« C’est de l’idéalisme »

Image mise en avant : Noël des sans nom, André Zucca, 1940

En 1974, une lectrice ne trouve pas d’autre solution que d’écrire à Simone de Beauvoir pour lui demander de l’aider à recourir à une stérilisation volontaire à visée contraceptive. Se heurtant en effet à l’incompréhension et aux critiques acerbes du corps médical, cette femme de 21 ans expose son point de vue dans une lettre au ton à la fois déterminé et indigné.

Seuls des extraits sont publiés ici, conformément au droit d’auteur. 

 

«  Chère Madame de Beauvoir,
les pensées de vous et Mr Jean-Paul Sartre m’accompagnent depuis longtemps déjà, ce qui a beaucoup changé et enrichi ma vie, mais surtout mon idée d’être une femme de notre temps.
Les problèmes de notre temps  : la faim, la guerre, l’explosion des peuples, l’émancipation, la pollution… Ont crée en moi la décision de renoncer à faire naître de propres enfants et d’en adopter d’autres. La conséquence absolue de cette décision c’est la stérilisation. Mais partout où je m’adresse (dans la Suisse) je rencontre des préjugés, des peurs, des ordres en fer, des traditions.
« Vous n’avez que 21 ans – vous allez encore beaucoup changer et certainement regretter cette décision – et là vous allez nous faire des reproches »
«  Prenez donc des mesures préventives »
« Nous avons jamais rencontré un cas comme le vôtre. C’est de l’idéalisme et des trucs comme ça s’en vont quand on devient plus mûr. »
Des arguments comme ça sont pour moi tout à fait dégaulas. C’est sûr que je vais changer, car vivre c’est pour moi  : vivre le changement – mais je suis assez indépendante pour savoir que c’est moi qui porte la responsabilité de ma vie et je veux me servir du droit d’être libre pour former ma vie d’après ma conviction. […]
Je vous écris parce que j’ai l’espoir que vous allez m’aider. »

[…]

Le fait que je ne prends pas d’autres moyens préventives pour être absolument conséquente nous oblige de renoncer au contact sexuel, mais ça ne peut pas durer toujours. C’est pour ça que je vous demande : est-ce que vous avez des amis parmi les docteurs qui peuvent m’aider à réaliser mon but en me donnant la stérilisation ? » 

[…]

« Chère Madame de Beauvoir, dans un film [surement le film de Josée Dayan] je vous ai vu donner des conseils aux femmes.
– Ne faites pas naître de propres enfants
– Ne vous mariez pas
– Gagnez votre indépendance par une profession qui vous satisfait
Je veux suivre vos conseils, mais c’est avec votre aide que je peux les vivre »

25 juillet 1974

Dans Ambroise Paré, Oeuvres, 1975.
http://www.biusante.parisdescartes.fr/

 

Quelques liens sur le sujet :

« La stérilisation », Spirale, 2013/4 (N° 68), p. 178-182
URL : https://www.cairn.info/revue-spirale-2013-4-page-178.htm

Le site de l’Agence nationale des centres d’IBG et de contraception : http://www.avortementancic.net/spip.php?article58

Des témoignages de femmes : https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/sterilisation-volontaire


Publié par

Marine Rouch

Doctorante à l’université de Toulouse Jean Jaurès – Histoire contemporaine des femmes et du genre – Histoire littéraire – Laboratoire FRAMESPA (UT2J) – Laboratoire ALITHILA (Lille 3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *