune fille dérangée, Paris, Balland, 1993, 210 p. Le titre reprend celui du premier volume des mémoires de Simone de Beauvoir.

[11] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Sartre, Op. cit., tome 2, p. 258. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 251.

[12] Notamment Beauvoir dans le deuxième volume de ses mémoires : La force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, 622 p.

[13] JOSEPH Gilbert, Une si douce occupation : Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, 1940-1944, Paris, A. Michel, 1991, 380 p.

[14] JOSEPH Gilbert cité par GALSTER Ingrid, « Simone de Beauvoir et Radio Vichy. A propos de quelques scénarios retrouvés sur les origines du music-hall » dans Ingrid Galster, Beauvoir dans tous ses états, Paris, Tallandier, 2007, p. 111-134.

[15] BEAUVOIR Simone (de) cité par GALSTER Ingrid, ibid., p. 112. A ce sujet, voir également : GALSTER Ingrid, « Simone de Beauvoir face à l’occupation allemande. Essai provisoire d’un réexamen à partir des écrits posthumes », Contemporary French Civilization, vol. XX, n°2, Summer-Fall 1996, p. 278-293. Ingrid Galster a d’abord concentré ses travaux sur le théâtre de Sartre et sur les accusations selon lesquelles il aurait collaboré.

[16] Voir les articles suivants : SLAMA Alain-Gérard, « Beauvoir-Sartre : le mauvais procès », Le Figaro Littéraire, 9 septembre 1991. NADEAU Maurice, « Sur Sartre et Beauvoir un livre féroce et amer », La Quinzaine littéraire, 16 septembre 1991. Et CONTAT Michel, « Une si navrante occupation », Le Monde, 11 octobre 1991.

[17] Jacques-Laurent Bost, ancien élève de Sartre au Havre, était le frère cadet de l’écrivain Pierre Bost d’où son surnom « Le petit Bost ». Il devint le mari d’Olga Kosakiewics après la libération.

[18] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Nelson Algren. Un amour transatlantique. 1947-1964, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1997, 910p. Le recueil contient 304 lettres, toutes de Beauvoir. Les agents américains de Nelson Algren s’opposent fermement à la publication de ses lettres.

[19] BEAUVOIR Simone (de), BOST Jacques-Laurent, Correspondance croisée (1937-1940), Paris, Gallimard, 2004, 992p.

[20] BEAUVOIR Simone (de), Cahiers de jeunesse (1926-1930), Paris, Gallimard, 2008, 864p.

[21] D’après l’expression employée par Sylvie Chaperon lors d’une journée du séminaire MémoireS consacré au « féminisme au filtre de la mémoire » le 21 février 2014 à l’Université de Toulouse II – Jean Jaurès.

[22] DEVARRIEUX Claire, « L’amant américain.C’est un Castor inédit, fragile et tendre, qui transparaît dans les lettres à son amour d’outre-Atlantique. Mais n’y figurent pas celles de Nelson Algren. », Libération, 20 février 1997.

[23] RESSAT Anne, « Simone de Beauvoir amoureuse », Lire, 1 juillet 1999.

[24] DEVARRIEUX Claire, « Il fait Beauvoir », Libération, 22 avril 2004.

[25] ALSTADT Marie, « Et Beauvoir aima le petit Bost », Lire, 1 juillet 2004.

[26] A ce propos, voir la vidéo suivante « Beauvoir : la polémique sous le regard de Sallenave », Le Nouvel Observateur, 16 janvier 2008. URL : http://www.dailymotion.com/video/xbj60i_beauvoir-la-polemique-sous-le-regar_creation

[27] D’après Sylvie Chaperon lors d’une journée du séminaire MémoireS consacré au « féminisme au filtre de la mémoire » le 21 février 2014 à l’Université de Toulouse II – Jean Jaurès.

[28] Voir à ce titre et avec réserve le téléfilm Les amants du Flore, 2008. Analyse bientôt postée sur le carnet !

[29] Le cliché a été pris par le photographe américain Art Shay à Chicago en 1952. Ce dernier affirme que Beauvoir se savait observée et photographiée.  Pour en savoir plus sur la polémique : http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-medias/20080107.RUE2780/le-nu-de-beauvoir-excite-la-blogosphere.html et sir lesdénonciations quant aux retouches effectuées sur la photo : http://www.arretsurimages.net/dossier.php?id=33

Quelle place pour les femmes dans les métiers de la création ?

Femmes et création

Le jeudi 4 février 2016 a eu lieu une table ronde modérée par Béatrice Didier. Tour à tour se sont exprimé.e.s : Cécile Backès, Caroline Béhague, Gilles Froger et Véronique Goudinoux. Je vous invite à consulter les bio-bibliographies à l’adresse suivante : http://www.meshs.fr

            Un vide à combler

Béatrice Didier a toujours été frappée par l’absence des femmes dans les dictionnaires de musique, de théâtre, de littérature ou encore de peinture… tous les domaines qui relèvent de la création. Pour la professeure et chercheure, une double censure est à l’œuvre : d’abord, la société, par tout un ensemble de processus imbriqués, empêche les femmes de créer. Et quand (ou si) elles ont eu l’audace de créer, les femmes sont considérées comme mineures et ne figurent ni dans les dictionnaires ni dans les anthologies. Deux états de fait auxquels il faut tout de même ajouter une auto-censure réelle des femmes que rien n’encourage à emprunter la voie de la création. Les tabous sont rapidement intériorisés. La culpabilité émerge et le temps de la création tend à être perçu par les femmes comme du « temps volé à l’homme »…

C’est ce vide que Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber ont voulu combler en éditant Le dictionnaire universel des créatrices.

http://www.desfemmes.fr/dictionnaire-des-creatrices/
http://www.desfemmes.fr/

 Enorme et audacieux projet que celui de réunir dans un même dictionnaire des créatrices du monde entier et de toutes les époques.  L’ampleur de l’entreprise a d’ailleurs effrayé nombre d’éditeurs, rattrapés par des logiques et des impératifs financiers. Antoinette Fouque a fait confiance au projet en l’accueillant dans sa maison d’édition Des Femmes, fondée en 1973. 12 000 entrées, une centaine de « directeurs/trices de secteur », 16 000 auteur.e.s, trois volumes et près de 5000 pages… Le dictionnaire universel des créatrices est hors normes et cruellement indispensable. Une version électronique, en cours d’élaboration, permettra de nombreuses mises à jour ainsi que l’ajout d’illustrations que l’équipe a dû sacrifier dans la version papier.

Deux types d’article sont présents : « biographiques » et « de synthèse ». La variété des opinions a été privilégiée car il ne s’agit d’une « lutte féministe » : « Création et féminisme ne vont pas forcément ensemble », précise B. Didier.

Qu’est-ce que le féminin ? Qu’est-ce qui distingue homme et femme dans la création ? Pourquoi et comment la société a-t-elle bloqué la création des femmes ? Quel a été le rôle de la religion ? Comment envisager les progrès de la biologie pour la condition des femmes ? … Autant de questions qui habitent les pages de ce dictionnaire dans lequel il était important de prendre en compte les questions qui animent les débat présents, animèrent les débats passés, sans privilégier aucun parti. Pour Béatrice Didier, un dictionnaire doit faire appel au lecteur. Chaque lecteur doit pouvoir « fabriquer » son propre dictionnaire et devenir créateur à son tour. L’entreprise n’a pas pour but de figer des êtres : elle doit poser des questions et engager le lecteur à se tourner vers l’avenir avec la conscience du passé.

« Ernst Gombrich nous dit que dans la vision de l’art, il n’y a pas d’ « œil innocent ». En art, il n’existe pas de réception naïve des images. C’est également vrai de la lecture. Comme  les peintres, les auteurs, ou même comme les participants d’un jeu vidéo, nous faisons des choix – nous avons du pouvoir. »

Peter Mendelsund, Que voit-on quand on lit ?, Paris, Laffont, 2015, p. 219

Femmes et art dramatique : le parcours de Cécile Backès

Le préjugé selon lequel les femmes ne pouvaient pas être dramaturges ou metteures en scène a longtemps couru. L’art dramatique reste un domaine où elles ont le plus de difficultés à s’imposer. Béatrice Didier note que l’aspect économique y est pour beaucoup et que dès que la somme à investir devient importante, les femmes gagnent trop rarement la confiance des hommes plus haut placés dans l’échelle des décisions.

Née dans les années 1960, Cécile Backès a grandi aux côtés d’une mère féministe et a dévoré les livres des éditions Des Femmes. Pour elle, « le monde normal, c’est celui-là ». Plus jeune, elle n’avait aucun attrait pour les pièces de Shakespeare. Le théâtre n’était d’ailleurs pas une passion. Ce n’est que plus tard qu’elle a réussi à l’expliquer : dans les pièces de Shakespeare, « je ne suis nulle part, je n’existe pas ! ». Les questions ont alors commencé à surgir et Cécile Backès s’est mise à vouloir découvrir des auteur.e.s, des textes, des formes nouvelles… En tant que metteure en scène, elle a tout de même très vite dû se poser la question de « la parité » dans les textes et les mises en scène. D’autant plus que le principe a donné un véritable tournant à sa carrière professionnelle puisque Cécile Backès a bénéficié d’une politique de discrimination positive. Elle fait effectivement partie des 5 femmes nommées en 2013 à la tête de centres dramatiques nationaux et a pris ses fonctions le 1er janvier 2014. Cécile Backès est aujourd’hui directrice de la Comédie de Béthune.

Depuis sa nomination, Cécile Backès s’efforce de  programmer auteur.e.s et metteur.e.s en scène à parité. Auteur.e et metteur.e en scène sont d’ailleurs les deux postes qui manient et forgent les questions de la REPRESENTATION.

Cécile Backès : « Ce n’est pas un idéal, c’est une norme : il faut s’y accommoder »

Programme de la saison de la Comédie de Béthune : http://www.comediedebethune.org/

Femmes en journalisme

Caroline Béhague est journaliste, réalisatrice indépendante de documentaires et auteure transmédia. La formation qu’elle a suivie était paritaire. Mais les filtres sélectifs arrivent plus tard, au moment où les femmes choisissent de se tourner vers les métiers de productrice et/ou de réalisatrice. Il est alors aisé de se rendre compte que le rapport des femmes à la création dans le journalisme pose problème. La prise de pouvoir reste très difficile pour une réalisatrice. En plus de l’aspect économique évoqué par Béatrice Didier, les propositions de projets à gros budget entrainant toujours le soupçon des producteurs, le côté technique pose un frein non négligeable. Les capacités des femmes sont ainsi facilement minimisées voire ignorées.

Caroline Béhague a voulu proposer la parité pour l’émission « Atelier d’artistes ». L’équipe a été « choquée » et a préféré maintenir le critère de la notoriété dans le choix des artistes représenté.e.s. Mais peut-on réellement faire confiance aux processus de construction de la notoriété ? Et qui fabrique la notoriété ?

Le critère de la parité peut être dérangeant, il peut même être vexant d’être choisi parce que l’on est une femme et qu’il faut une femme et non pour ses compétences. Néanmoins, Béatrice Didier le remarque, nous devons passer par là pour rattraper l’immense retard de notre société. Nous ne pouvons qu’espérer que le critère de la parité ne sera pas éternellement nécessaire…

Le sexe de l’art ? Discussion avec Véronique Goudinoux et Gilles Froger

Véronique Goudinoux et Gilles Froger sont rattachés au Centre d’Etude des Arts Contemporains (CEAC) de l’université de Lille.

En juin 2006, paraît le sixième numéro de la revue Parade qui traite de la différenciation sexuelle dans l’art et la création. Dix ans après, Gilles Froger nous renvoie à son édito et constate que les choses ont peu bougé.

revue_parade6_2006

Malgré les nombreuses diplômées, la profession ne se féminise pas. Il y aurait deux processus imbriqués à l’œuvre : d’une part une sélection sournoise qui se jouerait à la sortie des écoles et qui laisserait la majorité des femmes en marge, en même temps que les femmes actives dans la profession ne bénéficieraient que d’une très faible, voire inexistante, visibilité.

La question de la différence des sexes est centrale quand il s’agit de la création. Il faut donc se poser la question du sexe de l’art, question « redoutable » pour Véronique Goudinoux. En effet, on crée avec son passé, avec son corps mais aussi avec son langage, marqué par des traditions sociétales, différentes cultures, etc. Comment alors distinguer ce qui relève de l’appartenance à un sexe et ce qui a trait à des traditions ?

Retour sur…

Féminimasculin, Le sexe de l’art, 1996, centre Beaubourg

le sexe de l'artPrésentation de l’exposition : http://fresques.ina.fr/elles-centrepompidou/fiche-media/ArtFem00156/l-exposition-feminimasculin-au-centre-beaubourg.html

L’exposition a été critiquée par Françoise Dumont car seulement 30% d’artistes femmes représentées et œuvres exposées considérées comme des moyens de satisfaire des fantasmes masculins.

Vraiment : féminisme et art, 1997, Centre national d’art contemporain, Grenoble.

feminisme et art

L’exposition a été critiquée car reprise du thème « 1970 : année zéro » et gomme des siècles de féminisme.

Elles@centrepompidou, 2009, centre Pompidou.

elles

350 œuvres de femmes artistes du début du 20e siècle à nos jours ont été exposées. Je renvoie à l’article passionnant d’Anne Creissels : « Le féminin, le féminisme et « elles » » ==> http://elles.centrepompidou.fr/

La responsabilité du discours historique

Quand on fait l’histoire de l’art au prisme du genre, on se rend compte que les artistes femmes étaient connues mais qu’elles ont été effacées de la postérité : elles sont littéralement « refoulées du discours historique », comme c’est le cas pour la majorité des disciplines.

Autre remarque : en histoire de l’art, mais c’est aussi le cas pour l’histoire des idées, de la littérature, etc., la question de la filiation est très importante. Un artiste a toujours un mentor, lequel devient à son tour mentor d’un autre artiste qui à son tour… Cet aspect semble disparaître complétement lorsqu’il est question d’artistes femmes. Elles sont tout de suite réduites à leur sexe et coupées de tout lien avec les artistes de leur profession.

Les Guerrilla Girls sont de celles qui dénoncent ces injustices, non sans humour…

http://www.tate.org.uk/art/work/P78793
http://www.tate.org.uk/art/work/P78793

Le travail doit continuer…

Cette table ronde a permis de poser de nombreuses questions et de rappeler quelques faits que la jeune génération tend à oublier. Si la création féminine est en pleine expansion, il ne faut pas pour autant s’endormir à ce stade et considérer acquis des statuts et des situations qui peuvent à tout moment être remis en question.

Arrêtons-nous sur les propos de Simone de Beauvoir :

Jean-Louis Servan-Schreiber : Donc, est-ce que dans une certaine mesure, tout n’est pas bon à prendre du point de vue des femmes, c’est-à-dire y compris même des mesures qui peuvent vous paraître partielles ou simplement un petit début, est-ce que de toute façon ça ne vaut mieux pas que le contraire ?

Simone de Beauvoir : Non, tout n’est pas bon à prendre dans la mesure où justement quelques fois les choses qu’on donne à prendre aux femmes sont simplement, je vous dis, des os à ronger, une mystification, et c’est une manière de les démobiliser au contraire en leur faisant croire qu’on fait quelque chose pour elles alors qu’en vérité, on ne fait rien. C’est une manière non seulement de récupérer la révolte des femmes mais c’est même une manière de la contrer, de la supprimer, de feindre qu’elle n’ait plus de raison d’être et, au contraire, nous les féministes, je dis « nous » parce que je vous l’ai déjà dit, j’en suis tout à fait, eh bien, nous refusons cette démobilisation et nous voulons continuer la lutte et nous voulons que la lutte soit faite, pour l’instant en tout cas, par les femmes pour les femmes et non pas à travers les institutions comme, je ne sais pas moi, l’ONU, l’UNESCO, cette fameuse année de la femme qui est également une mystification parce qu’en vérité, d’ailleurs on ne peut pas attendre d’un gouvernement qui est pour l’ordre établi tel qu’il est aujourd’hui, qu’il donne satisfaction à des femmes qui réclament un tel changement dans leur statut que cet ordre serait bouleversé.

(Avril 1975, émission Questionnaire)

Nous l’avons vu, le discours historique a une grande part de responsabilité. Une fois les raisons analysées et comprises, il est de notre devoir de reprendre l’histoire des arts, l’histoire littéraire, l’histoire des sciences etc., pour en faire une relecture genrée. A cet égard et en histoire de l’art, les travaux d’Anne Creissels montrent la voie. Partant du constat que le mythe de la femme inspiratrice, de la femme comme objet de création a sans doute orienté les représentations du féminin et des femmes dans la société, Anne Creissels propose une relecture de ces mythes qui, encore aujourd’hui, habitent la création et la production.

preter son corps au mythe

Voir aussi l’ouvrage de Fabienne Dumont : Des sorcières comme les autres

sorcieres comme les autres

Pour (essayer de) rire un peu, on pourra visionner les vidéos de Cécile Proust qui interroge la place des femmes dans les arts et dans la société.

Ici, sur l’exposition Dyonisiac :

Et pour localiser les femmes artistes : Aware : http://www.awarewomenartists.com/

Pour (re)découvrir les Guerrilla Girls : http://www.guerrillagirls.com/

Pour écouter Cécile Backès : http://www.comediedebethune.org/

Présentation de la thèse

« Si j’en suis arrivée là, c’est grâce à vous »[1]

Ecritures des femmes et des hommes « ordinaires »: le lectorat de Simone de Beauvoir

Marine Rouch,

Sous la codirection de Sylvie Chaperon et de Martine Reid

Projet présenté le 6 juillet 2015, école doctorale TESC, Toulouse 2

Le présent projet de thèse s’inscrit dans la continuité des recherches effectuées durant deux années de Master recherche en Histoire et Civilisations moderne et contemporaine[2].

Après avoir successivement analysé la réception critique du Deuxième Sexe puis établi une typologie des lecteurs et lectrices de Simone de Beauvoir avant de nous pencher sur le versant privé de la réception (1949-1961), nous avons le projet de poursuivre ces travaux dans le cadre d’une thèse.

Vers une histoire littéraire renouvelée

A la fin des années 1960 et au début des années 1970, le passage progressif d’une histoire de la littérature, fondée sur l’étude des grands auteurs et des grands courants, à une véritable histoire littéraire qui tentait d’inscrire la littérature dans le contexte qui l’a fait naître, a permis une désacralisation du Texte et un élargissement de la notion de littérature. Plus tard, notamment avec les travaux de Roger Chartier, les conditions sociales et matérielles de production et d’existence des textes vinrent s’ajouter en tant qu’analyses indispensables à toute histoire littéraire. Une attention particulière devait être portée au lectorat[3]. Les travaux récents de Gérard Mauger en sociologie de la lecture montrent l’importance de la connaissance du parcours biographique des lecteurs pour saisir les manières de lire et la fabrication du sens de l’œuvre par le lecteur[4]. Parallèlement, une histoire de la vie privée s’est développée dans le sillage de la « Nouvelle histoire » française, résultat de l’expansion des domaines de recherche des Annales, et de l’histoire « from below » britannique avec la conviction que l’histoire doit donner la parole aux acteurs populaires. D’abord centrées sur l’analyse des résistances dans une approche d’histoire sociale et ouvrière, le courant s’est peu à peu déplacé vers le champ culturel, incluant les pratiques de la vie quotidienne. Un renouvellement des sources historiques s’est opéré pour mettre au jour notamment ce que l’on appelle les « écritures ordinaires » ou « privées »[5].

En 2003, Christine Planté remarquait l’étrange paradoxe selon lequel la présence des femmes dans la culture vécue était largement perceptible et pourtant, leur faible visibilité dans l’histoire littéraire, en l’occurrence du XIXe siècle, n’était que trop avérée. Aujourd’hui, les travaux de Martine Reid viennent renforcer ce constat[6]. L’histoire littéraire du XXe siècle, si elle rend compte de beaucoup plus de femmes, ne déroge pourtant pas à la règle[7]. La littérature semble être une institution que seuls les hommes sont aptes à valoriser. Pourtant, il faudrait mesurer le rôle des femmes dans la production et dans l’institution littéraire.

Avec cette ambition, nous ouvrirons un nouveau chapitre des études beauvoiriennes. Ces dernières ont longtemps été marginalisées dans l’université française[8]. Un tel retard peut être imputé à la piètre réputation de l’auteure autour de laquelle s’est construite une mythologie tenace et trop souvent négative[9].  Pourtant, le domaine connaît depuis la deuxième moitié des années 1990 une phase de renouveau. L’arrivée de nouvelles lectures de l’œuvre de Simone de Beauvoir a consolidé son statut en tant que philosophe et écrivaine[10]. Les études littéraires et philosophiques sont majoritaires et les disciplines telles que l’anthropologie, la sociologie et l’histoire brillent encore trop par leur absence[11]. Ce projet de recherche s’inscrit dans ce renouveau des études beauvoiriennes et se propose de revenir selon une méthode historique sur la réception de l’œuvre de Beauvoir mais aussi sur sa mémoire et son influence en s’intéressant avant tout aux lecteurs et lectrices, premiers artisans de réception. Ce sont les rôles de « mentore » littéraire et de guide intellectuelle de Simone de Beauvoir, aspects inédits de sa personnalité, qui seront étudiés. En montrant son grand attachement et sa générosité envers son lectorat, nous répondrons au désir de Sylvie Le Bon de Beauvoir, fille adoptive et héritière de Simone de Beauvoir, de « contribuer à ce que Simone de Beauvoir, comme écrivain et comme personne, soit dans l’avenir plus justement connue et véridiquement jugée, car trop fréquemment célébrité et méconnaissance vont de pair. »[12].

Ce projet de recherche se propose, à travers l’analyse de la correspondance entre une auteure et son lectorat, d’étudier les ambitions littéraires des femmes et hommes « ordinaires ». Une très grande partie de ces lecteurs et lectrices ont exprimé leur désir d’écriture, certain-e-s l’ont concrétisé. Parmi ceux-là, une majorité de femmes n’a pas réussi à convaincre les éditeurs, malgré l’intervention d’une Simone de Beauvoir ou d’un Jean-Paul Sartre. Se poser la question de l’influence de Simone de Beauvoir dans le désir des femmes « ordinaires » d’entrer en littérature et de la concrétisation de ce désir mènera à reconsidérer la vision que l’on a d’une époque littéraire. Il s’agira de reconstituer l’espace des consommations possibles pour les lecteurs en matière de littérature à une époque donnée. Nous livrerons une histoire littéraire et des pratiques de lectures et d’écritures par « en bas » doublée d’une approche d’histoire des femmes et du genre[13].

Réceptions, influences et appropriations des œuvres

Le second versant de notre projet de thèse, intimement lié au renouvellement de l’histoire littéraire déjà proposé, concerne l’étude des réceptions et des appropriations des textes littéraires. Les nouvelles méthodes d’analyse de réception, les propositions de Roger Chartier en tête, domineront la recherche.

L’œuvre de Simone de Beauvoir a donné la parole à de nombreuses femmes, mais aussi des hommes, qui ont écrit à l’auteure. Nous souhaitons d’abord dresser un état des lieux du fonds et faire une typologie des lecteurs et lectrices qui écrivent à Simone de Beauvoir afin de savoir qui écrit, de quelle-s façon-s et surtout dans quel-s but-s depuis les débuts littéraires de l’auteure jusqu’à sa mort.

Il s’agira par la suite de mesurer l’impact de l’œuvre en général et du Deuxième Sexe en particulier chez les femmes « ordinaires ». L’influence du Deuxième Sexe sur le féminisme est devenue tellement évidente, presque naturelle, qu’on ne la discute plus. Nous manquons pourtant à notre sens de témoignages concrets de femmes « ordinaires », et pas forcément militantes, sur cette influence. De plus, ce primat accordé au Deuxième Sexe a eu tendance à effacer des histoires littéraires les autres œuvres de Beauvoir. Nous les réintégrerons en mesurant la réception qui leur a été réservée lors de leur première publication[14]. Selon les ambitions de l’histoire littéraire, un effort de contextualisation sera fourni sans pour autant que le texte soit mis à l’écart. Un dialogue constant sera entretenu entre les ambitions de l’auteure, les conditions matérielles de publication du texte, son contenu et sa réception publique et privée.

Enfin grâce à l’étude de ces lettres, c’est une véritable histoire de la vie privée et des représentations qui sera entreprise à la suite des travaux d’Anne-Claire Rebreyend sur la sexualité[15]. Cependant, ce sont ici les notions d’oppression et de domination qui seront convoquées. De par la position de l’auteure, la plupart des lettres de cet ordre sont largement teintées de désespoir et se veulent des appels au secours[16]. Nous approcherons au plus près les réalités concrètes des femmes et hommes « ordinaires ». Les façons dont la sexualité était vécue dans l’intimité sont au premier plan : les pratiques sexuelles et les rapports que les individus entretenaient avec la morale et/ou avec la loi seront questionnés. Ce dernier aspect de la recherche sera évalué à la lumière des théories de la réception et de l’appropriation des textes.

Pour cela, ce seront les notions d’influence, nous venons de le voir, mais aussi de lecture performative qui constitueront le fil conducteur de ces approches. La définition traditionnelle de la performativité, « dire c’est faire », sera transposée à la lecture et à la réception des textes. Notre recherche s’articulera autour de l’expression empruntée à Stanley Fish, « quand lire, c’est faire »[17]. Fish considère que la création du sens se fait par le lecteur selon la communauté interprétative à laquelle il appartient. Nous adjoindrons un second volet à la notion en considérant qu’il appartient au lecteur seul de donner  à la lecture et au contenu du livre une effectivité réelle, à visée individuelle ou collective.

Un fonds négligé à l’origine du projet

La recherche est inspirée par les lettres reçues du fonds Simone de Beauvoir qui en constituent le cœur[18]. En 1995, Sylvie Le Bon de Beauvoir faisait don à la Bibliothèque nationale de France des lettres reçues par l’auteure. Les « Lettres reçues » du fonds sont classées en quatre catégories : les lettres reçues de lecteurs anonymes, les lettres reçues de lecteurs devenus des correspondants privilégiés, les lettres d’intellectuels et d’amis et des coupures de presse extraites des lettres. Les lettres reçues de lecteurs comptent 1728 lettres entre 1944 et 1961[19]. Le nombre de lettres est révélateur de la célébrité grandissante de Simone de Beauvoir et donne une idée assez nette de l’ampleur du fonds qui se poursuit jusqu’à la mort de Beauvoir en 1986[20]. Les lettres d’intellectuels et amis comptent trente correspondances et les lettres de lecteurs devenus des correspondants privilégiés en compte trois. Les coupures de presse représentent une seule boîte assez mince et contiennent de nombreux articles découpés par les lecteurs dans des journaux locaux et étrangers.

A ce jour, seules deux historiennes ont intégré le fonds à leurs recherches mais de façon partielle. Il s’agit de l’américaine Judith Coffin qui, dans le cadre d’un article, tente de rendre compte du contenu des lettres reçues de lecteurs entre 1949 et 1961[21] et d’Anne-Claire Rebreyend, ensuite, qui a consulté les lettres pour son étude de la sexualité et des pratiques de l’intime entre 1920 et 1975[22]. Notre étude permettra de montrer les possibilités plus larges et pluridisciplinaires d’un tel fonds.

Pour une étude croisée : différents types de sources

Le croisement des sources sera considéré comme essentiel pour conférer à la recherche historique son caractère scientifique et tendre à la compréhension plus globale du phénomène étudié. Il participera ainsi à la mise en valeur du fonds ainsi qu’à son enrichissement.

L’œuvre de Simone de Beauvoir sera évidemment analysée. Cela inclut l’œuvre publiée parmi laquelle une attention particulière sera donnée aux essais à caractère féministe, aux romans et aux mémoires et journaux intimes. Les correspondances croisées de Simone de Beauvoir avec Jean-Paul Sartre, Jacques-Laurent Bost et Nelson Algren seront également utilisées et permettront l’immersion contextuelle nécessaire à l’histoire littéraire.

Nous mènerons parallèlement l’étude des conditions sociales de production et de réception publiques des textes. Il faudra d’abord tenter de retrouver la trace de réunions tenues chez Gallimard et la correspondance entre la maison d’édition et l’auteure afin de mettre au jour des stratégies éditoriales qui ont pu influer sur la réception des œuvres. Il faudra aussi se tourner vers la presse et consulter les articles de critique littéraire et les articles « portrait ». Les premiers sont conservés par les éditions Gallimard et sont classés en fonction des titres qu’ils concernent[23]. Pour les seconds, nous mobiliserons la presse populaire et féminine qui a introduit Beauvoir dans la culture de masse. Des titres tels que Paris-Match, France Soir, Noir et Blanc, Marie-Claire, Elle, Femina, Nous Deux, Mode et travaux seront dépouillés de 1944 à 1986[24].

Quant à l’enrichissement du fonds, il se fera principalement de deux façons. Les lettres reçues fournissent une correspondance passive qui ne permet qu’une lecture en creux. Or, pour être en mesure de faire une étude des rapports entre un-e écrivain-e et son lectorat à travers leur correspondance, il faut aussi les réponses de l’auteur-e. C’est pourquoi il faudra tenter de retrouver certain-e-s de ces correspondant-e-s en vue d’obtenir leur témoignage et de consulter les réponses de Simone de Beauvoir. Les réponses de Simone de Beauvoir à des intellectuels et autres personnages connus de la postérité sont plus aisées à retrouver. Il faudra d’une part consulter les fonds Claire Cayron (BnF), Dominique Desanti (IMEC et ENS Lyon), Françoise d’Eaubonne, Violette Leduc (IMEC), Marguerite Grépon (Bibliothèque Marguerite Durand) et, d’autre part, tenter de prendre contact avec les intellectuelles telles que Madeleine Chapsal et Annie Ernaux, qui n’ont pas encore versé leurs correspondances aux archives. Enfin, une enquête sera organisée en vue de rencontrer des lecteurs et lectrices souhaitant témoigner sur l’influence de Beauvoir et de son œuvre. Pour cela, un appel à témoignage sera transmis à Version Femina, supplément au Journal du dimanche et à une trentaine de quotidiens régionaux, et à la presse gratuite qui regroupe 20 minutes, Direct matin, Direct soir et Métro. Les réseaux sociaux et les radios locales seront également sollicités. La recherche permettra donc d’enrichir d’une part le fonds Simone de Beauvoir des réponses de l’auteure. D’autre part, un fonds d’histoire orale sera constitué et permettra une compréhension plus précise des lettres et des pratiques de lecture.

Bibliographie sélective

CHAPERON (S.), « Lectures contemporaines du Deuxième sexe », Traverse, 2010, n°1, p. 51-63.

COFFIN (J. G.), « Sex, love, and letters: writing Simone de Beauvoir, 1949-1963 », American historical review, october 2010, p. 1061-1088.

DELPHY (C.) (dir.), CHAPERON (S.) (dir.), Cinquantenaire du deuxième sexe. Colloque international Simone de Beauvoir, Paris, Syllepse, 2002, 523 p.

NAUDIER (D.), « Genre et activité littéraire : les écrivaines francophones », Sociétés contemporaines, 2/ 2010, n° 78, p. 5-13.

PLANTE (C.), « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique ? », Revue d’histoire littéraire de la France, 2003, n°3, vol. 103, p. 655-668

REBREYEND (A-C.), Intimités amoureuses, France, 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, 340 p.

REID (M.), Des femmes en littérature, Paris, Belin, Coll. « L’Extrême contemporain », 2010, 331 p.

[1] Lettre du 14 janvier 1961. NAF 28501, Lettres reçues de lecteurs, boîte 1961, première chemise, feuillet 17.

[2] Université de Toulouse – Jean Jaurès, sous la direction de Sylvie Chaperon.

[3] Les propositions de Gustave Lanson sur l’histoire littéraire, de Hans Robert Jauss, de Wolfgang Iser et de Stanley Fish sur la réception des textes et l’horizon d’attente des lecteurs et celles de Jean-Paul Sartre sur la dialectique qui s’effectue nécessairement entre l’auteur, le texte et son lecteur, font partie des travaux théoriques pionniers.

[4] MAUGER (G.), POLIAK (C.), PUDAL (B.), Histoires de lecteurs, Éditions du Croquant, coll. « Champ social », 2010, 537 p.

[5] Ordinaires car elles ne concernent ni la littérature, entendue comme champ de création artistique, ni le domaine professionnel, ni le domaine scolaire. Elles sont le fruit de pratiques quotidiennes. Leur lien avec le social est fort car ce sont nos sociétés qui les ont suscitées. Roger Chartier considère la correspondance, centrale dans notre sujet, comme partie intégrante des écritures ordinaires. CHARTIER (R.) (dir), La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 453.

[6] REID (M.), Des femmes en littérature, Paris, Belin, Coll. « L’Extrême contemporain », 2010, 331 p.

[7] Nous renvoyons aux travaux de Delphine Naudier et Audrey Lasserre.

[8]   Elles se sont beaucoup plus développées aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et dans les pays scandinaves.

[9] Malgré un large lectorat, Simone de Beauvoir n’a été intégrée ni dans le canon de la littérature, ni dans celui de la philosophie.

[10] Le dernier grand colloque international en France consacré à Beauvoir s’est déroulé à Paris du 9 au 11 janvier 2008 et a permis de se rendre compte de l’ampleur des recherches.

[11] Trois historiennes sont à citer : Sylvie Chaperon, Simona Necula et Judith Coffin. CHAPERON (S.), « Beauvoir et le féminisme français », dans Eliane LECARME-TABONE et Jean-Louis JEANNELLE, Simone de Beauvoir, Paris, Ed. de l’Herne, 2012, p. 277-283. NECULA (S.), Controverses autour du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir, Paris, Thèse de doctorat soutenue en 2012, Institutul European, 2013, 240 p. COFFIN (J. G.), « Sex, love, and letters: writing Simone de Beauvoir, 1949-1963 », American historical review, october 2010, p. 1061-1088.

[12] LE BON de BEAUVOIR (S.), « Lettre au directeur de la BNF », dans Eliane LECARME-TABONE et Jean-Louis JEANNELLE, Simone de Beauvoir, Paris, Ed. de l’Herne, 2012, p. 374.

[13] L’analyse intégrera le genre dans une perspective comparative : nous ne pourrons bien évaluer la place des femmes dans la littérature qu’en la comparant à celle des hommes.

[14] Au cours de notre Master 2, nous avons choisi de nous concentrer sur une communauté de lecteurs en particulier : les femmes des années 1950. Nous avons évalué l’influence du Deuxième Sexe sur ces femmes « ordinaires » et découvert que la publication des mémoires a permis d’activer ou de réactiver la lecture de l’essai qui, contrairement à ce qui est communément admis, n’avait pas répondu à toutes les attentes.

[15] REBREYEND (A-C.), Intimités amoureuses. France 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Le Temps du genre », 2009, 340 p.

[16] Lors d’un entretien avec Alice Schwazer en 1976, Simone de Beauvoir disait qu’à travers ces lettres elle avait appris « l’immensité de l’oppression ». SCHARZER (A.), Simone de Beauvoir aujourd’hui. Six Entretiens, Paris, Éditions Mercure de France, 1984, p. 74.

[17] FISH (S.), Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives, Paris,  Les Prairies ordinaires, coll. « Penser/croiser », 2007, 144 p. Première publication en américain en 1980.

[18] Les lettres sont conservées à la BnF sous la cote NAF 28501, puis par année de réception ou par expéditeur.

[19] Nous avons estimé à environ 500 lettres par boîte d’archive à partir de 1962. Le fonds contient 40 boîtes entre 1962 et 1986, ce qui ferait un total d’environ 20 000 lettres reçues, en plus des 1728 déjà étudiées au cours du Master 2.

[20] De 18 lettres en 1953, on passe à 94 lettres l’année d’après et leur grande majorité concerne Les Mandarins, roman pour lequel l’auteure a reçu le prix Goncourt en 1954. L’année 1961 comporte 460 lettres.

[21] COFFIN (J. G.), « Sex, love, and letters: writing Simone de Beauvoir, 1949-1963 », American historical review, october 2010, p. 1061-1088.

[22] REBREYEND (A-C.), Intimités amoureuses, France, 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008, 340 p.

[23] Service archives et documentation, 5 rue Gaston-Gallimard, 75328 Paris.

[24] Année de la mort de Simone de Beauvoir.

Intellectuelles parmi les intellectuels : à la conquête d’un monde masculin

Écoutons d’abord Simone de Beauvoir qui, dans La Force des choses, se livre sur les critiques dont elle a été toute sa vie la cible :

La FC I« Des gens ont raconté que Sartre écrivait mes livres. Quelqu’un, qui ne me voulait pas de mal, m’a conseillé au lendemain du Goncourt : « Si vous donnez des interviews, précisez que Les Mandarins sont bien de vous ; vous savez ce qu’on dit : que Sartre vous tient la main… » On a prétendu aussi qu’il avait fait ma carrière : son intervention s’est limitée à présenter à Brice Parain deux manuscrits de moi dont l’un fut d’ailleurs refusé. Passons. On a bien dit devant moi que Colette était arrivée « en couchant » : tant notre société tient à maintenir mes pareilles dans leur statut d’êtres secondaires, reflets, jouets ou vampires du grand sexe masculin. »

(La Force des choses, II, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1963, p. 490.)

« En France, si vous écrivez, être femme c’est donner des verges pour vous La FC IIbattre. Surtout à l’âge que j’avais quand j’ai commencé à être publiée. Une très jeune femme, on lui accorde une indulgence égrillarde. Vieillie, on lui tire des révérences. Mais la première fraîcheur perdue, sans avoir acquis encore la patine de l’ancienneté, osez parler : quelle meute ! »

(Ibid.,  p. 491.)

Intégrer les intellectuelles dans l’histoire intellectuelle

Si l’histoire intellectuelle a longtemps privilégié l’étude des « Grands hommes » et de leurs productions[1], c’est avant tout parce que la présence des femmes était illégitime dans le domaine du politique et dans la sphère publique. L’historienne Florence Rochefort[2] remarque qu’il en résulta la mise à l’écart des femmes de l’histoire et de l’histoire intellectuelle en premier lieu, la figure de l’intellectuel étant éminemment masculine. Il faut donc remettre en question cette masculinité écrasante et s’interroger sur « les procédés d’occultation des femmes dans l’histoire et dans la culture.[3] ».

Quelques initiatives à relever (en France)

Les travaux sur les intellectuelles se sont développés à la fin des années 1990 et au début des années 2000 et sont aujourd’hui en plein essor. Trois initiatives sont à noter. La première, pionnière, de Nicole Racine et Michel Trebitsch, tous deux membres du Groupe de Recherche sur l’Histoire des intellectuels (GRHI), qui ont organisé en janvier 1998 une première table ronde qui se proposait, dans la continuité des travaux du GRHI, de se consacrer aux intellectuelles. Il paraissait urgent à Nicole Racine qu’après une vingtaine d’années d’histoire des femmes, cette dernière s’intéresse enfin aux intellectuelles[4]. La même année, dans le numéro 16 de la revue Mil neuf cent[5], Françoise Blum et Muriel Carduner-Loosfelt publiaient une riche synthèse de la table ronde susmentionnée[6]. En 2004, les actes de la rencontre étaient publiés[7]. La deuxième initiative faisait suite à la table ronde sur les intellectuelles : la revue Mil neuf cent consacrait son numéro 16 aux figures d’intellectuelles[8]. Ces deux premières réalisations posaient les bases théoriques du champ, empruntées à l’histoire des femmes et à l’histoire intellectuelle, et ouvraient la piste à de nombreuses autres recherches. Alors que la première table ronde se concentrait en grande partie sur la situation de la France, le numéro de Mil neuf cent faisait une grande place aux exemples étrangers et encourageait à des études comparatives. Enfin, la revue Clio. Femmes, genre, histoire, consacrait en 2001 un numéro aux intellectuelles[9] et faisait la part belle aux études de cas. Alors que Mil neuf cent consacrait son numéro aux pionnières dans divers champs professionnels (psychiatres, avocates, peintres…), Clio souhaitait ne plus seulement étudier ces femmes d’après leur domaine d’expertise et ainsi élargir l’analyse à leur parcours et leur statut d’intellectuelle à la lumière de leur vie privée.

Penser les intellectuelles

L’article de Florence Rochefort paru dans Clio[10] constitue le dernier texte programmatique en date du champ de recherche. Je m’en inspire pour la suite du propos.

Qu’est-ce qu’un intellectuel ? La définition communément admise est celle des deux chercheurs les plus éminents de l’histoire intellectuelle : Pascal Ory et Jean-François Sirinelli. Selon eux, l’intellectuel est « homme du culturel, créateur ou médiateur, mis en situation d’homme du politique, producteur ou consommateur d’idéologie »[11]. Notons au passage que pour les deux historiens, l’intellectuel ne peut nécessairement qu’être un homme. Néanmoins il est possible d’opérer un glissement de genre et d’appliquer cette définition aux femmes. L’accès à la sphère publique est une condition retenue par Florence Rochefort mais elle note trois principales limites à cette définition. Considérant une créatrice, médiatrice ou femme du politique, on ne se concentre que sur les femmes appartenant aux élites. Comment alors faire apparaître des intellectuelles qui n’ont pas eu l’occasion, par manque de moyen ou à cause d’une situation privée (le mariage par exemple), d’exprimer leur savoir publiquement et de se faire connaître ? De plus, la définition, en faisant l’impasse sur une approche plus culturelle, exclut les femmes artistes. Enfin, donner des définitions séparées de l’intellectuel d’une part et de l’intellectuelle d’autre part évacue la possibilité d’une interrogation sur un ensemble mixte. Ces trois points sont autant de pistes à poursuivre pour de futures recherches qui ne pourront qu’apporter des enrichissements au domaine de recherche. Pour l’essentiel, ce sont les pionnières qui monopolisent les recherches au début des années 2000. Le numéro de Clio en témoigne : parmi d’autres, des études sur Aspasie, Christine de Pizan, Simone de Beauvoir et encore Marguerite de Valois y sont proposées.

Tête de femme voilée du type de l’Aphrodite Sôsandra, dite Aspasie (Copie romaine d’époque impériale), vers 460 av J-C, Paris, musée du Louvre.
Tête de femme voilée du type de l’Aphrodite Sôsandra, dite Aspasie
(Copie romaine d’époque impériale), vers 460 av J-C, Paris, musée du Louvre.
Chrsitine de Pisan, extrait du manuscrit des Cent Balades
Chrsitine de Pisan, extrait du manuscrit des Cent Balades

Ces femmes étudiées ont deux points communs : elles ont eu accès au savoir donc à la sphère publique et elles ont pris position dans les débats publics. Il s’agit de « mettre l’accent sur le passage du savoir « pur », à usage privé ou strictement scientifique, à l’expression publique d’un point de vue critique »[12]. Ceci implique ce que Florence Rochefort nomme « une approche historique de la subjectivité »[13] puisqu’il sera nécessaire de faire se croiser les analyses sur « le vécu, la formation, l’apport à la réflexion ainsi que la réception des œuvres et la perception de ces personnalités par leurs contemporains (et éventuellement par celles et ceux qui les découvrent ultérieurement) en termes de contraintes et de représentations de genre. »[14]. A travers les différents portraits de femmes présentés dans le numéro de Clio,  il est possible de dégager des caractéristiques de l’intellectuelle : une figure singulière au statut d’exception. Devenir une intellectuelle, et surtout être reconnue comme telle, requiert une extériorité. Le cas d’Aspasie montre combien il est essentiel que la femme soit étrangère et hors statut matrimonial pour atteindre une importante notoriété dans la Cité. De plus, elle doit jouir d’une position sociale privilégiée et d’un statut personnel lui permettant d’éviter toute contrainte domestique. L’intellectuelle, pour surmonter l’interdit public de l’expression féminine, doit disposer d’un espace de liberté et d’égalité, loin des contraintes de genre, dans sa vie privée. Florence Rochefort souligne que le statut d’exception de ces femmes n’implique pas pour autant leur isolement. Leur adhésion à une communauté, souvent de femmes mais pas toujours[15], va de pair avec leur statut.

L’accès des femmes au savoir et à l’instruction publique du XXème siècle a permis l’émergence d’une nouvelle génération d’intellectuelles dont Simone de Beauvoir représente l’archétype. Par la suite, le féminisme, via l’adhésion à une communauté de femmes, a accru les possibilités d’engagement et d’expression au niveau public. Ces femmes se sont spécialisées dans l’analyse des rapports entre les sexes et représentent un nouveau type d’intellectuelles né à partir des années 1950. Sylvie Chaperon leur consacre un article dans le même numéro de Clio[16]. Ainsi, pour Florence Rochefort, l’affirmation des intellectuelles est « toujours étroitement liée non seulement à l’autonomie et l’individuation de chacune, qui prennent des formes différentes selon les époques, mais aussi aux équilibres de genres et aux représentations de la différence des sexes au sein des sphères économique, sociale, politique, religieuse et culturelle. »[17].

Simone de Beauvoir déchaîne les passions des intellectuels…

            Avant les années 1990 et le renouveau des études beauvoiriennes, les critiques à l’encontre de Simone de Beauvoir et de son œuvre ont été quelque peu ambivalentes et clairement antipathiques. Pour Elizabeth Fallaize, elles sont largement imprégnées du fait que Simone de Beauvoir était une femme écrivain, figure du féminisme moderne, tentant de s’affirmer à la fois en littérature et en philosophie, domaines intellectuels éminemment masculins[18]. Par ailleurs, Toril Moi remarque qu’aucune écrivaine française comparable à Beauvoir, telles que Simone Weil, Marguerite Yourcenar, Marguerite Duras ou encore Nathalie Sarraute, n’ont essuyé de critiques aussi virulentes[19]. Virulentes au point même qu’en 1976, Anne Ophir se demandait qui avait peur de Simone de Beauvoir[20].

Simone de Beauvoir, vers 1960
Simone de Beauvoir, vers 1960

Dans son Simone de Beauvoir, Toril Moi identifie les différents stéréotypes que l’on trouve dans les critiques adressées à Beauvoir et à son œuvre et qui valent pour la réception des femmes écrivains en général. J’en propose ici une brève liste afin d’éclairer le fait que les réactions critiques à l’égard de Beauvoir ont bel et bien été marquées par le sexe de l’auteure et par l’expression de ses positions politiques, comme l’avance Elizabeth Fallaize[21].

Le livre critiqué est le plus souvent réduit à son auteure. Il semblerait que ce qui est exprimé importe moins que ce que l’auteure est. Son apparence, sa vie privée ainsi que sa moralité sont soigneusement examinées et tournées en dérision[22]. Apparaît alors la figure de la midinette caractérisée par la naïveté, la superficialité et une sentimentalité exacerbée. Une autre stratégie consiste en l’utilisation de l’intime pour discréditer le politique[23]. Comme c’est le cas de Beauvoir, si une femme clame ses positions politiques, elle attire immanquablement l’hostilité. Le débat est alors esquivé en réduisant les idées de l’intellectuelle à « des élans inexplicables d’une femme hyperémotive voire même hystérique »[24] ou bien à celles d’un mari, d’un ami ou d’un amant, refusant ainsi toute indépendance intellectuelle à la femme qui s’exprime. Paradoxalement, on critiquera le manque de féminité et d’attitude maternelle d’une femme qui tentera de se faire une place dans la sphère publique. On trouve également le cliché du bas-bleu qui insiste sur le « caractère froid, desséché et asexué de l’intellectuelle »[25]. Dans tous les cas, le critique recourt au sarcasme et à l’ironie pour produire l’image de la « fausse intellectuelle »[26]. Pour Toril Moi, ces critiques ont eu « un effet dramatique sur sa [Beauvoir] réputation d’écrivain »[27], effet que l’on mesure aisément en parcourant l’évolution des études beauvoiriennes.

Notons également que, depuis L’invité jusqu’au Deuxième sexe, les critiques ont clairement dirigé leurs attaques sur le contenu à caractère sexuel des ouvrages de Beauvoir. Le Deuxième Sexe en a fait les frais. Ce sera l’objet d’un prochain post sur ce carnet.

De telles attaques auraient-elles eu lieu si ces ouvrages avaient été écrits par un homme ? Les analyses de E. Fallaize et de T. Moi répondent par la négative et sont plutôt convaincantes[28].

Simone de Beauvoir, années 1940
Simone de Beauvoir, années 1940

NOTES

[1] Il y a eu un glissement progressif de l’histoire des intellectuels à l’histoire intellectuelle. Voir CHAUBET François, « Enjeu – Histoire des intellectuels, histoire intellectuelle. Bilan provisoire et perspectives », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2009/1, n°101, p. 179-190.

[2] ROCHEFORT Florence,  « À la découverte des intellectuelles », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 2001, n°13, p. 5.

[3] Ibid., p. 5.

[4] BLUM Françoise, CARDUMER-LOOSFELT Muriel, « Du genre en histoire des intellectuels. Table ronde », Mil neuf cent, 1998, n°16, p. 134.

[5] Figures d’intellectuelles, Mil neuf cent, 1998, n°16, 198p.

[6] BLUM Françoise, CARDUMER-LOOSFELT Muriel, op. cit., p. 133-143.

[7] RACINE Nicole, TREBITSCH Michel, Intellectuelles : du genre en histoire des intellectuels, Bruxelles, Complexe, 2004, 346p.

[8] Figures d’intellectuelles, op. cit.

[9] DUBESSET Mathilde (dir.), ROCHEFORT Françoise (dir.), Intellectuelles, revue Clio, Femmes, genre, histoire, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, n°13, 2001, 320p.

[10] ROCHEFORT Florence,  Op. cit.

[11] ORY Pascal, SIRINELLI Jean-François, Les Intellectuels en France, de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, 1986, p.10. Egalement cité par Florence ROCHEFORT, op. cit.

[12] ROCHEFORT Florence, Op. cit., p.

[13] Ibid, p.

[14] Ibid, p.

[15] Simone de Beauvoir s’est imposée comme intellectuelle sans adhésion à une communauté de femmes. Bien au contraire, en écrivant le Deuxième Sexe, elle soulignait avant tout son absence de lien avec le féminisme. La « famille » dans laquelle elle a évolué comptait d’ailleurs majoritairement des hommes (Sartre, Merleau-Ponty, Nizan parmi d’autres).

[16] CHAPERON Sylvie, « Une génération d’intellectuelles dans le sillage de Simone de Beauvoir », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 2001, n°13, p. 99-116.

[17] ROCHEFORT Florence, Op. cit., p.

[18] FALLAIZE Elizabeth, Simone de Beauvoir: a critical reader, Londres, New York, Routledge, 1998, p. 7.

[19] MOI Toril, Simone de Beauvoir, conflits d’une intellectuelle, Paris, Diderot éd. Arts et sciences, 1995, p. 114. Cité par FALLAIZE Elizabeth, Op. cit., p. 7.

[20] OPHIR Anne, Regards féminins, Paris, Denoël, 1976, p. 9. Cité par FALLAIZE Elizabeth, Op. cit., p. 7.

[21] Voir aussi sur ce sujet FALLAIZE Elizabeth, «Reception problems for women writers: the case of Simone de Beauvoir », dans Diana Knight et Judith Still, Women and representation, Royaume-Uni, Nottingham, 1995, p. 43-56. Egalement disponible en ligne : core.kmi.open.ac.uk/download/pdf/17422.pdf (consulté le 23 mai 2014)

[22] MOI Toril, Op. cit., p. 111.

[23] Ibid., p. 124.

[24] Ibid., p. 124.

[25] Ibid., p. 136.

[26] Ibid., p. 141.

[27] Ibid., p.112.

[28] Ingrid Galster a écrit un article utile après une analyse des articles nécrologiques de Beauvoir en 1986. L’analyse permet de mettre au jour les différentes idéologies qui se cristallisent autour de la figure de Beauvoir. GALSTER Ingrid, « La fin d’une époque ? La mort de Simone de Beauvoir dans la presse parisienne », dans Ingrid Galster, Beauvoir dans tous ses états, Paris, Tallandier, 2007, p. 234-246.