Introduction à la journée d’études Simone de Beauvoir 20/11/17

Pour le compte rendu des communications : voir ici !

 

Nous avons choisi pour cette journée d’étude le titre « Perturbation, ma sœur » : Actualité de la pensée beauvoirienne. Ce choix s’explique par le fait que cette journée s’inscrit dans le séminaire annuel de la thématique 4 du laboratoire Framespa intitulé « Perturbation/Régulation » ; mais surtout en référence et en hommage au titre du livre de Cathy Bernheim, Perturbation, ma sœur. Naissance d’un mouvement de femmes, publié en 1983 aux éditions du Seuil. Cathy Bernheim fait partie des femmes qui ont déposé une gerbe de fleurs à la femme du Soldat inconnu le 26 août 1970, un acte qui marque la naissance officielle du Mouvement de Libération des Femmes aux yeux de l’opinion publique. La militante prend ensuite part à de nombreuses actions et manifestations du mouvement et, de 1973 à 1983, elle contribue aux côtés de Simone de Beauvoir aux « Chroniques du sexisme ordinaire » dans la revue Les Temps modernes. Simone de Beauvoir commençait d’ailleurs sa préface à Les Femmes s’entêtent (Gallimard, idées 1975) par cette expression empruntée à Max Ernst (1921-1929). 

⇒ PowerPoint de l’introduction ci-dessous.

***

Les études beauvoiriennes en France ont connu une renaissance au début des années 1990, notamment avec l’arrivée d’une nouvelle génération de chercheur.es. Les nouvelles lectures et les travaux sur la vie et l’œuvre de l’écrivaine ont permis de faire un pas en avant dans la consolidation et la légitimation de son statut d’intellectuelle. Mais Simone de Beauvoir n’est pas une personnalité consensuelle et si quelques travaux français, comme par exemple ceux de Michelle Le Doeuff dans L’Etude et le rouet, ont tenté de démontrer le caractère pionnier et original de sa pensée, elle souffre encore de ses contradictions personnelles et de l’ombre que lui fait Jean-Paul Sartre dont le statut d’intellectuel du XXe siècle n’est, lui, plus à défendre. Si les études sartriennes ne mentionnent presque jamais le jumelage des deux intellectuels, les études beauvoiriennes, elles, en sont envahies. Les travaux sur l’indépendance de la pensée philosophique beauvoirienne constituent en effet, du moins outre-Atlantique, un sous-champ important : on pense aux travaux d’Edward et Kate Fullbrook ou encore à ceux, incontournables, de Margaret Simons et Eva Gothlin.

            En France, depuis le début des années 2000, les études sur le féminisme de Simone de Beauvoir sont en net recul au profit des études littéraires : Citons les travaux de Françoise Rétif qui nous a fait le plaisir d’être à Toulouse aujourd’hui et parmi les publications les plus récentes, citons La Fabrique des mémoires par Amandine Martin-Golay, ou encore L’existence comme un roman par Delphine Nicolas-Pierre. C’est, pour le moment, l’entreprise autobiographique qui intéresse le plus les chercheur.es. La publication des mémoires dans La Pléiade est d’ailleurs prévue courant 2018.

La philosophie n’est pas en reste avec des thèses au croisement des études littéraires et de la philosophie : Citons la thèse en préparation : « Simone de Beauvoir, philosophe politique en contexte. Le projet d’un féminisme socialiste » par André Mimose, ou encore de nombreuses thèses soutenues sur le deuil et la mort chez Simone de Beauvoir.

Quant à l’histoire l’anthropologie et la sociologie, elles sont sous-représentées, voire absentes. Citons ici les travaux de Sylvie Chaperon en histoire qui comptent un ouvrage issu de sa thèse de doctorat, Les Années Beauvoir, ainsi que de nombreux articles sur place de Simone de Beauvoir dans le champ intellectuel et féministe notamment. Cette sous-représentation est d’autant plus étonnante que la richesse et la diversité de l’œuvre de Simone de Beauvoir invitent à la fois à des études interdisciplinaires et à des thèmes de recherches variés. Simone de Beauvoir a autant sa place dans la philosophie et les études littéraires que dans l’histoire des mouvements sociaux et politiques (guerre d’Algérie, Viêtnam et Tribunal Russel, en plus bien sur des mouvements féministes des années 1970), dans l’histoire des sexualités (Deuxième Sexe, sa vie personnelle) et même celle du tourisme (tant les voyages et l’intérêt anthropologique qu’elle en tirait ont occupé une place importante dans sa vie et son œuvre) – une thèse a d’ailleurs été soutenue en 2012 par Tiphaine Martin sur les voyages dans les mémoires. Pour ma part, je mène des recherches de thèse à la fois en histoire et en littérature certes, mais en tentant d’adopter une perspective globale au vu des multiples facettes beauvoiriennes – d’autant que mes recherches se concentrent sur le volumineux courrier qu’elle a reçu de la part de ses lecteurs et lectrices

Les études beauvoiriennes ont donc un bel avenir devant elles, à l’étranger comme en France où elles semblent avoir rattrapé leur retard. En effet, les deux grands colloques français de 1999 pour le cinquantenaire du Deuxième Sexe, et de 2008 pour les cent ans de la naissance de Beauvoir, leur ont redonné souffle. D’autres manifestations auront certainement lieu en 2018, à l’occasion des 110 ans de la naissance de l’intellectuelle. Quant aux thèses, depuis 2010, 7 ont été soutenues et 10 sont en préparation.

Pourtant, si les études beauvoiriennes sont florissantes en France, comme on le voit, elles bénéficient paradoxalement de peu de visibilité, peut-être à cause d’un manque d’unité et de légitimité. La transversalité des thématiques possibles se heurte en effet au cloisonnement des disciplines universitaires françaises, alors que les Etats-Unis ont leur Simone de Beauvoir Society qui permet de réunir chercheurs et chercheuses de toutes les disciplines. Il faut saluer ses efforts pour maintenir des connexions internationales, mais la recherche française reste sous-représentée et peine à se renouveler. Il faut tout de même citer une des dernières initiatives françaises de bilan des études beauvoiriennes : la parution en 2012 d’un cahier de L’Herne entièrement consacré à Simone de Beauvoir et contenant de nombreux inédits permettant d’encourager de nouvelles pistes.

Cette journée d’étude, que nous avons voulu interdisciplinaire souhaite donc d’une part réunir des chercheuses qui étudient la pensée beauvoirienne afin de dresser un panorama du champ en France à la veille des 110 ans de la naissance de l’intellectuelle dans l’espoir d’initier de futurs rassemblements autour de la figure et de l’œuvre de Simone de Beauvoir. D’autre part, il s’agit de montrer à quel point sa pensée est loin d’être datée et peut fournir des clés pour penser nos plus diverses actualités.

 


Marine Rouch

Doctorante à l’université de Toulouse Jean Jaurès – Histoire contemporaine des femmes et du genre – Histoire littéraire – Laboratoire FRAMESPA (UT2J) – Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/12/2017

    […] Introduction à la journée d’études Simone de Beauvoir 20/11/17 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *