Chercheuse d’or

Image mise en avant : Men and Women in the California gold rush, 1850. Photographe inconnu. Source : Wikipedia

Je suis parfois prise d’un vertige quand je considère la masse de lettres que j’ai lues et relevées… et qu’il me reste encore à lire et à relever ! Mais en cette fin de journée passée en archives, pas l’ombre d’un vertige. Je n’ai pas accompli un travail acharné de dépouillement, comme je le fais parfois (j’alterne entre des relevés systématiques pour une analyse quantitative et des relevés plus ciblés pour une analyse qualitative), et qui me laisse souvent frustrée, avec un goût d’inachevé.

Comme la jeune Simone de Beauvoir des Cahiers de jeunesse qui cherchait à « vivre » et à incarner ses lectures littéraires, j’ai souhaité moi aussi le temps d’une journée me nourrir de ces lettres, en faire des « expériences » ; les « vivre ».

Mon rythme s’en est peut-être trouvé ralenti, je n’ai certainement pas lu autant de lettres que ce que j’avais prévu – mais celles que j’ai relevées sont de véritables pépites d’or. Je partage ici une petite partie du trésor du jour.

Soleil d’or pour conclure une belle journée dans les archives.

***

C’est d’abord la jeune Myriam, 18 ans, qui m’a touchée. Elle cherche à construire sa vie selon ses propres choix. Ce qu’elle veut à tout prix éviter, ce sont les pièges tendus aux femmes par la société. Et cette quête d’indépendance, elle la cherche en premier lieu dans sa façon de vivre sa relation amoureuse. C’est vers le modèle du couple Beauvoir-Sartre que sa recherche du couple parfait la mène. Mais elle en expose les limites (et elle n’est pas la seule à s’exprimer sur le couple libre formé par les deux intellectuels) dans une lettre du 6 mai 1974 :

 « R. et moi essayons de vivre librement notre amour mais on a beaucoup de difficultés comme on a entrepris notre relation sur une base conventionnelle – par la force des choses, chacun de nous n’ayant que peu d’amis – il nous est difficile maintenant de nous libérer chacun de l’emprise qu’on a sur l’autre, d’un côté on voudrait que chacun de nous ait ses amis, d’un autre coté celui des deux qui reste seul s’ennuie bien un peu. Je me demande comment vous et Sartre avez fait pour vous permettre d’autres amours tout en vous aimant encore ; moi je me sens incapable de vivre cela pourtant ça me semble inévitable. Déjà quand il se présente des ébauche [sic] d’une relation entre Robert et une autre femme j’ai peur je ne suis plus indispensable je perds ma qualité d’« unique » je me retrouve comme face à un étranger je suis l’intruse qui aurait eu un petit bout de son être de sa vie. »

***

Découverte d’une lettre plus pragmatique. Les membres de la Ligue française pour le droit des Femmes, fondée en 1870 par Léon Richer, écrivent à Beauvoir après avoir appris la fondation d’une Ligue du droit des femmes (1974). La lettre est intéressante à mon sens car elle montre les difficultés du dialogue entre deux « vagues » féministes.

 « Ce n’est pas sans une vive surprise que nous avons lu, hier soir dans l’édition du Monde datée du vendredi 8 mars 1974 (n°9065) le texte du manifeste féministe que vous publiez au nom de la Ligue du Droit des femmes.

Nous sommes fort étonnées que vous sembliez ignorer l’existence de la Ligue Française pour le Droit des femmes qui, depuis 1870, milite activement pour la cause féministe.

Ce ne sont pas, certes, les termes de votre manifeste – que nous approuvons dans l’ensemble – qui ont provoqué notre inquiétude. Nous ne saurions vous reprocher de mener un combat qui est aussi le nôtre : plus il y aura de femmes pour revendiquer leurs droits, sous quelque forme ce que soit – et je conviens volontiers que l’autorité de votre nom et de votre œuvre peut aider beaucoup au triomphe de notre cause – plus nous en serons satisfaites.

Il n’en demeure pas moins impossible que vous puissiez continuer à intituler votre groupement : Ligue du Droit des Femmes  puisque le titre de Ligue française pour le droit des Femmes  nous appartient de plein droit. »

***

J’ai aussi relevé la lettre (bientôt en ligne dans la rubrique « chère autrice ») engagée d’une jeune femme de 21 ans qui dénonce l’institution médicale lui refusant la stérilisation contraceptive. Écrite en 1974, cette lettre aurait très bien pu l’être en 2017. Les critiques auxquelles elle est confrontée ne sont pas sans rappeler celles que doivent subir des femmes d’aujourd’hui souhaitant recourir à la stérilisation volontaire en guise de contraception :

« vous n’avez que 21 ans – vous allez encore beaucoup changer et certainement regretter cette décision – et là vous allez nous faire des reproches »

« Prenez donc des mesures préventives »

« Nous avons jamais [sic] rencontré un cas comme le vôtre. C’est de l’idéalisme et des trucs comme ça s’en vont quand on devient plus mûr. »

***

Une invitation de la traductrice française de Kate Millet à un dîner devant rassembler des féministes françaises a particulièrement attiré mon attention. Kate Millet, comme Betty Friedan, a peu revendiqué publiquement ce qu’elle devait à Beauvoir dans la formation de sa pensée féministe : « It was a revelation, how could it have been a source ?! » (Voir Ingrid Galster, « Les chemins du féminisme entre la France et les Etats-Unis 1947-2000 », dans J. Trebitsch, N. Racine, Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels, Bruxelles, Complexe, 2004, p. 245-257.). Cette lettre me pousse à creuser les liens évoqués par Ingrid Galster entre le féminisme français et le féminisme américain. Je reviendrai donc dans un autre billet sur les divergences entre Ingrid Galster et Sylvie Chaperon au sujet de l’influence du Deuxième Sexe dans les mouvements féministes.

Spoiler : Simone de Beauvoir n’a pas assisté au dîner.

 « […] sachant qu’elle [Kate Millet] désirait beaucoup faire la connaissance de certaines féministes françaises et que ces dernières souhaitaient la rencontrer, j’ai arrangé chez moi un dîner pour lequel j’ai réuni des personnes – toutes femmes – qui se préoccupent de ces problèmes. Il y aura Colette Audry, Benoîte Groult, Rolande Ballorain, Catherine Valabrègue, Antoinette des Editions des femmes et deux ou trois de mes amies qui travaillent dans l’édition.
Kate Millet m’a souvent dit – et elle a exprimé dans ses livres – tout ce qu’elle pensait vous devoir et l’estime qu’elle vous portait. Elle serait, évidemment, très heureuse de vous voir à ce dîner. »

16 juin 1975.

***

Je termine ce billet avec la très belle lettre d’une féministe française qui livre son sentiment ambivalent sur les maisons de femmes.

 « Je viens de relire les dernières pages de « Les femmes s’entêtent » et j’y trouve des images-force pour un travail théâtral que nous voudrions faire à la maison des femmes. En même temps je me demande ce que vous en pensez ou comment vous éprouvez cette sororité à la fois réelle et rêvée que nous essayons de concrétiser dans ces maisons […]. Moi, je ressens ça comme une chose exaltante, mais je me demande à quel point nous pouvons nous y laisser aller, je veux dire cela ne risque-t-il pas de devenir une serre chaude, où il sent délicieusement bon (vous vous rappelez l’odeur du terreau chaud ?) mais où les plantes risquent de s’amollir, de ne plus s’acclimater au dehors. D’un autre côté, nous avons fort besoin d’être entre nous pour nous purger du regard d’homme qui tout le temps nous caresse ou nous exaspère. »

31 décembre 1975.

 

Réputation de S. de Beauvoir : l’effet des publications posthumes

14 avril 2016, Bibliobs. http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160413.OBS8441/simone-de-beauvoir-la-scandaleuse.html

Les publications posthumes semblent d’abord avoir réactivé l’intérêt du grand public pour l’écrivaine. Si les premières publications ont suscité l’indignation, les dernières ont permis de mieux connaître la personnalité de Beauvoir. Mais ne s’agit-il pas là d’une stratégie de publication afin d’orienter et de contrôler la réputation de l’écrivaine ?

Beauvoir sulfureuse et perturbatrice de genre

On connaissait depuis 1983 l’attitude de Sartre envers les femmes grâce à la publication posthume des Lettres au Castor[1]. On y découvrait un homme collectionnant les aventures « contingentes » et qui « s’arrogeait des droits qu’il n’accordait pas à ses amantes »[2]. Bien que le public n’eût pas encore à sa disposition les réponses de Simone de Beauvoir, cette dernière ne sortit pas indemne du scandale de la parution des Lettres au Castor. Si Sartre était aussi peu respectueux avec ses amantes, Simone de Beauvoir avait dû en pâtir également. Déjà, la mythologie du couple émancipé commençait à s’effriter…

En 1990, Sylvie le Bon de Beauvoir, fille adoptive et héritière de l’auteure, publie les Lettres à Sartre[3] en deux volumes. La même année, elle offre au public le Journal de guerre de Simone de Beauvoir[4]. Les critiques acerbes se multiplient et témoignent d’une forte hostilité envers le couple Sartre-Beauvoir en général et Beauvoir en particulier. Un climat de suspicion s’installe autour d’elle, qui demeure encore aujourd’hui.

Les publications posthumes révèlent les relations intimes de Beauvoir avec des jeunes femmes, relations que l’auteure occulte dans ses mémoires[5]. Selon Ingrid Galster, ce n’est pas tant le fait que Beauvoir ait eu des relations physiques avec des femmes qui choque en 1990. Seule l’extrême droite se montre violente à cet égard : Jean Cochet dans Présent parle de « perversité » et d’« exhibitionnisme le plus obscène »[6]. Les presses féminine et catholique, quant à elles, préfèrent à ce sujet garder le silence[7]. La gêne ressentie réside dans le fait que Simone de Beauvoir semble se comporter comme un homme envers ses amantes : Olga Kosakiewics, Nathalie Sorokine (Lise dans les mémoires) et Bianca Bienenfeld (Louise Védrine dans les mémoires). C’est Libération, fondé par Sartre en 1973 et qui avait publié un très bel article pour la mort de Beauvoir, qui publie la critique la plus virulente sur le sujet. Sous la plume de Marianne Alphant, Simone de Beauvoir est une femme « machiste et mesquine »[8]. Alphant ne reproche pas tant à Beauvoir ses aventures que la façon dont elle les conduisait ainsi que le vocabulaire cru et violent employé par l’auteure quand elle décrit ses amantes et leurs relations.

Bianca Bienefeld a été citée entre 1990 et 1991 dans trois ouvrages sous le pseudonyme de Louise Védrine[9]. En 1993, devenue Bianca Lamblin, elle publie un ouvrage dans lequel elle souhaite rétablir la vérité[10]. S’adressant en apparence au couple, la cible semble bien pourtant être Beauvoir. Elle relate : alors que les relations avec Olga et Nathalie se déroulaient sans difficulté, Bianca Bienefeld tentait d’obtenir les mêmes droits dont jouissait Beauvoir auprès de Sartre. Beauvoir défendit alors coûte que coûte sa place de relation « nécessaire ». Une fois la relation achevée, dans une lettre à Sartre du 13 décembre 1945, Beauvoir reconnaît que Bianca est la seule personne à laquelle les deux intellectuels ont réellement fait du mal[11].

Des intellectuels illégitimes (?)

La deuxième accusation concerne l’attitude du couple sous l’occupation. Les deux intellectuels sont accusés d’avoir exercé une collaboration passive alors même que plus tard, ils revendiquaient leur appartenance inconditionnelle à la résistance[12]. Ainsi l’historien, romancier et ancien maquisard Gilbert Joseph tentait de détruire le mythe de l’héroïsme du couple en prouvant que ni Sartre ni Beauvoir n’avaient jamais appartenu à un groupe de résistance[13]. Il décrit ainsi deux écrivains qui ne se préoccupaient que de leur carrière littéraire respective et prêts à faire des compromis incompatibles avec une attitude engagée de résistants.

Sartre et Beauvoir, par Amélie Harrault. Pour la série Les Aventuriers de l’Art Moderne diffusée sur Arte http://sites.arte.tv/ladam/fr/minuit-paris-ladam

Simone de Beauvoir a en effet travaillé à Radio Vichy que Gilbert Joseph considérait comme « l’antre même de la Collaboration »[14]. Elle y proposait des émissions neutres sur l’histoire de la musique. Pour elle, travailler à Radio Vichy était « licite selon les règles tacitement adoptées par les écrivains opposants » et « tout dépendait du sens des émissions »[15]. A partirde la publication du livre de Joseph, la presse s’est emparée du débat[16]. Débat par ailleurs relayé avec manque de rigueur et de façon très inexacte par Michel Onfray au cours de ses divers entretiens et de ses universités populaires.

Des stratégies de publication au service de la postérité

A la suite de ces scandales, Sylvie Le Bon de Beauvoir semble avoir voulu orienter le public dans une autre direction. Elle choisit de publier les correspondances amoureuses de Beauvoir avec deux hommes : Son amant américain, Nelson Algren, et un ami de la famille, Jacques-Laurent Bost[17]. En 1997, les Lettres à Nelson Algren sont publiées[18]. En 2004, c’est le tour de la correspondance croisée de Beauvoir et du « petit Bost »[19]. En 2008, dans un autre genre, Sylvie Le Bon de Beauvoir publie les Cahiers de jeunesse[20] qui montrent la naissance et la formation d’une intellectuelle. La Simone de Beauvoir qui s’y exprime a entre dix-huit et vingt-deux ans.

Ces trois dernières publications sont le fruit d’une stratégie qui, selon Sylvie Chaperon, consiste à montrer une « image straight »[21] de l’auteure qui se montre très amoureuse et emploie un vocabulaire beaucoup plus doux. Ce n’est donc pas un hasard si Sylvie Le Bon de Beauvoir a choisi de publier des correspondances amoureuses avec des hommes. Il s’agissait probablement de montrer une Simone de Beauvoir beaucoup plus hétérosexuelle que ce que le public avait découvert en 1990. La réaction des médias ne se fait pas attendre. A propos des lettres à Nelson Algren, Libération titre « L’amant américain. C’est un Castor inédit, fragile et tendre, qui transparaît dans les lettres à son amour d’outre-Atlantique »[22]. L’Express dans son magazine Lire écrit « Simone de Beauvoir amoureuse »[23]. A propos de la Correspondance croisée, Libération choisit un jeu de mot : « Il fait Beauvoir »[24]. Et L’Express (Lire) : « Et Beauvoir aima le petit Bost »[25]. Tous mettent l’accent sur la femme amoureuse dont on ne soupçonnait pas l’existence.

Beauvoir désacralisée

            Alors que l’auteure a fait une entrée bruyante dans le milieu intellectuel qui lui a valu d’être souvent appelée « la scandaleuse »[26], il semblerait qu’elle devienne une figure de plus en plus consensuelle[27]. Si elle n’est plus polémique (Remarque : il n’est pas question ici des milieux universitaire et féministe) c’est parce qu’elle devient un « monument ». Paradoxalement, d’après les titres de presse publiés pour le centenaire de la naissance de l’auteure et dépouillés par Sylvie Chaperon, il semblerait que Beauvoir soit de moins en moins prise au sérieux. La mémoire de Beauvoir évolue en effet dangereusement vers une superficialité que l’on pourrait attribuer au sexisme[28]. La polémique qui a secoué le colloque de 2008 et qui a révélé la désacralisation de Beauvoir a été déclenchée par Le Nouvel Observateur qui publiait en une du 3 janvier 2008 une photographie de Beauvoir nue en train de faire sa toilette[29].

Simone de Beauvoir par Art Shay, 1952.

Il faut noter que le journal était un compagnon de route et que son entreprise a paru maladroite à de nombreux.ses intellectuel.le.s dont Danièle Sallenave. Les Chiennes de garde, association féministe française créée en 1999, ont organisé une manifestation, exigeant de voir « les fesses » de certains philosophes hommes, dont celles de Sartre. Si la désacralisation de Beauvoir est perceptible, il faut tout de même rappeler que la presse traverse une grave crise et que publier, l’année du centenaire de sa naissance saluée à coup de colloques, articles, parutions d’ouvrages et documentaires audiovisuels, le nu d’une féministe reconnue avait très certainement pour but de faire sensation. Mais on ne peut nier la banalisation dont fait preuve la presse à l’égard de Beauvoir.

[1] SARTRE Jean-Paul, Lettres au Castor et à quelques autres. 1926-1939, Paris, Gallimard, 1983, 528p. Et Lettres au Castor et à quelques autres. 1940-1963, Paris, Gallimard, 1983, 366p. Notons que certains passages ont été censurés par Simone de Beauvoir elle-même et ne sont donc pas disponibles dans l’édition publiée.

[2] GALSTER Ingrid, « « Une femme machiste et mesquine ». La réception des écrits posthumes dans la presse parisienne », dans Ingrid Galster, Beauvoir dans tous ses états, Paris, Taillandier, 2007, p. 247.

[3] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Sartre. 1930-1939, Paris, Gallimard, 1990, 400p. Et Lettres à Sartre. 1940-1943, Paris, Gallimard, 1990, 440p. Notons que certains passages ont été censurés par de Sylvie Le Bon de Beauvoir et ne sont donc pas disponibles dans l’édition publiée. Les originaux sont conservés à la BnF.

[4] BEAUVOIR Simone (de), Journal de guerre. Septembre 1939-janvier 1941, Paris, Gallimard, 1990, 374p.

[5] Il lui est fait grand reproche encore aujourd’hui : M-J. Bonnet, Simone de Beauvoir et les femmes, 2015.

[6] COCHET Jean, « La grande « Sartreuse » revisitée : un désert ! », Présent, 17 mars 1990. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 250.

[7] GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 250. Voir les deux articles suivants : ANON, « Lettres du Castor à Monsieur Sartre, Elle, 19 février 1990. LEMIRE Laurent, « Tout cher petit être », La Croix, 24 février 1990.

[8] ALPHANT Marianne, « L’album de la mère Castor », Libération, 22 février 1990. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 248.

[9] Les trois ouvrages sont Les lettres à Sartre, le Journal de guerre ainsi que la grande biographie de Simone de Beauvoir : BAIR Derdre, Simone de Beauvoir, Paris, Fayard, 1991, 834p.

[10] LAMBLIN Bianca, Mémoires d’une jeune fille dérangée, Paris, Balland, 1993, 210 p. Le titre reprend celui du premier volume des mémoires de Simone de Beauvoir.

[11] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Sartre, Op. cit., tome 2, p. 258. Cité par GALSTER Ingrid, Op. cit., p. 251.

[12] Notamment Beauvoir dans le deuxième volume de ses mémoires : La force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, 622 p.

[13] JOSEPH Gilbert, Une si douce occupation : Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, 1940-1944, Paris, A. Michel, 1991, 380 p.

[14] JOSEPH Gilbert cité par GALSTER Ingrid, « Simone de Beauvoir et Radio Vichy. A propos de quelques scénarios retrouvés sur les origines du music-hall » dans Ingrid Galster, Beauvoir dans tous ses états, Paris, Tallandier, 2007, p. 111-134.

[15] BEAUVOIR Simone (de) cité par GALSTER Ingrid, ibid., p. 112. A ce sujet, voir également : GALSTER Ingrid, « Simone de Beauvoir face à l’occupation allemande. Essai provisoire d’un réexamen à partir des écrits posthumes », Contemporary French Civilization, vol. XX, n°2, Summer-Fall 1996, p. 278-293. Ingrid Galster a d’abord concentré ses travaux sur le théâtre de Sartre et sur les accusations selon lesquelles il aurait collaboré.

[16] Voir les articles suivants : SLAMA Alain-Gérard, « Beauvoir-Sartre : le mauvais procès », Le Figaro Littéraire, 9 septembre 1991. NADEAU Maurice, « Sur Sartre et Beauvoir un livre féroce et amer », La Quinzaine littéraire, 16 septembre 1991. Et CONTAT Michel, « Une si navrante occupation », Le Monde, 11 octobre 1991.

[17] Jacques-Laurent Bost, ancien élève de Sartre au Havre, était le frère cadet de l’écrivain Pierre Bost d’où son surnom « Le petit Bost ». Il devint le mari d’Olga Kosakiewics après la libération.

[18] BEAUVOIR Simone (de), Lettres à Nelson Algren. Un amour transatlantique. 1947-1964, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1997, 910p. Le recueil contient 304 lettres, toutes de Beauvoir. Les agents américains de Nelson Algren s’opposent fermement à la publication de ses lettres.

[19] BEAUVOIR Simone (de), BOST Jacques-Laurent, Correspondance croisée (1937-1940), Paris, Gallimard, 2004, 992p.

[20] BEAUVOIR Simone (de), Cahiers de jeunesse (1926-1930), Paris, Gallimard, 2008, 864p.

[21] D’après l’expression employée par Sylvie Chaperon lors d’une journée du séminaire MémoireS consacré au « féminisme au filtre de la mémoire » le 21 février 2014 à l’Université de Toulouse II – Jean Jaurès.

[22] DEVARRIEUX Claire, « L’amant américain.C’est un Castor inédit, fragile et tendre, qui transparaît dans les lettres à son amour d’outre-Atlantique. Mais n’y figurent pas celles de Nelson Algren. », Libération, 20 février 1997.

[23] RESSAT Anne, « Simone de Beauvoir amoureuse », Lire, 1 juillet 1999.

[24] DEVARRIEUX Claire, « Il fait Beauvoir », Libération, 22 avril 2004.

[25] ALSTADT Marie, « Et Beauvoir aima le petit Bost », Lire, 1 juillet 2004.

[26] A ce propos, voir la vidéo suivante « Beauvoir : la polémique sous le regard de Sallenave », Le Nouvel Observateur, 16 janvier 2008. URL : http://www.dailymotion.com/video/xbj60i_beauvoir-la-polemique-sous-le-regar_creation

[27] D’après Sylvie Chaperon lors d’une journée du séminaire MémoireS consacré au « féminisme au filtre de la mémoire » le 21 février 2014 à l’Université de Toulouse II – Jean Jaurès.

[28] Voir à ce titre et avec réserve le téléfilm Les amants du Flore, 2008. Analyse bientôt postée sur le carnet !

[29] Le cliché a été pris par le photographe américain Art Shay à Chicago en 1952. Ce dernier affirme que Beauvoir se savait observée et photographiée.  Pour en savoir plus sur la polémique : http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-medias/20080107.RUE2780/le-nu-de-beauvoir-excite-la-blogosphere.html et sir lesdénonciations quant aux retouches effectuées sur la photo : http://www.arretsurimages.net/dossier.php?id=33

Review : Beauvoir and her sisters. The politics of women’s bodies in France

Sandra Reineke, Associate Professor of Political Science and Women’s and Gender Studies à l’Université d’Idaho, a publié un ouvrage passionnant sur les moyens beauvoir-and-her-sistersd’action collective dont les femmes disposent en tant qu’agents politiques. 

Vous trouverez le compte-rendu critique de l’ouvrage dans la dernière parution de Clio. Femme, Genre, Histoire.

Je livre ici un résumé des différents chapitres de l’ouvrage, des thèses soutenues, des concepts développés :

Beauvoir and her Sisters. The politics of women’s bodies in France

Le livre se veut une étude de cas dont la chercheure rappelle que le choix des sources a été très sélectif et l’angle d’attaque plus proche de l’analyse linguistique que politique. L’ensemble des écrits étudiés sont autant d’exemples de la volonté d’un changement sociopolitique au terme duquel les femmes auraient eu accès à un nouvel espace distinct de leur espace traditionnel. C’est ce nouvel espace social que définit le concept d’ « imagined sisterhood ».

Le premier chapitre, intitulé « The body, writing, citizenship rights » est un chapitre de contextualisation. Reineke y livre les éléments historiques qui aideront le lecteur à comprendre comment l’exclusion politique des femmes a été basée sur un concept de citoyenneté désincarnée et comment cette situation a mené les femmes à élaborer différentes stratégies, dont la lecture et l’écriture, afin de remédier à leur exclusion. Plusieurs étapes sont ainsi retracées depuis les réactions des femmes modernes face à leur cantonnement à la sphère privée, en passant par l’obtention du droit de vote en 1944 et jusqu’à la mobilisation générale des années 1970 contre la persistance des inégalités en matière de citoyenneté. Reineke se concentre alors, pour cette dernière période, sur la façon dont l’écriture des femmes a été perçue comme un moyen puissant d’introduire une science politique parmi la communauté des femmes et, par ce biais, comme un moyen de créer un élan collectif. Le corps féminin a été l’outil premier utilisé au cours de cette lutte féministe. L’avortement, sur lequel Reineke s’attarde, mais aussi le désir et la contraception entre autres, étaient autant de sujets élevés au rang de problèmes socio-politiques au cours des années 1970.

Le deuxième chapitre, « Secondary citizens », est consacré à la France d’après-guerre et à ses efforts vers la modernisation et plus particulièrement au développement de la culture de consommation de masse, fondée sur des règles de genre. Les magazines Elle et Marie-Claire sont au centre du propos. Tous deux ont créé et véhiculé un idéal type de la femme moderne, largement inatteignable, selon deux valeurs : travail et maison. Le paradoxe réside dans la promotion du soin du corps, de la beauté et de la mode comme des projets féministes. Reineke explique la volonté de ces magazines de relayer les combats féministes doublée de l’impossibilité de se soustraire aux impératifs commerciaux et financiers. Cette situation particulière signe d’ailleurs les débuts de l’invasion de la société de consommation dans le politique. Reineke se concentre aussi dans ce chapitre à la façon dont Simone de Beauvoir a traité de la corporalité féminine dans deux de ses œuvres : Le Deuxième Sexe (1949) et Les Belles images (1966). Ce sont donc les descriptions de Beauvoir ainsi que ses critiques de la société d’après-guerre et de la société de consommation qui a construit le corps de la femme comme un objet de désir que Reineke analyse. Les analyses critiques de Beauvoir auraient contribué à créer le concept de « sisterhood » comme une possibilité pour les femmes d’agir collectivement contre l’oppression sexuelle. La contribution de Simone de Beauvoir prend alors le visage d’une pratique féministe qui aurait utilisé la collectivité « femmes » comme un moyen politique actif. Reineke voit donc « literally and metaphorically » (p. 20) dans l’œuvre de Beauvoir l’idée de « sisterhood » que l’intellectuelle aurait considéré comme un outil politique pour la construction d’une conscience et d’une identité féministes.

            Dans le troisième chapitre, « Citizen consumers », Reineke explore le concept de féminité  dans la culture de masse, les magazines de mode et de beauté dits « féminins » en première ligne, dans la France d’après-guerre. Elle y montre comment ces magazines ont fonctionné comme autant d’espaces idéologiques dans la production et la reproduction des identités et idéaux sociaux de genre. Elle se concentre sur le cas particulier du magazine Elle. On se souvient du paradoxe des magazines féminins soulevé par l’auteure. Pourtant, Elle s’est quand même fortement illustré pour le changement des attitudes sociales face aux rôles attribués traditionnellement aux deux sexes. L’organisation par le journal en 1970 des « Etats généraux de la femme » montre bien combien les femmes étaient considérées comme des agents politiques actifs et combattants. De la même façon, le magazine s’est très tôt posé en faveur de la loi Neuwirth, puis, plus tard, sur les lois relatives à l’avortement. Finalement, Reineke montre bien combien ces magazines ont été autant de nouveaux espaces sociaux au sein desquels les femmes, par l’acte de la lecture, purent trouver le sentiment d’appartenir à une même communauté.

             « Dissident citizens » est le dernier chapitre. Il souhaite montrer qu’une littérature plus spécifiquement féministe était à la disposition des femmes et ce, au-delà de l’environnement commercial et de consommation des magazines féminins. Reineke s’appuie sur les journaux militants pour montrer, une fois de plus, comment la lecture et l’écriture ont été utilisées pour ouvrir une brèche vers le changement social, toujours grâce à la création d’une sororité. Après avoir rappelé la genèse du MLF, l’auteure analyse comment ce dernier a utilisé l’écriture publique sur les droits reproductifs pour véhiculer l’idée d’une action politique collective féminine entre les années 1970 et 1990. Des espaces publics alternatifs ont été créés, d’où le terme « dissident ». Ainsi, l’on a pu voir la multiplication de marches, de protestations, de « sit-ins », ou encore de discours de rues. Cette attitude s’explique par la marginalisation des femmes par la population masculine citoyenne : il n’existe d’autre moyen que d’illustrer leur rejet de la forme courante du pouvoir en utilisant des modes d’action alternatifs. Dans ce contexte, les journaux féministes ont été de puissants outils dans la lutte politique des femmes en faveur des droits sexuels et reproductifs pour deux raisons principales : ils ont premièrement permis d’informer leurs lecteurs, et surtout lectrices, des différentes controverses sur le sujet. Dans un second temps, ils ont offert aux femmes l’opportunité de débattre de thèmes auparavant souvent passés sous silence ou pour lesquels la parole ne leur était pas donnée. Reineke en retrace les moments importants avant de se concentrer sur les différentes étapes qui ont mené à la loi sur l’avortement.

Quelle place pour les femmes dans les métiers de la création ?

Femmes et création

Le jeudi 4 février 2016 a eu lieu une table ronde modérée par Béatrice Didier. Tour à tour se sont exprimé.e.s : Cécile Backès, Caroline Béhague, Gilles Froger et Véronique Goudinoux. Je vous invite à consulter les bio-bibliographies à l’adresse suivante : http://www.meshs.fr

            Un vide à combler

Béatrice Didier a toujours été frappée par l’absence des femmes dans les dictionnaires de musique, de théâtre, de littérature ou encore de peinture… tous les domaines qui relèvent de la création. Pour la professeure et chercheure, une double censure est à l’œuvre : d’abord, la société, par tout un ensemble de processus imbriqués, empêche les femmes de créer. Et quand (ou si) elles ont eu l’audace de créer, les femmes sont considérées comme mineures et ne figurent ni dans les dictionnaires ni dans les anthologies. Deux états de fait auxquels il faut tout de même ajouter une auto-censure réelle des femmes que rien n’encourage à emprunter la voie de la création. Les tabous sont rapidement intériorisés. La culpabilité émerge et le temps de la création tend à être perçu par les femmes comme du « temps volé à l’homme »…

C’est ce vide que Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber ont voulu combler en éditant Le dictionnaire universel des créatrices.

http://www.desfemmes.fr/dictionnaire-des-creatrices/
http://www.desfemmes.fr/

 Enorme et audacieux projet que celui de réunir dans un même dictionnaire des créatrices du monde entier et de toutes les époques.  L’ampleur de l’entreprise a d’ailleurs effrayé nombre d’éditeurs, rattrapés par des logiques et des impératifs financiers. Antoinette Fouque a fait confiance au projet en l’accueillant dans sa maison d’édition Des Femmes, fondée en 1973. 12 000 entrées, une centaine de « directeurs/trices de secteur », 16 000 auteur.e.s, trois volumes et près de 5000 pages… Le dictionnaire universel des créatrices est hors normes et cruellement indispensable. Une version électronique, en cours d’élaboration, permettra de nombreuses mises à jour ainsi que l’ajout d’illustrations que l’équipe a dû sacrifier dans la version papier.

Deux types d’article sont présents : « biographiques » et « de synthèse ». La variété des opinions a été privilégiée car il ne s’agit d’une « lutte féministe » : « Création et féminisme ne vont pas forcément ensemble », précise B. Didier.

Qu’est-ce que le féminin ? Qu’est-ce qui distingue homme et femme dans la création ? Pourquoi et comment la société a-t-elle bloqué la création des femmes ? Quel a été le rôle de la religion ? Comment envisager les progrès de la biologie pour la condition des femmes ? … Autant de questions qui habitent les pages de ce dictionnaire dans lequel il était important de prendre en compte les questions qui animent les débat présents, animèrent les débats passés, sans privilégier aucun parti. Pour Béatrice Didier, un dictionnaire doit faire appel au lecteur. Chaque lecteur doit pouvoir « fabriquer » son propre dictionnaire et devenir créateur à son tour. L’entreprise n’a pas pour but de figer des êtres : elle doit poser des questions et engager le lecteur à se tourner vers l’avenir avec la conscience du passé.

« Ernst Gombrich nous dit que dans la vision de l’art, il n’y a pas d’ « œil innocent ». En art, il n’existe pas de réception naïve des images. C’est également vrai de la lecture. Comme  les peintres, les auteurs, ou même comme les participants d’un jeu vidéo, nous faisons des choix – nous avons du pouvoir. »

Peter Mendelsund, Que voit-on quand on lit ?, Paris, Laffont, 2015, p. 219

Femmes et art dramatique : le parcours de Cécile Backès

Le préjugé selon lequel les femmes ne pouvaient pas être dramaturges ou metteures en scène a longtemps couru. L’art dramatique reste un domaine où elles ont le plus de difficultés à s’imposer. Béatrice Didier note que l’aspect économique y est pour beaucoup et que dès que la somme à investir devient importante, les femmes gagnent trop rarement la confiance des hommes plus haut placés dans l’échelle des décisions.

Née dans les années 1960, Cécile Backès a grandi aux côtés d’une mère féministe et a dévoré les livres des éditions Des Femmes. Pour elle, « le monde normal, c’est celui-là ». Plus jeune, elle n’avait aucun attrait pour les pièces de Shakespeare. Le théâtre n’était d’ailleurs pas une passion. Ce n’est que plus tard qu’elle a réussi à l’expliquer : dans les pièces de Shakespeare, « je ne suis nulle part, je n’existe pas ! ». Les questions ont alors commencé à surgir et Cécile Backès s’est mise à vouloir découvrir des auteur.e.s, des textes, des formes nouvelles… En tant que metteure en scène, elle a tout de même très vite dû se poser la question de « la parité » dans les textes et les mises en scène. D’autant plus que le principe a donné un véritable tournant à sa carrière professionnelle puisque Cécile Backès a bénéficié d’une politique de discrimination positive. Elle fait effectivement partie des 5 femmes nommées en 2013 à la tête de centres dramatiques nationaux et a pris ses fonctions le 1er janvier 2014. Cécile Backès est aujourd’hui directrice de la Comédie de Béthune.

Depuis sa nomination, Cécile Backès s’efforce de  programmer auteur.e.s et metteur.e.s en scène à parité. Auteur.e et metteur.e en scène sont d’ailleurs les deux postes qui manient et forgent les questions de la REPRESENTATION.

Cécile Backès : « Ce n’est pas un idéal, c’est une norme : il faut s’y accommoder »

Programme de la saison de la Comédie de Béthune : http://www.comediedebethune.org/

Femmes en journalisme

Caroline Béhague est journaliste, réalisatrice indépendante de documentaires et auteure transmédia. La formation qu’elle a suivie était paritaire. Mais les filtres sélectifs arrivent plus tard, au moment où les femmes choisissent de se tourner vers les métiers de productrice et/ou de réalisatrice. Il est alors aisé de se rendre compte que le rapport des femmes à la création dans le journalisme pose problème. La prise de pouvoir reste très difficile pour une réalisatrice. En plus de l’aspect économique évoqué par Béatrice Didier, les propositions de projets à gros budget entrainant toujours le soupçon des producteurs, le côté technique pose un frein non négligeable. Les capacités des femmes sont ainsi facilement minimisées voire ignorées.

Caroline Béhague a voulu proposer la parité pour l’émission « Atelier d’artistes ». L’équipe a été « choquée » et a préféré maintenir le critère de la notoriété dans le choix des artistes représenté.e.s. Mais peut-on réellement faire confiance aux processus de construction de la notoriété ? Et qui fabrique la notoriété ?

Le critère de la parité peut être dérangeant, il peut même être vexant d’être choisi parce que l’on est une femme et qu’il faut une femme et non pour ses compétences. Néanmoins, Béatrice Didier le remarque, nous devons passer par là pour rattraper l’immense retard de notre société. Nous ne pouvons qu’espérer que le critère de la parité ne sera pas éternellement nécessaire…

Le sexe de l’art ? Discussion avec Véronique Goudinoux et Gilles Froger

Véronique Goudinoux et Gilles Froger sont rattachés au Centre d’Etude des Arts Contemporains (CEAC) de l’université de Lille.

En juin 2006, paraît le sixième numéro de la revue Parade qui traite de la différenciation sexuelle dans l’art et la création. Dix ans après, Gilles Froger nous renvoie à son édito et constate que les choses ont peu bougé.

revue_parade6_2006

Malgré les nombreuses diplômées, la profession ne se féminise pas. Il y aurait deux processus imbriqués à l’œuvre : d’une part une sélection sournoise qui se jouerait à la sortie des écoles et qui laisserait la majorité des femmes en marge, en même temps que les femmes actives dans la profession ne bénéficieraient que d’une très faible, voire inexistante, visibilité.

La question de la différence des sexes est centrale quand il s’agit de la création. Il faut donc se poser la question du sexe de l’art, question « redoutable » pour Véronique Goudinoux. En effet, on crée avec son passé, avec son corps mais aussi avec son langage, marqué par des traditions sociétales, différentes cultures, etc. Comment alors distinguer ce qui relève de l’appartenance à un sexe et ce qui a trait à des traditions ?

Retour sur…

Féminimasculin, Le sexe de l’art, 1996, centre Beaubourg

le sexe de l'artPrésentation de l’exposition : http://fresques.ina.fr/elles-centrepompidou/fiche-media/ArtFem00156/l-exposition-feminimasculin-au-centre-beaubourg.html

L’exposition a été critiquée par Françoise Dumont car seulement 30% d’artistes femmes représentées et œuvres exposées considérées comme des moyens de satisfaire des fantasmes masculins.

Vraiment : féminisme et art, 1997, Centre national d’art contemporain, Grenoble.

feminisme et art

L’exposition a été critiquée car reprise du thème « 1970 : année zéro » et gomme des siècles de féminisme.

Elles@centrepompidou, 2009, centre Pompidou.

elles

350 œuvres de femmes artistes du début du 20e siècle à nos jours ont été exposées. Je renvoie à l’article passionnant d’Anne Creissels : « Le féminin, le féminisme et « elles » » ==> http://elles.centrepompidou.fr/

La responsabilité du discours historique

Quand on fait l’histoire de l’art au prisme du genre, on se rend compte que les artistes femmes étaient connues mais qu’elles ont été effacées de la postérité : elles sont littéralement « refoulées du discours historique », comme c’est le cas pour la majorité des disciplines.

Autre remarque : en histoire de l’art, mais c’est aussi le cas pour l’histoire des idées, de la littérature, etc., la question de la filiation est très importante. Un artiste a toujours un mentor, lequel devient à son tour mentor d’un autre artiste qui à son tour… Cet aspect semble disparaître complétement lorsqu’il est question d’artistes femmes. Elles sont tout de suite réduites à leur sexe et coupées de tout lien avec les artistes de leur profession.

Les Guerrilla Girls sont de celles qui dénoncent ces injustices, non sans humour…

http://www.tate.org.uk/art/work/P78793
http://www.tate.org.uk/art/work/P78793

Le travail doit continuer…

Cette table ronde a permis de poser de nombreuses questions et de rappeler quelques faits que la jeune génération tend à oublier. Si la création féminine est en pleine expansion, il ne faut pas pour autant s’endormir à ce stade et considérer acquis des statuts et des situations qui peuvent à tout moment être remis en question.

Arrêtons-nous sur les propos de Simone de Beauvoir :

Jean-Louis Servan-Schreiber : Donc, est-ce que dans une certaine mesure, tout n’est pas bon à prendre du point de vue des femmes, c’est-à-dire y compris même des mesures qui peuvent vous paraître partielles ou simplement un petit début, est-ce que de toute façon ça ne vaut mieux pas que le contraire ?

Simone de Beauvoir : Non, tout n’est pas bon à prendre dans la mesure où justement quelques fois les choses qu’on donne à prendre aux femmes sont simplement, je vous dis, des os à ronger, une mystification, et c’est une manière de les démobiliser au contraire en leur faisant croire qu’on fait quelque chose pour elles alors qu’en vérité, on ne fait rien. C’est une manière non seulement de récupérer la révolte des femmes mais c’est même une manière de la contrer, de la supprimer, de feindre qu’elle n’ait plus de raison d’être et, au contraire, nous les féministes, je dis « nous » parce que je vous l’ai déjà dit, j’en suis tout à fait, eh bien, nous refusons cette démobilisation et nous voulons continuer la lutte et nous voulons que la lutte soit faite, pour l’instant en tout cas, par les femmes pour les femmes et non pas à travers les institutions comme, je ne sais pas moi, l’ONU, l’UNESCO, cette fameuse année de la femme qui est également une mystification parce qu’en vérité, d’ailleurs on ne peut pas attendre d’un gouvernement qui est pour l’ordre établi tel qu’il est aujourd’hui, qu’il donne satisfaction à des femmes qui réclament un tel changement dans leur statut que cet ordre serait bouleversé.

(Avril 1975, émission Questionnaire)

Nous l’avons vu, le discours historique a une grande part de responsabilité. Une fois les raisons analysées et comprises, il est de notre devoir de reprendre l’histoire des arts, l’histoire littéraire, l’histoire des sciences etc., pour en faire une relecture genrée. A cet égard et en histoire de l’art, les travaux d’Anne Creissels montrent la voie. Partant du constat que le mythe de la femme inspiratrice, de la femme comme objet de création a sans doute orienté les représentations du féminin et des femmes dans la société, Anne Creissels propose une relecture de ces mythes qui, encore aujourd’hui, habitent la création et la production.

preter son corps au mythe

Voir aussi l’ouvrage de Fabienne Dumont : Des sorcières comme les autres

sorcieres comme les autres

Pour (essayer de) rire un peu, on pourra visionner les vidéos de Cécile Proust qui interroge la place des femmes dans les arts et dans la société.

Ici, sur l’exposition Dyonisiac :

Et pour localiser les femmes artistes : Aware : http://www.awarewomenartists.com/

Pour (re)découvrir les Guerrilla Girls : http://www.guerrillagirls.com/

Pour écouter Cécile Backès : http://www.comediedebethune.org/