Chercheuse d’or

Image mise en avant : Men and Women in the California gold rush, 1850. Photographe inconnu. Source : Wikipedia

Je suis parfois prise d’un vertige quand je considère la masse de lettres que j’ai lues et relevées… et qu’il me reste encore à lire et à relever ! Mais en cette fin de journée passée en archives, pas l’ombre d’un vertige. Je n’ai pas accompli un travail acharné de dépouillement, comme je le fais parfois (j’alterne entre des relevés systématiques pour une analyse quantitative et des relevés plus ciblés pour une analyse qualitative), et qui me laisse souvent frustrée, avec un goût d’inachevé.

Comme la jeune Simone de Beauvoir des Cahiers de jeunesse qui cherchait à « vivre » et à incarner ses lectures littéraires, j’ai souhaité moi aussi le temps d’une journée me nourrir de ces lettres, en faire des « expériences » ; les « vivre ».

Mon rythme s’en est peut-être trouvé ralenti, je n’ai certainement pas lu autant de lettres que ce que j’avais prévu – mais celles que j’ai relevées sont de véritables pépites d’or. Je partage ici une petite partie du trésor du jour.

Soleil d’or pour conclure une belle journée dans les archives.

***

C’est d’abord la jeune Myriam, 18 ans, qui m’a touchée. Elle cherche à construire sa vie selon ses propres choix. Ce qu’elle veut à tout prix éviter, ce sont les pièges tendus aux femmes par la société. Et cette quête d’indépendance, elle la cherche en premier lieu dans sa façon de vivre sa relation amoureuse. C’est vers le modèle du couple Beauvoir-Sartre que sa recherche du couple parfait la mène. Mais elle en expose les limites (et elle n’est pas la seule à s’exprimer sur le couple libre formé par les deux intellectuels) dans une lettre du 6 mai 1974 :

 « R. et moi essayons de vivre librement notre amour mais on a beaucoup de difficultés comme on a entrepris notre relation sur une base conventionnelle – par la force des choses, chacun de nous n’ayant que peu d’amis – il nous est difficile maintenant de nous libérer chacun de l’emprise qu’on a sur l’autre, d’un côté on voudrait que chacun de nous ait ses amis, d’un autre coté celui des deux qui reste seul s’ennuie bien un peu. Je me demande comment vous et Sartre avez fait pour vous permettre d’autres amours tout en vous aimant encore ; moi je me sens incapable de vivre cela pourtant ça me semble inévitable. Déjà quand il se présente des ébauche [sic] d’une relation entre Robert et une autre femme j’ai peur je ne suis plus indispensable je perds ma qualité d’« unique » je me retrouve comme face à un étranger je suis l’intruse qui aurait eu un petit bout de son être de sa vie. »

***

Découverte d’une lettre plus pragmatique. Les membres de la Ligue française pour le droit des Femmes, fondée en 1870 par Léon Richer, écrivent à Beauvoir après avoir appris la fondation d’une Ligue du droit des femmes (1974). La lettre est intéressante à mon sens car elle montre les difficultés du dialogue entre deux « vagues » féministes.

 « Ce n’est pas sans une vive surprise que nous avons lu, hier soir dans l’édition du Monde datée du vendredi 8 mars 1974 (n°9065) le texte du manifeste féministe que vous publiez au nom de la Ligue du Droit des femmes.

Nous sommes fort étonnées que vous sembliez ignorer l’existence de la Ligue Française pour le Droit des femmes qui, depuis 1870, milite activement pour la cause féministe.

Ce ne sont pas, certes, les termes de votre manifeste – que nous approuvons dans l’ensemble – qui ont provoqué notre inquiétude. Nous ne saurions vous reprocher de mener un combat qui est aussi le nôtre : plus il y aura de femmes pour revendiquer leurs droits, sous quelque forme ce que soit – et je conviens volontiers que l’autorité de votre nom et de votre œuvre peut aider beaucoup au triomphe de notre cause – plus nous en serons satisfaites.

Il n’en demeure pas moins impossible que vous puissiez continuer à intituler votre groupement : Ligue du Droit des Femmes  puisque le titre de Ligue française pour le droit des Femmes  nous appartient de plein droit. »

***

J’ai aussi relevé la lettre (bientôt en ligne dans la rubrique « chère autrice ») engagée d’une jeune femme de 21 ans qui dénonce l’institution médicale lui refusant la stérilisation contraceptive. Écrite en 1974, cette lettre aurait très bien pu l’être en 2017. Les critiques auxquelles elle est confrontée ne sont pas sans rappeler celles que doivent subir des femmes d’aujourd’hui souhaitant recourir à la stérilisation volontaire en guise de contraception :

« vous n’avez que 21 ans – vous allez encore beaucoup changer et certainement regretter cette décision – et là vous allez nous faire des reproches »

« Prenez donc des mesures préventives »

« Nous avons jamais [sic] rencontré un cas comme le vôtre. C’est de l’idéalisme et des trucs comme ça s’en vont quand on devient plus mûr. »

***

Une invitation de la traductrice française de Kate Millet à un dîner devant rassembler des féministes françaises a particulièrement attiré mon attention. Kate Millet, comme Betty Friedan, a peu revendiqué publiquement ce qu’elle devait à Beauvoir dans la formation de sa pensée féministe : « It was a revelation, how could it have been a source ?! » (Voir Ingrid Galster, « Les chemins du féminisme entre la France et les Etats-Unis 1947-2000 », dans J. Trebitsch, N. Racine, Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels, Bruxelles, Complexe, 2004, p. 245-257.). Cette lettre me pousse à creuser les liens évoqués par Ingrid Galster entre le féminisme français et le féminisme américain. Je reviendrai donc dans un autre billet sur les divergences entre Ingrid Galster et Sylvie Chaperon au sujet de l’influence du Deuxième Sexe dans les mouvements féministes.

Spoiler : Simone de Beauvoir n’a pas assisté au dîner.

 « […] sachant qu’elle [Kate Millet] désirait beaucoup faire la connaissance de certaines féministes françaises et que ces dernières souhaitaient la rencontrer, j’ai arrangé chez moi un dîner pour lequel j’ai réuni des personnes – toutes femmes – qui se préoccupent de ces problèmes. Il y aura Colette Audry, Benoîte Groult, Rolande Ballorain, Catherine Valabrègue, Antoinette des Editions des femmes et deux ou trois de mes amies qui travaillent dans l’édition.
Kate Millet m’a souvent dit – et elle a exprimé dans ses livres – tout ce qu’elle pensait vous devoir et l’estime qu’elle vous portait. Elle serait, évidemment, très heureuse de vous voir à ce dîner. »

16 juin 1975.

***

Je termine ce billet avec la très belle lettre d’une féministe française qui livre son sentiment ambivalent sur les maisons de femmes.

 « Je viens de relire les dernières pages de « Les femmes s’entêtent » et j’y trouve des images-force pour un travail théâtral que nous voudrions faire à la maison des femmes. En même temps je me demande ce que vous en pensez ou comment vous éprouvez cette sororité à la fois réelle et rêvée que nous essayons de concrétiser dans ces maisons […]. Moi, je ressens ça comme une chose exaltante, mais je me demande à quel point nous pouvons nous y laisser aller, je veux dire cela ne risque-t-il pas de devenir une serre chaude, où il sent délicieusement bon (vous vous rappelez l’odeur du terreau chaud ?) mais où les plantes risquent de s’amollir, de ne plus s’acclimater au dehors. D’un autre côté, nous avons fort besoin d’être entre nous pour nous purger du regard d’homme qui tout le temps nous caresse ou nous exaspère. »

31 décembre 1975.

 

Pudeur de l’historien.ne

Crédit photo mise en avant : © Céline Paradis

Ma lecture de l’ouvrage de Jelena Jovičić, L’Intime épistolaire (1850-1900). Genre et pratique culturelle, m’amène à me poser des questions que j’avais peut-être volontairement laissées de côté jusqu’à présent mais qui au moment d’entamer la rédaction de ma thèse m’apparaissent incontournables. Je ne pose que des questions, au fil de mes réflexions. 

A lire : le bel exposé de soutenance de thèse de Caroline Muller qui aborde ces thématiques. Sa thèse : « La direction de conscience au XIXe siècle. Contribution à l’histoire du genre et du fait religieux ».

Quelle légitimité avons-nous à lire, étudier et rendre publics des documents privés qui sont les hauts lieux de l’expression de l’intime ? La question prend encore plus d’importance si l’on considère que ces documents ont été produits par des personnes, aujourd’hui décédées, dans le but qu’ils restent privés. Elle prend encore une toute autre dimension si l’on sait que ces documents ont été produits sans qu’il ne vienne jamais à l’esprit de leurs auteur.es qu’ils traverseraient les années et seraient un jour rendus publics (c’est le cas des lettres que j’étudie mais cela ne se pose pas pour les correspondances et les journaux d’écrivain.es par exemple).

Ces questions-là, les chercheur.ses se les posent peut-être. Pour les héritiers et les héritières, elles sont brûlantes : au moment de la découverte fortuite, dans un grenier ou dans une cave, d’un carton contenant des papiers personnels ; au moment de prendre la décision de les explorer ou de les garder silencieux ; au moment, enfin, de les déposer aux archives pour les conserver, et de décider si oui ou non ils pourront devenir des objets d’étude.

Ces questions se posent avec des degrés différents selon qu’ils ont appartenu à un lointain ancêtre ou à un plus proche parent, selon qu’il s’agisse de temps anciens ou plus contemporains.

Voir les très beaux projets : The 2017 Project porté par Christine Detrez et Karine Bastide et Madeleine Project  par Clara Beaudoux.

Les documents les plus concernés sont les écritures de l’intime telles que les journaux intimes ou les correspondances. Mais la question se pose aussi pour des manuscrits d’écrivain.es ou d’aspirant.es écrivain.es non publiés, soit qu’ils aient été jugés médiocres par leur auteur.e, soit qu’ils soient restés inachevés ou non publiés parce que refusés par diverses maisons d’édition.

L’intime épistolaire

Dans son ouvrage L’intime épistolaire, Jelena Jovičić dresse une rapide histoire de la pratique épistolaire, depuis son usage religieux au Moyen-Age, en passant par son usage humaniste et sa dimension érudite à la Renaissance, la dimension galante et mondaine du XVIIe siècle qui perdure au siècle des Lumières avec toutefois l’affirmation de la lettre intime, pour arriver au XIXe siècle, appelé siècle de l’intime du fait de la nouvelle conception de l’individu et de « la privatisation de l’acte épistolaire » (p. 13.).

La lettre prend alors une image « ultra-romantique » et est pensée comme « un monument autobiographique » (p. 13.). Ici, l’auteure introduit la différence entre l’intime épistolaire et l’intime journalier ou autobiographique : l’acte de communication. Je reviendrai sur ce point plus tard.

Chose intéressante à noter pour le propos : cette vision de la lettre au XIXe siècle ainsi que cette nouvelle conception de l’individu apparaissent en même temps qu’une ambiguïté du rapport privé/public. L’auteure montre qu’en même temps qu’il y a élargissement de la sphère privée par le « processus de personnalisation » et démocratisation du domaine public par le biais des revendications des droits pour la vie privée, il y a aussi une « volonté de savoir », « de voir par le trou de la serrure ». Ainsi, « souci de soi et dispositifs de contrôle avancent d’un même pas » (p. 9-10). L’intime se trouve à la croisée de ces deux dynamiques. La lettre peut donc être considérée comme un document à la fois intime et social, à la croisée du privé et du public. C’est cette hybridité qui en fait des documents riches et fascinants. Peut-on trouver dans cette hybridité sinon de quoi résoudre la pudeur des historien.nes, au moins une justification pour réinsérer ces documents dans le « social » d’un autre temps  ?

Je reviens sur la caractéristique de la correspondance : l’acte de communication. Peut-on trouver là la légitimité des chercheur.es à étudier puis rendre publics ces documents ? La lettre est écrite à la fois pour soi (en tant qu’elle participe à une construction de soi, parfois dans un processus d’individuation) et pour un destinataire bien précis. Si les traces ont été conservées, peut-on considérer qu’il y a eu volonté d’étendre dans le temps et l’espace cet acte de communication – et, à partir de là,  de multiplier les destinataires ? Les situations varient certainement et peut-être est-il nécessaire de réfléchir au cas par cas.

De la correspondance privée des personnes « ordinaires » et de la légitimité des chercheur.ses

C’est la correspondance privée issue d’individus « ordinaires » qui m’intéresse particulièrement, et plus précisément les documents issus de la pratique de la lettre à l’écrivain.e. Mon corpus est composé de lettres de lecteurs et de lectrices adressées à Simone de Beauvoir.

Ces missives se situent à la croisée de privé et du social : elles sont le fruit de la la rencontre entre une ligne de vie particulière et une œuvre qui s’adresse à toutes et tous et dont la force réside dans la capacité de provoquer autant de résonances intimes et personnelles chez autant de lecteurs et de lectrices. En effet, le plus souvent, c’est la lecture d’une oeuvre qui encourage le lecteur ou la lectrice à écrire à son auteur.e. La lecture est alors perçue comme un dialogue avec un être proche et la lettre à l’écrivain.e peut être envisagée comme une volonté de poursuivre l’échange sous une autre forme, tout aussi intime. La lettre se mue alors en un récit de soi, hésitant entre le style du journal intime (on s’y livre en étant presque sûr qu’elle ne parviendra pas à l’auteur.e) et celui de la correspondance (un autre supérieur, l’auteur.e, est à l’origine de la prise de plume et sa lecture supposée de la lettre implique une certaine retenue) .

George Goodwin Kilburne (1839-1924), Penning a Letter

A la différence des correspondances d’écrivain.es ou de personnalités publiques, les correspondant.es dont il est question ici sont persuadé.es que leurs lettres ne traverseront pas les âges. Ils et elles ne se posent d’ailleurs même pas la question puisque ces lettres sont écrites avec la certitude qu’elles ne seront pas lues du tout – ou alors par un.e secrétaire. La question de la légitimité à les lire et à les rendre publiques se pose donc ici aussi – et avec peut-être encore plus de force si l’on considère leur contenu…

La plupart de ces lettres traitent de sujets difficiles. En témoigne cette lettre,  publiée sur ce carnet, d’une femme de 25 ans, à la santé fragilisée par la naissance de 5 enfants (âgés de 1 à 6 ans) et enceinte de son sixième enfant :

« Madame, venez à mon secours. Que faut-il faire ? Jetez-moi une bouée. […]. Notre amour nous a aidés jusqu’à ce jour à porter courageusement notre croix, mais je n’en puis plus et je crains que lui-même si fortement attaché à son foyer finisse par se résigner à d’autres solutions auxquelles je n’ose pas penser. […] »

Circa 1960, Bibliothèque nationale de France, Fonds Simone de Beauvoir – Lettres reçues, NAF 28501. 

D’autres font part de situation similaire, demandent de l’aide pour (re)trouver une liberté perdue au moment d’un mariage avec un mari violent, se demandent si elles/ils ne feraient pas mieux de mettre un terme à une vie parsemée « d’échecs », demandent des conseils en matière de sexualité… d’autres encore supplient Simone de Beauvoir de leur trouver un travail avant qu’ils ou elles ne se retrouvent à devoir dormir dans les rues…

Les situations sont multiples et on comprend que l’acte difficile d’écrire ce genre d’appel au secours à une personnalité publique a parfois dû constituer un dernier recours. C’est pourquoi, à mon sens, il est difficile de travailler sur ce type de documents. Je suis parfois amenée à discuter avec leurs auteur.es (et/ou leurs descendant.es), qui me font part de la difficulté qu’il y a à partager avec une chercheuse une période douloureuse de leur vie.

Je lis le refus de certain.es de me rencontrer dans leur pudeur, que je partage et comprends.

***

« N’est-il pas indiscrétion, presque effraction, à lire ces textes intimes ? Je ne crois pas. Simplement il faut les lire avec sympathie, avec respect. […] En lisant ces journaux nous accomplissons plusieurs de leurs fonctions : assurer la survie du passé, prolonger la mémoire de leurs auteurs ; mais peut-être aussi leur offrir, à notre manière, l’écoute et la compréhension qui leur manquaient. » 

Philippe Lejeune, Le moi des demoiselles : enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993, p. 12.

Je choisis donc de lire, d’étudier et de partager ces lettres selon la suggestion de Philippe Lejeune, avec pudeur, « sympathie et respect. »

Une journée dans les archives – juillet 2017

Me voilà repartie dans les archives depuis quelques semaines, après une « pause » toulousaine en juin durant laquelle mes activités ont varié : surveillance d’examens, formations pédagogiques, atelier wikipédia féminisme/LGBT+, travail bibliographique au laboratoire, comité de suivi de thèse (et, bien sûr, les discussions-cafés avec les collègues !)…

Ce sont des journées parisiennes bien solitaires qui se succèdent désormais. Je prends le train au lever du jour depuis Lille, où je réside, et une heure plus tard je me retrouve au cœur de la capitale en pleine effervescence.

©Marine Rouch

Quand j’arrive à la rue de Richelieu et que je m’installe à la place qui m’est attribuée, à l’exact centre de la salle des Manuscrits, les boîtes d’archives dont la taille varie selon les années, sont déjà mises à ma disposition dans l’armoire. Les documents de certains fonds nécessitent d’être commandés 48h en avance. Je n’ai qu’à les demander au conservateur ou à la conservatrice qui préside la salle.

Aujourd’hui, je me suis replongée dans les années 1960 et 1961. En 1960, Simone de Beauvoir publie le deuxième tome de son autobiographie, La Force de l’âge. Le texte commence en 1929 et s’étend jusqu’à la Libération de Paris en août 1944. De nombreuses femmes et de nombreux hommes lui écrivent pour la remercier  de leur avoir fait revivre ces années, de les avoir éclairées. Cette période est aussi celle de son engagement contre la guerre d’Algérie et ce, depuis 1958. Cette même année, Sartre « était intervenu au Mouvement de la Paix, demandant qu’il luttât pour l’indépendance de l’Algérie, comme il avait lutté pour celle du Vietnam. »[1]. En 1960, à son retour d’Amérique du Sud, Simone de Beauvoir dénonce les méthodes de torture de l’armée française en Algérie et prend la défense de Djamila Boupacha[2]. L’affaire se prolonge en un procès très médiatisé qui prend fin avec un non-lieu le 7 mai 1962. Les accords d’Evian, signés le 18 mars 1962, amnistient la jeune militante du FLN. Ainsi, entre la seconde moitié de l’année 1960 et la fin 1962, de nombreuses lettres reçues par Simone de Beauvoir soutiennent, incriminent ou insultent la prise de position de l’intellectuelle.

D’autres encore continuent d’écrire leur admiration pour des œuvres antérieures.

Je souhaite aujourd’hui partager quelques lignes parmi les centaines que j’ai lues.

« Dear Madame de Beauvoir,
I am nearly finished with « The Second Sex » and make haste, even before reading the concluding chapter, to thank you. Reading this has changed my whole life. I don’t feel so lonely anymore. For all that you say is true. And I thought these things were only happening to me… and you teach me that this is the way it is with all women, and all men.
O, holy Mary !
Your book is a great work. It will live forever as a record of time in history. I am fortune to be living at same time as you. And the whole world is fortune to have you living in it.
[…]
I have a great happiness because you have written the second sex. It will never be the same again… having read your work.”
12 août 1960, USA.

En septembre, une femme écrit admirer Simone de Beauvoir mais se déclare choquée de constater qu’un fragment de La Force de l’âge a paru dans un illustré dit féminin :

« Je ne puis croire en effet, après avoir lu vos livres, que vous approuviez des publications dont le but est avant tout d’’enseigner à leurs lectrices que la femme est au service de l’homme, que la chasse au mari et la conservation de ce gibier est notre grande affaire en ce monde et que l’exercice d’une profession est toujours pour une femme un pis aller »
28 septembre 1960

On trouve aussi des lettres d’insulte comme cette lettre d’une femme française vivant en Algérie :

« Simone tu es dégueulasse ! est-il vrai que dans un de tes livres tu as écrit : « Le tombeau de Chateaubriand nous sembla si ridicule… etc…. que pour marquer son mépris, Sartre pissa dessus… » Tu aurais dû très honnêtement continuer : « extasiée devant ce geste viril je pompais goulûment les dernières gouttes d’urines qui suintaient de la verge sartrienne… »
Je comprends pourquoi je n’ai jamais voulu lire un de tes livres… ton visage de coprophage m’indiquait bien ton personnage mais je n’imaginais pas que tu pouvais le traduire pour la postérité.
Salut ma triste sœur »
7 avril 1961.

En décembre, une institutrice lui écrit :

« Madame,
Mes trente-trois ans et moi sommes heureux de venir vous adresser un modeste hommage après la lecture de « la force de l’âge » […] C’était comme une grande lettre confidentielle que vous écriviez à tous ceux qui vous admirent et se posent des questions sur vous. […] Certains détails m’ont étonnée car je ne vous imaginais pas cuisinant, poussant une charrette à bras, ayant faim, ayant froid. Puis j’ai compris que ces situations matérielles semblables aux nôtres vous rapprochaient de nous. »
[…]
« J’approuve votre conception du couple et la pratique moi-même avec mon compagnon mais je m’étonne que vous n’ayiez pas connu, comme Sartre, ces amours contingentes, cet anéantissement provisoire de la personnalité. Si vous nous l’avez caché, c’est une trahison ! Je ne le crois pas et pense que dans les Mandarins, c’était vous l’héroïne de cette aventure américaine »
15 décembre 1960.

Ayant savouré sa lecture de La Force de l’âge, une lectrice écrit :

« Mais j’ai été profondément remuée par la résurrection de toute une époque que j’ai vécu [sic]. […] Mon enfance, c’est l’avant-guerre de 1914 : l’atmosphère de Paris, les gens, leur état d’esprit, leurs préoccupations, leurs intérieurs. Vous les avez fait resurgir et j’ai retrouvé, en vous lisant, des souvenirs des impressions que je croyais oubliés. »
7 mai 1961.

***

Je ne suis donc finalement pas si seule que cela. Au cours de mes journées en archives, je rencontre des centaines de femmes et d’hommes, je découvre, des années après Simone de Beauvoir, les facettes de leur vie qu’elles et ils ont bien voulu dévoiler, j’apprends à connaître les femmes et les hommes qui écrivent régulièrement à l’écrivaine. Lettre après lettre, je me réjouis ou m’indigne avec elles.eux, compatis à leurs souffrances… Des dizaines d’années après l’écriture de leurs lettres, j’essaie de retracer leur vie tout en veillant toujours, en tant qu’historienne, à garder une certaine distance. Je parlerai bientôt de cette distance qui s’impose et qu’il est, je trouve, difficile de maintenir lorsque le travail se fait sur des archives de l’intime.

Pour le moment, je parcours les 200 km dans l’autre sens, toute vertigineuse à l’idée que je viens de croiser des centaines de vies, pour la plupart peut-être éteintes.

 ©Marine Rouch

[1] BEAUVOIR Simone de, La Force des choses, Paris, Gallimard, coll. Folio, vol. 2, 1963, p. 271.

[2] BEAUVOIR Simone de, « Pour Djamila Boupacha », Le Monde, 2 juin 1960, p. 6.

Dans les archives de Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir a reçu des milliers de lettres. Ce sont les « lettres de lecteurs » que je présente brièvement aujourd’hui. Elles sont conservées à la BnF et elles constituent le corpus principal de ma thèse.

Avant d’être conservées dans des boîtes d’archives en 1995, Simone de Beauvoir rangeait ses lettres, après les avoir lues et y avoir répondu, dans de grands sacs qu’elle descendait au fur et à mesure dans sa cave Rue Schoelcher. C’est de là que Sylvie Le Bon de Beauvoir les a ressorties au moment de sa donation à la BnF.

Description physique du fonds[6]

Elles sont conservées à la BnF sous la cote NAF 28501- Lettres reçues, versées en 1995 par la fille adoptive et héritière de l’écrivaine, Sylvie Le Bon de Beauvoir. Le fonds est subdivisé en quatre sous-unités : « Lettres reçues d’intellectuels et d’amis », « Lettres reçues de lecteurs devenus des « correspondants privilégiés », « Lettres reçues de lecteurs » et « Coupures de presse ». Cette dernière sous-unité est constituée d’un mince carton rassemblant les coupures de journaux concernant Beauvoir ou Sartre, envoyées par des lecteur.trices, pour la grande majorité étranger.es (Canada, Italie entre autres) ou depuis les quatre coins de la France. Les lettres reçues d’intellectuel.le.s et d’ami.e.s comptent trente correspondances avec des personnalités diverses. Parmi elles, on y trouve les lettres de Madeleine Chapsal, Claude Chabrol, René de Ceccaty, Alain Badiou ou encore Dominique Desanti…

Catalogue :  http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/

 

Les lettres reçues de lecteurs devenus des correspondants privilégiés, elles, regroupent des correspondances très diverses.

Catalogue : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/

 

Les « lettres reçues de lecteurs » sont classées par année entre 1942 et 1986. Le fonds étant en cours de classement, des erreurs subsistent. 44 boîtes – dont 6 contiennent des lettres non datées – regroupent plus de 20 000 lettres d’après mes estimations.

Catalogue : http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/

 

Des milliers de voi(e)x

Cartes de vœux, cartes postales vestiges de voyages que la présence rêvée de Simone de Beauvoir aurait rendus bien plus mémorables, ou encore simples lettres écrites sur divers formats de papier, parfois prenant tout simplement la forme de petites notes à la manière de post-it, les lettres adressées à Simone de Beauvoir de la part d’une partie de son lectorat  portent en elles la présence physique de l’écrivaine et de leurs auteur.e.s.

On y devine de nombreuses taches de café, parfois même des brûlures de cigarette. C’est avec un mélange d’émotion et d’excitation que j’imagine, à chacune de mes consultations, Simone de Beauvoir lire chaque jour son courrier à son bureau, une tasse de café à la main, une cigarette à l’autre ; Sartre dans la même pièce.

©Gisèle Freund, 1964. Musée d’art moderne de la ville de Paris.

Plus émouvant encore, ce sont les correspondant.e.s sans doute fébriles, écrivant une lettre qui, comme ils et elles en sont persuadé.e.s, ne sera qu’une bouteille de plus jetée à la mer.

 « Madame,

Une lettre envoyée c’est parfois une bouteille à la mer. Arrivera-t-elle, répondra t-on? Sur une île, on parle de ce qu’on fait et de ce qu’on attend. J’ai lu votre livre « La femme rompue » et j’attends une confirmation ou une condamnation de ce que je pense. »

Lettre du 14 janvier 1973

Dans les toutes premières années, elles sont écrites au stylo encre puis au stylo BIC Cristal, lancé en 1950, pour éviter les tâches et les bavures : « PS : ne vous fiez pas à mon écriture. Je ne sais pas écrire avec une pointe bic – mais c’est pratique. »[1]. Certaines autres sont écrites « à la machine »[2] par peur que l’écrivaine adulée ne parvienne pas à déchiffrer le message. Tous.tes s’excusent : écrire à la machine n’est pas « poli »[3], surtout quand on s’adresse à Simone de Beauvoir, « femme soufflante »[4], « écrivain célèbre »[5].

 

[1] Lettre du 26 janvier 1957, chemise janvier-juin, feuillet 1.

[2] Lettre du 14 janvier 1955, feuillet 77.

[3] Lettre non datée, 1954, feuillet 74.

[4] Ibid.

[5] « Vous êtes Simone de Beauvoir, écrivain célèbre ». Lettre du 10 avril 1959.

[6] Pour une description plus exhaustive et une propositions de pistes de recherche pour utiliser le fonds en histoire des femmes, du genre et du féminisme, voir Marine Rouch, «  »Vous ne me connaissez pas mais ne jetez pas tout de suite ma lettre ». Le courrier des lecteurs et lectrices de Simone de Beauvoir », dans Françoise Blum (dir.), Genre de l’archive. Constitution et transmission des mémoires militantes, Paris, Codhos, 2017, p. 93-108.

A la découverte de la BnF – site Richelieu-Louvois

Je suis toujours aussi impressionnée au moment de franchir l’entrée du site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France ; et je ne me lasse pas de la vue qui m’est alors offerte : des bâtiments colossaux, des salles majestueuses, des galeries enchanteresses, des lampes diffusant une douce lumière propice au travail intellectuel, des murs tapissés de rangées de bouquins que l’on voudrait avoir le temps sinon de lire, au moins d’effleurer juste un instant… Et un silence, non pas de ceux qui angoissent mais qui, nous attirant dans ses méandres, berce au son des pages tournées et des crayons sur le papier ; il invite à la réflexion.

***

Lorsque j’ai commencé à fouiner dans les archives du Département des Manuscrits, en 2013, la rénovation du site Richelieu-Louvois était déjà en cours. Alors que nous entrons depuis décembre 2016 par la rue de Richelieu, nous accédions au site par la rue Vivienne. La salle de lecture n’était pas la même. Il s’agissait de la galerie Mazarine et j’y admirais les fresques au plafond. J’aimais aussi beaucoup monter l’immense et vieil escalier qui permettait d’y accéder.

Escalier d’honneur, ©Marine Rouch.  Voir : http://multimedia.bnf.fr/

Les espaces d’accueil (cafétéria, vestiaires) du nouveau site sont beaucoup plus modernes, l’atmosphère n’y est pas la même. Le hall et les salles, eux, ont toujours la même empreinte du temps, qui fait la splendeur du site.

***

Une fois les portiques de sécurité franchis, la journée peut commencer. Au rez-de-chaussée, il y a l’accueil pour acheter ou renouveler un abonnement – il faut ensuite aller aux caisses pour s’en acquitter – ou encore l’accueil du public où l’on peut glaner toutes les informations nécessaires pour visiter le bâtiment. On trouve aussi la (trop) petite cafétéria, très importante pour ne pas sombrer (trop) profond dans la méditation, car je l’ai dit, le silence ici est un régal !

On peut d’ici accéder à la salle Labrouste qui abrite aujourd’hui la bibliothèque de l’INHA et Jacques Doucet. Avant le déménagement de décembre 2016, on pouvait consulter leurs fonds dans la salle Ovale (en cours de rénovation). Deux salles historiques et majestueuses où il fait bon lire et travailler.

Avant de quitter le rez-de-chaussée, le passage obligé est celui des vestiaires. Là, on ne prend que ce dont on a besoin pour travailler en salle : ordinateur, papier, crayon à papier pour préserver les documents d’un coup de stylo accidentel. Les vestes trop encombrantes, bouteilles d’eau, nourriture sont interdites.

***

C’est le 3e étage que je préfère, je pourrais y rester des heures. A droite, la salle de lecture du département des Arts du Spectacle. Vers la gauche, la salle de lecture du département des Manuscrits. Il faut traverser deux endroits magnifiques pour y accéder : la Rotonde des arts du spectacle et la Galerie de verre.

Il règne dans la première une atmosphère sereine pareille à celle des musées. Elle a été conçue et décorée par Henri Labrouste entre 1870 et 1875. Des pièces dévoilant l’enchantement que procurent les Arts du spectacle ont été choisies puis offertes à la vue des visiteur.se.s. C’est le manteau porté par Sarah Bernhardt en 1902 pour le rôle de Théodora par Théophile Thomas, qui attirait

Jean de Gand dans Richard II. Gallica : http://gallica.bnf.fr

d’abord l’œil comme on peut le voir sur les vidéos de présentation. Aujourd’hui, c’est le costume de Jean De Gand dans Richard II de Shakespeare pour la mise en scène d’Ariage Mnouchkine en 1981. Des extraits de dialogues de pièces de théâtre (Knock de Jules Romains, L’Avare de Molière, Le Prince de Hombourg de Heinrich Von Kleist) ajoutent à la magie du lieu.

            « Une quarantaine de pièces choisies principalement parmi les collections muséales du département des Arts du spectacle sera présentée dans cet espace relativement modeste (100 m2 environ) et répartie dans une dizaine de vitrines périphériques et un îlot central. La scénographie a été réalisée par l’agence Think Tank Architecture. Certaines œuvres seront présentées en permanence comme le portrait de Sarah Bernhardt par Jules Masson ou le buste en bronze d’André Antoine par Georges Lacombe. D’autres, pour des raisons de conservation, seront exposées à tour de rôle. Par exemple, on présentera tout d’abord une marionnette de style birman de la collection Edward Gordon Craig, une maquette en volume de René Allio pour le Tartuffe de Roger Planchon et un masque-charge de Napoléon III par la Compagnie Houdart-Heuclin. Des tiroirs accessibles à tous permettront de découvrir des documents graphiques ou des manuscrits, ainsi préservés d’une exposition trop forte à la lumière. Grâce à des espaces de repos aménagés à plusieurs endroits, on pourra contempler les œuvres, écouter ou regarder des archives audiovisuelles dans les meilleures conditions. »

Source : http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/richelieu02/x.richelieu02.html

Accolée à la Rotonde, on peut apercevoir au travers d’une porte vitrée la galerie Auguste Rondel (dont je rêve de fouler le sol), abritant le fonds Rondel et servant de magasin.

Derrière cette porte : la Galerie Rondel

Quant à la nouvelle Galerie de Verre (qui remplace une galerie en bois imaginée par Labrouste pour relier les deux ailes du bâtiment), conçue par l’architecte Bruno Gaudin, elle offre une superbe vue sur la cour d’honneur par laquelle on accède d’ailleurs au 58 rue de Richelieu.

Au bout de cette galerie, la salle des Manuscrits. C’est dans ce lieu chargé d’histoire, qui abrite autant de précieux que de fascinants spécimens, que j’ai la chance de lire la correspondance de Simone de Beauvoir.

***

Le Département des Manuscrits

« Tirant ses origines de la bibliothèque des rois de France, le département des Manuscrits conserve la plus importante collection au monde de manuscrits médiévaux, modernes et contemporains. Elle comprend de nombreuses copies anciennes, unica, textes scientifiques, manuscrits décorés et à peintures. Enrichies par des dons d’auteurs, d’hommes politiques ou d’universitaires, par des mécénats ou des achats, les collections sont encyclopédiques : chansons de geste, religions d’Orient et d’Occident, histoire moderne et contemporaine, manuscrits littéraires…
Les collections de manuscrits originaux sont complétées par des livres et revues en toutes langues, des microformes et des fac-similés. La salle de lecture est ouverte aux lecteurs de la Bibliothèque de recherche ; la consultation de certains manuscrits doit faire l’objet d’une autorisation spéciale. »

Source : BnF, URL : http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/dpt_mss/s.pratique_manuscrits.html?first_Art=non

Découvrir la BnF – Site Richelieu-Louvois

Visite virtuelle du site : http://multimedia.bnf.fr/visiterichelieu/index.htm
Zone rénovée : http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/renovation_richelieu/a.decouvrir_zone_renovee_richelieu.html
Salle des manuscrits : http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/dpt_mss/s.pratique_manuscrits.html?first_Art=non
Plan du site : http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/plans_et_salles_lecture/s.plan_richelieu.html?first_Art=non
Rénovation salle Ovale : http://www.bnf.fr/fr/acces_dedies/mecenat_partenariat.html
Projet Richelieu 2020 : http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/richelieu02/x.richelieu02.html